Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 06:53

Lundi 22 novembre 2010 – Billet 2250 » Photo Bernard Maingot

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Un film sur l’insertion

en Vals de Saintonge

INSERTION "6nergie", un collectif tout neuf, veut sensibiliser élus et entreprises.

» Bernard MAINGOT.   

20101118 6nergie 6540Le groupe 6nergie : Melissa, Franck, Claire, Jenny, Laetitia et Sophie autour de Marie Violet. PHOTO BERNARD MAINGOT 

A Saint-Jean-d’Angély, une toute jeune équipe va réaliser un film documentaire sur l’insertion en Vals de Saintonge, dans les locaux de Parcours 17, organisme de formation situé rue Pasteur. Les six jeunes, natifs du territoire, s’appellent Melissa, Franck, Claire, Jeremy, Laetitia et Sophie. Ils ont créé un groupe, baptisé "6nergie", afin de réaliser un documentaire de 26 minutes, en collaboration avec Kom Productions La Rochelle et Pierric Pleindoux, réalisateur de films institutionnels.

 Marie Violet explique cette motivation : « Cela fait suite à une réflexion entre la Maison de l’emploi et de l’entreprise (M2E) du Pays des Vals de Saintonge, la Mission locale, Pôle emploi et Parcours 17. Le problème de l’emploi en Vals de Saintonge est le thème du film, destiné à sensibiliser les élus et les entreprises sur les outils existants et le rôle qu’ils ont à jouer ».

Les compétences de chacun des jeunes se complètent et les tâches ont été réparties. « Déjà, nous avons une identité pour communiquer, avec un nom, un logo, des dépliants et la création d’un site Internet www.6nergie.com que Pierrick Pleindoux a mis en ligne », précise Franck.

Tournage en janvier

« Il faut que les acteurs de l’insertion apprennent à se connaître mieux et valoriser les actions qui se font sur le territoire, en utilisant les outils existant », complète Laetitia.

La communication est lancée : déjà, 150 courriers ont été envoyés aux différents acteurs et aux élus des 117 communes en Vals de Saintonge, en vue d’interviews à réaliser. « Chaque semaine, deux personnes référentes nous encadrent : Marie Violet intervient deux fois par semaine pour le contenu rédactionnel et l’accompagnement socio professionnel et Pierrick Pleindoux pour le tournage et la communication », explique Sophie.

Le scénario est en cours d’écriture, tel que le précise Claire : « C’est la base de l’histoire pour laquelle nous sommes en contact avec Franck Cavard (Pôle emploi), Fabienne Ménard (Mission locale), Anne-Marie Morin (délégation territoriale)… Ils nous aident dans l’élaboration du scénario ». Le tournage débutera en janvier. « Pour l’heure, il faut terminer le scénario, confie Melissa. Ensuite, nous avons prévu un événementiel, avec une projection en juin 2011, à la salle Alénor-d’Aquitaine ».

 

Contact Marie Violet au 05 46 59 29 86 Site www.6nergie.com

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 07:30

Samedi 20 novembre 2010 – Billet 2230

Les 54 articles "Enseignement-Formation" sont ICI

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Formation continue

une rencontre entre intervenants et entreprises

Dans un contexte de concurrence et de mutation économique, la formation continue est devenue un levier majeur pour les entreprises : elle permet de gagner en efficacité, d’augmenter les chances de fidéliser sa clientèle et ses salariés.

C'est pourquoi la Maison de l’Emploi et de l’Entreprise et ses partenaires proposent aux entreprises des Vals de Saintonge une rencontre entre les acteurs de la formation : Conseil régional, chambre de commerce et d’industrie, chambre des métiers et de l’artisanat,  et OPCA (organisme paritaire collecteur agréé, financeurs de la formation continue).

Cette réunion permettra d’évoquer les différents dispositifs de la formation et les modes de financements.

Elle se déroulera le mercredi 24 novembre de 8 h à 9 h 30, sous forme de  « petit déjeuner », à la Maison de l’Emploi et de l’Entreprise du Pays des Vals de Saintonge, 55 rue Michel-Texier à Saint-Jean-d'Angély.

Contact et informations : Maison de l'emploi et de l'entreprise 05 46 33 39 72

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 10:30

Mercredi 10 novembre 2010 – Billet 2207 » Photo DR

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Les lycéens chez Hennessy

ENSEIGNEMENT - FORMATION   Mardi 9 novembre, les élèves du lycée Louis-Audouin-Dubreuil ont visité Hennessy à Cognac.  

20101109 lycéens L.A Dubreuil visitent HennessyDans le cadre de leur formation, les élèves en classes de seconde Bac Pro "Accueil relation clients et usagers" et de seconde Bac Pro Vente du lycée Louis-Audouin-Dubreuil à Saint-Jean-d’Angély ont découvert, mardi 9 novembre, le monde professionnel à travers la visite d’une entreprise de renom : Hennessy à Cognac (groupe LVMH). « Le choix de cette entreprise devenue  prestigieuse s’est fait pour mettre en avant l’image de qualité des métiers vers lesquels se destinent les élèves », a expliqué Stéphane Nivetout, professeur de vente au lycée angérien.

