Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 12:52

SAINT-JEAN-D’ANGELY

Conseil municipal du 3 septembre 2009

Le conseil municipal, réuni à l’Hôtel-de-Ville jeudi 3 septembre 2009 à 19 h débattra des points suivants :

- Semis (Sté d’économie mixte immobilière de Saintes, dans laquelle St-Jean a 30 %) : rapport d’activités 2008.

- CDC de Saint-Jean-d’Angély : modification des statuts (zones d’aménagement concerté d’intérêt communautaire – souhait de bénéficier de la TPU -, constitution de réserves foncières pour zones d’activités, balisage sentiers de randonnée, zone de développement éolienne, logement des personnes défavorisées, accompagnement des familles des gens du voyage, prise en charge des élèves de Clis).

- Assistance juridique par cabinet d’avocats Germain pour dossier de projet thermal et et protocole signé avec AVA & P2I.

- Legs à la ville : affectation du legs Richard (215 200 €).

- Création d’un Comité d’hygiène et de sécurité.

- Adhésion au Comité National d’Action Sociale.

- Ecole de musique : recrutement de quatre assistants spécialisés d’enseignements artistiques.

- Mise à jour du tableau des effectifs (personnel permanent). 176 postes ont été créés, 133 sont réels.

- Musée des Cordeliers : restauration objets archéologiques trouvés dans la Boutonne.

- Fourniture de trois défibrillateurs : un au stade, un au complexe du Coi, un à l’Hôtel-de-Ville. Les élus suivent une formation aux premiers soins.

- Aérodrome : convention de gestion avec la ville et l’Aéroclub angérien.

- Exonération de la taxe sur les spectacles pour les compétitions sportives.

- Création de feux tricolores avenue du Port/rue Michel-Texier (devant hôpital).

- Rapport annuel sur les services publics de l’eau. Prix et qualité de l’eau et de l’assainissement SAUR.

- Création d’un lotissement Les Fontaines du Coi, (lieux-dits Grattemoine nord et sud, à l’ouest du lotissement existant situé à gauche de la rue Lachevalle, allant jusqu’à la rocade et la ligne de chemin de fer).

- Création d’une voie de communication entre l’avenue Jacques-Richard et l’avenue Jean-Moulin (actuellement en cul-de-sac au rond-point en bas de Mc Do).

- Création d’un parking de 77 places boulevard Lair

- Projet de contournement de la ville : débat sur un contournement Ouest (les communes y sont favorables) ou Est.

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 23:38

MUNICIPALITÉ

« Un autre scénario »

Paul-Henri Denieuil, maire de Saint-Jean-d’Angély, a tenu son premier colloque municipal lundi 29 juin à 19 h, salle Aliénor-d’Aquitaine. Objectif : rendre compte aux Angériens de la première année de mandat municipal avec ses colistiers, une année consacrée à l’état des lieux de la ville et au lancement de nouveaux projets.

Comme on pouvait s’en douter ce lundi 29 juin, la salle Aliénor-d’Aquitaine était comble de personnes venues écouter Paul-Henri Denieuil et ses colistiers faire le point sur la ville et ses perspectives pour l’avenir, au 15e mois d’une élection qui avait surpris les Angériens eux-mêmes en mars 2008. « Il s’agit d’information et pas de concertation », avait dit le maire, soucieux que le colloque municipal ne soit pas centré sur les récentes réunions de concertation relatives au nouveau plan de circulation…

Commencée à 19 h, la présentation de ce bilan, animé par Dominique Bourdot, a été suivie d’une demi-heure de débat où le public a posé des questions. Les actions ont été présentées par thématique, chaque adjoint intervenant directement sur la scène.

Solidarité, Education

Sylvie Salade est d’abord intervenue sur le chapitre "Solidarité". Elle a évoqué le RSA, le CCAS et le logement social. Sur ce point, la Caf a été sollicitée pour la lutte contre les logements insalubres et 113 logements aux conditions de vie indigne ont été visitées. Le parc du logement social est vétuste et nécessite de proposer des logements mieux adaptés au statut des personnes (femmes victimes de violences, perte d’emploi). On notera l’embauche d’un  travailleur social pour encadrer les travaux du CCAS.

Au chapitre de l’éducation, Antoine Bordas et Monique Pineaud rappellent que 200 000 euros ont été affectés à des travaux de restauration scolaire. Le parc des ordinateurs est en rénovation. Les menus sont élaborés avec la Cuisine centrale et une diététicienne sans augmentation de prix. Un nouvel itinéraire du bus scolaire fera gagner 20 minutes de sommeil aux enfants. Des groupes de parents bénévoles conduisent les enfants jusqu’à l’école (opération Pédibus) pour favoriser  la sécurité, la prévention, l’exercice de la marche et lutter contre l’obésité. La sécurité des enfants reste prioritaire.

Aménager la cité

Intervenant sur l’aménagement de la cité, Jacques Castagnet a traité de quatre domaines. En 1er lieu, le patrimoine et le développement durable, avec la révision du Plu, le ZPPAUP, la Fondation du Patrimoine (50 % du montant des travaux servent à abaisser le revenu fiscal). Le 2e point concerne l’"agenda 21", programme d’action du 21e siècle orienté vers le développement durable, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, la protection des biens, le respect de l’environnement, la valorisation culturelle. Un diagnostic sera fait pour informer, sensibiliser et former la population. Le bilan carbone de la mairie (analyse chauffage, fuites climatisation, consommation et achats, déplacements, utilisation du papier) représente un coût de 4 160 euros HT dont 1 488 restent à la charge de la mairie après subvention de l’Ademe.

La modernisation des équipements est d’actualité avec l’effacement des réseaux, le gaz, l’assainissement, la fibre optique. Dans les zones artisanales et industrielles, les entreprises ont gelé leurs investissements depuis la crise. Des terrains ont été achetés côté ouest et vers la Grenoblerie. Les voies routières font l’objet d’études avec le Conseil général. Le projet Arcadys suit son cours, de même que l’étude sur le devenir de la caserne et du champ de foire.

Le projet de circulation piétons-voitures doit rendre la ville attractive. Les parkings seront une alternative au stationnement parasite. Il ne reste plus qu’une maison à acheter rue du Palais pour en faire une voie d’accès élargie. Rue Georges-Texier, les travaux définitifs de sécurisation des abords du collège (2 000 élèves) dureront six semaines en juillet/août et coûteront 600 000 euros. Le projet de contournement Est ou Ouest de la ville est à l’étude car il passe 12 000 véhicules/jour aux Allées d’Aussy, dont 10 % de camions. Et Jacques Castagnet de conclure son intervention : « Il faut faire mieux sans augmenter les impôts ».

