Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 08:00

Rédigé le mercredi 8 septembre 2010 – Billet 2051 » Photos GAB17

Les articles sur l'agriculture et l'élevage sont ICI

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Tout est bio

à la Ferme des oiseaux

AGRICULTURE BIOLOGIQUE La 12e rentrée Bio aura lieu à Geay samedi 11 et dimanche 12 septembre sur le thème « Nos déchets et nous ».

» Bernard MAINGOT.    20100911 annonce rentree bio 70827-blLes conférences : beaucoup de monde l’an dernier à la 11e édition de la Rentrée Bio.

Organisée par le Groupement des agriculteurs bio de Charente-Maritime (Gab 17) en partenariat avec le Conseil général et la Région, la 12e édition de la Rentrée bio aura lieu les samedi 11 et dimanche 12 septembre, à la Ferme des oiseaux, à Geay (Charente-Maritime). Visite de ferme, conférences-débats, marché bio et foire écologique, mini-ferme, atelier pain et cuisine, animations enfants, jeu-concours, exposition, bal Folk avec « Los Vironaires » et repas bio sont au programme (voir plus bas le détail)... Entrée libre.

A ses débuts, la Rentrée bio n’était qu’une manifestation issue de la volonté de quelques agriculteurs bio, désireux de vouloir rencontrer les consommateurs locaux pour partager leurs idées et leurs pratiques. Si elle accueillait une centaine de personnes, elle  voit maintenant 3 000 visiteurs sur deux jours.

Sa vocation est de montrer et de promouvoir les producteurs bio locaux. Mais elle est aussi un terrain d’expression pour les citoyens à travers leur mode de consommation plus responsable, un lieu de sensibilisation aux modes de production et d’alimentation durable et à l’environnement en général (qualité de l’eau, sol…), aux énergies, à l’artisanat écologique, aux démarches écologiques et citoyennes. Enfin, elle offre depuis deux ans un espace d’information professionnel pour favoriser la sensibilisation des agriculteurs conventionnels aux pratiques et à la filière biologique (encore méconnue) en partenariat avec la Chambre d’Agriculture de Charente Maritime. L’appellation d’éco-manifestation a ainsi été sollicitée et obtenue en 2009.

20100911 annonce rentree bio 865-blUn exemple de toilettes sèches.

Les nouveautés 2010 

La 12e édition sera sur le thème « Nos déchets et nous » à travers différentes animations : spectacles éco-conçus avec marionnettes recyclées ; ateliers de confection d’objets en matières recyclées ; manège à pédales ; conférence sur le Bois Raméal Fragmenté (recyclage du bois pour la vie du sol) ; conférence débat sur le compostage citoyen et la redevance incitative (témoignage de l’expérience vendéenne) ; conférence du CRIIRAD sur le recyclage des déchets et les compteurs Geiger ; animations sur le tri sélectif avec le CPIE de Fouras ; atelier de cuisine incluant l’utilisation des sous-produit (ex : fanes de radis) ; présence des instances de tri sélectif local ; présentation du tri et recyclage des déchets sur les fermes.  

20100911 annonce rentree bio 833-blCouches-culottes recyclables : moins de pollution par les dérivés du pétrole.

Pratique

Pour aller à Geay Voir le plan

La Ferme des Oiseaux – La Pouzinerie – 17250 Geay

A 3 km de Geay, D18 (Saint-Savinien-Pont L’Abbé d’Arnoult)

GAB 17 – 42F, avenue de Rochefort – 17400 Saint-Jean-d’Angély

Tél. : 05 46 32 09 68
Fax : 05 46 32 48 34

E-mail gab-17@wanadoo.fr 

Contacts

Dominique Mallet, président du GAB17, au 05 46 27 30 17

Karine Trouillard, animatrice, au 05 46 32 09 68  

20100911 annonce rentree bio 932-blDes animations et des jeux pour les enfants.

