Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 00:00

QUI RÉCLAME DE LA PUB ?

A bas la pub, c’est la réclame !

 

Oui, je sais, vous allés être privés de pub sur les chaînes de France-Télévisions à partir du 5 janvier 2009. Il y a même de la pub pour dire qu’il n’y aura plus de pub !
Eh ben, c’est… pas trop tôt !  Je n’ai pas dit que Patrick de Carolis s’est tiré lui-même une balle dans le pied. Je dis simplement : merci d’arrêter l’intox qui propose des vessies quand on veut des lanternes ! Ça devient quand même une petite Révolution…

Depuis le temps qu’on nous fait commencer les programmes à neuf heures moins cinq (j’ai le temps d’écrire un article, de sortir une énième fois le chien, de reprendre deux fois du chocolat noir et de faire une partie de cartes sur spider.exe après être allé aux toilettes, oh pardon !), j’ai envie de dire que j’ai… plus d’envie quand enfin ça commence !

Quand j’étais (encore plus) petit, les programmes – mais étaient-ils déjà en couleur ? - commençaient à moins vingt, après Jacqueline Huet, et on râlait déjà que ça traînait !  Bandes de lambins ! Cinq minutes de plus en moins à chaque fois !  Ça commençait à bien faire !

 

Faut dire qu’on était plus jeune et bien plus tolérant que maintenant. D’ailleurs on ne dégonflait que les vélos, car il n’y avait guère de voitures à brûler et d’ailleurs on n’avait pas d’allumettes ! On n’avait même pas de bombes de peinture pour tagguer les murs et on savait pas que ça existait parce que "Décomarché" n’existait pas encore…
La vie était rude et simple comme un jour sans SMS, sans car de ramassage scolaire et sans argent de poche pour acheter un MP3 (c’est quoi fiston ton MPN°… ?) .

Mais, comme certains d’entre vous sont télé-accro-tnt-parabolo-publi-dépendants (c’est compliqué je sais, mais ça vient de sortir dans le dico des psy) et que je ne pourrais supporter que vous en souffriez, je vous ai concocté un ramassis infect de pop-up qui nous arrivent plein écran, quand nous travaillons sur notre ordi aussi assidûment qu’un élève de sixième sur le théorème de Pythagore quand les carrés ne tournent plus rond.

 

Ça va ainsi nous rattraper de ce manque de pub qui va nous mettre aux abois en cette période de sevrage imprévue ! Je les conserve précieusement en souvenir de ces réclames qui ont fait se renverser par dessus (en deux mots) la table la Mère Denis (la pauvre exploitée !) qui l’avait (en un mot) plus blanc que je ne sais qui, lequel a ensuite lavé encore plus blanc à l’intérieur des nœuds. On n’arrête pas le progrès ! C’est merveilleux d’imbécillité et confondant de crédulité ! D'ailleurs, après le tabac et la pub, je passe l'année prochaine à la confiscation des... je vous dirai quoi le moment venu. 

 

Sur l’ordi, nous avons pourtant tous antivirus, antispam, antipop-up, antédiluvien, antisepsie, anticrise, antimoine, bref, on a tout contre tout, contre nous, envers et contre tous, et on reçoit quand même plein de trucs et de machins indésirables qui nous gavent pire qu’une oie avant Noël qui ferait de l’aérophagie en Périgord (on fait pas de pub et on parle pas des cèpes, d’accord ?).

Moi, chaque fois que je vais voir mes relevés de compte (relevé est un bien grand ou gros mot qui a toujours besoin d’être encore plus relevé en l’absence de stock-options), je ramasse plein de propositions de crédits. Des crédits ? C’est pas bête, car je n’avais sur mon relevé que des débits ! (là encore mon banquier m'a remis une carte de crédit qui ne fait que des débits...).

L’équilibre est ainsi rétabli, comme disait mon menuisier d’un ton complice et malicieux.

Bref, vous aurez tout ça après le cinq janvier. Ce sera avant que les sénateurs déblaient enfin tout ce grand bourrier non recyclable et à développement non durable de crédits revolving qui collent aux désirs de certains comme la Française des Jeux aux pouces des gratteurs impénitents.

Faut savoir être patient !

 

 

Le crédit revolving est dans les premiers rangs des causes de surendettement. Ici taux révisable de 19, 95 %b!(repro B. M.)

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Billet d'humeur
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 21:10

BILLET D’HUMEUR

Ce qui m’agace ? la surenchère ! 

La surenchère (verbale) inutile vous connaissez ? C’est, dans un exemple développé ci-dessous, l’expression « au jour d’aujourd’hui » dont chacun se gargarise à souhait. Cet extrait de bêtise humaine n’est pas un élixir de grammaire française, mais un écho logique à un monde rempli d’esbrouffe. Deux ans que j’avais envie d’en parler. C’est « aujourd’hui » l’occasion. 

» Bernard Maingot

 

Au jour d’aujourd’hui...  

Etant perfectionniste, amoureux des mots et défenseur de la langue française, je bondis chaque fois que j'entends ce pléonasme à la mode dans la bouche des journalistes, des politiques ou de toute personne en général s’exprimant en public, ce qui devrait rester un exemple pour les autres... Et ces mêmes "autres" renchérissent en employant à leur tour quelque chose qui ne veut absolument rien dire !