Partis le matin de Saint-Jean-d’Angély, la cinquantaine d’élèves et leurs professeurs accompagnateurs ont déjeuné dans les locaux de l’Hôtel de ville de Cognac avant d’effectuer  pendant une heure une visite à la fois culturelle et historique de l’entreprise. Ils ont ensuite assisté à une conférence interactive sur les métiers de l’accueil et de la vente réalisée par Mme Bonnet, responsable de l’accueil et M. Bossan, responsable des V.I.P. « Cela nous a permis de voir la relation directe entre les cours au lycée et l’entreprise », a déclaré un élève. La visite s’est achevée sur une dégustation de jus de raisin dans le show room de cette entreprise prestigieuse.

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 16:02

Mercredi 27 octobre 2010 – Billet 2165

Les articles Infos-Presse-Medias sont ICI

SAINT-SAVINIEN

Un article à lire dans Sud Ouest

Il veut une classe "normale"

Un article à lire dans Sud ouest du 27 octobre 2010 06h00 | Par stéphane durand

 

SAINT-SAVINIEN Evelyne et Daniel Guyard n'ont pas compris que leur fils Matthew soit intégré à un groupe comprenant des enfants dyslexiques

Matthew Guyard, 13 ans, va reprendre l'année scolaire en classe de quatrième dans un collège privé de Saint-Jean-d'Angély. Ses parents, Evelyne et Daniel, originaires de Port-d'Envaux, viennent de le déscolariser du collège de Saint-Savinien avec lequel ils sont en conflit. Le couple reproche à l'équipe éducative et au principal d'avoir placé leur fils dans un groupe d'enfants dyslexiques pour les matières de français, histoire géographie et anglais alors que ce dernier ne présentait « aucun problème de ce type. »

./… Plus loin, je relève un autre passage de l’article que je vous livre ci-dessous :

« Force est de constater que le jeune garçon était un bon élève avec des moyennes de 17 en français, 18 en anglais et 14,5 en histoire-géographie. Ses professeurs distribuaient alors les bons points : « Matthew donne toute satisfaction », « Très bon trimestre », « Je te félicite tant pour la qualité de ton travail que ton attitude en classe… »

Lire la suite

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 00:59

Quand on est gratte-papier, La Loi protège l’auteur. Celui qui vient copier Devient mon débiteur.

Jeudi 21 octobre 2010 – Billet 2153

Pour voir l’album photos, cliquer => ICI 

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Le cross du lycée

a quarante ans

LYCÉE PROFESSIONNEL BLAISE-PASCAL Jeudi 21 octobre, trois cents élèves ont participé au cross organisé à l’intérieur de l’établissement angérien.

» Bernard MAINGOT. 

20101021 cross lyc blaise pascal 5999 depart-blJeudi 21 octobre, le lycée était en pleine effervescence : sur le terrain de foot, 300 élèves étaient prêts pour le départ du cross organisé à l’intérieur de l’établissement par Dominique Mouchet et Valérie Maringues, professeurs EPS.

« Ce cross annuel démontre et conforte l’importance du sport dans la vie de l’établissement et participe à la construction des jeunes », déclare Stéphane Alllioux, proviseur, en bordure de la piste où les jeunes, tous emplis de la fougue habituelle du départ, frôlent les spectateurs. Certains ont des supporters qui les encouragent de la voix.

20101021 cross lyc blaise pascal 6006 gr1-blLe cross, une institution

« Le cross, c’est un moment de convivialité. L’an dernier, nous avions couru pour une œuvre caritative, mais c’est très lourd à mettre en place dès lors que cela concerne la totalité de l’établissement », déclarent en chœur les profs d’EPS. « Le cross doit exister depuis 1968 ou 70, ajoute Dominique Mouchet, chronomètre en main. Cela fait dix-huit ans que je le vois au lycée, mais il existait bien avant, quand Michel Ferrandier s’en occupait avant mon arrivée. C’est devenu une institution et un passage obligé ».

L’organisation avait prévu trois départs : le premier à 14 h (« pour les p’tits jeunes de l’année »), comportait quatre tours pour les garçons (3 600 m) et trois tours pour les filles (2 700 m). A 15 h, le second groupe devait parcourir quatre boucles (3 600m). A 15 h 45, le 3e groupe (des 1ères et terminales) avait cinq boucles à réaliser, soit 4 500 m. « Normal, quand on est en Bac Pro, d’avoir un tour de plus… », a jugé un élève sur le bord de la piste.

20101021 cross lyc blaise pascal 6045 profs eps-blDominique Mouchet et Valérie Maringues, professeurs d'EPS. Photo Bernard Maingot 

Une organisation collective

Toutes les classes et filières ont participé, de la maintenance et exploitation des matériels pour les parcs et jardins à celle des véhicules automobiles, de la conduite des engins de travaux publics à la prévention et sécurité, des secondes au bac Pro et jusqu’à une enseignante, professeur de français… Les résultats après l’arrivée permettaient de faire plusieurs classements, dont une coupe à la meilleure classe et une coupe pour les demoiselles. « Les meilleurs iront en compétition au cross départemental par équipes organisé par l’UNSS en décembre à Saintes », précise Valérie Maringues.