Le programme

Samedi 11 septembre

14 h et tout l’après-midi : Marché bio et foire écologique organisés par le GAB 17 / Espace professionnel « comment devenir agriculteur bio » sur le stand GAB 17

14 h 30 : Conférence sur le «  Le Bois Raméal Fragmenté : aliment de cet univers caché qui nous nourrit, le sol » (Jacques Dupety)

14 h 30 : Lancement du jeu-concours « Dessine-moi la bio »

15 h : Démonstration : réalisation d’un pouf en carton avec Coralie Moll

15 h 30 : Conférence-débat du CRIIRAD « le recyclage des déchets faiblement radioactifs dans les produits de la consommation courante » + démo-atelier sur les compteurs Geiger

16 h 30 : Conférence-débat « Le compostage citoyen et la redevance incitative » (Daniel Roux, Réseau Compost Citoyen de Vendée)

17 h 30 : Spectacle éco-conçu théâtral, musical, burlesque, tous public et très interactif : «  L’incroyable aventure de Marcelin et Madame Longuevumatuvu » par la Cie Dr Nino et M Marcel

Soirée Saltimbio à la Ferme des Oiseaux :

19 h : ApéroBio

20 h : Assiette gourmande bio avec « A table naturellement ! », Marie et Marc Duquesnay

22 h : Bal Folk avec le groupe « Los Vironaires »

Animations en continu le samedi :

« Mini-ferme » / Jeu-concours : « Dessines-moi la bio » / Exposition : « Dé-chets d’œuvre » / vidéoprojections

 

Dimanche 12 septembre

9 h 30 : Balade ornithologique « Migration d’automne » (LPO 17)

10 h et toute la journée : marché bio / Foire écologique / Espace professionnel

10 h : Atelier pain avec Mireille Fontan

10 h : Départ en car pour une visite de ferme chez David Vincent à Port d’Envaux : « L’élevage bio et la biodiversité, dans les marais de bord de Charente »

10 h 30 : Poursuite du jeu-concours : « Dessine-moi la bio »

11 h : Atelier cuisine bio : « Tartines végétariennes ou comment accommoder les sous-produits de la cuisine quotidienne… » par Véronique Delaunay (5 €/limité à 10 personnes)

12 h : Repas bio avec Marie et Marc Duquesnay – « A table naturellement ! »

Animation tri sélectif avec le CPIE de Fouras

14 h 30 : Conférence-débat : « Quelle cohérence pour la bio future ? » (D. Marion, Président FNAB)

16 h : Balade contée et enchantée « ça swingue à la ferme » avec Bernadète Bidaude et Michèle BOUHET, et leurs chanteurs

17 h : Remise des lots et prix du public pour le concours de dessin

17 h 30 : Tirage des bourriches bio

Animations en continu le dimanche :

Idem samedi + manège à pédales enfants « le bel imaginaire » avec orgue de barbarie ; chapeaux d’un jour improvisés et recyclés (pour les parents !) ; démonstrations d’enduits sur le stand de Maisons Paysannes 17 / Ateliers enfants sur le recyclage avec l’association « Tri-cycle enchanté »

 

Un communiqué du GAB17

L’augmentation substantielle du volume de nos déchets est un des éléments majeur qui menace l’équilibre de notre environnement dans un futur proche, or, le citoyen, tout comme l’agriculteur, a un rôle déterminant dans le processus qui vise à diminuer l’importance de ces déchets mais aussi à trier le mieux possible ceux-ci, voire à les réutiliser ou les recycler vers une autre fonction.

La filière bio est consciente de ce problème et essaie à chaque niveau de diminuer ces déchets, même si ce n’est pas prévu par le cahier des charges : la plus part des magasins spécialisés biologiques distribuent en vrac, céréales, gâteaux fruits secs ou proposent des poches papier qui peuvent servir plusieurs fois tout en sensibilisant leur clientèle, les maraîchers réutilisent les bâches à salades sur deux ou trois campagnes, les éleveurs récupèrent les bâches d'ensilage et les compactent à l'aide d'une presse à balles rondes pour les faire recycler… Il est plus qu’urgent de réagir et de proposer des alternatives à l’échelle citoyenne.

C’est pourquoi nous avons choisi le thème « Nos déchets et nous » pour cette douzième édition de la Rentrée Bio en Charente Maritime. A cette occasion, les visiteurs pourront participer à des ateliers de tri, de recyclage et de création-récupération, à des conférences, rencontrer de nouveaux exposants qui aborderont les thématiques de phyto-épuration, de compostage citoyen, de vêtements « recyclés », de cuisine des sous-produits, de toilettes sèches, de compteurs Geiger… autant d’aspects de notre quotidien qui méritent d’être bousculés et remis en cause afin de proposer une ligne de conduite alternative au « jetable » et au gaspillage des énergies fossiles. De nouvelles animations attendent les enfants et les plus grands : marionnettes éco-conçues en matériaux recyclés, création de chapeaux burlesques, manège à pédales… Enfin, l’exposition « dé-chets d’œuvre » donnera une touche artistique à cette manifestation.