 

Je m’explique : quand un orateur se gargarise littéralement en commençant ses phrases par "au jour d'aujourd'hui" – parfois à maintes reprises dans une seule heure - , j’ai quasiment envie de sortir de la pièce pour que chacun puisse profiter d’une faconde qui se voudrait être savante et qui - littéralement - m’insupporte. Pourquoi ?

 

Aujourd’hui est déjà un pléonasme admis et régulier puisqu’il est formé de "au jour" auquel on ajoute "hui".

"Hui" vient du latin hodie (contraction de ho die) - hodie devenu ui, puis hui - qui signifie "ce jour".
"Aujourd'hui" signifie donc "au jour de ce jour".
Nous avons donc déjà un pléonasme intégré dans la langue, non fautif. Passons sur cet usage irréfléchi d’une expression qui hérisse déjà le poil mais qui ne sera pas mis à la réforme du langage courant par nos hommes en habit vert.

Mais cet horrible "au jour d’aujourd’hui" double le pléonasme régulier d'un pléonasme fautif. C’est exactement comme si l’on disait : « au jour du jour de ce jour ».

 

Que des personnes sans instruction se laissent aller à des fautes de langage, on peut le comprendre, voire l’admettre et donc le pardonner. Mais cette faute est reprise à grande échelle du premier au dernier des moutons d’un troupeau incapable de faire preuve de bon sens ou de discernement, des moutons qui ne voient pas plus loin que le bout de leur langue.

Et puis, par une mauvaise duplication due à des esprits tordus, on voit se greffer d’autres inepties, telle que "à l’heure d’aujourd’hui".

 

Je m’attends maintenant à « actuellement au jour d’aujourd’hui » ou à « maintenant  au jour d'aujourd'hui » , ainsi qu’à « au jour de demain » (bien que je n’aie jamais entendu dire « au jour d’hier »).

 

La bêtise humaine est insondable. Comme le disait si parfaitement Jules Renard : « Bêtise humaine. "Humaine" est de trop : il n'y a que les hommes qui soient bêtes. »

 
Cette façon de dire (« au jour d’aujourd’hui ») n’est autre chose qu’une manière "pourrie" et malsaine  de rallonger une phrase, une façon crétine largement propagée par les médias qui atteint le paroxysme de la bêtise… à moins d’entendre bientôt un « A l'heure de cette heure où je vous parle… » qui chapeauterait ce summum, ce dont je ne m’étonnerais pas.

 

Nous vivons dans une époque où il faut renchérir ! Vous pourrez lire, par exemple, « C’est depuis l’âge de dix ans (révolus) que la petite Jeanne a commencé à avoir l’envie de peindre », au lieu de dire « Jeanne peint depuis l’âge de dix ans ».

 

"Au jour d’aujourd’hui" est donc un écho logique (en deux mots) à un monde contemporain rempli d’esbrouffe que chacun est heureux de gober !

 

Alors je vous passerai cette fois les « quelque soit les raisons… » (au lieu de « quelles que soient les raisons… ») et autres fautes grossières qui me faisaient bondir autrefois : j’en ai un plein panier mais ce sera pour d’autres fois (en deux mots également)…

 

Ah, j’oubliais ! Si vous avez d'autres exemples d'expressions redondantes ou absurdes, n'hésitez pas à les soumettre dans vos commentaires.

 

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Billet d'humeur
commenter cet article
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 21:05

Billet d’humeur

C’est quoi ce bin’s ?

Depuis 15 jours, le haut-débit est en perte de vitesse à Saint-Jean d’Angély. Il faut plutôt parler de bas-débit alors qu’on est en 2008 et que tout le monde doit profiter des équipements fibre optique et haut-débit. Sur cette lancée, je m’attends au retour du modem, au disque dur de 20 Mo des années 80 et à la disquette 3 pouces et demi.

» B. M.

 

Depuis début juin – comme le temps est long quand ça fonctionne mal – avoir wanadoo-orange comme fournisseur d‘accès est loin d’être un long fleuve tranquille. Ou plutôt si, c’est encore pire qu’un fleuve tranquille en période de bas étiage, c’est la Loire à sec.

 

Je m’explique :

L’habitude est de pouvoir profiter au maximum de mon abonnement adsl, avec 54 Mégabits/s, un téléphone qui permette de profiter des appels illimités, avec un courrier électronique entrant par Free et un courrier sortant par Orange (je sais, je suis compliqué mais j’ai mes raisons et ça fait deux ans que les problèmes de conflits de gestion des « tuyaux » et de concurrence entre les deux fournisseurs d’accès sont résolus pour moi depuis que l’un ne boycotte plus l’autre et vice-versa).

Mais depuis début juin, la vitesse est tombée à 28, puis 24 Mbits/seconde ; puis à 18 puis à 12 et aujourd’hui 17 juin, c’est le comble avec un débit au niveau de la cave à 11 Mbits/s.

 

Conjointement, le téléphone marche quand il veut. Il faut alors couper l’alimentation de la Live Box (là, c’est une boîte qui se meurt plus qu’elle ne vit), la réalimenter, qu’elle se réinitialise et après 7 -  voire dix essais successifs - on a de nouveau l’adsl. Ouf, enfin, j’ai 24 Mbits/s. C’est peu mais c’est mieux que rien. Et puis ça ne va encore plus, alors il faut faire un redémarrage de l’ordinateur (le 3e aujourd’hui), etc.

