Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 19:08

Mercredi 17 novembre 2010 – Billet 2225

FONTENET ( CANTON DE SAINT-JEAN-D’ANGÉLY)

Prison départementale

Fontenet, un dossier en béton 

PRISON DÉPARTEMENTALE Pascal Sagy défend le dossier d’une prison départementale à Fontenet.  

20101117_Fontenet_pascal_sagy-bl.jpgPascal Sagy, adjoint au maire de Fontenet, défend le projet de prison départementale sur l’ancien camp américain (propriété du conseil général de la Charente-Maritime).

À Fontenet, la municipalité est très attentive au projet de futur centre pénitentiaire départemental de 600 places porté par le maire angérien Paul-Henri Denieuil. Mais si, comme Dominique Bussereau, président du conseil général de Charente-Maritime, bon nombre d’élus pensent que le site de Fontenet est le plus pertinent pour l’accueillir, rien n’est joué...

Pascal Sagy, premier adjoint au maire de Fontenet, « respecte les trois autres dossiers » (Saintes, La Rochelle et Tonnay-Boutonne) mais reste convaincu qu’un choix objectif tenant compte des critères d’aménagement du territoire, du cahier des charges d’une prison moderne et de la qualité des terrains disponibles, ne peut être qu’en faveur de l’ancienne base américaine.

Rééquilibrer l’arrière-pays

« Fontenet reflète parfaitement la situation de l’arrondissement angérien. Depuis le départ de l’armée américaine à la fin des années soixante, la commune a perdu un tiers de ses habitants. Ses commerces et ses services ont fermé les uns après les autres. Entre 2 500 et 3 000 personnes œuvraient sur le camp et rien n’a été proposé pour compenser cette perte. Les décennies suivantes ont vu le déclin de la filière bois sur le canton angérien et la perte de centaines d’emplois. Là encore, nous avons été oubliés », déclare l’adjoint au maire, qui met en garde contre la tentation du tout-à-La-Rochelle : « Ce serait un bien mauvais signal, car il montrerait que le littoral n’est en rien solidaire de l’arrière-pays et du secteur qui souffre le plus, la Saintonge Nord. Dans ce dossier, on devrait parler davantage de rééquilibre et moins de défense corporatiste. Alors que Saintes, Jonzac, Rochefort et La Rochelle connaissent une augmentation démographique et économique, c’est tout le contraire qui se produit sur notre territoire où le déséquilibre s’accentue. Si l’on veut réellement faire de l’aménagement du territoire et restaurer une certaine équité, il faut un projet fort sur notre arrondissement ».

Un projet bien centré et facile d'accès 

A égale distance des principales villes de la région, notamment de celles où sont implantés les tribunaux, le projet Fontenet-Saint-Jean-d’Angély semble le plus cohérent. En outre, il permettrait de maintenir la cour d’Assises à Saintes. Pascal Sagy rappelle que le facteur distance-temps est important dans ce dossier. Et de constater qu’à certaines heures, l’agglomération rochelaise vit dans un quasi-embouteillage, ce qui ne facilitera pas les allées et venues des magistrats, les déplacements du personnel et moins encore les transferts de détenus. « Le site de Fontenet est facile d’accès et la route qui le relie à la D 939 permet le croisement de deux porte-chars ! Et si cela ne suffisait pas, un projet de desserte, reconnu d’utilité publique, est dans les cartons » précise l’élu de Fontenet qui ajoute que « Saint-Jean-d’Angély est très bien desservie par son réseau routier et de transport et le sera davantage dans le futur avec la construction d’une nouvelle rocade et l’arrivée du TGV ».

Le plus de cette candidature, c’est bien sûr le foncier. Celui-ci ne nécessite aucune acquisition car il est propriété du conseil général. « Et contrairement aux sites concurrents, ce ne sont pas des terres agricoles mais des terrains vagues et des friches, récemment dépollués, qui pourront être réutilisés » rappelle Pascal Sagy. Quant aux prétendus souterrains et bombes qui pourraient s’y trouver, cela relève de la fable pour l’adjoint au maire qui précise que si les bombardements des 31 décembre 1943 et du 27 mars 1944 ont touché la partie sud-ouest du camp ainsi que les villages de la Crochette et de la Combe, et qu’ils ont épargné l’emprise foncière réservée pour ce projet.

