Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 19:20

Samedi 27février 2010 – Billet 1571

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Attention : avis de tempête !

» B. M.

Météo France a annoncé un bulletin de vigilance sur la Vendée, la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres et la Vienne, qui sont en alerte rouge : une tempête violente (Xynthia de son nom), en provenance du Portugal, donnera son plein sur notre région cette nuit (vers une heure du matin).

Ce samedi 27 février, le vent soufflera vers minuit à 130 km/h en rafales dans les terres et à 150 km/h sur la côte atlantique, où la montée des eaux peut atteindre 90 cm. 
Ce vent continuerait de façon soutenue demain matin dimanche. L’alerte rouge ne pourra être levée que demain matin à 9 heures.

Evitez les déplacements inutiles. Evitez de sortir ce soir après 22 heures, comme le conseille la préfecture (le site de la préfecture a l’air saturé www.charente-maritime.pref.gouv.fr/ tout comme celui de Météo France d’ailleurs).

Rentrez les affaires qui craignent à l’extérieur ou prenez des dispositions pour qu’elles ne causent pas ou ne subissent.pas de dégâts.
Ne circulez pas à proximité des arbres ou près des cours d'eau

Regardez la carte pour demain matin à 7 heures.

20100228 Meteo à 7 h du CG17

Partager cet article
Repost0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 17:06

Mardi 2 février 2010 – Article 1506 – D’après un communiqué de la mairie

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – VOIRIE

Quand arrive le dégel, les travaux s’amoncellent 

20100202 degel- et-voirieLa cour de l’Abbaye Royale après le dégel : la chaussée est à refaire. (photo mairie de Saint-Jean-d’Angély).
20100204 cce-voirie 40Dans la cour d'honneur, jeudi 4 février 2010. (photo B. M.) 

La vague de froid n’est toujours pas terminée et avec elle, le gel qui revient. Les agents des services techniques de la ville devront saler les routes, les parkings et les trottoirs,  pour la sécurité des automobilistes et des piétons.

Or, la neige et le verglas de ces dernières semaines ont déjà sérieusement endommagé une grande partie de la voirie communale, telle la rue de Jarnac ou encore la place André-Lemoyne. La chaussée dans la cour de l’Abbaye Royale, devenue impraticable, a vu fermer son accès, pour limiter l’étendue des dégâts.

Après un recensement des dégradations engendrées sur la voirie, la mairie va procéder à des travaux de remise en état des routes et des parkings. L’estimation de ces travaux, en cours de chiffrage, avoisinera vraisemblablement plusieurs dizaine de milliers d’euros, qui devront y être rapidement consacrés.

Dans le cadre du nouveau plan de circulation, la cour de l’Abbaye Royale restera fermée aux voitures : seuls les piétons pourront y accéder. La ville souhaite désormais lui redonner sa vocation première, à savoir «  un lieu de convivialité mêlant jardin et espaces communs. La ville a d’ores et déjà mandaté un architecte pour qu’une esquisse de travaux soit réalisée dans les meilleurs délais. »

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 20:35

Mardi 26 janvier 2010 - Billet 148?
SAINT-JEAN-D’ANGELY -
NATURALISATION

Zina, officiellement française

Originaire de Côte d'Ivoire, Zina Lebègue, en classe de troisième au collège Georges-Texier, vient d'obtenir la nationalité française.  

20100126 zina-lebegue-francaise-010(bl)Instant d'émotion pour Zina Lebègue, quand le maire Paul-Henri Denieuil lui a remis sa carte  d'identité nationale, mardi 26 janvier.