 

Quand on travaille sur Internet, que ça mouline et que ça pédale sans cesse sans y arriver, qu’on a sans arrêt le message « Internet explorer ne peut pas afficher cette page », qu’on me dit ne plus être connecté (ce qui est faux), que je veux publier une page et qu’elle disparaît parce qu’on est à 12 Mbits/s, qu’on veut expédier des fichiers de plusieurs Mo et que la messagerie n’en peut plus, qu’il faut redémarrer plusieurs fois l’ordinateur, qu’on fait des "défrags" régulièrement, qu’on n’a pas de virus avec un bon antivirus (j’en suis à mon 4e et il est bien) un firewall, un antispam , que…, que… eh bien on en a ras le bol des promesses de wanadoo orange et Cie parce que ça pédale dur dans la choucroute !

 

Voilà c’est dit : on est en 2008 et ça empire !

Je pose donc la question : Que se passe-t-il donc sur le réseau adsl dans la région de Saint-Jean d’Angély ?

On n’est plus au temps de Jacquouille mais « Qu’est-ce que c’est que ce bin’s ? »

 

A propos de bin’s, ça l’était aussi à l’école Jean-Jaurès de Saintes, où il y avait encore ce matin une grève-surprise de la cantine (ce n’est pas la première). Les parents qui travaillent ont - encore une fois - été pris en otage sans explication au moment de laisser les enfants, devant trouver une solution d'urgence au repas de midi pour leurs enfants.

Je suis d’accord que le gouvernement fait peser une menace sur des suppressions de poste. Mais là, ce n’est pas l’Etat qui est pris en otage : ce sont les parents qu’on em…nuie. Je sais de quoi je parle car je dois faire à chaque fois 70 km avec un gasole qui augmente et des barrages éventuels au risque d’arriver en retard pour prendre les enfants et les emmener au Mc’ Do alors que j’avais à manger des demi-secs que j’avais préparés

 

Je rêve maintenant que les parents et les automobilistes particuliers se regroupent et fassent des barrages, eux aussi, pour protester contre les protestataires.

 

Sur le sujet, je vous livre trois citations pleines de vérité :

 

Je n'ai jamais très bien compris pourquoi une semaine de grève s'appelle une "semaine d'action". (André Frossard,1915-1995)

 

Les gouvernements impopulaires durent autant que les autres. D'abord il n'y a pas de gouvernements populaires. Gouverner, c'est mécontenter. (Anatole France, 1844-1924)

 

Et, "pour la route", une dernière de François de Closets : « Les enseignants ne sont pas jugés sur l’utilité qu’ils représentent mais par la menace qu’ils représentent de laisser les enfants sur le trottoir ».

 

Repost 0
Published by Bernard M - dans Billet d'humeur
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 16:42

Histoire d'une photo manipulée : les "faux-moines" tibétains

J'avais publié le 8 avril, au lien http://angely.over-blog.com/article-18573981.html, un article de "Bedwir" du 31 mars sur des faux-moines tibétains, incarnés par des militaires chinois, que l'on peut encore consulter sur http://bedwir.blogs.letelegramme.com/tag/faux+moines (avant que l'article ne soit remanié par son auteur).

En réalité cette photo concernait un film tourné en 2003 où les moines ne voulaient pas participer au tournage. On les avait donc remplacés par des militaires revêtant leur tenue de moines.



Par un commentaire du 22 mai, Bedwir me demande un droit de réponse, car il a publié le 1er avril un rectificatif à cet article, s'apercevant que la photo en question était destinée à manipuler les internautes. Déviance du Web et des hommes sans scrupules !

Le texte reçu de Bedwir : 
 
  • Salut
    Ayant été mis en cause dans cet article, je me permets un droit de réponse : pourriez-vous publier l'article que j'ai posté deux jours après ? J'y dénonce justement la manipulation qu'est cette affiche.

    D'avance merci.

    Bedwir
 
Je vais donc publier - en droit de réponse - l'article fait le 1er avril par Bedwir, avec le lien ci-dessous :
http://bedwir.blogs.letelegramme.com/archive/2008/04/index.html
Et ci-dessous le contenu du texte pour qu'il soit visible sans cliquer.
 
 

01.04.2008

manipulation II

Je me suis fait manipulé, et je m'en excuse aurès de mes lecteurs.
J'ai en effet reçu le message suivant : «... en revanche après vérification, la photo envoyée ne semble pas etre valable car prise en 2003 durant le tournage d'un film en Chine, ce qui n'a rien a voir avec la question, désolé !»

Ce truc soulève deux questions :
- peut-on lutter contre le pire des impérialismes en utilisant la même méthode que lui : le mensonge ?
- qu'on donc bien pu faire les autorités chinoises pour que ce genre de malversation paraisse crédible à tous ceux qui suivent les affaires tibétaines d'un peu près depuis pas mal d'années ?

Par contre, ce que j'ai dit des parrainages reste valable, l'association Alexandra David-Néel ayant mon entière confiance quant à l'utilisation des sommes versées : elle fait chaque année une vérification in situ, quand bien même les dirigeants des Tibetan Children Village sont au dessus de tout soupçon.

Désolé de vous avoir induit en erreur. Le post précédent sera sous peu remanié.