Animer la cité

L’animation de la cité a vu quatre intervenants. Didier Martineaud annonce que la police municipale sera renforcée avec un 5e policier. Il a évoqué le CLSPD, les actions contre la délinquance en cohérence avec la gendarmerie, l’installation d’une vidéoprotection dans les zones à risque. Florence Perry a rappelé les diverses animations (marché de Noël, frairie, feu de la Saint-Jean, pique-nique du 15 août, jeux du 14 juillet…), les atouts du marché et de la foire, le partenariat avec l’association des commerçants C2A, forte de 130 membres. Hénoch Chauvreau a évoqué les relations et les conventions conclues avec les associations sportives, le conseil municipal des jeunes projeté en septembre prochain. Yolande Ducournau est intervenue sur la culture et le tourisme, rappelant un bilan positif pour Floralia/le salon du Livre, la fête de la Musique, la bibliothèque (3 000 abonnés, 100 passages par semaine), l’Ecole de musique (200 élèves inscrits, 8 disciplines instrumentales), l’exposition "Fil en fête", le projet de salles de spectacles 600 places et de trois salles de cinéma, concluant sur la prochaine exposition de septembre à décembre au musée : les fouilles archéologiques de la Boutonne.

« Un autre scénario »

Dans sa synthèse, Paul-Henri Denieuil a évoqué « un autre scénario », insistant sur l’aménagement de la vie quotidienne des habitants, de cadre de vie et de développement durable, d’un meilleur avenir. Il a rappelé que les 500 emplois de son projet électoral étaient toujours son objectif majeur pour réhabiliter le territoire et qu’il ne se résignerait pas « au fatalisme malgré la crise économique et financière très profonde… Il faut du temps, des contacts, des aménagements, des infrastructures, des hommes et des femme prêts à s’engager pour construire un nouveau Saint-Jean ».

Au cours du débat qui a suivi, un sujet d’importance a été évoqué : la construction d’une caserne de gendarmerie qui aurait été acceptée par le ministre de l’Intérieur, pour un coût de 7 millions d’euros. Construite sur un terrain de 1,8 hectares, elle comporterait 49 logements. Le maire a aussi confirmé la construction d’un nouveau Foyer des jeunes Travailleurs, route de Niort, avec abandon de l’ancien FJT.

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 19:20

MUNICIPALITE DE SAINT-JEAN-D’ANGELY

Le bilan de 15 mois de mandat

Paul-Henri Denieuil, maire de Saint-Jean-d’Angély, tiendra son premier colloque municipal lundi 29 juin à 18 h 30, salle Aliénor-d’Aquitaine. Objectif : rendre compte aux Angériens de la première année de mandat municipal avec ses colistiers, une année consacrée à l’état des lieux de la ville et au lancement de nouveaux projets.

Quinze mois après l’élection de la nouvelle équipe municipale, Paul-Henri Denieuil et ses colistiers vont rendre compte aux habitants de la cité.

Développement économique, sécurité, éducation, sports et culture, communication…, tous les sujets seront abordés, expliquant l’état d’avancement des grands projets de la ville et la réalité de l’action municipale.

Avec le plan de stationnement et de circulation en centre-ville, dont la dernière des réunions de concertation a lieu demain 23 juin salle de l’Eperon et la réunion de synthèse du 6 juillet, d’autres projets en chantier donneront l’occasion de poser des questions : réorganisation des services municipaux et des services techniques, communication avec la population, salle de spectacles et salles de cinéma à l’ancien Eden, aménagement de la place du champ de foire et de la caserne Voyer, caméras de vidéo protection, sécurité aux abords des écoles, rapports avec les associations sportives et culturelles…

Questions, débats, réponses et échanges sont attendus de part et d’autre, occasion pour les Angériens de s’inviter à participer à ces moments d’échange

Contact : Jérôme Trinquier, Direction Générale des Services de la ville de Saint-Jean-d’Angély - 05 46 59 56 65

Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 23:06
CONSEIL MUNICIPAL A SAINT-JEAN-D’ANGELY

« Une année "acceptable" »

Le conseil municipal s’est réuni jeudi 28 mai à 19 h, à l'hôtel de ville de Saint-Jean-d'Angély. Parmi les questions à l’ordre du jour, il faut noter un nouvel adjoint aux affaires scolaires, le vote du compte administratif 2008, l’embauche d’un directeur des services techniques, la désaffectation de l’école Barthélémy-Profit, l’aménagement du secteur scolaire rues Georges-Texier et Gabriel-Désiré…

 

Deux points n’étaient pas inscrits à l’ordre du jour du dernier conseil municipal du 28 mai.

Le premier a été soulevé par Agnès Deslandes, colistière de Françoise Mesnard, absente à ce conseil, au moment d’approuver le compte-rendu du conseil du 26 mars, s’étonnant que les minutes ne fassent pas état de la « saillie injurieuse » de Robert Dupard, élu de la majorité et voisin de table de la conseillère régionale PS, qui aurait demandé de « la faire taire » lorsqu’elle a dressé la liste des associations sans subventions, continuant même micro coupé. Agnès Deslandes demande des excuses publiques.

« La police de la séance est faite par le maire sur les prises de paroles au micro, rétorque Robert Dupard, et un comportement qui consiste à faire des provocations peut faire déboucher sur un mouvement d’humeur. Je reste dans une position délicate pour répondre, car Mme Mesnard n’est pas là ! »

Paul-Henri Denieuil a rappelé que seules les interventions au micro étaient retranscrites et que les chuchotements des élus ne pouvaient l’être : « Moi je ne l’ai pas entendu, comme la plupart des conseillers ou comme les journalistes. Vous l’avez donc répété à la presse ! ».
Ce que dément fermement Agnès Deslandes qui ajoute : « J’ai très bien entendu et je suis inquiète pour l’avenir des  débats dans cette assemblée. »

Remplacement d’un adjoint

Le second point a été abordé par le maire, informant de la démission de Monique Pineaud de son poste d’adjointe aux affaires scolaires (elle reste membre du conseil municipal), et de son désir de la remplacer par Antoine Bordas. Paul-Henri Denieuil a rendu hommage au travail accompli par Monique Pineaud pour « son engagement, sa disponibilité, ses qualités d’écoute et son professionnalisme au service des élèves ».

Sur demande de Jean-Claude Bouron, le vote a été fait à bulletins secrets, et Antoine Bordas a été élu par 23 voix et six bulletins blancs.

Espace d’expression dans Info Flash

Un débat a eu lieu entre Agnès Deslandes et le maire sur l’espace que la majorité voulait accorder dans le bulletin "Info Flash", à savoir un huitième de page sur les quatre du bulletin, espace correspondant à la demi-page réservée à l’opposition par l’ex-majorité de gauche dans l’ancienne revue municipale de seize pages "Vu des Tours".

« Nous voulons un quart de page, car on ne peut rien dire en 460 signes, ce qui représente quatre lignes », réclament l’élue socialiste et Jean-Claude Bouron. « Je cherche désespérément l’expression démocratique de la minorité dans le bulletin hebdomadaire ou sur le site de la Région », argumente le maire à qui Agnès Deslandes reproche alors de « pratiquer la politique politicienne ».

Finalement, Paul-Henri Denieuil accordera un quart de page en quatrième de couverture (920 signes) et 1500 signes sur le site de la ville, ce qui fera exprimer à l’adjoint Didier Martineau qu’un débat aussi long pour accéder à la demande de l’opposition était inutile et que l’opposition devait s’exprimer.
Trois élus de la majorité s’abstiendront sur le vote de ce dossier : Henoch Chauvreau, Sylvie Forgeard-Grignon et Elizabeth Colas.

Le vote du compte administratif 2008

Le compte administratif 2008, présenté par Gilles Raillard, a fait ressortir un résultat de moins 245 966 euros en Investissement et un excédent de 2 025 756 euros à la section Fonctionnement. Ont suivi les restes à réaliser, les besoins de financement, les affectations et les reports, ainsi que les détails par fonction.