Alain Lebègue et Rebecca, la mère de Zina Ivana, originaire de Côte-d'Ivoire, se sont connus en 2002. Rebecca était arrivée en 2000 chez sa sœur, à Saint-Jean-d'Angély, ses deux fils et sa fille étant encore en Côte-d'Ivoire, entre la zone de guerre située au Nord (dite zone rebelle) et celle du Sud favorable au président Laurent Gbagbo. Le pays est donc coupé en deux, avec une zone de partage en théorie démilitarisée, mais Rebecca a perdu des membres de sa famille, exterminés à la machette, notamment une grand-mère. Rebecca, assistante maternelle à Paris, est heureuse d'être angérienne chaque vendredi soir, instant où elle se retrouve en famille. 
Alain, après une carrière dans l'industrie en France et à l'étranger puis dans l'enseignement à Mayotte et à Montélimar, prend sa retraite et rencontre Rebecca. Ils se marient en 2004 et Alain souhaite devenir officiellement le père de Zina. Il entame une difficile procédure pour exfiltrer Zina vers Abidjan, qui aboutira finalement à sa venue en France en 2008. Parallèlement, il procède à une demande de naturalisation au printemps 2006, que le tribunal d'instance puis celui de grande instance de Saintes concrétisera officiellement le 15 décembre dernier.
 

20100126 zina-lebegue-francaise 004Mardi 26 janvier, le maire Paul-Henri Denieuil a officialisé cet événement par une cérémonie à la mairie de Saint-Jean-d'Angély, afin de lui remettre sa carte d'identité nationale. Un instant d'émotion pour Zina et ses parents, ainsi que pour ceux venus lui témoigner leur amitié.

La jeune fille de 14 ans, très émue, a précisé au maire qu'elle vouloir s'orienter vers la pédiatrie, « pour soigner les enfants, après ce qu'elle avait connue autour d'elle en Côte-d'Ivoire ». Peu avant la cérémonie, Zina avait également précisé qu'elle aimait les maths, le français, les langues vivantes, les sciences physiques et le sport. Elle pratique d'ailleurs le canoë-kayak.

Paul-Henri Denieuil, s'adressant à Zina, a rappelé que « la France était une terre ouverte, une terre d'accueil, et qu'être Français était l'appartenance à une communauté. (...) Zina a en elle une richesse qu'elle apporte à Saint-Jean-d'Angély .»

Alain Lebègue, remerciant la présence de Christophe Palligen, professeur principal au collège Georges-Texier et celle des membres du club de canoë-kayak, a conclu avec simplicité et modestie : « Zina a maintenant une famille, un sport et un collège où elle a trouvé des amis. Je suis fière d'elle ».
Enfin, le président du club de canoë-kayak, entouré de membres, a remis officiellement un cadeau "fait main" : un petit kayak où le navigateur avait pour rames... deux sucettes.

20100126 zina-lebegue-francaise-014(bl)

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 20:45

Vendredi 22 janvier 2010 – Article 1488

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Les sous-préfectures
colonne vertébrale de l’État

SOUS-PRÉFECTURE – Exprimant ses vœux aux élus et aux forces vives, Frédéric Brassac a précisé le rôle des sous-préfectures.  

20100121 voeux-sous-prefet 0261Le préfet Henri Masse étant empêché, c’est en présence des trois nouveaux directeurs de cabinet interministériel de la préfecture de La Rochelle (Gilles Servanton, Jean-Michel Emerique et Thierry Péridy) et devant un nombreux parterre d’élus (1), de dirigeants d’entreprise et de responsables d’associations que le sous-préfet Frédéric Brassac, accompagné de son épouse, a exprimé ses vœux, jeudi 21 janvier, à sa résidence, 28, chaussée du Calvaire.

« La sécurité publique est affaire européenne »

Au terme d’une année d’exercice, le sous-préfet a pris la mesure du territoire et fait un large tour d’horizon. Il a d’abord rappelé les cinq priorités du ministère de l’Intérieur, parmi lesquelles la diminution de la délinquance, l’insécurité routière, la réforme des collectivités territoriales, commentant : « La sécurité publique sous toutes ses formes est affaire européenne ».