Un foncier abordable

Autre atout d’importance, le foncier est beaucoup plus abordable dans l’arrondissement angérien qu’autour de La Rochelle. Cela permettrait aux familles des personnels de s’installer plus aisément. Or, depuis des années, La Rochelle peine à trouver des terrains pour construire des logements sociaux et elle est insuffisamment pourvue de logements. Dans le même temps, à Saint-Jean-d’Angély et dans les communes environnantes, on dénombre près de 600 logements disponibles, en location ou en accession à la propriété.

Enfin, en ce qui concerne la sûreté, Saint-Jean-d’Angély est le centre de l’organisation de la sécurité de l’arrondissement. Et l’actuelle construction de la nouvelle caserne, à seulement sept kilomètres de Fontenet, garantit la présence d’une compagnie de Gendarmerie sur son territoire.  20101025 camp fontenet 046 ad-bl

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Fontenet
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 01:52

ASSOCIATION "CAMP DE FONTENET ENVIRONNEMENT"

Une inquiétante extension

Les élus et la population de Fontenet se mobilisent contre le projet d’extension de la Soditer-Saur qui souhaite collecter les boues des stations d’épuration de la Vendée à la Gironde et faire ainsi de son site un grand centre de compostage d’une région élargie de Bordeaux à Nantes. La 11e assemblée générale de Camp de Fontenet Environnement a évoqué la question le 7 mai. 

Les aires de stockage des composts avec écoulement des lixiviats.

En présence de Michel Villain, maire de Fontenet, de Nathalie Mercier et de Pascal Sagy, adjoints, de Hubert Mathieu, conseiller municipal, et d’élus du canton qui s’étaient déplacés en nombre, la 11e assemblée générale de l’association "Camp de Fontenet Environnement" a eu lieu jeudi 7 mai dans la salle des fêtes de Fontenet. Environ 100 personnes étaient présentes, venues soutenir la cause défendue par l’association, pour l’environnement, pour les habitants de Fontenet et des communes riveraines.

Les élus en soutien

En début de séance, le président Alain Danthonny a remercié de leur présence et de leur soutien le conseiller général Jean-Yves Martin, les maires et le président de la CDC de Saint-Jean-d’Angély, messieurs Aymard, Guillon, Muzereau et Forgeard, ainsi que M. Rulland, président de la CDC de Saint-Hilaire-de-Villefranche, M. Escloupier, maire d’Aumagne, s’étant excusé.

Le déroulement de l’ordre du jour a été un peu bousculé pour permettre à Françoise Mesnard, vice-présidente de la région Poitou-Charentes, et à Catherine Quéré, députée, ayant d’autres réunions le même soir, de venir participer au débat concernant l’avenir de l’ex-camp de Fontenet. Ainsi, les votes du budget et du nouveau conseil d’administration ont été réalisés pratiquement en fin de séance. Le conseil d’administration et le bureau sont reconduits pour un an (voir en fin d’article).

Signaler les pollutions

Après qu’Alain Danthonny ait rappelé la problématique récurrente de la plate-forme de compostage de boues Soditer appartenant à la société Saur et de son projet d’extension, Françoise Mesnard a exprimé sa vive opposition, mentionnant qu’au départ la ville de Saint-Jean-d’Angély s’était opposée à l’implantation de la Soditer, d’autant que « les élus angériens avaient fait le choix de construire une station d’épuration sur des normes européennes ne nécessitant pas de traitement des boues produites ». Elle demande d’autre part, suite aux pollutions constatées dans les eaux du Pontreau, « que la population de Fontenet signale ces anomalies, soit à l’association Camp de Fontenet environnement ou à la mairie de Fontenet pour transmettre l’information à la police de l’eau. »

« Pourquoi devrions-nous traiter les déchets des autres et accepter des nuisances que personne ne veut ? » a enchaîné le président. 

Bassin de rétention pour les jus noirs (lixiviats).

Les nuisances se répètent

Actuellement les boues traitées par la Saur à Fontenet proviennent de la CDA de La Rochelle et de l’Ile de Ré (17 000 tonnes de boues résiduaires). Les nuisances olfactives qui avaient diminué en 2007 suite à l’installation de filtres biologiques, sont réapparues en 2008 et début 2009. Une plainte auprès du procureur à été déposée par l’association. Par ailleurs, il semblerait que les aires de stockages ne soient pas strictement étanches et contiendraient difficilement les débordements de lixiviats (jus noir s écoulant sur les aires).