Pour l’heure, chacun s’inquiétait de savoir s’il avait bien son ticket permettant d’aller au goûter avec un chocolat chaud, car les professeurs qui assuraient l’encadrement avaient eu droit au café sur le parcours. « Après l’effort, le réconfort ! », a déclaré un élève en brandissant son billet-casse-croûte.

Bernard Maingot

20101021 cross lyc blaise pascal 6023 gr1prof-blUne professeur qui participe, avec le sourire. Photo Bernard Maingot 

Les résultats

1er groupe : Florian Limoge (en photo) et Lucile Bouvier (en photo) ; 2e groupe : Mickael Pacraud ; 3e groupe : Romain Gendronneau.

Voir des photos de la remise des médailles dans l'album photos (photos Patricia, LP Blaise-Pascal) 20101021 cross lyc blaise pascal 6027 florain limoge-bl

 Florian Limoge, premier chez les garçons du premier groupe. Photo Bernard Maingot   

20101021 cross lyc blaise pascal 6025 lucile bouvier-blLucile Bouvier, première des filles dans le premier groupe. Photo Bernard Maingot

20101021 cross lyc blaise pascal 6048 laetitia-blLaetitia teste sa force sur un pilier (mais celui-ci lui résiste)...

20101021 cross lyc blaise pascal 6037 cond engins-bl...tandis que les conducteurs d'engins TP montrent qu'ils sont là. Photo Bernard Maingot  

D'autres photos dans l’album photos

Mes remerciements au Lycée pour avoir envoyé des photos de la remise des médailles.

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 12:17

Quand on est gratte-papier, La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient ici copier Devient mon débiteur.

Dimanche 10 octobre 2010 – Billet 2131 » Photos Bernard Maingot

Les articles sur l’Enseignement sont ICI

POURSAY-GARNAUD – LES ÉGLISES-D’ARGENTEUIL (CANTON DE SAINT-JEAN-D’ANGÉLY)

Des écoles rurales

qui se développent

ÉCOLES De nouvelles salles de classe et un tableau numérique ont été inaugurées samedi 9 octobre à Poursay-Garnaud et aux Églises-d’Argenteuil.

» Bernard MAINGOT.   

20101009 inaug ecol poursay 5744-blCécile Piégu, enseignante à Poursay-Garnaud, explique le tableau numérique à l’assistance. PHOTO BERNARD MAINGOT

Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux transports et président du Conseil général, a inauguré samedi de nouvelles salles de classe dans les écoles, à Poursay-Garnaud et aux Églises-d’Argenteuil, en présence de nombreux élus, de membres du Sivos (syndicat intercommunal à vocation scolaire) du Val d’Argenteuil et des représentants des corps constitués (1).

Le RPI (regroupement pédagogique intercommunal) du Val d’Argenteuil concerne les trois communes de Poursay-Garnaud (une école de deux classes), Les Églises-d’Argenteuil (une école de trois classes) et Vervant. Il regroupe huit niveaux répartis en cinq classes (cinq enseignants) pour 117 élèves.

20101009 inaug ecol poursay 5749-blÀ l’école de Poursay-Garnaud, le maire Dominique Bouin a présenté les deux classes et l’équipe enseignante : Didier Gautraud (CM1-CM2), directeur depuis 30 ans (« il fait partie des meubles ») et Cécile Piégu, professeur des écoles (CE2). L’occasion a été donnée aux présents d’assister à une intéressante présentation du tableau blanc interactif (dit tableau numérique), faite par Cécile Piégu, qui en a surpris plus d’un (voir ci-après). « Les enfants comprennent de suite quand il s’agit d’informatique », a commenté Cécile Piégu.

20101009 inaug ecol poursay 5760-bl-Cécile Piégu

20101009 inaug ecol poursay 5758-bl

Avant de quitter Poursay-Garnaud, petite démonstration au tableau numérique avec Google Earth de l'itinéraire pour rejoindre Les Eglises-d'Argenteuil.

20101009 inaug ecol Eglises 5769-blDominique Bussereau a coupé le ruban inaugural à l’école des Eglises-d’Argenteuil. PHOTO BERNARD MAINGOT

L’école des Églises-d’Argenteuil (trois classes de la maternelle PS à CE1) est dirigée par Marie-Laure Laplace (CP-CE1), assistée de John Boule (PS-MS) et de Laetitia Bernard (GS-CP).

20101009 inaug ecol Eglises 5796-blAprès avoir inauguré les travaux de remise aux normes de l’école, Dominique Bussereau, dans son allocution, a déclaré : « J’ai été bluffé par la qualité des installations. Ensuite, je vois que la classe rurale est mieux équipée que la classe urbaine ». Il a ensuite évoqué le choix défendu par le conseil général pour une prison départementale à Fontenet.

Jean-Yves martin, conseiller général, a défendu l’idée qu’il fallait se battre pour «  que l’école reste dans sa commune afin d’y maintenir la population à terme », ajoutant que « l’école rurale était une bouffée d’oxygène, de l’espoir et beaucoup de bonheur ». Il a conclu  par un « Mais méfions-nous de ne pas détruire ce qui a été construit par le Sivos et… laissons la politique de côté ».