Repost 0
Published by Bernard M - dans Billet d'humeur
commenter cet article
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 00:49

Avec retard...

Vous l'avez peut-être manqué. Mais c'est normal !
 
L'article classé dans "Billet d'Humeur", intitulé "Vu sur le web - Faux-moines tibétains - Enquête sur une photo manipulée - Vive l'intox !" daté du 8 avril était resté dans mes brouillons* (brouillon, c'est une de mes qualités que certains quidams irréfléchis qualifient de défaut).  

C'est chose réparée que de le publier enfin, mais comme j'ai écrit 33 articles depuis celui-ci (Ah, vous pensiez que je ne fais que dormir ?), il vous faudra remonter trois pages en arrière, juste avant l'article sur la fièvre catarrhale ovine (bref ce ne sont que des bonnes nouvelles...). Mais, sur ce dernier sujet, rassurez-vous, celle-ci n'est transmissible qu'aux bovins.

Il n'en va pas de même des photos, dont il faut parfois se méfier car elles sont transmissibles à l'humain, via le virhoax "Internet" : un exemple avec le sujet de l'article
http://angely.over-blog.com/article-18573981.html , Ce qui est plus facile pour retrouver l'article.

* A propos de brouillons, une citation de J. R. : 
Le projet est le brouillon de l'avenir. Parfois, il faut des centaines de brouillons.  [Jules Renard ]

Allez, je vous remets la photo en question, histoire de faire un peu d'intox

Repost 0
Published by Bernard M - dans Billet d'humeur
commenter cet article
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 21:07

Vu sur le Web, daté du 31 mars
J'ai douté de cette info mais je ne l'ai pas trouvé en canular (hoax) ni sur http://www.hoaxbuster.com/ 
ni sur http://www.hoaxkiller.fr/visiteguidee/index.htm


Mais on peut lire, sur le blog http://bedwir.blogs.letelegramme.com/tag/faux+moines

"31.03.2008
Shalom, Tibet


« Bon, ça y est, la semaine de gesticulation vociférante pour le Tibet est finie.

« A la plus grande rage, j'imagine, de ceux qui se battent, effectivement pour le Tibet, depuis des décennies. L'un d'eux m'a envoyé cette photo, qui montre une section de militaire chinois recevant une tenue de moine tibétain ».

 

 


Cette photo nous laisse à penser qu'il va s'en passer de bien bonnes au Tibet ces prochains mois.
Loin des gesticulations politiquement correctes de ces gouvernants qui n'ont jamais eu les couilles de recevoir officiellement le Dalaï Lama (le grand marché chinois, si bon pour nos emplois, l'interdit), des milliers de citoyens tentent d'aider les tibétains en exil, notamment par le biais de l'éducation des 12000 orphelins réfugiés en Inde. Ces parrainages sont en baisse, comme en témoigne l'association
Alexandra David-Neel parrainnage.

Plutot que d'agiter des propos ou des petits drapeaux sans effet, pensez donc à aider à la survie de la culture, de la langue et de la religion tibétaines en soutenant activement les premiers membres de la diaspora tibétaine.

Ainsi, dans 19 siècles, pourront-ils peut-être refonder leur civilisation, dans leur pays.

Cliquer ici pour recevoir l'affiche commentée de la photo ci-dessus, afin de la diffuser. D'avance, merci pour eux »." 

Le lien en question emmène sur http://didier.robert.bret.free.fr/cours/faux%20moines.jpg

L’affiche reproduit la photo et un dessin « Bons Jeux Olympiques » avec « L’essentiel c’est de participer » . Voir ci-dessous :

 

 
  

Que l’information soit ! Et la désinformation fût ! Vive l’intox !

 

 

En réalité, c’est de l’intox !

Si vous lisez ce que dit Pierre haski (Rue 89) sur le lien

http://www.humanrights-geneva.info:80/L-habit-chinois-ne-fait-pas-le,2970

L’habit chinois ne fait pas le moine tibétain

Rue89

 

 

3 avril 08 - Regardez cette photo, elle circule pas mal sur le net en ce moment… Au premier abord, et si on a l’esprit un peu conspirationniste, on se dit : "mais c’est bien sûr, des soldats chinois portant sous le bras des tenues de moines bouddhistes…

Pierre Haski/Rue89 - Et si les autorités avaient envoyé des faux moines provoquer les violences du mois dernier"… Rue89 a reçu plusieurs e-mails d’internautes l’ayant vue et se posant exactement cette question.

Une rapide enquête montre que les apparences peuvent être très trompeuses. Outre le fait que la photo a déjà été publiée en … 2003, et n’a donc rien à voir avec les événements récents, elle montrerait des soldats ayant servi de figurants dans un film, déguisés, effectivement, en moines bouddhistes, ces derniers, les vrais, refusant d’apparaître dans des films. Qu’ils ne soient pas tibétains ne semble pas avoir dérangé le réalisateur, pas plus, sans doute, que les spectateurs !

Selon l’excellent site vigie de la Chine, EastSouthWestNorth, qui s’est intéressé lui aussi à l’histoire de cette photo, elle serait apparue en 2003 en dernière page du rapport annuel du Centre tibétain pour les droits de l’homme et la démocratie (TCHRD), hostile au pouvoir chinois. Une information confirmée par un blog bouddhiste pro-tibétain, A view on buddhism, qui, toutefois, l’utilise pour laisser entendre que dans ce déguisement se trouve une des explications de la violence de certains moines le 14 mars.