Jean-Yves Martin demande pourquoi « il faudrait accepter qu’une entreprise, qui actuellement continue à polluer, augmente  sa zone de chalandise au-delà des 8O km, de la Vendée jusqu’à la Gironde, multipliant ainsi par 2,5 son activité et par conséquence  les nuisances. Cette limite  avait été imposée par arrêté préfectoral en 2004. Il faut qu’elle soit maintenue. »

Projet d’extension refusé

Alain Danthonny, présent lors de la réunion du CODERST (Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques) le 19 mars à La Rochelle, explique que « la demande d’extension au delà de 80 km avait été refusée par les membres de la commission présidée par le sous-préfet de Saint-Jean-d’’Angély. Mais cela ne représente qu’une demi victoire. »

En effet, la Saur, à la demande du Coderst le 19 mars, doit réaliser une étude pour de nouveaux travaux (traitement des lixiviats et mise en place d’un nouveau procédé de réalisation de compost). « Souhaitons que cette étude complémentaire et la réalisation des travaux de mise en conformité ne soit pas un prétexte pour une nouvelle demande d’extension auprès des services préfectoraux lors d’une très prochaine réunion, ajoute le président. M. Tanguy, directeur régional  Sud Ouest à la Saur, responsable du site Soditer, a confirmé à l’AG que les travaux s’étaleraient sur trois ans. Une telle extension, dévaloriserait définitivement le site de l’ex-camp militaire et le village de Fontenet. L’implantation de nouvelles activités sur le site serait largement compromise. Les retombées négatives sur le futur circuit de moto, projet porté par Francis Forgeard et la CDC de Saint-Jean-d’Angély, empêcheraient  toute réussite économique et culturelle. » 

Stockage des composts et écoulement des lixiviats.

Le Pôle mécanique deux roues

Pour ce qui concerne ce circuit de moto, des habitants de Fontenet ont émis des craintes concernant le bruit, celui-ci devant se réaliser sur un terrain appartenant à la CDC situé sur le camp. Alain Danthonny explique que le commissaire-enquêteur a recommandé  des mesures complémentaires pour la protection contre les nuisances sonores. Concernant ces nuisances, Camp de Fontenet Environnement avait adressée lors de l’enquête publique un courrier au commissaire.

Catherine Quéré, très à l’écoute, a fait part de nos doléances auprès du président du Conseil général et de Henri Masse, préfet de Charente Maritime.

« Souhaitons qu’il entende les voix de tous les maires de la CDC de Saint-Jean-d’Angély, du président de la CDC de Saint-Hilaire-de-Villefranche, de notre conseiller général, de notre conseillère régionale, du maire de Fontenet et de ses conseillers municipaux et de toutes les personnes adhérentes ou non adhérentes de notre association qui demandent à ce que le périmètre d’activité de la plate-forme de compostage Soditer soit définitivement limité à 80 km et que cette usine finalise ses travaux de mise en conformité. Un compromis pourra alors s’établir et  comme nous le souhaitons, d’autres entreprises pourront s’installer sur le camp, conciliant développement et environnement. C’est tout le canton qui serait bénéficiaire», a conclu le président Danthonny.

D’autres projets sont attendus

« Les projets ne manquent pas, renchérit-il. Des représentants des Ailes Angériennes ont fait part de  leur souhait de créer une piste d’envol pour avions ultra légers (ULM) avec un atelier de construction mécanique et de maintenance.  Un autre projet d’implantation de stockage et de conditionnement  de céréales biologiques a également été évoqué, ainsi qu’un projet de construction de panneaux solaires. » 

Toutes les personnes présentes se sont ensuite retrouvées pour un pot de l’amitié qui a clôturé cette onzième assemblée générale.

  

Le nouveau conseil d’administration

Président : Alain Danthonny ; vice-président : Jean-Pierre Plichard ; secrétaire : Catherine Estéban ; trésorier : Gérome Brisset ; trésorière-adjointe : Michèle Aucher.

  

Boues sèches et boues humides

Les boues humides qui arrivent à Fontenet contiennent en moyenne 20% de matières sèches organiques et minérales (soit 1/5 du tonnage ). Les 4/5e restants correspondent à de l'eau.

La Soditer, par arrêté préfectoral modifié en 2004, à l'autorisation de traiter un maximum de 8 000 tonnes de matières sèches, ce qui correspond donc à un tonnage de 40 000 tonnes de boues humides (5 fois 8 000 tonnes). L'entreprise traite actuellement 17 000 tonnes de boues humides.