Ce qu’a repris Françoise Mesnard : « L’école est le pilier de la République et l’égalité des chances. L’école rurale n’est pas de la compétence du Conseil régional mais sa présidente a compris qu’il faut la sauver avec le Fonds d’intervention locale », ajoutant, à propos de Fontenet : « Les élus ont prochainement rendez-vous avec Michel Alliot-Marie pour défendre le territoire ».

Catherine Quéré a conclu, déclarant qu’elle était « très fière de ce secteur où les maires dynamiques se bougent ! C’est un marathon pour inaugurer les écoles depuis samedi dernier où nous avons fait quatre inaugurations. C’est donc Bravo la Saintonge où les plus belles écoles n’existeraient pas sans les enseignants ».

Bernard Maingot  

(1) Étaient présents le représentant du cabinet interministériel du préfet de Charente-Maritime, Catherine Quéré, députée, Françoise Mesnard, vice-présidente au Conseil régional Poitou-Charentes, le sous-préfet Frédéric Brassac, Jean-Yves Martin, conseiller général,  des maires et des conseillers municipaux du canton de Saint-Jean-d’Angély, le commandant Perrot de la compagnie de gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély, l’adjudant-chef Catros, de la gendarmerie de Tonnay-Boutonne, Bernadette Vié, inspecteur de l’Education nationale pour la circonscription de Saint-Jean-d’Angély et Paul Pimienta, son prédécesseur, des enseignants, des membres du Sivos et des parents d’élèves, des habitants des trois communes.

L’école numérique rurale à Poursay-Garnaud

20101009 inaug ecol poursay 5754-blElle se compose d’un tableau numérique interactif comprenant un tableau numérique, un vidéoprojecteur, des enceintes et d’une classe mobile comportant une valise avec borne WiFi, douze ordinateurs portables élèves et un ordinateur enseignant, auxquels s’ajoute une imprimante laser et un visualiseur. Son coût est de 11 000 euros, financé par l’État à hauteur e 9 000 euros auquel il faut ajouter mille euros pour des logiciels.

« Toutes les possibilités sont offertes avec le tableau numérique, qu’il s’agisse de la reproduction d’œuvre d’art, de faire de la chimie, de naviguer sur Google Earth ou bien d’écouter de la musique… », a expliqué Cécile Piégu. « Il faut cependant du temps de formation et de préparation pour utiliser toutes les fonctionnalités ».

Les travaux à l’école des Églises-d’Argenteuil

20101009 inaug ecol Eglises 5788-blJean-Jacques Poupard, maire des Églises-d’Argenteuil, a exprimé de vifs remerciements à tous les intervenants du projet de réhabilitation de l’école. Après avoir dressé l’historique des travaux depuis cinq ans, il a rappelé les montants investis : « Le projet de construction de deux classes a coûté 447 659 euros. Le conseil général, représenté sur le canton par M Martin, a contribué à hauteur de 38 % (161 212 euros). L’État, représenté par le sous-préfet et ses collaboratrices, a participé pour 23,5 % (104 288 euros) et la Région, représentée par Mme Mesnard, a versé la somme de 47 547 euros, soit 10 %, au titre du Fonds régional d’intervention locale (Fril). Le Sivos a pris en charge le reste, soit 134 612 euros ».

20101009 inaug ecol poursay 5751-blLes cinq classes du RPI du Val d'Argenteuil

20101009 inaug ecol Eglises 5774-blDe gauche à droite : Didier Gautreau, directeur depuis 30 ans à l'école de Poursay-Garnaud, Marie-Laure Laplace, directrice de l'école des Eglises-d'Argenteuil et Dominique Bouin, maire de Poursay-Garnaud.

Un rappel de la population : Poursay-Garnaud compte 293 habitants, Les Eglises-d'Argenteuil 547 habitants et Vervant 210 habitants ("plus 30 personnes qui vont arriver dans le nouveau lotissement", ajoute Pierre-Yves André, maire de Vervant).

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 06:30

Rédigé le vendredi 3 septembre 2010 – Billet 2043 » Photos ©Bernard Maingot

Les articles de la catégorie "Enseignement - Formation" sont ICI

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

La rentrée est faite

le nombre de classes est conservé

RENTRÉE 2010 Antoine Bordas, adjoint aux affaires scolaires, fait le point sur la  rentrée dans les écoles.

» Bernard MAINGOT.   

20100903 sortie ecole gambetta 5085-bl16 h 45 : la sortie des classes à l‘école Gambetta. La sécurité des piétons a été améliorée depuis que la circulation automobile est à sens unique. 

« Après la fermeture d’une classe à l’école Joseph-Lair à effet de cette rentrée scolaire et une à l’école maternelle du Manoir l’an passé, nous connaissons maintenant un répit », entame Antoine Bordas, adjoint aux affaires scolaires, qui précise : « Nous avons rencontré Bernadette Vié, inspecteur de l’Education nationale pour la circonscription de Saint-Jean-d’Angély sur ce sujet : cela a permis qu’elle ne vienne pas procéder au comptage des enfants le jour de la rentrée. La rentrée dans les écoles publiques a pour l’instant comptabilisé 616 écoliers : 385 sont en primaire (251 à l’école Joseph-Lair et 134 à l’école Gambetta) et 231 sont en classes de maternelles (123 au Manoir et 108 à Régnault). Ces chiffres restent à affiner en fonction de la mise à jour sur les radiations et les nouvelles entrées ».