Morale de cette histoire : cette photo ne prouve rien, ni dans un sens, ni dans l’autre, mais peut être un miroir déformant d’une réalité opaque dans laquelle chaque "camp" cherche tout élément pouvant alimenter sa vision des événements, surtout en l’absence de tout témoin indépendant au Tibet depuis deux semaines. Morale plus générale, méfiez vous des apparences !

Voir en ligne: Site EastSouthWestNorth

 

Se méfier des apparences !

 

Depuis  cette photo, j’ai reçu de Pierre Prénat un courriel intitulé :

 

« DÉSINFORMATION OU PAS ? »
Voici ce qu'on trouve aussi sur le net, à propos de cette photo :

Jeu des sept erreurs...
- 1. Avez-vous déjà vu une « photo - satellite » prise avec un tel angle de vue ?
- 2. Les soldats se déguisent en moines pour jouer les agents provocateurs. Sont-ils assez stupides pour mener une telle opération secrète en pleine rue ?
- 3. On nous dit que la photo est récente, juste avant les événements. Qu’est-ce qui le prouve ?
- 4. Cette photo ne peut avoir été prise ce 14 mars, sous un soleil printanier, car le printemps n’est arrivé que le 21 mars cette année au Tibet.
- 5. Les toits des vélos - taxis de Lhassa ont changé de couleur à partir de 2005.
- 6. Ces uniformes des policiers ne sont plus utilisés depuis longtemps.
- 7. Les soldats ont le cheveu court, mais pas vraiment rasé. Leur a-t-on rasé le crâne après que la photo ait été prise ?

Une petite enquête fait découvrir une toute autre version...
En réalité, la photo date de 2003. Lors du tournage d’un film, les moines ont refusé de jouer les figurants. Ce sont donc des soldats qui en ont été chargés, et ils reçoivent ici leurs uniformes de figurants. Pratique courante là-bas, semble-t-il. En tout cas, rien à voir avec les récentes images TV montrant des moines exercer des violences et détruire des magasins à Lhassa.

Vous pouvez trouver confirmation sur... le site pro-indépendantiste qui diffuse la photo ’accusatrice’ .

Merci de réparer autour de vous ce mensonge grotesque  !

amitiés,

PP

Et puis j'ai retrouvé l'article de Michel Collon

Tibet : Enquête sur une photo manipulée
Michel Collon  Envoyer à un(e) ami(e)     Imprimer
 
Regardez bien cette photo « Soldats chinois déguisés en moines », que vous avez sans doute reçue ou recevrez bientôt. Elle circule beaucoup sur le Net, avec le commentaire : « Londres - 20 mars - Le GCHQ, l'agence gouvernementale de communications qui surveille électroniquement la moitié du monde depuis l'espace, a confirmé l'accusation du Dalaï Lama, selon laquelle l'Armée Populaire de Libération chinoise, déguisée en moines, a provoqué les émeutes qui ont tué ou blessé des centaines de Tibétains... »
La photo accusatrice http://flickr.com/photos/macy_miao/2370855959/in/pool-tibetphoto  
 
Cette photo est censée le prouver, et elle a donc indigné beaucoup de gens. Maintenant, regardez attentivement cette photo, et jouons au jeu des sept erreurs...

Les 7 erreurs...
1. Avez-vous déjà vu une « photo - satellite » prise avec un tel angle de vue ? Physiquement, c'est impossible. D'un tel angle, on ne verrait qu'un brouillard bleu (Lorsqu'on voyage en avion, on ne peut voir que sous l'avion, pas très loin.)
2. On nous dit que les soldats se déguisent en moines pour jouer les agents provocateurs. Sont-ils assez stupides pour mener une telle opération secrète en pleine rue ?
3. On nous dit que la photo est récente, juste avant les événements. Qu'est-ce qui le prouve ?
4. J'ai interrogé un ami connaissant le Tibet. Il dit que cette photo ne peut avoir été prise ce 14 mars, sous un soleil printanier, car le printemps n'est arrivé que le 21 mars cette année au Tibet.
5. Il me dit aussi que ces couleurs des vélo - taxis de Lhassa ont changé à partir de 2005.
6. Il dit également que ces uniformes des policiers ne sont plus utilisés depuis longtemps.
7. Il fallait donc mener une petite enquête qui nous a fait découvrir une toute autre version...

Mais alors d'où vient-elle ?
En réalité, la photo date de 2003. Lors du tournage d'un film, les moines ont refusé de jouer les figurants. Ce sont donc des soldats qui en ont été chargés, et ils reçoivent ici leurs uniformes de figurants. Pratique courante là-bas, semble-t-il. En tout cas, rien à voir avec les récentes images TV montrant des moines exercer des violences et détruire des magasins à Lhassa.
Bon, ça semblait tellement gros qu'il fallait quand même vérifier. Eh bien, en fait, vous pouvez trouver confirmation sur... le site pro-indépendantiste qui diffuse la photo 'accusatrice' :
http://buddhism.kalachakranet.org/chinese-orchestrating-riots-tibet.htm

La photo y est sous-titrée : This is not an uncommon 'tactical move' from the Chinese government, as could be seen on the back-cover of the 2003 annual TCHRD Report
This photo was apparently made when monks refused to play as actors in a movie, so soldiers were ordered to put on robes. (Ceci n'est pas un 'mouvement tactique' inhabituel de la part du gouvernement chinois, comme on peut le voir sur la couverture arrière du rapport 2003 du Tibetan Centre for Human Rights and Democracy. Cette photo semble avoir été prise lorsque des moines ont refusé de jouer dans un film, de sorte que des soldats ont reçu instruction de porter ces robes.)