Comme chaque année une soirée Saltimbio est prévue le samedi soir avec assiette bio et bal folk.

Nous vous invitons à nous rejoindre pour cet événement qui aura lieu les 11 et 12 septembre prochains à la Ferme des Oiseaux à Geay (sur la D18).

RENTREE-BIO  

20100911 rentree bio nouveautes 2010  

20100911 rentree bio prog sam11Samedi à 16 30, la conférence sur les abeilles sera remplacée par la conférence-débat « Le compostage citoyen et la redevance incitative » (Daniel Roux, Réseau compost Citoyen de Vendée)  

20100911 rentree bio prog dim12  

20100911 RENTREE-BIO carte-situation 2 M-R  

carte situation geay  

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 06:30

Jeudi 3 juin 2010 – Billet 1852

FONTENET

Une nouvelle Amap

"Entre Boutonne et Charente"

AGRICULTURE L’association pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap) « Entre Boutonne et Charente » a tenu son assemblée générale le 22 mai, salle des fêtes de  Fontenet. Elle regroupe quatre producteurs qui exploitent en "bio".

amap 2010 recto 

Les Amap, grâce à un partenariat entre un groupe de consommateurs et des fermiers pratiquant l’agriculture biologique, permettent de consommer des produits de qualité  à un moindre coût et d’assurer aux producteurs un revenu en écoulant leur production. Cela contribue aussi au maintien de l’activité agricole et à la sauvegarde de terres fertiles. La ferme travaille le sol selon les méthodes de l’agriculture biologique, c'est-à-dire, sans pesticides, sans herbicides ni engrais chimiques. Le contrôle EcoCert est effectué périodiquement pour vérifier le respect du cahier des charges. Il est possible de visiter une ferme, ces rencontres permettant le rapprochement entre producteurs et consommateurs.

L’Amap participe également  à la lutte contre les pollutions, favorisent une gestion responsable et partagée des biens communs (air et eau), et permettent le maintien ou le développement d’activités agricoles respectueuses de l’environnement.

L’Amap "Entre Boutonne et Charente" regroupe quatre producteurs, dont trois exploitent une ferme.

Ainsi Eric David (Tonnay-Boutonne) assure l’approvisionnement en légumes de saison, Dominique Pluchon (Vandré) celui des légumes de plein champ et en serres, Fabien Grelet (Les Touches-de-Périgny) la production de vins, pétillant de raisin et jus de fruits, tandis que Isabelle Surville (Vandré) pratique l’élevage en plein air de poules pondeuse.

Pour les légumes chaque adhérent s’engage à prendre chaque semaine un panier de légumes Bio à 4, 8, 12 ou 18 euros. Les paiements se font en début de mois. Lors des vacances ou des périodes d’absence un arrangement est fait avec les producteurs. Pour les autres produits, la commande se fait en début de mois.

Des adhérents bénévoles assurent la distribution au 17, impasse des Essanges (Faubourg Taillebourg) à Saint-Jean-d’Angély, le vendredi de 17 à 18 heures. Les adhérents qui le souhaitent peuvent participer à cette distribution.

Pour les adhérents de Tonnay-Boutonne la distribution se fait le jeudi de18 heures à 19 heures au 3, rue des Primevères.

Contacts et renseignements :

Amap "Entre Boutonne et Charente", association Loi 1901 - 1, rue de l’école - 17400 Fontenet

Jean-Pierre Plichard au 06 72 78 03 06 - Alain Danthonny au 05 46 32 42 57

amap.boutonne@laposte.net

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 15:06

linkJeudi 20 mai 2010 – Billet 1804 – Mes remerciements vont à Hélène G. pour ce lien

AGRICULTURE

« Nous gérons de la pathologie végétale…»

Par Claude Bourguignon, agronome

À VOIR : Une vidéo de 4’18 où Claude Bourguignon, agronome, décrit ”l’évolution” de l’agriculture depuis les années 50 et la façon dont les hommes sont maintenant nourris. Cliquer sur l’image ou sur le lien en bas de page.

20100520 claude bourguigno agronome-1      

20100520 claude bourguigno agronome-2www.koreus.com/video/alerte-babylone

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 07:30

Mercredi 24 mars 2010 – Article 1684 – Photos ©Bernard Maingot

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Gab 17 : le bio en expansion

GROUPEMENT DES AGRICULTEURS BIOLOGIQUES 17 Le Gab 17 a un nouveau président : Dominique Mallet. Tour d’horizon des projets pour 2010.  