Si l’on ajoute les 212 élèves en primaire à l’école Saint-Sophie, dirigée par Mme Perrin, ce sont au total 828 élèves qui pour l’instant ont fait leur rentrée dans les écoles.  

20100903 sortie ecole ste sophie 5068-bl16 h 30 : sortie des classes de l’école Sainte-Sophie.

Aller à pied à Gambetta

Cette rentrée à l’école Gambetta devrait voir avancer la mise en place du projet « Pédibus », où les parents prennent en charge les enfants pour les accompagner à l’école, une façon écolo et ludique de se rendre en classe. « Nous avons beaucoup travaillé avec les parents, explique Antoine Bordas. Nous connaissons maintenant les enfants concernés et où ils vont passer depuis leur domicile. Il ne reste plus qu’à trouver les parents pour les accompagner, mais nous avons bon espoir dans ce test qui aura lieu à Gambetta ». En prolongement du projet Pédibus, le permis piéton (où Jordi, la mascotte de l’opération, était venu l’an dernier) devrait être renouvelé, en partenariat avec la gendarmerie. 

20100903 sortie ecole gambetta 5080-blLa fusion sur la sellette

Succédant à Françoise Delpin, Olivier Bonnet a accepté la direction intérimaire à l’école Gambetta. « L’Education nationale a demandé que nous étudiions la fusion entre les écoles Gambetta et Joseph-Lair. Evidemment, cela ferait une économie de structures et de professeurs pour l’Education nationale et moins d’entretien pour nous. Cependant, il faut adapter l’accueil des personnes à l’école Joseph-Lair aux normes sur le handicap, avec une cage d’ascenseur par bâtiment, ce qui représente de gros travaux d’infrastructures et doubler la taille du réfectoire. Cette école peut actuellement accueillir Joseph-Lair. Cela fera une très grande école en nombre d’élèves, ce qui n’est pas forcément un avantage pour les enfants s’ils sont plus nombreux dans la cour de récréation : ce sera moins familial. Le poste de direction tenu par Agnès Deslandes qui est également professeur deviendra alors un poste à temps plein ».

La mutualisation des moyens

On le voit, la fusion coûte cher en investissement. Et si la population augmente, il faudra trouver une autre solution qu’Antoine Bordas évoque ainsi : « La construction d’une autre école plus grande aurait des inconvénients, l’Education nationale pouvant revoir sa position sur les écoles alentours. Or, il est important que les communes conservent leurs écoles. La question se pose aussi de savoir s’il ne faudrait pas déléguer la compétence scolaire à la communauté de communes, comme à Loulay, ce qui donne plus de moyens aux petites écoles et plus de possibilités dans les investissements. »

La mutualisation des moyens, la gestion commune dans les transports scolaires et les achats groupés sont indéniablement des avantages. « Mais on peur du changement, on craint de n’être plus maître chez soi, et le sujet qui touche les enfants reste toujours sensible. D’ailleurs, la compétence scolaire est un point qui a certainement contribué à l’échec de la fusion d’une grande intercommunalité ».

Côté cuisine, les repas servis à la cantine sont élaborés avec l’aide d’une diététicienne, Anne-Elisabeth Migeon. Antoine Bordas précise : « C’est plus un travail qualitatif qu’une étude dans  la diversité des repas. Et il y aura moins d’expérimentation. Nous avons fait un essai de repas bio. Les betteraves rouges sont revenues à 98 % ! Les enfants ne sont pas prêts pour le goût du bio, même si les épinards passent bien ici et pas à la maison. Mais ce que nous voulons d’abord, c’est que les enfants mangent ! La cantine est souvent pour eux le seul véritable repas la journée »

Et côté cuisine, Dominique Cia, responsable de la cuisine centrale, en connaît un rayon. Il le montrera prochainement, lors de la semaine du goût qui va être organisée par les cuisiniers.

Bernard Maingot  

20100903 sortie ecole ste sophie 5059-blSortie de classe à l’école Sainte-Sophie.  

20100903 sortie ecole ste sophie 5078 blLa sécurité des piétons aux abords scolaires : depuis l’ouverture du parking boulevard Joseph-Lair, il faut être très attentif pour traverser à cet endroit. Le commentaire d’un piéton : «  Il faut être téméraire car ici c’est un véritable chassé-croisé pendant 15 minutes, entre les voitures qui descendent ou qui remontent le boulevard et celles qui entrent ou qui sortent du parking. Il aurait fallu une entrée et une sortie différentes pour pénétrer et sortir. C’est dommage d’avoir raté ça mais c’est un peu tard pour rectifier maintenant que tout est fini ! »

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 13:00

Rédigé le mardi 31 août 2010 – Billet 2034 

Les articles sur l'enseignement sont ICI

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

800 scolaires rentrent demain

en primaire et maternelle

RENTRÉE 2010 La rentrée scolaire du jeudi 2 septembre est l’occasion de faire le point avec Jérôme Trinquier, directeur général des services à la mairie.