Selon un de nos contacts, la photo semble être prise lors du tournage d'un télé-film (en 25 épisodes) en 2003-2004. Basé sur "Lorsque la poussière est tombée", un roman d'Alai, auteur tibétain né en 1959 à l'ouest du Tibet. Ce roman a reçu le Prix de Maodun (un des plus grands prix littéraires chinois) en 2000 .

Interrogé sur cette manipulation, le webmaster du site a répondu qu'il a quand même associé la photo au texte accusant les Chinois « afin de montrer le genre de leurres que les Chinois ont utilisé dans les émeutes récentes ». Chacun appréciera cette déontologie journalistique.
Ensuite, toutes sortes de groupements ont purement et simplement supprimé ce commentaire pour faire croire que la photo était récente et qu'il s'agissait d'une conspiration de l'armée chinoise. Depuis, la photo fait le tour du monde...

"Photos - satellites" ? Ce n'est pas la première fois...
1. Ce n'est pas la première fois qu'on prétend nous démontrer la vérité avec des photos - satellites. En 1990, les Etats-Unis ont prétendu disposer de photos - satellites (qu'ils n'ont jamais montrées) démontrant que Saddam Hussein allait envahir l'Arabie Saoudite. Ce truc de diabolisation a joué un grand rôle pour manipuler l'opinion. J'ai analysé ce médiamensonge dans mon livre Attention, médias ! (page 21)
2. En 2003, les Etats-Unis ont diffusé des photos - satellites « prouvant » que l'Irak possédait des armes de destruction massive.
3. Plus récemment, ils ont récidivé contre l'Iran (taisant le fait qu'Israël possède deux cents têtes nucléaires illégales).

Une image peut-elle mentir ?
C'est donc le moment de rappeler qu'on peut mentir avec des images. Sans parler des techniques graphiques actuelles, de grands cinéastes comme Chris Marker ont brillamment démontré comment un commentaire peut faire dire n'importe quoi à une image et sembler crédible. En fait, l'image elle-même ne nous dit pas :
1. Quand et où elle a été prise.
2. Ce qu'elle montre vraiment.
3. Ce qu'elle cache (à côté, avant, après...)

Tous, nous nous sommes déjà fait piéger par de telles images dans le passé. Certes, chacun se fera son opinion sur la question du Tibet en essayant de vérifier les deux versions, en étudiant les intérêts en jeu des deux côtés. Mais en tout cas nous avons droit à une info non manipulée. Nous suggérons aux personnes qui ont diffusé cette image de diffuser aussi le rectificatif.

MICHEL COLLON

Conclusion

J’ai failli moi-même me faire abuser par cette photo qui fleurait bon l’actualité !

 

Il faut dire que la télé et les journaux mettent tellement la pression sur leurs auditeurs et leurs lecteurs, les conditionnent avec le parcours de la flamme olympique (un peu bidon et par trop médiatique, excusez-moi, mais je préfère un vrai Paris-Roubaix) et les Droits de l’Homme (lesquels ne sont pas ceux de la femme) en Chine, que nous n’avons plus qu’à « gober » comme de jeunes oisons gavés par leur mère (en attendant d’être gavés par leurs éleveurs pour finir en foie gras, ce « bon pâté » que préfère mon petit-fils , lui au moins a bon goût).

Ce qui reste de mauvais goût, c’est d’intoxiquer les crédules avec des photos et textes qui apparaissent tout à fait plausibles mais complètement mythomanes.

 

Mais sur Internet, je n’ai encore pas vu l’intox puni de « faux et usage de faux ».

 

Amusez-vous donc à faire la même chose dans la vie courante et vous connaîtrez les plaintes pour diffamations et tromperies auprès du  Procureur de la République, le juge d’instruction, l’enquête diligentée par la Gendarmerie (laquelle doit instruire à charge et à décharge comme il se doit car il ne suffit pas d’avoir des aveux mais de prouver des faits), la garde à vue, et… peut-être la prison après avoir été condamné au TGI ou en correctionnelle, avant d’être enfin libéré pour fautes de preuves mais en ayant connu un séjour carcéral qui vous casse la vie. Libéré mais pas innocenté…

Comme quoi l'info, ça peut être l'intox...

P. S. : Avant de réagir à cet article, voir les compléments d'information sur
http://angely.over-blog.com/article-19795107.html 
http://bedwir.blogs.letelegramme.com/archive/2008/04/01/manipulation-ii.html

Bernard M

Repost 0
Published by Bernard M - dans Billet d'humeur
commenter cet article
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 01:53
Thermes : Ne tombez pas dans le panneau (d'interdiction)

Les municipales sont propices à toutes sortes de surprises à Saint-Jean d’Angély. En exemple, si vous voulez maintenant approcher ce qui s’appelle un Module thermal ou une ancienne caserne désaffectée, vous risquez des poursuites... Donc il faudra courir vite ou aller ailleurs, comme braquer une centrale nucléaire, pour risquer moins.
 