Le premier arrêté (1997) préfectoral n'autorisait que  8 000 tonnes de boues (humides) soit 1 600 tonnes de matières sèches.

Ce n'est qu'en 2004 que les services préfectoraux ont modifié de la manière suivante : "8 000 tonnes de matières sèches contenues dans les boues" à la place de " 8 000 tonnes de boues". Grâce à cette  modification, la Soditer a eu l'autorisation de traiter cinq fois plus de boues humides.

« Nous avions demandé à l'époque qu'une nouvelle enquête publique soit réalisée, ce qui est resté sans suite », a rappelé le président Danthonny.

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Fontenet
commenter cet article
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 00:11

FONTENET - COLLECTE ET TRAITEMENT DES BOUES

Le conseil municipal reste ferme sur le dossier Soditer-Saur

Jeudi 19 mars, au siège de la DDASS, le Coderts (conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques) a examiné le dossier concernant la Soditer-Saur, laquelle veut étendre son rayon d’action pour le ramassage des boues à plus de 80 km, et donné une réponse en demi-teinte à la demande de modification des arrêtés préfectoraux. 

Sa maîtrise du dossier en faisant le candidat idéal, c'est Alain Danthonny, conseiller municipal et président de "Camp de Fontenet Environnement", qui a été désigné par le maire Michel Villain pour représenter la commune de Fontenet. Face aux deux contradicteurs diligentés par la Saur, il a rappelé à la commission les années de mobilisation pour contraindre la Soditer-Saur à respecter son cahier des charges et à se mettre aux normes. Alain Danthonny a insisté sur le fait que la suppression de l’arrêté de limitation du périmètre d’activité ne pouvait qu’entraîner des nuisances supplémentaires et une dévalorisation du site. Rappelons que la Soditer-Saur n'envisage ni plus ni moins que d'étendre sa zone de collecte aux départements de Charente, Deux-Sèvres, Vendée et Gironde et ainsi multiplier par 2,5 son activité.

Au vu des nuisances actuelles, dûment répertoriées (41 en 2008, 11 depuis le début de l'année) et ayant fait l'objet d'un dépôt de plainte, il y a fort à craindre que celles-ci soient multipliées. Mais d'autres cas de pollution inquiètent également les riverains, comme celles constatées à La Richardière (commune de Varaize). Là, les eaux en provenance du camp s'écoulent dans le ruisseau du Pontreau. Celui-ci serait à maintes reprises devenu d'un noir opaque, dégageant une odeur pestilentielle, avant de se déverser dans la Nie (rivière de première catégorie).

Le représentant de Fontenet a également fait part des craintes du conseil municipal et des habitants concernant de nouvelles retombées négatives pour la commune et pour le développement de sa zone d’activités, en particulier le projet de pôle mécanique deux-roues, labellisé pôle d’excellence rurale, porté par Francis Forgeard-Grignon, président de la Communauté de communes de Saint-Jean-d'Angély.

Ajournée mais pas rejetée

À l'issue de la délibération, le jury ne s'est prononcé ni pour ni contre, se contentant d'ajourner la demande de la Soditer-Saur.

Ajournée ne voulant pas dire rejetée, cette décision ne satisfait personne et laisse craindre que les deux parties ne confrontent de nouveau leurs arguments dans un proche avenir.

« Fontenet aurait-elle vocation à devenir la poubelle d'une région élargie ? » Selon Pascal Sagy, premier adjoint au maire, « la question mérite d'être posée ». Et il l'avait d'ailleurs posée en octobre dernier à Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux Transports et président du Conseil général, qui l'avait assuré que l'ancien camp américain méritait « d'être développé et valorisé ».

Avec le soutien de Françoise Mesnard, vice-présidente du Conseil régional Poitou-Charentes, de Jean-Yves Martin, conseiller général et de Paul-Henri Denieuil, président du Pays des Vals de Saintonge et maire de Saint-Jean-d'Angély, le conseil municipal mené par Michel Villain est bien décidé à poursuivre la mobilisation de tous les habitants de Fontenet, de l'ensemble des élus et des citoyens, pour exprimer une ferme opposition à ce que l'arrêté de périmètre d'activité soit supprimé et à toute éventuelle extension de la Soditer-Saur.

 

Contact : Mairie de Fontenet 2, rue du Four - 17400 Fontenet Tél. 05 46 26 32 91 fontenet@mairie17.com

 

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Fontenet
commenter cet article
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 23:25

 

   SOLIDARITE TELETHON

Un Tour de France moto

 

Le Téléthon se déroulera dans toute la France les 5 et 6 décembre prochains. À cette occasion, Aventure Moto Détente et des milliers d'autres motards effectueront un tour de France par relais.