« N’ayant pas voté le budget l’an dernier, nous nous abstiendrons sur le compte administratif » a déclaré Jean-Claude Bouron, ajoutant « qu’il eût été souhaitable que le percepteur présente ses comptes de gestion. » Il présente ses remarques sur l’excédent de fonctionnement qui a diminué de 256 434 euros en 2008 « soit 5,24 points de fiscalité », sur l’investissement qui voit son taux de réalisation faiblir à 49 % des inscriptions, ce que Gilles Raillard qualifiera « d’acceptable pour une année électorale », sur les recettes de fonctionnement qui diminuent de 405 000 euros, soit « l’équivalent de la couverture des frais financiers. »

Il assène en conclusion : « La réalité du compte montre la fragilité financière de la ville, qu’une catastrophe économique ne manquerait pas d’ébranler. »
Le compte administratif a été approuvé par 23 voix.

Complexe spectacles et cinéma

« C’est la fin d’une grande aventure que d’avoir passé la compétence cinéma à la CDC, entame le maire. On n’avait transféré que la compétence mais pas la gestion... Le préfet a remis les choses en ordre et nous avons pu récupérer les 7 500 euros de subvention accordés sur trois mois à la Sarl "Les cinémas du Rouergue" dans l’attente du transfert effectif. »

A la suite de cette annonce la maire a rappelé le projet de construction de trois salles de cinéma par la CDC à proximité d’Atlantys et le projet de la Ville d’une salle de spectacles avec trois salles de cinéma à l’emplacement de l’ancien Eden.
Paul-Henri Denieuil demande à la CDC de surseoir à sa décision d’implantation jusqu’à fin 2009, afin de mener une nouvelle étude de son projet, précisant que si le coût était supérieur à celui de la CDC, des installations pourraient être communes et réduire les coûts pour les deux collectivités territoriales.

Aménagement du secteur scolaire

Durant six semaines, en juillet et août, les travaux de réaménagement définitif autour de la cité scolaire rues Georges-Texier et Gabriel-Désiré vont prendre la suite des aménagements provisoires mis en place l’an dernier.

Le Conseil général est maître-d’œuvre et maître-d’ouvrage de cette opération estimée à 680 000 euros (le conseil régional n’a pas souhaité être associé à cette opération bien que le lycée jouxte le collège).

La circulation des véhicules sera réorganisée, le stationnement des bus scolaires et des véhicules sera modifié. Une piste cyclable, une piste piéton et des espaces verts seront créés. « Par ailleurs, nous allons proposer aux angériens un nouveau plan de circulation en ville.

Une consultation(*) aura lieu en juin pour l’orientation à donner dans un prochain conseil municipal », a conclu le maire.

(*) voir les dates sur http://angely.over-blog.com/article-32182663.html 

Le conseil en bref

Personnel

Un poste de technicien supérieur est créé à effet du 1er juin pour le recrutement d’un directeur des Services techniques. Pierre Berger sera effectivement en poste le 22 juin.

Centre de culture Européenne

Une subvention exceptionnelle de 2 594 euros a été accordée pour financer les actions du 20e anniversaire du CCE. Yolande Ducournau a remercié bénévoles et partenaires pour le succès des manifestations.

Musée des Cordeliers

Une exposition "Que faire avec la céramique" est prévue jusqu’au 30 août : coût d’objectif 6 775 euros. De mi-septembre à mi-décembre, aura lieu une exposition sur les fouilles archéologiques de la Boutonne. Coût d’objectif 3 325 euros.

Conseil municipal des jeunes

Le conseil approuve le projet et l’adhésion à l’Anacej pour un montant de 654,13 euros.

Ecole Barthélémy-Profit

Une demande sera faite au préfet pour avoir l’approbation de désaffecter l’école, depuis que les classes ont été transférées aux écoles du Manoir et Régnaud et pour désaffecter le logement de fonction, qui fera l’objet d’une attribution de logement situé au 6 rue du Gymnase.

Marianne

La Marianne de l’école Barthélémy-Profit, offerte par Jules-Ferry aux écoles publiques, sera donnée au Musée départemental de l’école publique à Vergné, en témoignage de l’école publique sous la IIIe République.

Immobilier

La Ville veut diminuer son patrimoine immobilier qui génère des coûts d’entretien importants.  Deux garages de 19 m2, situés 101B et 101E avenue-de-Gaulle et deux petites maisons 8 rue Guynemer (77 m2) et 41 rue du 4-Septembre (75 m2) seront mis en vente.

Local zone de la Garrousserie

Un local situé 42b1 avenue de Rochefort sera vendu à Cimbria Heid au prix de 17 500 euros.

Chambre funéraire

Une seconde chambre funéraire sera implantée 150 Faubourg de Niort.

Fin du conseil à 21 h 40.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 16:32

Conseil municipal

Le prochain conseil municipal aura lieu ce jeudi 28 mai 2009 à 19 h, à l’Hôtel-de-Ville de Saint-Jean-d’Angély.
Citons quelques points de l’ordre du jour :

- Comptes administratifs et comptes de gestion 2008, affectation du résultat ;

- Personnel : embauche d’un directeur des services techniques ;

- Programmation culturelle 2009 au musée des Cordeliers ;

- Projet de mise en place d’un conseil municipal des Jeunes ;

- Locaux de l’école Barthélémy-Profit ;

- Aménagement du secteur scolaire rues Georges-Texier et Gabriel-Désiré.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 11:44
MAIRIE DE SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Nouveau : Info Flash n° 1 (avril 09)

La mairie de Saint-Jean-d’Angély vient d’éditer un nouveau bulletin d'informations municipales : "Info flash".

Le n° 1, daté d’avril 2009, comporte quatre pages et a été imprimé en 5 000 exemplaires aux Éditions Bordessoules.

Une version est également disponible sur Internet en format PDF (Adobe Acrobat ou Acrobat Reader).


Pour recevoir "Info Flash n° 1" par e-mail, il faut s’inscrire :
sur le site de la mairie à l’article www.angely.net/suite.php?art_id=1000157  
ou à
www.angely.net/magazine/abonnement.php

 

Pour le télécharger : Info Flash N°1 en PDF

 

Un extrait de la page 3 (projets)

Partager cet article
Repost0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 03:52

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – CONSEIL MUNICIPAL

Des tensions sur les subventions

Le conseil municipal du jeudi 26 mars a donné lieu à un débat très vif sur le chapitre des subventions, lors de la présentation du budget primitif 2009 de la ville, lequel a été adopté, moins les voix des six élus de l’opposition qui ont voté contre, tout en adoptant les budgets annexes.

Bernard Maingot

Gilles Raillard, adjoint délégué aux finances, a présenté le budget primitif de la ville, faisant ressortir une baisse des recettes à 10,3 millions d’euros (-0,9 %), le seul point qui a fait l’unanimité avec l’opposition.

Les recettes de fonctionnement

Les dotations et compensations de l’Etat s’élèvent à 3 millions d’euros, avec une baisse de 94 000 euros (- 3 %) sur la dotation globale de fonctionnement en raison de la baisse de population. Les produits des services et du domaine (loyers habitations, entreprises, fermiers, droits de place, cantine école de musique, bibliothèque, musée…) reculent de 6,5 % à 426 380 €.