J’ai lu, vu, et ouï-dire que Paul-Henri Denieuil avait bien des déconvenues (en un seul mot svp) avec Jean Combes.
Sur le blog http://blog.angely2008.fr/archives/96 il y a des photos de ce qui s’écoule du pompage des Capucins (vous savez ce sont les vapeurs qui sortent le soir dans les bouches d’égout des Allées d’Aussy avant que les eaux à 41° C ne soient dirigées dans le canal Saint-Eutrope, et ce, depuis plus de dix ans…). Des eaux ferrugineuses (merci André Raimbourg, cher Bourvil), rouges ou boueuses, mais des eaux de qualité thermale, c’est quasi normal.
 
Des photos à faire pour le blog, c’est sympa, me dis-je !
Mais la malencontreuse et malfoutue malchance me poursuit car je ne peux plus entrer dans l’endroit adéquat.
Des panneaux ont été posés, des chaînes avec cadenas sont là et bernique mon p’tit gars, faudra que tu fasses le mur pour tes photos.
Alors je vous livre çà en vrac. Pour les photos d’intérieur faudra repasser, ou courir plus vite en cas de poursuites.
Mais vous savez, les poursuites, c’est pas automatique !

undefinedVous saviez, vous, qu’il y avait un chantier à la caserne ?

Et voici le nouveau panneau "Module interdit au public". 

undefined
C’est nouveau. C’est un panneau - une fabrication spéciale élections - qui sort après 13 ans de fonctionnement du fameux module, alors que jamais – oh grand jamais ! – aucun angérien de type lambda ne s’en est jamais soucié. Et voilà que, neuf jours avant les municipales, quand on veut prendre des photos (ou demander à visiter) tout d’un coup, on sort les cadenas et les pancartes. 
Cher contribuable, toi qui ne t’inquiétais pas du module, de sa protection, des incursions subreptices ou de l’espionnage industriel, on y veille pour toi et c’est normal : c’est toi qui les paie, ces panneaux et ces cadenas. Mais j’aimerais bien savoir à quoi ça sert et pourquoi tu paies ça…

Moralité : Où y a de la chaîne, y a pas de plaisir !

Repost 0
Published by Bernard M - dans Billet d'humeur
commenter cet article
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 01:03
Avec le temps, tout s’améliore !
(autre version cycliste : plus on pédale moins vite, moins on avance lentement); Ces photos ont été prises au rond-point situé en bas de la zone de l’Aumônerie, à deux mois d’intervalle : le 23 décembre 2007 et le 19 février 2008. Celui qui pense que les choses "bougent" a bougrement raison ! En deux mois le passage piétons a été complété (le jour où le rond-point était installé, j’ai dit « Vous avez vu qu’il manque un morceau de passage pour traverser dans les "clous" ? ») et enfin le trou commence à être comblé (tout comme moi) par un morceau de parpaing !

Je persiste à dire que le sort des piétons laisse un peu indifférent !
 undefined23 décembre 2007

undefined19 février 2008
 
 
Je ne résiste pas non plus à livrer ce "regard" à votre œil attentif : encore quelques années et il ne sera plus qu’un mauvais souvenir dans notre petite cervelle de piéton. Il disparaîtra comme ont disparu les voies romaines, maintenant enfouies à un mètre de profondeur, recouvertes qu’elles sont de divers dépôts dus à la nature, l’humus, le vent, etc.
Revenez dans 20 siècles environ et on refera le point… 

undefined
23 décembre 2007

undefined19 février 2008
 
Elle est pas belle la vie ?
Repost 0
Published by Bernard M - dans Billet d'humeur
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 01:44

La PSD a été remplacée par l’APA. Les sénateurs viennent de prendre un amendement pour qu’elle puisse être récupérée sur la succession du bénéficiaire. On peut s’attendre à une levée de boucliers.
Photo www.dsd.cg82.fr
APA-rivieraretraite.centerblog.net.jpg
On a connu bien des allocations en matière de social pour les personnes âgées : le FNS (Fonds national de solidarité), pour ceux qui avaient des ressources minimes, la PSD (prestation spécifique dépendance), allocation versée à ceux qui avaient des handicaps nécessitant de les aider financièrement pour qu’ils puissent effectuer les actes ordinaires de la vie (se déplacer, se laver, s’habiller, manger, etc.). Ces prestations étaient récupérables sur la masse successorale au décès du bénéficiaire, lorsque la succession dépassait un certain montant.                                                                  Photo rivieraretraite.centerblog.net 
APA-www.dsd.cg82.fr.jpg
Puis est venu le temps de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie, remplaçant la PSD), une avancée en matière d’aide aux personnes âgées, car non récupérable sur la succession du bénéficiaire. Cela n’a évidemment pas fait l’affaire des conseils généraux qui, pour des raisons probablement politiques, ont tenu à gérer ces aides sociales et qui ne pourraient donc plus récupérer ce qu’ils considèrent comme une avance et comme une dette.    
Faire du social, oui, mais en dépensant le minimum !

Les sénateurs viennent donc de revenir sur l’APA et ont pris - en catimini – un amendement pour rapporter l’APA à la succession du bénéficiaire dès 2009. L’APA serait dorénavant remboursable par les héritiers si la masse successorale dépasse 100 000 euros, un plafond relativement facile à atteindre !