» Bernard MAINGOT.   

20100831 expo pedibus gambetta 042010Les parents de l’école Gambetta avaient fait venir l’exposition « Car à pattes » en avril dernier, pour sensibiliser tous les partenaires du projet « Pédibus ».

 « La prochaine rentrée devrait voir des effectifs stables, avec environ 800 élèves, répartis entre les écoles primaires Joseph-Lair et Gambetta, les maternelles Régnault et du Manoir et l’école Sainte-Sophie », commente Jérôme Trinquier, directeur général des services à la mairie. On en saura évidemment beaucoup plus le jour de la rentrée, quand l’inspecteur d’Académie procédera au comptage des élèves entrant en classe jeudi 2 septembre. Un système qualifié d’injuste par les parents, car il ne tient pas comptes des malades ou des absents, mais qui sert pourtant à déterminer le seuil de fermeture des classes. Déjà, une classe est fermée à l’école Joseph-Lair... Des mouvements ont lieu parmi les enseignants : 11 nouveaux professeurs vont faire leur rentrée  le 1er septembre dans les quatre écoles publiques. (3 à Gambetta, 2 au Manoir, 6 à Joseph-Lair)

Vers une seule école primaire ?

L’école Gambetta voit sa directrice partir en retraite. Françoise Delpin devrait être remplacée par son collègue Olivier Bonnet, dont la nomination sera effective cette semaine. Cependant, il n’aura pas le titre de directeur, dans l’hypothèse d’une fusion des écoles Gambetta et Joseph-Lair, un projet en cours à l’Éducation nationale, évitant ainsi d’avoir à le reclasser ensuite… Si les sept classes de l’école Gambetta rejoignent les dix classes de l’école Joseph-Lair, les bâtiments, appartenant à la ville, deviendraient ainsi disponibles pour une autre utilisation. Occasion de mettre à l’étude la réhabilitation des locaux pour les mettre aux normes (pas de classes en rez-de-chaussée et pas d’accès handicapés en étage). Certains imaginent déjà une Maison des associations que beaucoup espèrent…

Les gros travaux en fin d’année

Le programme des travaux dans les écoles a été réduit, les élus voulant plus se concentrer sur ce point en fin d’année. Les vacances scolaires ont cependant permis d’acquérir du mobilier et matériel scolaire pour 10 000 euros. Le conseil municipal du 16 septembre devrait notamment évoquer des travaux plus « lourds » pour un montant de 80 000 euros.

L’équipement informatique s’est augmenté de 11 postes pour les écoles Gambetta (6 postes) et Joseph-Lair (5 postes). L’informatisation de la cuisine centrale, où trois personnes employées en permanence depuis 2008 préparent 450 à 500 repas par jour, a également été actualisée. Conformément à un amendement du Sénat de fin juillet, les menus sont élaborés avec l’aide d’une diététicienne, Anne-Elisabeth Migeon.

Le projet Pédibus

La prochaine rentrée devrait voir avancer la mise en place du projet « Pédibus » à l’école Gambetta. Ce projet, sur lequel les élus travaillent depuis un an, verra des parents prendre en charge les enfants pour les accompagner à l’école, évitant de prendre un véhicule pour un court déplacement. Une façon écolo et ludique de se rendre à l'école. Une enquête avait été faite à la fin de la dernière année scolaire sur les modes de déplacement. « Un appel aux parents va être fait, qui permettra d’ajuster les circuits et les temps en fonction du nombre de bénévoles volontaires », précise Jérôme Trinquier.

Un conseil municipal des jeunes

Le maire, Paul-Henri Denieuil, désireux de développer « une politique de jeunesse et de citoyenneté », souhaite mettre en place une « implication enfance-jeunesse au-delà de l’année scolaire ». Il devrait présenter deux projets, au prochain conseil municipal du 16 septembre. Le premier est à l’étude depuis un certain temps, avec la mise en place du conseil municipal des jeunes. Le deuxième est le « Pass loisirs », qui permettrait à des enfants de certaines classes de primaire de bénéficier d’une carte pour aller à des spectacles, des rencontres sportives ou acheter des livres en librairie. Dans le prolongement de cette idée, la ville devrait également mener prochainement  une campagne de communication sur la propreté, « pour faire prendre conscience des comportements répréhensibles », a conclu Jérôme Trinquier.

Bernard Maingot

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 06:00

Mardi 8 juin 2010 – Billet 1890 » Photos ©Bernard Maingot

Mea culpa : cet article est publié avec retard, car resté dans mes brouillons enregistrés...

Je ne dirai donc pas : "Tout vient à point pour qui sait attendre"

BIGNAY

Les mérites récompensés

Alain Mège vogue en Palmes

ÉDUCATION NATIONALE Vendredi 4 juin, à Bignay, Alain Mège, professeur des écoles hors classe retraité a reçu les Palmes académiques.

20100604 palmes alain mege 01-blJean Combes épingle la décoration des Palmes académiques à Alain Mège 

20100604 palmes alain mege 07-blAlain Mège était bien entouré, vendredi 4 juin à 18 h 30, à la salle du Foyer rural de Bignay lorsque Jean Combes, ancien inspecteur de l’Éducation nationale, lui a remis les Palmes académiques.