En fiscalité indirecte (taxe raccordement tout-à-l’égoût et sur électricité, droits de mutation), la baisse est de 18 % à 120 000 €.

L’apport le plus important est la fiscalité directe avec plus de 5 millions € (+ 2,9 %). A noter que si les taux des taxes angériennes n’ont pas augmenté, les bases seront revalorisées par l’Etat (2,5 % sur le foncier bâti et 1,5  % sur le non-bâti).

La reprise des résultats (excédent de fonctionnement 2008) est de 973 500 €, en baisse par rapport à 2007 (1,2 Million d’€). Rappelons que cette somme fait partie de la capacité d’autofinancement qui doit permettre de payer la dette actuelle (790 000 €), sans avoir recours à l’emprunt…

Les dépenses de fonctionnement

Elles se chiffrent à 9,1 millions €. Le poste le plus important concerne les charges de personnel (4,5 millions €) en progression de 6,2 % de par la nouvelle grille indiciaire et la revalorisation des indices. Des événements exceptionnels ne se présenteront pas en 2009 (recensement 30 000 €, doublons départ en retraite 9 000 €, régularisation avant radiation d’effectifs 20 000 €). Sans ces éléments la hausse ne serait que de 4,95 %.

Les dépense à caractère général (2 millions d’€) doit faire l’objet d’économies : 15 000 € sur les dépenses de fonctionnement des services (eau, électricité, gaz) qui passeront ensuite à 80 000 €. Pour ce faire, 40 000 € seront investis en maîtrise d’énergie. A titre d’exemple, les fluides coûtent 600 000 € à la ville.

Les subventions

Elles sont en diminution à 695 160 €, par un jeu d’économies volontaires et de répartitions différentes entre les associations, le maire désirant éviter « un saupoudrage de subventions aux associations de loisirs pour renforcer les aides à caractère humanitaire et social ». Ainsi, le centre socioculturel verra sa subvention diminuée de 40 000 € et son rôle redéfini, le CCAS percevra 210 000 € (au lieu de 190 000), le SDIS 388 000 €…

Ce qui a déclenché une attaque en règle de Françoise Mesnard, élue d’opposition socialiste, qui a reproché au maire les « 47 associations voyant leurs subventions supprimées et les 25 autres diminuées ».

Elle a ainsi rapporté l’économie de 40 000 € à l’achat de caméras de sécurité (90 000 €, subventionnés à 35 000 €) et au recrutement d’un chargé de communication (57 000 €). Micro coupé, elle a continué une longue litanie des 72 associations concernées, tandis que des remous se créaient dans le public d'une salle comble  public et que l’énervement gagnaiet les conseillers de la majorité.

La réponse du maire

Face à cette charge frontale le maire Paul-Henri Denieuil et Gilles Raillard ont expliqué « leur choix de ne pas changer l’enveloppe sociale et d’aider plus les associations telles l’Arche, l’Amitié, les Restos du cœur, la Croix-Rouge et le centre communal d’action sociale, qui vient leurs dotations augmenter. Nous voulons soutenir les projets envers les jeunes et soutenir les grands clubs sportifs en prenant des engagements lisibles par des convention ».

Bernard Prabonnaud (opposition) et Hénoch Chauvreau (adjoint aux sports) sont à leur tour entrés dans l’arène pour débattre, et Paul-Henri Denieuil a posé la question de savoir « pourquoi subventionner des associations de loisirs qui bénéficient déjà d’un local, du chauffage, de l’entretien et parfois du téléphone et qui ont aussi un actif leur permettant de subsister plusieurs années ? ».

François Mesnard a insisté sur le fait que « les associations angériennes constituaient une richesse, une force vive et généraient un lien social ».

Elle également critiqué qu’au chapitre des recettes, figurait la vente de bâtiments communaux, telle l’école Jélu pour 350 000 € « alors que vous n’êtes pas sûr de cette vente et qu’en gestion on inscrits les recettes dont est assuré ». « Avec 103 bâtiments communaux, le patrimoine immobilier de la ville est considérable et difficile à entretenir », a répondu le maire. Signalons aussi la vente de deux maisons à 120 000 €, d’un appartement à 110 000 € et d’un autre rue du Port à 50 000 €.

Françoise Mesnard a reproché « les promesses de campagne où une grande société devait délocaliser une partie de ses effectifs à Saint-Jean-d’Angély. Où sont passés ces emplois qui devaient être créés ? (…) Votre budget est le budget de la déception ».

Le maire a rétorqué que les reproches faits étaient injustifiés au terme d’un an de mandat, alors que l’opposition n’avait pas non plus abouti à ce résultat en 13 ans de mandats précédents.

« En conclusion, a commenté Gilles Raillard, le budget primitif 2009 se caractérise par une maîtrise des dépenses de fonctionnement, un programme d’investissement plus important qu’en 2008, un recours à l’emprunt à hauteur de 775 000 euros, la poursuite de la réorganisation des services, la suppression du saupoudrage des subventions aux associations, le maintien des taux de fiscalité ».

Le budget principal a été adopté moins six voix de l’opposition qui a voté contre.

Budgets annexes

Après deux heures trente d'un débat très animé sur le budget de la ville, les budgets annexes (lesquels peuvent être renfloués par le budget principal en cas de déséquilibre) sont passés comme une lettre à la poste et adoptés à  l’unanimité.
Ils concernent les usines relais, un bâtiment commercial, les thermes, les transports, l’eau, l’assainissement, le lotissement de la Vallée du Ponant, les zones industrielles, les zones de la Grenoblerie 2 et 3.

A signaler des acquisitions immobilières et foncières pour préparer la sortie de crise et l’implantation d’entreprises (6,62 ha en zone nord pour 367 500 €) ; la vente à Gitem d’une parcelle de 2 476 m2 pour un agrandissement ; des acquisitions rue du palais pour son élargissement et sa liaison avec le champ de foire ; la vente du bâtiment incendié à la caserne Voyer. Le centre thermal nécessite encore 766 200 € pour remboursement de dette, solde de TVA et travaux d’entretien pour 130 000 €.
Le budget transport reçoit cependant une bonne nouvelle, le Conseil général augmentant sa participation à 15 000 € (2 300 € en 2008).

Polémique

Agnès Deslandes (opposition) s’interroge sur le fait qu’un conseiller municipal, président d’une association sportive, soit aussi vice-président de la commission des sports. Allusion visant directement Jean-Marie Boissonnot, président du Moto Club angérien, dont l’opposition dira que « le motocross est une entreprise de spectacles et qu’à ce titre elle ne peut être subventionnée, notamment par le Conseil régional », Françoise Mesnard ajoutant que ce n'était pas le lieu pour évoquer des subventions régionales. Le maire a spécifié que « le conseiller municipal incriminé peut toujours sortir d’une séance et que s’il n’influence pas les débats, il n’y a pas incompatibilité ».

Et Floralia ?

Le déplacement de Floralia sur la place de l’hôtel de ville est également abordé. La municipalité  rappelle que son regroupement avec le Salon du Livre dans ce nouvel endroit est propre à créer de nouvelles synergies pour une meilleure réussite.

