Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 22:45

Jeudi 21 janvier 2010 – Article # 1478

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – APICULTURE RÉGIONALE

La pollinisation

un service écologique majeur

L’association de développement apicole Poitou-Charentes s’inquiète des risques d’exposition des larves d’abeilles aux produits phytosanitaires et de la surmortalité en fin d’hivernage.

20100121 AG-ADA- 002De gauche à droite : Sébastien Pommier, Philippe Aimé, Francis Chauvency, Benoît Lacourcelle et Daniel Gauthier. (photo B. M.))

 

L’assemblée générale de l’ADA (Association de développement apicole Poitou-Charentes) s’est tenue jeudi 21 janvier à l’amphithéâtre de la Fondation Robert, sous la présidence de son président  Benoît Lacourcelle (Vienne), entouré des vice-présidents Philippe Aimé (Charente-Maritime) et Sébastien Pommier (Deux-Sèvres), de Francis Chauvancy, secrétaire (Deux-Sèvres) et du trésorier Daniel Gauthier (Deux-Sèvres). Dans la salle, les adhérents, représentant les différents collèges : l’ADA compte notamment quarante adhérents en collèges 1 et 2 (plus de 200 ruches et de 70 à 200 ruches) et neuf adhérents en syndicats apicoles et GDSA (groupements de défense sanitaires des abeilles). L’ADA représente donc une cinquantaine d’apiculteurs et 11 167 ruches (contre 11 821 en 2008), le cheptel régional comptant près de 100 000 ruches.

« Nôtre rôle est de concourir au maintien et au développement de l’apiculture en région en rassemblant les acteurs de la filière des quatre départements. Nous sommes aussi un lieu d’échanges pour promouvoir le métier et susciter des vocations », a rappelé Benoît Lacourcelle. Il a illustré son propos des difficultés rencontrées en zones de plaine, obligeant les apiculteurs à s’adapter aux méthodes de culture intensive et à être réactifs. A cet effet, des formations ont été dispensées sur la gestion du cheptel, pour informer sur les pesticides,  favoriser les échanges entre apiculteurs et informer des développements techniques.

La zone expérimentale de Chizé, partenariat d’étude sur cinquante ruches entre le CNRS, l’ADA et l’Inra du Magneraud, a vu un nouveau partenaire, Atmo Poitou-Charentes (organisme étudiant la qualité de l’air), chargé du suivi saisonnier de la présence de pesticides dans l’air. Et le président de citer notamment le thiaméthoxam, matière active du "Cruiser". Cet insecticide systémique, fabriqué par Syngenta, est autorisé avec recommandations d’usage, tandis que le Poncho-Maïs, fabriqué par Bayer, ou le Regent, ne le sont plus (1). Les apiculteurs considèrent la surmortalité des abeilles (34 % en sortie d’hivernage) comme étant due à l’usage de ces produits.

Le président expose également son inquiétude sur la création du nouvel "Institut technique et scientifique de l’abeille et de la pollinisation – Institut de l’abeille" par le centre national de développement apicole (CNDA) : « Cette création a fait beaucoup de bruit dans le milieu apicole. Mais quel rôle allons-nous jouer dans ce nouvel institut ? ». L’Itsap-Institut de l’abeille comportera en effet un conseil d’administration où seront aussi présents des apiculteurs et un conseil scientifique et technique. Mais cette création est ressentie comme « un passage en force…, comme pour l’autorisation du Cruiser… », commente en particulier un adhérent.

La réunion a également évoqué le réseau "Pollen OGM 2009" (suivi de 213 ruches sur 72 sites dans les zones de culture intensive du maïs), la participation aux jurys d’examen et l’animation auprès d’établissements d’enseignement, ainsi que la cartographie "Frelons asiatiques".

Mais le fondement ressortant de cette réunion reste avant tout le risque phytosanitaire : les larves d’abeilles se nourrissent en partie de nectar et de pollen rapportés à la ruche par les butineuses. « Le risque d’exposition de ces éléments exogènes et des larves aux substances phytosanitaires est donc réel. Il importe de disposer de méthodes pour évaluer ce risque ».

    

(1) Le Gouvernement a décidé de ne pas autoriser le Poncho-Maïs, fabriqué par Bayer. Ce produit contient du thiaméthoxam, qui dont le principe actif est la clothianidine de la famille des néo-nicotinoïdes. Les substances actives présentes dans le Régent (fipronil), le Gaucho (imidaclopride), le Poncho (clothianidine) et le Cruiser (thiaméthoxam) appartiennent à la même famille d'insecticides systémiques utilisés en enrobage de semences, notamment de maïs. Elles sont homologuées au niveau européen, même si la France a été le seul pays européen à retirer l'autorisation d'usage du Régent et du Gaucho.

 

ADA Poitou-Charentes – Agropole, BP 50002 – 86550 Mignaloux-Beauvoir Tél. 05 49 59 59 73 40

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Agriculture-Elevage
commenter cet article

commentaires

Serge Bouteille 26/01/2010 08:53


La Mairie se décidera t'elle un jour à changer l'écran de la salle de la Fondation Robert ? : voilà une photo témoin de son état déplorable ...


Bernard Maingot 26/01/2010 09:15


Cet écran m'avait choqué en arrière-plan de la photo, mais je n'ai pas tout coupé pour qu'on en voit encore un peu : c'est vrai que ça fait désordre et que cette salle, qui reçoit
beaucoup de réunions, mérite mieux !