Le Téléthon, ce marathon exceptionnel de 30 heures sur France 2 et France 3 mobilisera encore près de six millions de personnes dans  toute la France à travers 22 000 animations ludiques et festives. 
Constatant que nous pouvons tous être concernés par la maladie et que nous pouvons tous lutter contre la maladie, les motards ont décidé de se mobiliser en proposant un challenge ambitieux : un Tour de France en moins de 24 heures.

Ce grand élan solidaire a d'abord consisté à rassembler en très peu de temps un maximum de motards pour organiser et accompagner chaque étape, voire au-delà, et relier les villes ou seront organisées des manifestations par les partenaires du Téléthon. 

Grâce à Internet, l'information s'est rapidement répandue sur les forums et au sein des moto-clubs. Immédiatement, une organisation efficace s'est mise en œuvre.


25 départements

L'objectif est de traverser 25 départements, soit une boucle de 2574 km. Pascal Sagy, le président d'"Aventure Moto Détente" précise que « compte tenu du temps imparti et afin de respecter les règles du Code de la route, il sera effectué deux demi-boucles au départ d'Agen, en Lot-et-Garonne. La première par l'ouest et la seconde par l'est. La jonction interviendra à Vaux-le-Pénil, situé à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Paris, en Seine-et-Marne ».

L'initiateur de ce mouvement, le moto-club "A Vaux Motos 77", formera deux équipages qui effectueront les deux demi-boucles en totalité. Plus d'une cinquantaine de moto-clubs sont d'ores et déjà partenaires de cette opération. L'association de Fontenet, "Aventure 
Moto Détente" se joindra à ce challenge lors du relais Saintes – La Roche-sur-Yon.

 

Pascal Sagy, Emmanuel Blanchard et Dominique Bourasseau sont prêts pour un nouveau challenge.


Saintes, ville-étape

En provenance de Bordeaux, le Tour de France des motards fera étape au Bowling de Saintes, vendredi 5 décembre. C'est là, dès 23 h, que les membres d'Aventure Moto Détente, renforcés par ceux d'Esprit Moto 17, du Moto-Club Rochelais et de la FFMC 17, prendront le flambeau pour relier les villes de Rochefort, La Rochelle (pause à minuit au siège du MC Rochelais "Café des Rosiers", boulevard André-Sautel) pour une arrivée vers 1 h 30 à La Roche-sur-Yon. Là, les Vendéens prendront le relais.

 

Aventure Moto Détente se mobilisera pour le Téléthon le 5 décembre prochain.

 

Il n'est pas nécessaire d'être affilié à un moto-club pour participer à ce grand challenge du cœur, chacun pouvant accompagner le relais d'une ville à l'autre, sans obligation de l'accomplir dans son entier. Chaque participant est invité à contribuer en versant au minimum un euro symbolique dans une caisse, à laquelle s'ajouteront tous les dons et/ou promesses de dons que chaque moto-club aura récolté.


L'enjeu : remporter le combat contre la maladie. Celui-ci entame une ère nouvelle, celle des essais sur l’homme et des premières thérapies, concrétisations d’années de recherche grâce à la mobilisation des forces du Téléthon. En ligne de mire : des résultats, des traitements, qui, au-delà de ces malades et de ces maladies, feront progresser la médecine dans son ensemble et bénéficieront au plus grand nombre. Le Téléthon est le moyen de collecte quasi-exclusif de l'AFM. En y participant, chacun contribue de manière utile et efficace à la conduite des deux missions de l'association : aider et guérir. Alors, dès à présent, "Mobilisons-nous" !

 

Pour en savoir plus :

www.aventure-moto.net
www.avauxmotos.fr

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Fontenet
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 01:18

FONTENET

Le pôle mécanique, une chance pour Fontenet ?

 

Une réunion publique, ayant pour thème le projet d'implantation du pôle mécanique deux-roues des Vals de Saintonge, s'est tenue dans la salle municipale de Fontenet le lundi 29 septembre 2008.

 

» Pascal Sagy

 

Francis Forgeard-Grignon et Robert Rouquette ont présent le projet de pôle mécanique à Fontenet.