Motion sur le lycée Audouin-Dubreuil

Michèle Toucas-Bouteau a fait part des craintes qu’elle avait en ce qui concernait Le lycée Ausouin-Dubreuil sur une évaluation a minima des effectifs entraînant une surcharge des classes et une réduction des options, ainsi que le transfert de la filière secrétariat sur Saintes. « Cette filière connaît un grand succès et concernent une majorité d’élèves originaires de la ville ou environs immédiats, à revenus modestes et à mobilité réduite. S’il leur faut aller à Saintes en 2010, cela mettra un terme à leurs études alors que cette filière fonctionne bien à Saint-Jean ». Et de demander au conseil de déposer une motion en ce sens.

« J’ai rencontré M Prodhomme, inspecteur d’académie, répond le maire. S’il est question de rationaliser les formations Bac Pro compta et secrétariat, il ne fera pas n’importe quoi à la rentrée et tiendra compte des effectifs. Le lycée va d’ailleurs mettre en place un nouveau Bac Pro services-accueil ». Le maire a précisé que la motion ne serait pas acceptée en conseil municipal.

 

Rappel des taux de fiscalité (inchangés en 2009)

Habitation 10,93 % (ville même strate 11,36 %)

Foncier bâti 25,30 % (VMS 16,58 %)

Foncier non bâti 49,67 %) (national 44 ,43 %)

Professionnelle 15,31 % ( VMS 11,44 %)

Partager cet article
Repost0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 01:58
Conseil municipal
Le prochain conseil municipal aura lieu ce jeudi 26 mars à 19 h, à l’Hôtel-de-Ville de Saint-Jean-d’Angély.
Parmi l’ordre du jour, citons quelques points importants : le projet de budget primitif 2009, en équilibre à 13 millions d’euros ; les budgets annexes ; les taux de fiscalité ; la mise en œuvre des passeports biométriques, l’élargissement de la rue du Palais...
Partager cet article
Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 15:25
MUNICIPALITÉ
Une année de mandature Denieuil

Lundi 16 mars, le maire de Saint-Jean-d’Angély, Paul-Henri Denieuil, a établi un diagnostic de la gestion municipale et présenté des projets pour la ville. Un constat très dense, un an après les municipales.

 « J’ai la conviction que depuis 19 ans, la ville n’a pas été gérée avec compétence, et qu’en dehors de ce projet de centre thermal, aucune vision ne s’est inscrite dans un grand plan…, assène en début d’entretien Paul-Henri Denieuil. La gestion de la ville a été faite au fil de l’eau ! »

Et le maire de préciser que la municipalité avait dressé un constat sur l’état des lieux à son arrivée, pallié aux urgences en 2008 et déterminé les projets pour 2009 et les années futures. « Nous voulons maintenant être dynamiques, responsables et volontaristes pour la ville ».

Il rappelle que dans le programme promis aux Angériens au cours de sa mandature, plusieurs de ses propositions sont devenues réalités : amélioration de la sécurité, réorganisation des services municipaux et amélioration de leur efficacité, lutte contre le gaspillage… « D’autres  propositions sont en chantier, mais nous avons dû prendre le temps d’évaluer avec précision l’état des finances communales, de poursuivre le désendettement de la ville, de commander des audits et des études. La réhabilitation du centre-ville, grâce à un nouveau plan de circulation et de stationnement et nos efforts en matière de tourisme et d’animations feront que Saint-Jean-d’Angély reprendra son rang ».

Le maire assure que la crise économique majeure actuelle n’entame en rien sa volonté de réussir la plus importante de ses promesses : l’implantation de nouvelles entreprises et la création de 500 emplois. « La crise nous donne plus de temps pour gommer les erreurs passées, reprendre la maîtrise de notre développement urbanistique et économique, et pour viabiliser les terrains nécessaires aux nouveaux arrivants »

Un constat négatif…

«  La gestion a été faite au fil de l’eau sur de nombreux points : entretien de la voirie et des bâtiments communaux, gonflement des effectifs des personnels administratifs et techniques de la mairie, délégations de pouvoirs entravant l’action municipale (développement économique confié à la CDC ou à des sociétés privées, tourisme…), urbanisme non maîtrisé (étalement de l’habitat vers la périphérie, extension impossible de la ZA de l’Aumônerie…), saupoudrage des subventions aux associations… Un seul projet d’envergure a animé les deux dernières mandatures : les thermes. Un projet pour lequel la recherche de promoteurs a été confiée en 2006 à une société d’études au capital de… 100 euros et qui va coûter un million d’euros à la ville d’ici 2010 ! Sept hectares sont gelés en centre-ville, mais il nous faut tenir les engagements pris précédemment. ».

Il dresse un autre constat négatif en matière fiscale, où « Saint-Jean-d’Angély est plus pauvre que la moyenne des villes semblables, les taux de la taxe professionnelle et du foncier bâti sont nettement au-dessus de la moyenne de la strate, l’endettement est élevé et la population est en baisse, ce qui entraîne de moindres dotations de l’État ».

Il estime aussi que la qualité des clubs sportifs est excellente mais peu reconnue, que le tissu associatif est dense mais qu’il ne travaille pas en réseau, que la programmation culturelle est importante mais attire peu la population, que la ville est potentiellement touristique mais n’a pas  de véritable politique dans ce domaine, que l’environnement naturel est agréable mais peu mis en avant, que des terrains sont disponibles mais mal présentés… « Nous avons dû travailler dans l’urgence ».

… des urgences…

Le maire explique que de nombreuses décisions ont été traitées dans l’urgence. Tout d’abord celles liées aux décisions (« et aux lacunes de gestion ») de l’ancienne municipalité : vote budget 2008, délibérations sur entretien puits thermal, renouvellement agrément "eau thermale". Enfin, une chasse au gaspillage a été lancée, débouchant sur la mise en place, au sein des services municipaux, de moyens de contrôle des dépenses de fonctionnement et d’investissement.

…et des projets

Il fait part « d’un projet de grande CDC, du partenariat avec la CDC pour les projets de salle de cinéma et la zone Arcadys consacrée aux entreprises liées au développement durable, de reprise du dialogue avec le Conseil général et l’Etat, de la collaboration avec la municipalité (PS) de Saintes pour la création d’une Mission Locale commune », ainsi que de la réactivation du projet de nouvelle caserne de gendarmerie et le redéploiement des moyens donnés au Ccas par l’embauche d’un travailleur social (une réflexion est en cours sur un centre d’action social intercommunal). 

« Nous avons également à cœur la réhabilitation du centre-ville, par le recensement des friches urbaines et des logements indignes - en collaboration avec la Caf - , par une convention avec la Fondation du Patrimoine pour aider les propriétaires à rénover leurs biens, avec la modification de la ZPPAUP et le début des études sur un nouveau plan de circulation, de stationnement et de création de nouveaux espaces verts ».

Enfin, il informe avoir multiplié les rencontres avec des chefs d’entreprises, grandes sociétés ou PME, nationales et internationales, avec les institutions et les milieux économiques

« Pour une meilleure efficacité, un nouveau Directeur général des Services est arrivé en juin 2008 et nous avons procédé à la réorganisation des services municipaux ». Ceux-ci sont articulés autour de cinq pôles : développement économique et Aménagement urbain ; solidarité ; services techniques et développement durable ; sports-culture-animation-jeunesse et enfance ; ressources internes et administration générale ».