20100324 Gab17 1732-blDe gauche à droite : Mireille Fontan (Cercoux), Dominique Mallet (nouveau président, Saint-Saturnin-du-Bois), Alain Bude (Tonnay-Boutonne) et Patrick Dauron (président sortant, Annezay). (Photo Bernard Maingot) 

Début mars, Patrick Dauron, président sortant à l’assemblée générale du Groupement des agriculteurs biologiques de Charente-Maritime (Gab 17) a cédé la main à un nouveau président, élu en bureau le 8 mars : Dominique Mallet, 53 ans.

Le nouveau président est en « réinstallation ». En Vendée, il exploitait en agriculture biologique une ferme laitière et maraîchère sur 70 hectares sous forme d’un Gaec, avant de jeter son dévolu sur la Charente-Maritime. « J’avais mené une réflexion dès 1990 sur la remise en cause du productivisme et j’avais déjà dans l’esprit la culture sans engrais chimiques et sans pesticides. Sans être en Amap (association pour le maintien de l’agriculture paysanne), nous avons mis en place une agriculture maraîchère avec une centaine d’abonnements, assurant la production et la commercialisation. »

Un travail d’équipe

Membre du Gab 17 depuis deux ans, Dominique Mallet étudie la possibilité de s’installer pour ne faire que du maraîchage, et, après un projet qui n’aboutit pas en Sud-Gâtine, il rencontre Jean-Louis Vacher, de La Motte-Aubert (Saint-Saturnin-du-Bois). L’affaire se conclue pour une surface de maraîchage de trois hectares, avec la collaboration d’un jeune, Léopold Denanfon, travaillant au CNRS de Chizé, désireux de s’installer également en bio. « Nous allons installer les serres à côté des terres et des bâtiments et les premières récoltes se feront au printemps 2011 », précise Dominique Mallet. « Nous verrons ensuite pour une extension. Par ailleurs, Nous avons l’intention de créer une Amap avec Dominique Pluchon, de Vandré, et avec Jean-Marie Marchand, qui fabrique ses farines au Coudret, tout près de La Motte-Aubert ».

Dominique Mallet, qui a auparavant été saunier-maraîcher, puis éducateur technique spécialisé, animant un atelier de maraîchage auprès des handicapés, dit à propos de la culture bio : « Ce qu’il faut, c’est ne pas être coupé de l’agriculture conventionnelle. Le Gab 17 est le travail d’une équipe d’élus et de salariés, pour le développement et les conversions, la transformation et la valorisation des produits ».

Un pôle conversion

De grands changements sont intervenus dans la filière bio, notamment une explosion de nouvelles conversions en Charente Maritime (+25% en 2010). En conséquence, un « Pôle Conversion » se met en place au niveau régional, en partenariat avec la Chambre d’agriculture, afin d’accueillir et accompagner le mieux possible les agriculteurs qui souhaitent changer de pratiques agricoles et de mode de commercialisation. « Il est nécessaire d’organiser la filière afin d’anticiper les volumes à collecter et à transformer pour les années à venir », précise Dominique Mallet.

Les agriculteurs bio étaient une centaine à adhérer au Gab 17 en 2009 (+ 22 %). Sur 400 agriculteurs bio en Charente-Maritime exploitant 2 000 hectares en 2005 et sur 600 agriculteurs bio exploitant 3 000 hectares en 2010.

« Je prends la suite d’un fonctionnement bien rôdé. Le travail du Gab 17 est de répondre à tous, qu’ils soient installés depuis peu ou depuis longtemps, de mettre en place un parrainage et d’assurer des formations techniques en homéopathie vétérinaire, en boulangerie paysanne, en atelier maraîchage… »

Des projets et des idées

Les idées bio ne manquent pas. Béatrice Poulon, chargée de la valorisation et de la transformation des produits annonce qu’un nouveau groupement de sept producteurs de plantes aromatiques et médicinales (Pam) vient de se créer à Sainte-Soulle, sous forme d’un GIE (groupement d’intérêt économique), avec à la présidence Didier Dorin : Bio Lo Pam 17. Sur cinq hectares, le groupement, qui produit notamment pour Léa Nature, cultive le thym, le romarin, l’anis vert, le fenouil, de la récolte au séchage, au triage et à la vente. Le président Dorin, qui était agriculteur conventionnel sur 40 hectares a également arrêté son deuxième métier pour se consacrer au bio

Alain Bude, agriculteur bio à Tonnay-Boutonne, fait partie d’un GIE « Saveurs fermières bio Poitou-Charentes » qui regroupent douze producteurs indépendants. Il est pour la valorisation et la transformation à la ferme des produits bio (blé en farine puis en pain). A Angoulins, un producteur chauffe un hectare de serres aux granulés.