Autour de lui, sa famille, Bernadette Vié, inspecteur de l’Education nationale pour la circonscription de Saint-Jean-d’Angély ainsi que de nombreux délégués départementaux de l’Education nationale et  anciens collègues professeurs des écoles, Catherine Quéré, députée, Alain Galteau, conseiller général, chargé des affaires scolaires au département, Joël Touzet, maire de Bignay et cousin du récipiendaire, des amis et des représentants du rugby angérien …

20100604 palmes alain mege 3293-blAlain Mège, récipiendaire, et Joël Touzet, maire de Bignay, sont cousins. 

Une vie bien remplie

« Cette distinction de la République reconnaît tes mérites et je suis fier d’être un descendant des Mège », a dit Joël Touzet dans une élogieuse allocution retraçant la vie d’Alain Mège. « Et mon père - présent dans la salle - me disait de prendre modèle sur ce cousin qui était brillant dans ses études. » Joël Touzet, un tantinet taquin, rappelle sur ce cousin qu’il enviait un peu « qu’Alain Mège était à Bignay major de sa classe, d’autant qu’elle était composée … de quatre élèves. »

A dix ans, Alain Mège quitte Bignay pour le collège à Matha, passe son BEPC à 14 ans et intègre ensuite l’Ecole Normale de La Rochelle après avoir passé le concours d’entrée où il est le plus jeune. « Savez-vous le surnom qu’il avait à l’époque ? » demande Joël Touzet à la salle qui répond en chœur « Bignay ! »

20100604 palmes alain mege 11-blJean Combes, Catherine Quéré, Alain galteau et Bernadette Vié. 

20100604 palmes alain mege 08-blAlain Mège s’établit à Bignay et occupe des postes d’instituteur à Grandjean, Matha, Lussant (sept ans) et Tonnay-Boutonne où il enseignera durant 14 ans.

Mais il est allé aussi en Afrique, où il a effectué son service national comme volontaire en Côte-d’Ivoire où il enseigne les mathématiques.

 En fin de carrière, il y retournera en 1997, au titre d’un contrat de coopération de six ans à Libreville, capitale du Gabon, puis continuera deux ans à Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso, au titre d’un contrat de résident, où il terminera sa carrière pour prendre sa retraite en septembre 2005.

 

Très attaché à Bignay, il a publié l’an dernier un ouvrage de mémoire réalisé avec sa femme Fanny « Bignay, Images d’autrefois » (Editions Le Passages des Heures à Saint-Savinien).    

20100604 palmes alain mege 24 fanny 24-blAlain Mège s’est aussi investi dans la municipalité de Bignay, où il a été adjoint au maire de 1987 à 1997. Et Joël Touzet de rappeler, entre autres réalisations, qu’Alain Mège a permis aux circuits de randonnée de voir le jour sur la commune. Il veille au maintien de l’école publique communale, laquelle compte 45 élèves.

Il a également été sapeur-pompier volontaire à Tonnay-Boutonne, de 1976 à 1996, où il termine avec le grade d’adjudant-chef, titulaire de la Médaille d’argent.

Ses activités sont alors multiples : il organise aussi des camps de vélo pour les jeunes, dirige le centre de loisirs de Tonnay-Boutonne, joue au rugby au Raca (son fils Wilfrid joue Rugby Athlétic Club Angérien) dont il portait ce vendredi la cravate en tant que membre du club, participe au comité de jumelage AAJC Togo entre Saint-Jean-d’Angély et Koumondè, effectue un pèlerinage en vélo à Saint-Jacques de Compostelle…

 

Joël Touzet a résumé ainsi les qualités d’Alain Mège : « volonté, courage et dynamisme » et a conclu : « Conserve ta vitalité. Surtout ne change pas ».

20100604 palmes alain mege 09 bernadette viet-blBernadette Vié, inspecteur de l'Education nationale pour la circonscription de Saint-Jean-d'Angély, a remplacé Paul Pimienta à la rentrée 2009. 

Jean Combes, après avoir honoré le parcours d’Alain Mège, a également rendu hommage à l’école rurale « le socle de la République, l’ambition de la qualité » et à l’Ecole Normale « qui avait un rôle essentiel. Les IUFM (institut universitaire de formation des maîtres) n’ont pas eu la réussite des écoles normales, où les familles modestes pouvaient avoir une carrière dans et hors de l’Éducation. La réalité n’est pas en ville et je rends hommage à ceux œuvrent pour l’école primaire. J’ai confiance dans l’avenir. »

20100604 palmes alain mege 17 cathy-rullaud g-large-blCathy Rullaud, directrice école de Tonnay-Boutonne, Ginette Large (Belle-maman d'Alain) et Alain Mège, toujours au service... des autres.

Les Palmes académiques

20100604 palmes alain mege 3284-blJean Combes, ancien inspecteur de l’Éducation nationale en écoles primaires, a rappelé l’histoire des Palmes académiques.

Napoléon 1er créa en 1808 un titre honorifique pour honorer les membres éminents de l’Université.

Ce n'est qu'en 1866 que les Palmes académiques deviennent à proprement parler une décoration.