Une méthode et des outils

Des audits ont été lancés sur l’organisation et les capacités des services de la ville, sur les relations qu’elle entretient avec les autres institutions, sur ses moyens financiers. Des diagnostics et des études concernent notamment la réhabilitation du centre-ville, la circulation et le stationnement, la réhabilitation du parc de logements sociaux (en collaboration avec les deux principaux bailleurs, Atlantic Aménagement et Habitat 17), le projet de déviation Nord-Sud (en collaboration avec le Conseil général, en vue de son inscription au Schéma routier départemental) car « 10 000 véhicules passent chaque jour aux Allées d’Aussy », l’état des bâtiments communaux, les friches urbaines, la future salle de spectacles, la réorganisation des services de la ville, un projet de crèches en partenariat avec les entreprises.

La Ville a aussi établi un bilan carbone de ses services, dans le cadre des décisions du Grenelle de l’Environnement, afin de préparer un "agenda 21".

Le recours à des experts rémunérés aux résultats a été décidé pour les grands projets et la chasse au gaspillage (gestion de la dette, gestion des contrats d’assurance, gestion des charges sociales).

Et le maire d’ajouter : «  Les élus ont sans cesse à l’esprit que 100 euros économisés dans la section "fonctionnement" du budget communal permettent, grâce à leur effet de levier sur les subventions et les emprunts, de financer 1 000 euros d’investissements. Ce sera nécessaire pour mettre en place un plan pluriannuel d’investissement, pour les grands projets de la mandature, mais aussi pour l’entretien de la voirie, la rénovation des bâtiments communaux ».

Signalons aussi l’instauration d’un processus "objectifs-moyens" avec les associations subventionnées, et,  parmi les études en cours, l’implantation d’une crèche et la création d’un Conseil municipal des Jeunes.

Et le maire de conclure : « Nous avons plusieurs dizaine d’hectares de terrains disponibles, du foncier peu cher, une excellente situation géographique et un bon environnement. Toutes conditions adéquates pour des implantations d’entreprises et la création d’emplois. Nous nous y employons intensément ».

 

Les réalisations 2008

1,1 million d’euros ont été  consacrés aux investissements. Il s’agit de travaux sur des bâtiments communaux (231 000 euros), dans des écoles maternelles et primaires (181 000 euros), sur des équipements sportifs (235 000 euros), de travaux sur la voirie et les réseaux de la ville (580 000 euros). Par ailleurs, les acquisitions de matériels (cuisine centrale, sports, voirie) ont représenté près de 225 000 euros.

 
Projets 2009

Le projet de budget primitif 2009 sera soumis au conseil municipal le 26 mars prochain. Près de deux millions d’euros sont prévus en dépenses d’investissement pour des équipements, bâtiments et travaux : voirie 872 500 euros ; environnement 370 000 euros ; administration générale de la commune 172 250 euros ; écoles primaires et maternelles 159 190 euros ; culture 135 200 euros ; entretien bâtiments 107 100 euros ; sports 52 800 euros.

Partager cet article
Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 16:49
CONSEIL MUNICIPAL DU 19 FEVRIER 2009

Les orientations budgétaires 2009

Le débat d’orientations budgétaires a vu remplir le salon d’honneur de la mairie pour le conseil municipal de Saint-Jean d’Angély, présenté le 19 février par le maire Paul-Henri Denieuil et Gilles Raillard, adjoint délégué aux finances. Le DOB, obligatoire dans les villes de plus de 3 500 habitants servira de fondement au budget primitif 2009 qui sera présenté le 26 mars.

» Bernard MAINGOT.

 

Lundi 16 février, le maire Paul-Henri Denieuil et Gilles Raillard avaient évoqué les grandes lignes de leur travail budgétaire dans une conférence de presse et annoncé que les taux des impôts locaux n'augmenteraient pas en 2009, malgré la diminution de la Dotation globale de fonctionnement de l’État (DGF). Pour ce faire, il indiquait nécessaire de maîtriser les dépenses, notamment celles de personnel qui représentent plus de 50 % des dépenses de fonctionnement.

Jeudi 19 février, le public est venu nombreux assister au conseil municipal, où Gilles Raillard, adjoint délégué aux finances, a situé les orientations budgétaires communales dans le contexte économique mondial, tenant compte des paramètres connus, de la crise, de la politique gouvernementale, de la diminution des dotations de l’État et des comptes communaux 2008 pour élaborer un budget 2009 sans hausse fiscale.

 « Nous ne pouvons pratiquer d'augmentation car le pouvoir d'achat des Angériens est déjà peu élevé », a commenté le maire.

 

Un contexte difficile

Un diaporama a brossé un tableau complet des chiffres 2008 et de la situation en ce début d’année : un contexte économique et financier difficile avec le plan de réforme du gouvernement sur les finances publiques pour 2009 (réforme taxe professionnelle, etc.), une crise immobilière et bancaire mondiale (« il faut trouver un juste niveau de prudence dans les dépenses et les investissements »), et une prévision d’inflation de 1,5 % pour 2009.

Les charges de fonctionnement ont évolué de 6,24 % de 2002 à 2007 (+ 0,8 % en 2008, pour un montant global 8 454 135 euros) dont plus de 50 % en charges de personnel (4 259 325 euros, soit + 1 %) représentant un coût supérieur à la moyenne de la strate des villes de même importance.
Les charges de gestion courante s’élèvent à 3 181 362 euros (38 % des charges de fonctionnement) hors remboursement du capital de la dette (895 000 euros), et les charges financières à 525 074 euros (6,2 % en 2008 contre 6 % en 2007).

Côté recettes de fonctionnement, elles sont de 9 249 257 euros, en baisse de 4,2 % par rapport à 2007. Elles comprennent les ressources fiscales directes (les "quatre vieilles", constituées par les taxes sur le foncier bâti et non bâti, la taxe d’habitation et la taxe professionnelle pour 4 892 046 euros soit + 4,1 %), les dotations de l’Etat pour 3 220 218 euros (- 6 %), dont la dotation globale de fonctionnement (DGF 2 303 427, + 0,8 %) et autres dotations (DSR), les autres produits réels (dont droits de mutation en baisse de 22,6 %). « Le potentiel fiscal est inférieur à notre "strate" et la pression fiscale supérieure », commente Gilles Raillard.

La capacité d’autofinancement (la CAF est l’excédent résultant du fonctionnement permettant de financer les investissements) s’élève à 1 097 000 euros (- 12 %).

Les ressources d’investissement, constituées de la CAF nette (202 158 après remboursement de capital de la dette 895 000) des ressources propres pour 707 000 euros (subventions 267 000, FC TVA 261 000, TLE 45 290, cessions d’actifs 133 000) et des emprunts nouveaux, servent aux dépenses d’équipement (1 802 000).

Les projets 2009

Dans les grands projets, citons la réhabilitation du cœur de ville, la mise en œuvre d’un plan de circulation et de stationnement, des études de création d’espaces verts en centre-ville, la réhabilitation de l’habitat social, en lien avec les bailleurs et l’étude d’un complexe culturel (salle de spectacles et trois salles de cinéma), en collaboration avec la CdC.