La 12e rentrée bio

C’est la mission de Mireille Fontan, de Cercoux. Cette douzième rentrée bio aura lieu les 11 et 12 septembre. « Ce salon, qui a vu 3 000 entrées l’an passé, prend de l’ampleur chaque année, avec conférences et visites de fermes. Une nouvelle édition du guide bio sera faite pour l’occasion, avec une quinzaine de producteurs en plus… Le bio dans les collèges (et les lycées) rencontre des difficultés : 12 établissements seulement sur 51 collèges participent. La difficulté vient du coût et de la logistique pour la livraison des produits, surtout lorsqu’il y a déjà des groupements d’achats existants et des circuits bien établis. Le succès est plus grand dans les écoles primaires. »

Par ailleurs, une demande demande de subvention a été formulée auprès du Conseil général 17 afin de créer un nouveau poste pour améliorer la qualité du travail en cours et développer notamment la restauration hors domicile (RHD).

Enfin, le Gab 17 est toujours partie prenante sur le projet de la Trézence, où une surface de dix hectares était consacrée au bio, afin « de produire des légumes pour les collèges ».

Fonctionnement du Gab 17

Les bureaux de l’association du Groupement des agriculteurs biologiques de Charente-Maritime (GAB 17) sont installés au 42 F, avenue de Rochefort à Saint-Jean-d’Angély.

Le conseil d’administration est composé de :

- un président : Dominique Mallet (Saint-Saturnin-du-Bois)

- deux vice-présidents : Mireille Fontan (Cercoux) et Alain Bude (Tonnay-Boutonne) 

- une secrétaire : Virginie Morin (Les Touches-de-Périgny) 

- un trésorier : Dominique Pluchon (Vandré).

Le personnel compte quatre salariées :

- Christiane Audeval : secrétaire : organisatrice des foires et marchés.

- Karine Couprie : comptable,  gestion des finances et accompagnement secrétariat.

- Karine Trouillard : animatrice conseil et chargée de la communication, elle s’occupe de l’accompagnement des producteurs bio, des conversions et des installations. Elle met en place des formations techniques : analyser son sol et réaliser son compost, homéopathie vétérinaire, réussir sa conversion en grandes cultures bio, envisager sa conversion en élevage bovins lait, créer un atelier de production de petits fruits bio…).

- Béatrice Poulon : chargée de l’accompagnement des transformations et des valorisations des produits. Elle réalise des études technico-économiques et travaille sur les montages de dossier de demande de subvention. Elle informe sur la bio (marchés/foires/salons, guide bio, panneaux de communication « bout de ferme »,…) et organise des formations comme : l’Approfondissement des techniques de panification fermière, viennoiseries et préparation spéciales en boulange paysanne, aspects juridiques sociaux et fiscaux en boulange paysanne.

 

Gab 17 - 42 F, avenue de Rochefort - 17400 Saint-Jean-d'Angély – Tél. 05 46 32 09 68

Dominique Mallet, président : 06 59 09 02 80  20100324 Gab17 1734           

20100324 Gab17 1735             

20100324 Gab17 1733           

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 19:10

Vendredi 19 mars 2010 à 19 h 10– Article 1642

ARRÊTÉ PRÉFECTORAL CHARENTE-MARITIME

Pas d’huîtres ni de coquillages

SURVEILLANCE SANITAIRE – Le préfet de la Charente-Maritime a pris  un arrêté interdisant la consommation des coquillages provenant de notre littoral atlantique.

huitres-marennes-oleronTout le littoral Charente-Maritime et Vendée est concerné par le problème : Les huîtres et coquillages sont contaminés par une toxine dans des proportions très importantes, provoquant des complications intestinales.

Par mesure de précaution, la vente et le ramassage sont interdits. Deux mesures hebdomadaires seront nécessaires avant de pouvoir lever l’interdiction.