Enfin, les Palmes académiques prennent leur physionomie actuelle, instituée en 1955 par le président du Conseil Edgar Faure, sous  la forme d'un ordre à trois grades : Chevalier, Officier et Commandeur (grade créé en 1955).

Il s'agit de la plus ancienne des distinctions décernées uniquement à titre civil.   

20100604 palmes alain mege 21-blAujourd'hui, cette distinction honore certains membres de la communauté éducative, enseignants ou non.

Les modalités de son attribution ont été étendues, en 1866, à des personnes non enseignantes ayant rendu des services éminents à l’Éducation nationale.

Elle peut également être accordée aux étrangers, et aux Français résidant à l'étranger, contribuant activement à l'expansion de la culture française dans le monde.

 

Les promotions et nominations sont prises par décret du Premier ministre sur proposition du ministre de l'Éducation nationale.

    

Le CV d’Alain Mège

1955 - 1960 : École élémentaire (Classe unique Bignay)

1960 - 1965 : CEG  de Matha - BEPC en 1964

1965 - 1969 : École Normale d’Instituteurs - La Rochelle -  Bac D 1969

1969 - 1971 : Formation au métier d’instituteur

1971 - 1972 : Premier poste à Saint-Hilaire-de-Villefranche (CM 2)

                   CAP en novembre 1971

1972 - 1974 : Volontaire au Service National en Côte d’Ivoire à Bouaflé

                   Professeur de mathématiques classes de 6e et 5e

1974 - 1975 : Ecole de Grandjean  SE  CP  CE1  CE2

1975 - 1976 : Ecole de Matha  CP  CE1

1976 - 1983 : Ecole de Lussant  CE CM  puis CP

1983 - 1997 : Ecole de Tonnay-Boutonne  CE  puis CM1

1997 - 2003 (1) : Contrat Coopération à Libreville au Gabon  CM1

2003 - 2005 : Contrat Résident à Bobo Dioulasso au Burkina Faso CM1 CM2

1er septembre 2005 : Retraité avec le grade de professeur des écoles hors classe

 

Extrascolaire

1976 – 1996 : Sapeur-pompier au Centre de Secours de Tonnay-Boutonne, grade

                     Adjudant-chef – titulaire de la Médaille d’Argent - Moniteur de secourisme

1983 – 1997 : Responsable USEP (Union sportive école publique) du canton de Tonnay-Boutonne

1974 à 1982 : Directeur du Centre de loisirs de Tonnay-Boutonne

1993 à 1997 : Organisation de cinq camps vélo de dix jours à travers le département pour

                   les jeunes de 10 à 14 ans

Actuellement : Membre actif de l’AAJC Togo qui vient en aide à Koumondè, ville

                   jumelée avec Saint-Jean-d’Angély

Divers

 - A été conseiller municipal et adjoint au maire de Bignay de 1987 à 1997

- A été joueur de rugby au RACA à Saint-Jean-d’Angély

- A fait Bignay/Saint-Jacques de Compostelle à vélo en septembre 1977 (2 759 km)

- A fait Bignay/ le Puy-en Velay à vélo en septembre 2009 (1 663 km)

 

(1) Pendant son séjour (de 1997 à 2003) à l’école française des Charbonnages  de  Libreville, Alain Mège a, entre autres, en dehors de ses heures de travail : 

- Construit dans la cour de l’école,  un parcours de jeu de billes en béton

Transformé un mur existant en mur d’escalade

Réalisé  un cadran solaire en béton

Construit  un jeu africain (awalé) en béton

Sur le mur d’escalade une plaque a été apposée portant la date, le nom du directeur et d’Alain Mège. 

Il  participe  financièrement à la scolarisation de deux enfants de  Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) dont le père était gardien chez lui durant son séjour.  20100604 palmes alain mege 19-bl

20100604 palmes alain mege 18-bl                        

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 17:01

Mercredi 9 juin 2010 – Billet 1864

BRIZAMBOURG

Les scolaires de Brizambourg

vont découvrir Paris

CLASSE DÉCOUVERTE Les 19 élèves de CM1/CM2 de l’école Yves-Bray de Brizambourg  partent  en classe découverte à Paris, du lundi 14 au vendredi 18 juin 2010

Ce séjour est organisé par leur enseignante, Florence Bouju. Trois parents d’élèves participent à l’encadrement (Mmes Barreau, Flannery et Guillory). La découverte de la capitale  est un temps fort  du projet pédagogique mené par la classe tout au long de l’année scolaire sur le thème principal de « L’Histoire des Arts ». Durant leur périple parisien, les élèves vont notamment découvrir, grâce à un programme riche et varié, les différents monuments de la ville au cours d’une croisière sur la Seine, les musées Rodin, d’Orsay, du Louvre, du Moyen Âge, le Centre Pompidou, la Tour Eiffel, la Cathédrale Notre-Dame de Paris  mais également visiter différents quartiers tels que Montmartre, les Champs Elysées ou encore les Grands boulevards. Maintenant, les enfants attendent avec impatience de monter dans le TGV lundi matin à Surgères !

Contact : Florence Bouju - Ecole Yves-Bray 17770 Brizambourg – 05 46 95 93 88

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Enseignement Formation
commenter cet article