 

Celle-ci s'est déroulée notamment en présence de Robert Rouquette, sous-préfet de Saint-Jean-d'Angély et de Francis Forgeard-Grignon, président de la Communauté de communes de Saint-Jean-d'Angély et maître d'ouvrage, qui ont fait le point sur l’avancement du dossier.

Devant un public venu nombreux, M. Forgeard-Grignon a déclaré que ce projet était destiné à être un « support pédagogique actif », ouvrant à la formation,  à l'éducation et à la sécurité des jeunes utilisateurs de deux-roues motorisés. Un lieu où on pourrait dispenser des formations à la mécanique, au pilotage, des locations pour l'implantation d'entreprises et des services pour la sécurité routiére. Il a précisé que le tracé court (1754 m) et l'absence d'une importante ligne droite ne pouvaient convenir à une utilisation de ce circuit pour des compétitions. Il a également présenté à l'assistance  Jean-Claude Quétai, commissaire enquêteur, en charge de l'enquête publique qui sera menée jusqu'au 30 octobre 2008. Le dossier complet concernant le pôle mécanique est disponible pour consultation dès à présent dans les locaux de la CdC à Fossemagne ainsi qu'à la mairie de Fontenet.

Francis Forgeard-Grignon a ensuite évoqué les travaux réalisés, comme le concassage de l'ancienne piste d'aviation, ainsi que les études environnementales et techniques menées à terme. Le public a fait part de ses inquiétudes concernant d'éventuels problèmes de pollution sonore. Le président a dû précisé qu'une étude avait été réalisée et que toutes les mesures seraient prises pour contenir le bruit avec, notamment, l'édification d'un talus de terre entourant l'installation pour l'isoler phoniquement. Les travaux devraient donc débuter en avril 2009 pour un terme en décembre de la même année.

Aux questions du public concernant la rentabilité, la gestion du site et les emplois, Francis Forgeard-Grignon a répondu à la première qu'il était trop tôt pour avoir des chiffres, que trois options s'offraient à la seconde (régie CDC, gestion par une société d'économie mixte ou par un privé contractualisé), et que quatre postes temps plein devraient être créés (directeur, éducateurs sportifs...).

 

Et la déviation ?

 

Plusieurs personnes ont également rappelé la promesse de réalisation d'une voie de contournement pour les nombreux poids-lourds qui traversent quotidiennement et à vive allure le bourg de  Fontenet. Cette promesse de sécurisation du bourg avait été renouvelée lors de la précédente réunion publique concernant le pôle mécanique.

Cette déviation, qu'attendent les riverains depuis plusieurs décennies était sujette à l'implantation d'une activité supplémentaire sur la zone communautaire. Avec l'arrivée du pôle mécanique, ceux-ci s'estiment en droit d'être exaucés. Le sous-préfet a précisé que ce contournement restait d'actualité et que la décision de le réaliser appartenait au conseil général de la Charente-Maritime mais qu'il ne voyait pas de frein à sa réalisation. Certains élus ont par ailleurs manifesté leur inquiétude concernant le devenir de la réserve foncière d'une centaine d'hectares appartenant à ce même conseil général.

Certains craignent, dans le futur, l'arrivée sur ce site d'entreprises polluantes nécessitant un fort flux routier qui pourrait être facilité par une déviation. Le sous-préfet s'est de nouveau adressé au public pour déclarer que Fontenet avait assez souffert et qu'elle n'avait pas vocation à devenir la poubelle du département. Il a ensuite précisé qu'il serait contre-productif d'implanter à proximité du pôle mécanique des entreprises peu valorisantes. M. Rouquette a conclu en déclarant que ce projet était une chance pour Fontenet.

Le conseil municipal de Fontenet devrait très prochainement solliciter une entrevue avec M. Dominique Bussereau, secrétaire d’État chargé des Transports et président du conseil général de Charente-Maritime afin de préciser le devenir de sa réserve foncière et sa position concernant le projet de contournement du bourg.
Affaire à suivre…

 

Permanences à la CdC de M. Quétai, commissaire enquêteur : vendredi 10, de 8 h 30 à 12 h ; mardi 21 et jeudi 30 octobre, de 14 h à 17 h 30.
Consultation du dossier à la CdC et consignation de vos observations : du 29 septembre au 30 octobre, du lundi au jeudi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h 30 et le vendredi de 8 h 30 à 12 h.
Consultation du dossier à la mairie de Fontenet : aux horaires habituels d'ouverture.

 

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Fontenet
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 16:42


Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Fontenet
commenter cet article