Saluant le capitaine Fougeret, commandant le centre de secours renforcé de Saint-Jean-d’Angély, il a rappelé la centralisation des alertes vers le SDIS 17 à La Rochelle, qui engendre une meilleure réactivité. Il a rappelé sa confiance aux services de gendarmerie et salué le travail du colonel Olivier Courtet, commandant le groupement de Charente-Maritime, du chef d’escadron Patrick Perrot, commandant la compagnie de Saint-Jean-d’Angély, du capitaine Deroche, adjoint au commandant de compagnie, des services de police municipaux, exprimant sa confiance dans la réactivation du CLSPD (comité local de sécurité et de prévention de la délinquance), et dans le travail du Parquet.
Evoquant les récentes arrestations et condamnations en janvier pour des cambriolages de mairies et d’agressions sur des personnes en mai 2009, il a exprimé que la délinquance « C’est la priorité ». En parallèle, l’insécurité routière s’améliore en 2009 dans l’arrondissement, ce qu’il a illustré par quelques chiffres (voir ci-après).
Le sous-préfet a également évoqué la vaccination contre la grippe H1N1 et les services de la DTAS, la lutte contre le chômage, nommant le Pôle Emploi, le Comité de bassin d’emploi, la Mission locale, la Maison de l’emploi, les chambres consulaires (CCI et chambre des métiers), les chefs d’entreprises, et la participation au débat sur l’identité nationale.

Les services préfectoraux réorganisés
Frédéric Brassac a précisé la réorganisation des services de l’État au niveau départemental. Trois pôles remplacent les dix précédentes structures préfectorales à La Rochelle.

Gilles Servanton, ancien directeur des Affaires maritimes, pilote la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), qui regroupe l'essentiel des anciennes directions de l'Équipement, des affaires maritimes, de l’agriculture et de la forêt. Sa mission : les risques naturels, le développement durable, la politique de la mer et du littoral, les politiques en matière d'environnement, d'agriculture, d'aménagement, d'urbanisme, de logement, de construction et de transport.

Jean-Michel Emerique dirige la Direction départementale de la protection des populations, qui regroupe les services vétérinaires, la concurrence, la consommation et la répression des fraudes et assure la protection des consommateurs et la prévention des risques liés aux productions animales.

Thierry Péridy dirige la Direction départementale de la cohésion sociale, qui regroupe la jeunesse et les sports, le pôle social de la Ddass, une partie de la DDE et s’occupe  de l'ensemble des missions sociales de l'État liées aux jeunes et aux activités sportives.

Le sous-préfet a ensuite évoqué les passeports biométriques, dont le service est assuré par la mairie de Saint-Jean-d’Angély, la dématérialisation des actes et leur télétransmission au contrôle de légalité de la préfecture (onze communes sur vingt et quatre CdC sur sept utilisent le système ACTE).

La lutte pour l'emploi 
Frédéric Brassac a également exprimé son plaisir de voir que le centre de culture européenne (qu’il avait découvert sur Internet lorsqu’il était à Vilnius) avait perçu une subvention de 50 000 euros et que l’Europe avait affirmé sa reconnaissance du CCE par le déplacement d’un commissaire européen à Saint-Jean-d’Angély, à l’occasion de son vingtième anniversaire.

Enfin, le sous-préfet a indiqué que 2010 verraient se développer les contacts avec les entreprises de l’arrondissement, la lutte contre le chômage s’accentuer, en étroite liaison avec les partenaires de l’emploi, la relance de l’intercommunalité, la coordination des projets structurants avec le préfet (énergies renouvelables, zones de développement éolien).

 

Citant Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, le sous-préfet a conclu : « les sous-préfectures sont la colonne vertébrale de l’État »

 

(1) Etaient présents le sous-préfet de Saintes, Catherine Quéré, députée, Françoise Mesnard, vice-présidente du conseil régional, des conseillers généraux (Corinne Imbert, Jean-Marie Roustit, Alain Galteau,…), le maire Paul-Henri Denieuil, les présidents des communautés de communes, des maires et leurs adjoints, des conseillers municipaux, des présidents d’associations patriotiques (Anciens combattants, Déportés, Médaillés militaires), d’associations culturelles et sportives, des chefs d’entreprises, les représentants des services de gendarmerie et du centre de secours