Dans son programme électoral et depuis son élection, Nicolas Sarkozy a prôné l’attention à porter sur le cas des personnes âgées. Mais certains – auraient-il mal compris le message et les recommandations ? – font un excès de zèle en sens contraire…

L’avenir nous dira ce qu’il convient d’en penser. En attendant, nombre de partenaires considèrent que c’est un net recul sur les avantages autrefois acquis dans l’APA. Quant aux éventuels bénéficiaires, ils vont être maintenant plus nombreux à hésiter pour faire une demande d’APA auprès du conseil général, même si les ressources du conseil général proviennent déjà de leurs impôts. Et s’ils sont moins nombreux, les dépenses seront moindres. Et le budget social moins en difficulté ! CQFD.

Repost 0
Published by Bernard M - dans Billet d'humeur
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 00:11

La visite officielle de cinq jours de Kadhafi n’en finit pas de provoquer remous et controverses. L'indignation de Rama Yade rejoint les protestations de l'opposition. Bernard Kouchner a été contraint de justifier l’accueil du dirigeant libyen par Nicolas Sarkozy au nom d’une « diplomatie de la réconciliation ».

Khadafi-AFP-StephanedeSakutin-37377914.jpg
(photo AFP-Stéphane de Sakutin)

Rarement visite officielle aura suscité une telle polémique, y compris dans les rangs de la majorité présidentielle.« Kadhafi doit comprendre que notre pays n'est pas un paillasson, sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s'essuyer les pieds du sang de ses forfaits. Le France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort »,dit Rama Yade dans Le Parisien. Pour sa part, l'ancien Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin a estimé dimanche sur Radio J qu'il fallait recevoir le colonel Kadhafi en France, ajoutant que « recevoir, ce n'est pas se soumettre ». « Nous sommes évidemment en désaccord avec de nombreuses expressions et convictions du colonel Kadhafi ». L’opposition, elle, est à l’unisson dans tous ses états...
 
Alors que mercredi après-midi – à la grande surprise des passants - on fermait successivement les ponts de la capitale parce que M Khadafi se promenait sur la Seine en bateau avant d'aller visiter Versailles, nombre d’observateurs s’interrogent encore sur la visite du dirigeant lybien au pays des Droits de l’Homme.
 
S’exprimant à l’Unesco devant des centaines de membres de la communauté africaine, M. Kadhafi avait dénoncé, lors d’un discours très applaudi, la condition des immigrés en Europe et en France, « aux droits violés par la police », claire allusion aux émeutes dans les banlieues.
« Avant de parler des droits de l’Homme, il faut vérifier que les immigrés bénéficient chez vous de ces droits », avait-il lancé à l’adresse de la France (paru dans Libération).
Mouammar Kadhafi avait démenti à la télévision avoir évoqué le sujet sensible des droits de l'homme avec le président français. Mais Nicolas Sarkozy a de nouveau  affirmé, dans un entretien au Nouvel Observateur, qu'il avait « parlé de tout, y compris de droits de l'homme ».
Le colonel Kadhafi a donc pris mardi le contre-pied de déclarations de M. Sarkozy, qui avait assuré avoir évoqué à deux reprises le dossier des droits de l’Homme dès lundi, au premier jour de cette visite.
 
D’après Nicolas Satkozy, le "guide libyen" Mouammar Kadhafi « a renoncé à l'arme nucléaire (...), renoncé au terrorisme (...), indemnisé les victimes des attentats de l'UTA et de Lockerbie ».
Et de rappeler que Mouammar Kadhafi « n'est pas perçu dans le monde arabe comme un dictateur ». « Il est le plus ancien des chefs d'Etat de la région et dans le monde arabe, ça compte. »
Nicolas Sarkozy balaie au passage les critiques qui l'accusent d'avoir adopté une "realpolitik" qui ignorerait les droits de l'Homme. « J'ai été le candidat des droits de l'Homme. (...) Que peut-on mettre à mon bilan ? J'ai sorti les infirmières bulgares de leur prison (lybienne). Obtenu des preuves de vie d'Ingrid Betancourt… » (Le Monde).

Des contrats sur fond de polémiques

Mercredi matin, au cours d’un dernier entretien, Nicolas Sarkozy a « recommandé vivement » au leader libyen, de « condamner publiquement » les attentats qui ont fait au moins 62 morts et des centaines de blessés mardi à Alger, afin de montrer qu'il « a tourné le dos au terrorisme ». 
Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi s'est finalement exécuté mercredi soir, dans un discours à l'occasion d'une conférence à Paris, qualifiant « d'actes condamnables » les sanglants attentats à Alger. Il a ajouté que les membres d'Al-Qaida étaient des « criminels ».
 
Pour l’instant, les contrats signés avec Tripoli sont estimés à 10 milliards de dollars. Mais seront-ils tous honorés ?
Espérons que le réacteur nucléaire et l’usine de dessalement d’eau de mer, les 21 Airbus, les 35 hélicoptères et autres équipements militaires et les 14 avions de combat "Rafale" (Dassault n’a jamais pu vendre à l’exportation ces avions à 50 millions d’euros pièce) ne seront pas un "mirage" dans le désert de Lybie…
Repost 0
Published by Bernard M - dans Billet d'humeur
commenter cet article