Sont prévus des travaux de réhabilitation et d’entretien des équipements scolaires (renouvellement de matériel) et la réhabilitation des grands équipements sportifs de la ville.

En urbanisme et bâtiments communaux, poursuite des travaux de voirie communale et de réseaux urbains, révision de la ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager) et du Plu (plan local d’urbanisme), aménagement définitif des abords du lycée et du collège, aménagement de la salle Aliénor-d’Aquitaine, étude de réhabilitation de l’Abbaye Royale (toiture) et entretien des bâtiments communaux. Les services verront la poursuite de l’informatisation et l’acquisition de nouveaux progiciels (RH, urbanisme, finances).

 

Maintenir le niveau d’investissement

Paul-Henri Denieuil veut limiter le recours à l’emprunt et dégager la marge nécessaire au maintien du niveau des investissements et au remboursement de la dette par une meilleure maîtrise des charges de fonctionnement, précisant notamment qu’il fallait cerner au mieux les charges de personnel.

S’adressant au maire, Jean-Claude Bouron (opposition) déclare alors : « Vous affichez votre mépris vis-à-vis de l'opposition en ne convoquant pas la commission des finances avant ce débat. Vous montrez votre aversion pour la démocratie en vous étalant dans la presse avant même que les élus n'aient reçu les documents relatifs au Conseil municipal ». Puis, s’adressant à Gilles Raillard, il ajoute : « Votre présentation s'apparente plus à l'étude d'un compte administratif qu'à un débat d'orientations budgétaires ! »

Des "bons points" et "mauvais points"

Il décerne ensuite des "bons et mauvais points" à l’encontre de la gestion municipale 2008. Bons points avec des charges financières qui stagnent (intérêts de la dette à + 0, 36 %), des taux d’emprunt bas et des taux variables passés de 5 à 2 %, des produits de la fiscalité en augmentation (4,8 millions d’euros en 2008 pour 4,6 millions en 2007, + 2,64 % sur le foncier bâti et + 8,64 sur la taxe professionnelle).
« Cela reflète le travail de la précédente municipalité sur le développement des zones d’activités », déclare Jean-Claude Bouron. Il précise également que la taxe locale d’équipement (TLE) a augmenté de 25 % et que la durée des emprunts est très inférieure à 12 années de Caf, ajoutant : « elle était de 8,5 ans en 2007 ».

Aux points négatifs, il inscrit le désengagement de l’Etat vis-à-vis des collectivités locales, lançant à Gilles Raillard : « Vous enrobez ce "désengagement" par "un engagement vers une rigueur accrue" dans ses relations avec les collectivités territoriales », ajoutant pour illustrer : « La dotation a baissé de 6 % et les droits de mutation de 22 % ».

Jean-Claide Bouron a ensuite réfuté les arguments du maire sur les charges de personnel : « Diminuer les charges de personnel, c’est diminuer les services rendus aux Angériens ! Les dépenses réelles de fonctionnement se mesurent en fonction des services rendus à la population. Vous allez supprimer des emplois en ne renouvelant pas les départs à la retraite ».
Enfin, il estime que les investissements pour 2009 sont plus des travaux d’entretien que des nouveaux projets. « La poursuite de la déviation n’engage que le Conseil général ; de même pour le logement social. Les seules nouveautés sont la salle de spectacles, le renforcement des effectifs de police et le développement de la vidéosurveillance ».
Et Jean-Claude Bouron de conclure « Votre débat d'orientations budgétaires ne reflète pas vos déclarations électorales. Notre ville est en panne ! »

 

Faire des économies pour investir

« Notre situation financière est très difficile, rétorque le maire. Nous proposons aux Angériens d’être réalistes. Nous ne pouvons pas augmenter les taux d’imposition qui sont déjà trop élevés. Nous ne pouvons pas augmenter l’endettement en valeur absolue. L’endettement de la commune est celui que vous nous avez légué. Dans ce contexte, il faudra maîtriser les dépenses de fonctionnement. Nous devons néanmoins investir. La réduction des charges de fonctionnement, c’est autant de possibilités de faire des investissements : économiser 100 000 euros c’est un million d’euros d’investissements avec les subventions. C’est maintenant qu’il faut le faire, malgré la crise, pour sortir Saint-Jean-d’Angély de la torpeur dans laquelle vous l’avez joyeusement menée pendant des années ! ».

 

Le reste du conseil en bref

Convention d'assistance juridique
Moins six abstentions de l’opposition, une convention d’assistance juridique sera passé par la Ville avec le cabinet Bernard Germain de Saintes. La Ville souhaite être assistée d’un conseil pour l’examen et l’étude du dossier de projet thermal et de réhabilitation du quartier Voyer, et du protocole d’accord signé avec la société AVA & P2i.

Autorisation de vente d'actions

La ville est désireuse de vendre des actions qu'elle détient à la suite de legs. « Ce n'est pas  le meilleur moment pour vendre des actions ! », commente Françoise Mesnard. « Il s'agit seulement d'accorder une autorisation pour s'en séparer au meilleur moment », explique Gilles Raillard. Cette vente, qui peut rapporter plus de 130 000 euros à la Ville fait dire à Jean-Claude Bouron : « Cela représente trois points de fiscalité ». « La vente interviendra en cours d’année et les recettes engendrées seront inscrites au budget », précise l’adjoint aux finances. La délibération est adoptée moins six abstentions de l'opposition;

Cinéma Eden-Pasteur

Le préfet a pris acte le 19 décembre dernier du transfert de la gestion du cinéma Eden-Pasteur à la CdC qui en a la compétence. « Ce transfert n'était pas effectif par suite d'une grossière erreur de la précédente municipalité », commente Paul-Henri Denieul. « Ce n’est pas une erreur mais un transfert inopiné du cinéma de l'Eden à la salle de l'Aumônerie, qui aurait pu être commise par n’importe qui », précise Françoise Mesnard.

Dans l’attente du transfert effectif de la gestion du cinéma Eden-Pasteur à la CdC, la Ville financera donc l'activité cinématographique, en versant durant le 1er trimestre 2009 une aide de 2 500 euros par mois aux "Cinémas du Rouergue" qui exploitent la salle.

Jean-Claude Bouron a mis le maire en garde sur le temps nécessaire aux communes adhérentes à la CdC pour délibérer sur cette modification de l’intérêt communautaire. L'opposition a voté contre cette délibération par six voix.

Droit de préemption

Les élus ont dû voter un nouveau texte pour une délibération du 20 novembre 2008 portant sur l'extension de la zone d'exercice du droit de préemption urbain qui incluait les espaces naturels alors qu’ils en sont exclus, . « C'est une grossière erreur ! », a lancé Françoise Mesnard.

Assainissement Saur

Le conseil municipal a révisé le contrat d'affermage passé avec la Saur en janvier 2005 pour l'assainissement collectif, modifiant la rémunération de la Saur sur la collecte et le traitement des eaux. La conséquence pour l'usager est une augmentation de 2,43 % sur le prix de l'eau et de l'assainissement au 1er décembre 2008. Si Françoise Mesnard et Jean-Claude Bouron reconnaissent que la Saur avait pratiqué des tarifs moindres à Saint-Jean-d'Angély pour obtenir le marché, Mme Mesnard ajoute : « Nous ne plaindrons pas cette entreprise si elle a fait peu de bénéfices sur cette opération ».