C’est encore un coup dur pour la conchyliculture et – on pouvait s’y attendre - une des conséquences de la tempête Xynthia.
Le JT 19/20 de France 3 Poitou-Charentes http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_POITOU_CHARENTES_1920
Une info sur Sud Ouest www.sudouest.com/charente-maritime/actualite/article/900886/mil.html

Communiqué du 19 mars de Domique Bussereau :
« La fermeture du bassin et le retrait des huîtres pour raisons sanitaires sont un évènement gravissime. Je suis en contact permanent avec mon collègue Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, le Préfet de la Charente-Maritime et François PATSOURIS, Président de la Section régionale.

Le Conseil général de la Charente-Maritime est bien évidemment solidaire de ses ostréiculteurs, déjà lourdement touchés par la tempête Xynthia.

En tant que membre du Gouvernement, je m’engage à ce que tout soit fait pour aider l’ostréiculture.

Avec Jean-Pierre TALLIEU, Vice-Président du Conseil général chargé de la Mer, je me rendrai à 18 heures au siège de la Section régionale afin de manifester notre solidarité. »

Dominique BUSSEREAU

Président du Conseil général de la Charente-Maritime

Secrétaire d’Etat chargé des Transports

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 22:45

Jeudi 21 janvier 2010 – Article # 1478

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – APICULTURE RÉGIONALE

La pollinisation

un service écologique majeur

L’association de développement apicole Poitou-Charentes s’inquiète des risques d’exposition des larves d’abeilles aux produits phytosanitaires et de la surmortalité en fin d’hivernage.

20100121 AG-ADA- 002De gauche à droite : Sébastien Pommier, Philippe Aimé, Francis Chauvency, Benoît Lacourcelle et Daniel Gauthier. (photo B. M.))

 

L’assemblée générale de l’ADA (Association de développement apicole Poitou-Charentes) s’est tenue jeudi 21 janvier à l’amphithéâtre de la Fondation Robert, sous la présidence de son président  Benoît Lacourcelle (Vienne), entouré des vice-présidents Philippe Aimé (Charente-Maritime) et Sébastien Pommier (Deux-Sèvres), de Francis Chauvancy, secrétaire (Deux-Sèvres) et du trésorier Daniel Gauthier (Deux-Sèvres). Dans la salle, les adhérents, représentant les différents collèges : l’ADA compte notamment quarante adhérents en collèges 1 et 2 (plus de 200 ruches et de 70 à 200 ruches) et neuf adhérents en syndicats apicoles et GDSA (groupements de défense sanitaires des abeilles). L’ADA représente donc une cinquantaine d’apiculteurs et 11 167 ruches (contre 11 821 en 2008), le cheptel régional comptant près de 100 000 ruches.

« Nôtre rôle est de concourir au maintien et au développement de l’apiculture en région en rassemblant les acteurs de la filière des quatre départements. Nous sommes aussi un lieu d’échanges pour promouvoir le métier et susciter des vocations », a rappelé Benoît Lacourcelle. Il a illustré son propos des difficultés rencontrées en zones de plaine, obligeant les apiculteurs à s’adapter aux méthodes de culture intensive et à être réactifs. A cet effet, des formations ont été dispensées sur la gestion du cheptel, pour informer sur les pesticides,  favoriser les échanges entre apiculteurs et informer des développements techniques.

La zone expérimentale de Chizé, partenariat d’étude sur cinquante ruches entre le CNRS, l’ADA et l’Inra du Magneraud, a vu un nouveau partenaire, Atmo Poitou-Charentes (organisme étudiant la qualité de l’air), chargé du suivi saisonnier de la présence de pesticides dans l’air. Et le président de citer notamment le thiaméthoxam, matière active du "Cruiser". Cet insecticide systémique, fabriqué par Syngenta, est autorisé avec recommandations d’usage, tandis que le Poncho-Maïs, fabriqué par Bayer, ou le Regent, ne le sont plus (1). Les apiculteurs considèrent la surmortalité des abeilles (34 % en sortie d’hivernage) comme étant due à l’usage de ces produits.

Le président expose également son inquiétude sur la création du nouvel "Institut technique et scientifique de l’abeille et de la pollinisation – Institut de l’abeille" par le centre national de développement apicole (CNDA) : « Cette création a fait beaucoup de bruit dans le milieu apicole. Mais quel rôle allons-nous jouer dans ce nouvel institut ? ». L’Itsap-Institut de l’abeille comportera en effet un conseil d’administration où seront aussi présents des apiculteurs et un conseil scientifique et technique. Mais cette création est ressentie comme « un passage en force…, comme pour l’autorisation du Cruiser… », commente en particulier un adhérent.

