Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 07:30

Mercredi 24 mars 2010 – Article 1684 – Photos ©Bernard Maingot

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Gab 17 : le bio en expansion

GROUPEMENT DES AGRICULTEURS BIOLOGIQUES 17 Le Gab 17 a un nouveau président : Dominique Mallet. Tour d’horizon des projets pour 2010.  

20100324 Gab17 1732-blDe gauche à droite : Mireille Fontan (Cercoux), Dominique Mallet (nouveau président, Saint-Saturnin-du-Bois), Alain Bude (Tonnay-Boutonne) et Patrick Dauron (président sortant, Annezay). (Photo Bernard Maingot) 

Début mars, Patrick Dauron, président sortant à l’assemblée générale du Groupement des agriculteurs biologiques de Charente-Maritime (Gab 17) a cédé la main à un nouveau président, élu en bureau le 8 mars : Dominique Mallet, 53 ans.

Le nouveau président est en « réinstallation ». En Vendée, il exploitait en agriculture biologique une ferme laitière et maraîchère sur 70 hectares sous forme d’un Gaec, avant de jeter son dévolu sur la Charente-Maritime. « J’avais mené une réflexion dès 1990 sur la remise en cause du productivisme et j’avais déjà dans l’esprit la culture sans engrais chimiques et sans pesticides. Sans être en Amap (association pour le maintien de l’agriculture paysanne), nous avons mis en place une agriculture maraîchère avec une centaine d’abonnements, assurant la production et la commercialisation. »

Un travail d’équipe

Membre du Gab 17 depuis deux ans, Dominique Mallet étudie la possibilité de s’installer pour ne faire que du maraîchage, et, après un projet qui n’aboutit pas en Sud-Gâtine, il rencontre Jean-Louis Vacher, de La Motte-Aubert (Saint-Saturnin-du-Bois). L’affaire se conclue pour une surface de maraîchage de trois hectares, avec la collaboration d’un jeune, Léopold Denanfon, travaillant au CNRS de Chizé, désireux de s’installer également en bio. « Nous allons installer les serres à côté des terres et des bâtiments et les premières récoltes se feront au printemps 2011 », précise Dominique Mallet. « Nous verrons ensuite pour une extension. Par ailleurs, Nous avons l’intention de créer une Amap avec Dominique Pluchon, de Vandré, et avec Jean-Marie Marchand, qui fabrique ses farines au Coudret, tout près de La Motte-Aubert ».

Dominique Mallet, qui a auparavant été saunier-maraîcher, puis éducateur technique spécialisé, animant un atelier de maraîchage auprès des handicapés, dit à propos de la culture bio : « Ce qu’il faut, c’est ne pas être coupé de l’agriculture conventionnelle. Le Gab 17 est le travail d’une équipe d’élus et de salariés, pour le développement et les conversions, la transformation et la valorisation des produits ».

Un pôle conversion

De grands changements sont intervenus dans la filière bio, notamment une explosion de nouvelles conversions en Charente Maritime (+25% en 2010). En conséquence, un « Pôle Conversion » se met en place au niveau régional, en partenariat avec la Chambre d’agriculture, afin d’accueillir et accompagner le mieux possible les agriculteurs qui souhaitent changer de pratiques agricoles et de mode de commercialisation. « Il est nécessaire d’organiser la filière afin d’anticiper les volumes à collecter et à transformer pour les années à venir », précise Dominique Mallet.

Les agriculteurs bio étaient une centaine à adhérer au Gab 17 en 2009 (+ 22 %). Sur 400 agriculteurs bio en Charente-Maritime exploitant 2 000 hectares en 2005 et sur 600 agriculteurs bio exploitant 3 000 hectares en 2010.