« La demande de révision de ce contrat est parvenue en mairie avant les élections municipales, précise Paul-Henri Denieuil. Rien n'ayant été fait à l’époque, nous y donnons suite aujourd'hui ». La délibération a été adoptée moins six voix de l'opposition.

 

L’opposition s’exprime

En fin de séance, Michèle Toucas-Bouteau et Bernard Prabonnaud ont fait deux déclarations.

La rentrée à Audouin-Dubreuil

Michèle Toucas-Bouteau (opposition), qui siège au conseil d’administration du lycée Audouin-Dubreuil, a informé le maire que la rentrée 2009/2010 verrait une baisse des effectifs des classes de seconde. Les deux terminales C seront complètes avec les élèves de la première C actuelle. Il resterait peu de places pour les redoublants.

Michèle Toucas-Bouteau informe que les modifications de la carte scolaire conduiront les collégiens de Saint-Hilaire-de-Villefranche ou de Saint-Savinien ayant choisi l'option secrétariat à aller à Saintes plutôt qu'à Saint-Jean-d'Angély, le lycée Bernard-Palissy devant être le seul à valider le Bac Pro secrétariat.

Michèle Toucas-Bouteau a demandé au maire d’examiner ses craintes sur les effectifs et les filières profesionnelles. Ce que Paul-Henri Denieuil a assuré de faire.

Pas de bassin d’été a Atlantys

Bernard Prabonnaud (opposition) a demandé où en était l'aménagement du bassin d’été extérieur au centre aquatique Atlantys : « Le projet existe depuis 2003. Pour un bassin de 33 mètres sur 20, le coût avait été chiffré à 900 000 euros. La Région était prête à accorder une aide de 200 000 euros. Rien ne semble bouger au sein de la communauté de communes (CdC) ».

Paul-Henri Denieuil a précisé : « La ville ne gère pas Atlantys. Il existe des projets à Matha, Saintes ou Cognac. Mais il n'existe pas, à ce jour, de financement pour un tel équipement à la CdC qui débourse chaque année 600 000 euros pour équilibrer les comptes de la piscine ».

 

Des commentaires de Paul-Henri Denieuil

(16 février à la presse)

Voirie

« La voirie représente 80 km de rues (et donc 160 km de trottoirs)»

« Il passe 9 000 véhicules/jour dans les allées d’Aussy, dont nombre de camions. Le Conseil général devra mettre en priorité le périphérique de Saint-Jean-d’Angély pour éviter cette traversée Nord-Sud. »

« La sécurité des accès est à améliorer aux écoles Gambetta et Lair. »

« L’étude sur le centre-ville (espaces verts, aires de stationnement et parkings, rue piétonnes et pancartes) sera présentée aux Angériens. »

Recettes de fonctionnement

« La DGF, en baisse de 6 %, nous fait perdre 40 000 euros. Avec la diminution de la DSR (dotation de solidarité rurale), c’est une diminution globale de 60 000 euros en recettes de fonctionnement. »

Dépenses de fonctionnement

« A l’Abbaye Royale, les dépenses annuelles de consommables (chauffage électrique, eau)s’élèvent à 6 à 700 000 euros. Plusieurs millions d’euros sont à prévoir, avec notamment la réfection de la toiture. » 

Environnement

« Nous avons lancé le "plan Carbone" à la mairie. »

Budget 2008

« L’excédent 2008, environ 973 000 euros, est inférieur à celui de 2007 (1,2 million). »

Investissements

« Il a fallu faire des coupes sombres dans les investissements et nous n’avons pas retenu le projet de la Maison des associations. Il reste beaucoup de chantiers à terminer : boulodrome, gymnase du Coi, cuisine centrale… Nous avons décidé de ne pas appliquer la rigueur sur les investissements, de développer les projets que nous souhaitons. Conséquence : l’endettement est à maintenir. Le remboursement de la dette sera équivalent à l’emprunt réalisé. En résumé : pas d’augmentation de impôts, maintien de l’endettement, rigueur dans le fonctionnement et projets d’investissements. »

Economie et tourisme

« Il faut favoriser tout ce qui est de nature à apporter de l’attractivité à la ville, tant du point de vue économique et touristique, avec pour objectif d’attirer des entreprises. »

Cinéma - Salle de spectacles

« la CdC a un projet salle de cinéma à côté d’Atlantys. Nous lui avons demandé de surseoir le temps pour nous d’étudier un autre projet alternatif : celui de créer un complexe d’une salle de spectacle et de trois salles de cinéma sur un Eden "élargi". Nous avons lancé l’étude de faisabilité inscrite au budget 2009. Si nous nous mettons tous d’accord, la salle de spectacles sera gérée par la ville et les salles de cinéma seront gérées par la CdC qui a la compétence cinéma. »

Regroupement en intercommunalité (une question de la presse)

« Le Pays des Vals de Saintonge regroupe sept CdC. Il a été créé quatre groupes de travail : 1-Réflexion sur "Comment regrouper en une grande intercommunalité" ; 2- Quels types de fiscalité, les compétences sur les recettes fiscales ; 3-les compétences ; 4-Quels projets communs. »

 

Un communiqué de l’opposition municipale du 22 février

Le point de vue de l’opposition sur le bassin d’été du centre aquatique

« C’est par une fin de non-recevoir que le maire de Saint-Jean-d’Angély a conclu son intervention sur le projet d’un bassin d’été au centre aquatique Atlantys : pas d’inscription au budget primitif de la CdC, projet considéré trop coûteux et qui entrerait en concurrence avec Cognac, Saintes et Niort. Donc l’Angérien qui voudra se baigner pendant l’été en plein air n’aura qu’à aller dans ces villes.

On l’aura compris, la volonté du président actuel de la communauté de communes, M. Forgeard, aura convaincu sans peine le maire de Saint-Jean de l’inutilité de ce projet, alors qu’un bassin supplémentaire ouvert du printemps à l’automne permettrait de résoudre une cohabitation casse-tête entre le public, le Nautique Club Angérien, les scolaires et toutes les autres associations. Mais pour élargir les créneaux, pas de problème : les sportifs du NCA n’ont qu’à s’entraîner dès 6 heures du matin, comme dans les pays de l’Est. Ils seront comme cela en pleine forme pour aller en cours de 8 h à 17 h.

 
Au lieu de ce projet, le président de la Communauté de Communes veut imposer le projet de Pôle mécanique à Fontenet. Ce projet est plus coûteux (1,5 million d’euros dont 450 000 euros à la charge de la CdC) et le budget de fonctionnement n’est à ce jour pas maîtrisé, en contradiction avec les souhaits de M. Raillard et de ses interventions au Conseil Municipal. A l’heure où nous nous engageons dans le Grenelle de l’environnement, cela surprendra nos concitoyens, d’autant qu’un bassin de plein air aurait à n’en pas douter profité à de très nombreux habitants de notre canton, renouant ainsi avec une tradition de natation conviviale et populaire qui a conduit les sports nautiques angériens au niveau qu’on leur connaît aujourd’hui... »

Signé : le groupe d’opposition municipale

 

Partager cet article
Repost0