La réunion a également évoqué le réseau "Pollen OGM 2009" (suivi de 213 ruches sur 72 sites dans les zones de culture intensive du maïs), la participation aux jurys d’examen et l’animation auprès d’établissements d’enseignement, ainsi que la cartographie "Frelons asiatiques".

Mais le fondement ressortant de cette réunion reste avant tout le risque phytosanitaire : les larves d’abeilles se nourrissent en partie de nectar et de pollen rapportés à la ruche par les butineuses. « Le risque d’exposition de ces éléments exogènes et des larves aux substances phytosanitaires est donc réel. Il importe de disposer de méthodes pour évaluer ce risque ».

    

(1) Le Gouvernement a décidé de ne pas autoriser le Poncho-Maïs, fabriqué par Bayer. Ce produit contient du thiaméthoxam, qui dont le principe actif est la clothianidine de la famille des néo-nicotinoïdes. Les substances actives présentes dans le Régent (fipronil), le Gaucho (imidaclopride), le Poncho (clothianidine) et le Cruiser (thiaméthoxam) appartiennent à la même famille d'insecticides systémiques utilisés en enrobage de semences, notamment de maïs. Elles sont homologuées au niveau européen, même si la France a été le seul pays européen à retirer l'autorisation d'usage du Régent et du Gaucho.

 

ADA Poitou-Charentes – Agropole, BP 50002 – 86550 Mignaloux-Beauvoir Tél. 05 49 59 59 73 40

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 23:58

Mardi 17 novembre 2009

AGRICULTURE - ELEVAGE

Pour une agriculture durable en Poitou-Charentes

Vendredi 27 novembre, de 9 h30 à 17 h, au Lycée Agricole de Melle (Deux-Sèvres), InPACT(1)  Poitou-Charentes et la Fédération régionale CIVAM(2) Poitou-Charentes, en collaboration avec la Fédération nationale CIVAM, organisent un Forum sur le thème :

"Quelles réorientations des politiques agricoles pour produire autonome et économe"
 



















Avec les interventions de :


     * Paul BONHOMMEAU, ingénieur & juriste agricole
     * Gustave DELAIRE et Dominique FORESTIER, Accéa+ :
     * Philippe POINTEREAU, SOLAGRO
     * Jean-Christophe KROLL, ENESAD DIJON
     * Nadine GARAMBOIS, chaire d'agriculture comparée Agro Paris Tech
     * Lucien BOURGEOIS, économiste agricole

(1) InPACT : Initiatives pour une agriculture citoyenne et territoriale.

Site INPACT Poitou-Charentes : www.inpactpc.org

 

(2) CIVAM : Centre d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural

Site Fédération nationale CIVAM : www.civam.org


L’agriculture durable
, c’est quoi ?

 

Site Réseau Agriculture Durable des Civam : www.agriculture-durable.org

 

Consulter la plaquette de la FNCIVAM sur "Produire économe et autonome, c'est bon pour l'environnement, le revenu et l'emploi"

Renseignements

Philippe Desmaison, animateur InPACT Poitou-Charentes

Tél. : 05 45 91 43 52

inpact.pc.16@orange.fr


Inscriptions :

secrétariat FR CIVAM Poitou-Charentes

Tél. : 05 49 07 20 00

frcivampc@free.fr

12 bis rue Saint-Pierre 79500 Melle

 

Contact :

Mélanie Pontouis

Animatrice CIVAM

12 bis rue Saint-Pierre

79500 Melle

05 49 07 20 00

06 76 84 43 57

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 20:43

- Rédigé le mercredi 21 octobre 2009
- Adjonction du 23 janvier 2010 : l'émission le Mag du 17 octobre n'est malheureusement plus disponible sur le site de France 3, la chaîne n'ayant conservé en "disponible" au 23.01.2010 que les neuf dernières éditions (du 21 octobre 2009 au 23 janvier 2010). Dommage, car le lien dans mon article ne sert plus à rien et cela n'incite pas à mettre des liens vers d'autres sites. Il reste le résumé, mais ce n'est pas pareil... 
AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET MEDIAS

La bio logique

Consommateurs et consomm’acteurs

Une excellente émission sur France 3, samedi 17 octobre 2009 que j’ai découverte ce jour grâce au blog de Marius (Matha), en cliquant (clic droit) sur ce lien.