 

Les chiffres 2009 de la sécurité routière dans l’arrondissement de Saint-Jean-d’Angély

27 accidents  (52 en 2008)

26 blessés (59 en 2008)

6 tués (13 en 2008)  

20100121 voeux-sous-prefet 0262

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 23:52

Lundi 18 janvier 2010 – Article # 1464

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY 

Le père Bernardin
un Haïtien à Saint-Jean-d’Angély

Originaire de Jacmel (Haïti), le Père Bernardin Auguste a reçu des nouvelles de sa famille après le séisme de mardi dernier. Mais il reste inquiet sur leurs conditions de survie.

 

20100118 Haiti Bernardin Auguste 012 (2)Le Père Bernardin Auguste est depuis octobre 2008 à la Maison paroissiale de Saint-Jean-d’Angély. Il est Haïtien, originaire de Jacmel, au sud de Port-au-Prince et de Léogane, tout près de l’épicentre du séisme situé entre Jacmel et Léogane qui a ravagé Haïti, mardi 13 janvier, avec une magnitude 7.

« Jacmel a été détruite à 75 %. J’ai passé mon temps au téléphone mais je n’arrivais pas à avoir de nouvelles de ma famille. Je ne savais pas ce qu’étaient devenus mes parents, mes trois frères et mes quatre sœurs. Je n’en dormais plus. Et puis, jeudi soir (14 janvier), mon frère a téléphoné. Mes parents étaient en vie ! ».

Le père Bernardin apprend que, comme toute la population, sa famille est dans la rue – ils ne peuvent pénétrer dans la maison qui est debout mais très fissurée et dangereuse - sans eau, sans nourriture, en grande difficulté. Il est soulagé mais reste très inquiet, sans nouvelles de ses deux sœurs qui habitent le centre-ville de Port-au-Prince.

« Et puis hier soir (dimanche 17 janvier, ndlr), alors que je ne pouvais joindre personne, une sœur a téléphoné de Port-au-Prince. Quinze minutes où l’anxiété diminue, apprenant que les enfants avaient été blessés sans trop de gravité par la chute de gravats. Ils sont bien sûr sans eau et sans nourriture car les aides n’arrivent pas à tous les endroits, mais heureusement, ils sont en vie ! Par contre, des cousines sont décédées à Port-au-Prince et je ne sais pas lesquelles… »

Le père Bernardin précise que des appels téléphoniques arrivent à être envoyés depuis Haïti, sans que l’inverse puisse être vrai depuis la France. « Quand mon frère a téléphoné, j’ai fait ensuite des heures de sommeil ! Mais nous restons traumatisés de savoir que tous nos compagnons sont enterrés vifs et que les blessés commencent à mourir faute de soins… Nous sommes, dans les pays chauds, habitués aux cyclones et aux ouragans, mais un tel séisme n’avait pas eu lieu depuis 1750 et 1771. C’est dur de voir les gens dans la rue, sans maison, sans eau et sans nourriture. La fierté du peuple haïtien est atteinte au plus profond, quand on voit les gens courir après des largages d’hélicoptères et que l’organisation est insatisfaisante. Nous  espérons maintenant qu’il y aura beaucoup de dons et qu’ils arriveront aux victimes. L’argent, ce sera aussi pour après, pour la reconstruction. »

Bernardin Auguste ajoute que de nombreuses personnes l’ont appelé pour lui témoigner leur soutien et leur réconfort. « Je les en remercie profondément. »

Il précise enfin que les paroissiens peuvent adresser ou remettre des dons par chèque à la Maison paroissiale, en précisant « Haïti ». La paroisse se chargera de les faire parvenir directement à Jacmel, où un organisme est sur place à cet effet.
Bernard Maingot.