« Je prends la suite d’un fonctionnement bien rôdé. Le travail du Gab 17 est de répondre à tous, qu’ils soient installés depuis peu ou depuis longtemps, de mettre en place un parrainage et d’assurer des formations techniques en homéopathie vétérinaire, en boulangerie paysanne, en atelier maraîchage… »

Des projets et des idées

Les idées bio ne manquent pas. Béatrice Poulon, chargée de la valorisation et de la transformation des produits annonce qu’un nouveau groupement de sept producteurs de plantes aromatiques et médicinales (Pam) vient de se créer à Sainte-Soulle, sous forme d’un GIE (groupement d’intérêt économique), avec à la présidence Didier Dorin : Bio Lo Pam 17. Sur cinq hectares, le groupement, qui produit notamment pour Léa Nature, cultive le thym, le romarin, l’anis vert, le fenouil, de la récolte au séchage, au triage et à la vente. Le président Dorin, qui était agriculteur conventionnel sur 40 hectares a également arrêté son deuxième métier pour se consacrer au bio

Alain Bude, agriculteur bio à Tonnay-Boutonne, fait partie d’un GIE « Saveurs fermières bio Poitou-Charentes » qui regroupent douze producteurs indépendants. Il est pour la valorisation et la transformation à la ferme des produits bio (blé en farine puis en pain). A Angoulins, un producteur chauffe un hectare de serres aux granulés.

La 12e rentrée bio

C’est la mission de Mireille Fontan, de Cercoux. Cette douzième rentrée bio aura lieu les 11 et 12 septembre. « Ce salon, qui a vu 3 000 entrées l’an passé, prend de l’ampleur chaque année, avec conférences et visites de fermes. Une nouvelle édition du guide bio sera faite pour l’occasion, avec une quinzaine de producteurs en plus… Le bio dans les collèges (et les lycées) rencontre des difficultés : 12 établissements seulement sur 51 collèges participent. La difficulté vient du coût et de la logistique pour la livraison des produits, surtout lorsqu’il y a déjà des groupements d’achats existants et des circuits bien établis. Le succès est plus grand dans les écoles primaires. »

Par ailleurs, une demande demande de subvention a été formulée auprès du Conseil général 17 afin de créer un nouveau poste pour améliorer la qualité du travail en cours et développer notamment la restauration hors domicile (RHD).

Enfin, le Gab 17 est toujours partie prenante sur le projet de la Trézence, où une surface de dix hectares était consacrée au bio, afin « de produire des légumes pour les collèges ».

Fonctionnement du Gab 17

Les bureaux de l’association du Groupement des agriculteurs biologiques de Charente-Maritime (GAB 17) sont installés au 42 F, avenue de Rochefort à Saint-Jean-d’Angély.

Le conseil d’administration est composé de :

- un président : Dominique Mallet (Saint-Saturnin-du-Bois)

- deux vice-présidents : Mireille Fontan (Cercoux) et Alain Bude (Tonnay-Boutonne) 

- une secrétaire : Virginie Morin (Les Touches-de-Périgny) 

- un trésorier : Dominique Pluchon (Vandré).

Le personnel compte quatre salariées :

- Christiane Audeval : secrétaire : organisatrice des foires et marchés.

- Karine Couprie : comptable,  gestion des finances et accompagnement secrétariat.

- Karine Trouillard : animatrice conseil et chargée de la communication, elle s’occupe de l’accompagnement des producteurs bio, des conversions et des installations. Elle met en place des formations techniques : analyser son sol et réaliser son compost, homéopathie vétérinaire, réussir sa conversion en grandes cultures bio, envisager sa conversion en élevage bovins lait, créer un atelier de production de petits fruits bio…).

- Béatrice Poulon : chargée de l’accompagnement des transformations et des valorisations des produits. Elle réalise des études technico-économiques et travaille sur les montages de dossier de demande de subvention. Elle informe sur la bio (marchés/foires/salons, guide bio, panneaux de communication « bout de ferme »,…) et organise des formations comme : l’Approfondissement des techniques de panification fermière, viennoiseries et préparation spéciales en boulange paysanne, aspects juridiques sociaux et fiscaux en boulange paysanne.

 

Gab 17 - 42 F, avenue de Rochefort - 17400 Saint-Jean-d'Angély – Tél. 05 46 32 09 68

Dominique Mallet, président : 06 59 09 02 80  20100324 Gab17 1734           

20100324 Gab17 1735             

20100324 Gab17 1733           

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article

commentaires

DUBOIS 17/03/2016 10:56

J'ai été volé par le GAB17 la personne m'a pris de l'argent est ne ma pas fournir mes panier il avait toujours des pretexte ou il voulait me les fournir quand je ne pouvais pas venir les chercher j'en suis vraiment déçu car il m'a pris beaucoup d'argent.