Il s’agit d’un reportage diffusé dans "Le Mag" sur l’agriculture Bio en Charente-Maritime.

L’émission commence d’abord chez Alain et Nadia Richard, qui ont une ferme d’élevage biologique à Aumagne, près de Matha. Sophie Goux nous apprend que le Poitou-Charentes est en retard dans ce domaine de l’agriculture, de l’élevage ou du maraîchage bioloque.

Un reportage fait ensuite découvrir la filière bio en Charente-maritime (et les consom’acteurs), dans les magasins, dans une cave, chez Léa Nature à Périgny (600 salariés), chez Jean-Michel Mingot à Marans, dans l’île d’Oléron chez Jean-Marie Mouhé et Benoît Simon et chez Nicolas Segin (GAB 17), des maraîchers bio oléronais, chez Emmanuel Langlet et Denis Gautronneau, à la ferme de Bonneville à Saint-Jean-de-Liversay (Marais poitevin), la plus importante du département, chez Fabien Grellet, vigneron à Matha, chez Jean-Marie Trichard, caviste à Tasdon, à Villeneuve-les-Salines pour la distribution des paniers de l’AMAP (association pour le maintien de l’agriculture paysanne, 1000 AMAP en France), chez Sébastien Michaud, maraîcher, chez Biocoop... 

Vous y apprendrez que la grande distribution se fournit en produits bio principalement à l’étranger, avec une empreinte carbone qui n’a rien de franchement écologique, que la vigne consomme 25 % des pesticides du marché français, ou bien encore que le marché du bio a fait une croissance de 39 % en 2008…

Vous découvrirez les avantages et les contraintes pour l’exploitant bio, et serez surpris de savoir qu’en France, 2 % seulement des terres sont en bio, à la 20e place dans l’Union Européenne (Poitou-Charentes est en dessous de ça alors que la Drôme est à 10 %).

L’émission dure 23 minutes, mais on ne décroche pas pour autant, les questions de Sophie Goux dans une interview très intéressante de Patrik Deron, président du Groupement des agriculteurs biologiques de Charente-Maritime (GAB 17), apportant des réponses qui interpellent…

                  

Merci Marius de cette info que je n’avais pas trouvé sur le canton de Saint-Jean-d’Angély, bien que le secrétariat de GAB 17 soit dans cette ville (quoi ? J’ai lancé un pavé dans la mare sur la communication ? il faut dire que, tout petit, je communiquais déjà avec les mares en y jetant des pierres. Qui n’a déjà point fait ça ?).

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 03:24

PHOTOS DES LECTEURS

Mardi 20 octobre 2009

Ecobuage et gros nuage

J’ai reçu hier lundi un e-mail avec trois photos de l’écobuage d’un champ, prises le 19 octobre 2009 vers onze heures.

L’expéditeur dit notamment : « Ce matin vers onze heures, en revenant de Tonnay-Boutonne - vers Torxé - un énorme nuage de fumée bouchait l'horizon et la route : des agriculteurs "brûlaient" un champ. Les photos sont prises après être passé à travers le nuage. »

Voir Ecobuage sur Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Écobuage

Cristallisant l'opposition entre le monde de l'élevage et celui de la forêt, la pratique de l'écobuage a connu des périodes allant de l'autorisation sans réserve à l'interdiction complète. Elle est aujourd'hui réglementée et fait l'objet d'arrêtés préfectoraux fixant les périodes d'autorisation, la procédure de déclaration préalable ainsi que les conditions de sécurité à respecter.
Le serveur du site de la préfecture étant "indisponible" pour ouvrir l'arrêté du préfet en format .pdf sur les "incinératios" au moment de la rédaction, je publie une capture d'écran trouvée en cache sur Google. 

 

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 23:47

Vu sur le Web lundi 19 octobre 2009

AGRICULTURE - ELEVAGE

Des paysans en colère à Poitiers  

25 photos de Marion Loudiyi-Valière ©, prises à Poitiers (Vienne), rue Victor-Hugo, entre la Mairie et la Préfecture, vendredi 16 octobre 2009.  

Visualiser l'album

http://belvert.hautetfort.com/album/des-paysans-en-colere-a-poitiers-par-marion-loudiyi-valiere/page1/
Voir l'ethnoblogue "Cultures et territoires"

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article