 

Effectuer un don : Maison paroissiale – 4 rue des Maréchaux – 17400 Saint-Jean-d’Angély
Tél. : 05 16 87 01 62 – Fax 05 46 32 41 24

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 23:07

Lundi 11 janvier 2010

Les infos sur le site de la ville

Déménagement du CCAS


Mardi 12 janvier, les agents du Centre communal d'action sociale (CCAS) recevront le public dans les nouveaux bureaux situés au jardin public, square de la libération, (anciens locaux de la CPAM)

 

La Caisse primaire d’assurance maladie, qui occupait ces locaux, se trouve désormais place des Bénédictines.


Les services animation, sport et culture de la ville s'installeront dans les anciens locaux  du CCAS, place François Mitterrand.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 23:33

Mercredi 18 novembre 2009

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Pigeons : le problème n’est pas prêt de s’envoler !

Un communiqué reçu ce 18 novembre de la mairie de Saint-Jean-d’Angély :

« La prolifération des pigeons sur la commune provoque de nombreuses nuisances tant sur les bâtiments que pour les utilisateurs du domaine public. Les fientes ont une acidité importante qui attaque le calcaire et à terme désagrège les façades. Outre, la saleté et les odeurs, la où les pigeons s’installent, les fientes qui s’amoncellent peuvent s’avérer dangereuses et entraîner un sol glissant.

Le nombre de pigeons ne cesse d’augmenter. A Saint-Jean-d’Angély, on compte aujourd’hui entre 2 000 et 3 000 spécimens dans les rues de la ville. Ainsi la Mairie a décidé de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre ces nuisances, faisant intervenir une entreprise spécialisée, agréée par les services vétérinaires : la SACPA.

Pour attraper les volatiles, et tenter de réguler la population, une cage de capture a été installée à proximité du marché. Cette cage restera pendant trois mois et devrait permettre de capturer 1 500 à 2 000 pigeons. »


On peut supposer que cette installation de cage fait l‘objet d’un contrat passé entre la ville et la Sacpa, mais je n’ai pas entendu parler de délibération prise sur le sujet en conseil municipal, quand bien même le sujet est sensible puisqu’il touche l’euthanasie d’animaux. En principe, il s’agit d’un contrat de trois mois
avec une intervention la plupart du temps bimensuelle de la société chargée du piégeage, chaque intervention étant habituellement facturée forfaitairement (de l'ordre de 180 euros par intervention).

J’ai fait un autre calcul : 1 500 à 2 000 pigeons capturés en 13 semaines avec un seule cage  de 0,6 m3, ça fait 115 à 154 pigeons par semaine. Il faudra donc vider la cage assez souvent ou revoir les chiffres à la baisse, d’autant qu’il ne resterait plus que le quart des pigeons en vie au bout de trois mois… En outre, si le piégeur patenté ne vient que deux fois par mois, que fait-on des pigeons entre-temps ? Ou alors la société vient deux fois par semaine et la facture monte à 4 700 euros pour 26 interventions... 
Mais rassurons-nous, les pigeons, c’est comme les étourneaux et les crottes de chiens, ça peuple vite, en l’air pour les uns et à terre pour les autres… Ce qu'il faut, c'est ne pas regarder en l'air les pigeons (ou les étourneaux) au risque d'euthanasier les crottes de chiens en marchant.


Le communiqué de presse de la mairie n’a pas pour objet de faire mention du procédé utilisé pour euthanasier les pigeons. Cependant, émettons de pieux souhaits pour que la société anonyme SACPA (Service pour l'assistance et le contrôle du peuplement animal), agréée par les services vétérinaires, et qui donc intervient en accord avec la législation en vigueur, n’utilise pas un caisson à vide (la décompression fait exploser les pigeons) ou du gaz carbonique (dioxyde de carbone,  anhydride carbonique) sans une pré-anesthésie. Ces procédés sont qualifiés de cruels par certaines associations de défense des animaux. Et c’est pourtant le CO2 qui est utilisé dans ce procédé d’éradication. Ces associations auraient-elles donc raison de s'émouvoir ?


L'autorité européenne de sécurité des aliments a rendu un avis le 14/11/2005 qui porte sur les aspects biologiques et de bien-être des animaux utilisés dans la recherche scientifique (Aspects of the biology and welfare of animals used for experimental and other scientific purposes) :

Table 4 - Characteristics of methods for euthanasia of birds

« The following methods are not to be used for killing birds : neck crushing, decompression, exsanguination, carbon dioxide, nitrous oxide, diethyl ether, chloroform, cyclopropane, hydrogen cyanide gas, trichlorethylene, methoxyflurane, chloral hydrate, strychnine, nicotine, magnesium sulphate, ketamine and neuromuscular blocking agents »

Autrement dit, traduction faite : Les méthodes suivantes ne doivent pas être employées pour mettre à mort les oiseaux ....... décompression (caisson à vide) .......... anhydride carbonique (CO2) ..........

On peut également regretter que les cages pour piéger les pigeons ne puissent être sélectives, car d’autres espèces d’oiseaux vont s’y introduire : moineau (espèce protégée), passereaux, tourterelle turque…

Rien n’est parfait dans ce monde et le réel défie l’idéal…  

Merci pigeon ! Mais l'habitant du logement pourrait nettoyer le trottoir !

Wu sur le web

Association des piégeurs de l’Ain  www.piegeurs.org/spip.php?article63

Les pigeons des villes

Ces oiseaux ne sont pas "classés". Le Maire prend un arrêté pour réduire la population de pigeons sur la ville pour hygiène et salubrité. Il n’y a pas de texte officiel, il est seulement prévu que l’on peut "réguler" ces pigeons. Toutefois, il faut les tuer de manière humanitaire : « pas de mauvais traitements à animaux ».

Pourquoi capturer les pigeons ?

Les pigeons appartiennent au décor urbain. Quelques pigeons en ville, c’est beau. Par contre, des vols de plusieurs milliers peuvent entraîner des nuisances : maladies, dégradations des bâtiments, exaspération des gens. Les pigeons des villes se sont très bien adaptés aux conditions de vie urbaine. Ils y trouvent gîte et couvert en abondance, mais posent de réels problèmes de pollution et sont porteurs potentiels de zoonoses (maladies transmissibles à l’homme), quelquefois même en fortes proportions. Il faut savoir que ces oiseaux de ville véhiculent plus de maladies transmissibles à l’homme que les rats. Il ne viendrait à personne l’idée de caresser un rat vu sur un trottoir, alors que l’on voit des gens attraper un pigeon (ils réussissent à le prendre car il est déjà faible et malade) et le donner à caresser à un enfant, c’est de la folie !!! Regardez de plus près les pigeons dans votre ville : certains ont des torticolis, perdent l’équilibre, d’autres ont des mognons à la place des doigts des pattes. Ce ne sont pas des victimes d’accidents, ils sont malades. Les zoonoses peuvent se transmettre à l’homme, surtout par les fientes. L’homme est contaminé par l’ingestion d’eau ou de végétaux pollués par les fientes, par la combinaison de mobiliers urbains souillés (bancs publics) et d’une mauvaise hygiène (mains sales portées à la bouche). Autre souci éventuel : les argasses, les tiques molles du pigeon peuvent être une source de nuisance supplémentaire. En effet, lorsque les argasses ne peuvent plus envahir les pigeons, elles viennent s’installer sur les humains. Ces tiques provoquent une réaction inflammatoire au niveau de la morsure et sont source potentielle de transmission de germes, notamment d’arbovirus à tropisme neurologique. D’où la nécessité absolue de protéger les piégeurs lors des interventions, surtout dans les sites où les fientes sont nombreuses. Nous sommes intervenus dans des endroits où l’on nous précisait : « voyez comme c’est sale, pourtant les femmes de ménage ont déjà nettoyé plusieurs fois, retirant des seaux de fientes ». Après renseignements, ces dames travaillaient sans aucune protection. C’est dangereux !
Les stratégies possibles

Les villes se sont mobilisées pour tenter de contrôler la population colombine et d’améliorer son état sanitaire. Elles doivent faire face aux dégradations des bâtiments (les fientes acides attaquent le calcaire, corrosion des gouttières), aux bruits (envols, roucoulements). Le maintien de ces fortes populations de volatiles est essentiellement dû au « nourrissage » sauvage et omniprésent. Selon la réglementation en vigueur, nourrir des pigeons est interdit sur les lieux publics et entraîne une amende de 90 euros. Malheureusement, cela n’est pas appliqué. Le « nourrissage » est monnaie courante surtout chez les personnes âgées et demeure un sujet sensible. Aucun moyen de lutte contre la population colombine n’apparaît réellement efficace. Il faut agir sur plusieurs fronts.

Lire la suite...  

Citons encore  parmi les maladies l’ornithose, la cryptococcidiose, la salmonellose, l’encéphalite, l’histoplasmose…
Lire la suite...

Un article de la Dépêche : « On achève bien les pigeons – sujet qui fâche »

 

 Clic sur l'image

Partager cet article
Repost0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 23:26

Mercredi 5 août 2009

Communiqué de la Mairie de Saint-Jean-d'Angély

 Borne de service pour les camping-cars

 

         Afin de faciliter le séjour des camping-cars dans la commune de Saint-Jean-d’Angély, une nouvelle borne de service en accès libre (eau et vidange des eaux usées) a été installée par les services municipaux sur le parking de la base de loisirs de Bernouët, avenue de Marennes (au plan d’eau).

         Elle est située dans la partie gauche du parking. Le stationnement en utilisation y est limité à une heure. Cependant, le stationnement des camping-cars est autorisé pour deux nuits sur ce parking, à l’écart de la borne.

La signalisation directionnelle a été modifiée afin de conduire les usagers vers ce nouveau service.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 16:57

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Manifestations semaine 31

(du 27 juillet au 2 août 2009)

 

Du lundi 27 au vendredi 31 juillet

         Centre Socio-Culturel

- Actions sur quartier Résidence Renée

 

Vendredi 31 juillet

         Ville de Saint-Jean-d’Angély

- Cinésites projection d’un film* à 21 h 45, Base de loisirs de Bernouët (salle polyvalente du Coi en cas d’intempéries). Opération menée par le centre Jean Vigo de Bordeaux, soutenue par le Conseil Général de Charente-Maritime et par la Mairie de Saint-Jean-d’Angély.
* "Le fils de l'épicier", film d’Eric Guirado, à 21 h 45.
Plus d'infos sur le film
allociné  
Plus d’infos sur Cinésites :
www.cinesites.tm.fr

 

Samedi 1er août

         Union des Commerçants C2A

- Braderie des commerçants en centre-ville

Partager cet article
Repost0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 23:20

FORUMS SÉCURITÉ INTÉRIEURE

"Votre sécurité parlons-en"

Une réunion publique « Vos libertés, votre sécurité, parlons-en ensemble » a été organisée lundi 4 mai à l’Abbaye Royale par le sous-préfet Frédéric Brassac.

Lundi 4 mai à 18 h à l’Abbaye Royale, une réunion publique « Vos libertés, votre sécurité, parlons-en ensemble » a été organisée par la sous-préfet Frédéric Brassac, en partenariat avec le capitaine Frédéric Metz de la Compagnie de gendarmerie de l’arrondissement de Saint-Jean-d’Angély et le major Jean-Michel Bougoin, en poste depuis six mois. A noter que le capitaine Metz, qui part le 16 juin à Bangui sera remplacé au 1er juin par le lieutenant Renoux, actuellement à Matha.

Cette réunion fait partie des forums pour la Sécurité intérieure que la ministre Michèle Alliot-Marie a annoncé le 19 janvier 2009 lors de la présentation de la délinquance 2008 et qu’elle a fait mettre en place sur l’ensemble du territoire. Objectif : une meilleure compréhension entre la population et les forces de sécurité intérieure, police et gendarmerie.

Les besoins des citoyens

Ces forums, qui se tiennent partout en France jusqu’au 18 mai (ils se sont tenus à Matha le 20 avril et à Loulay le 24 avril), sont un préalable aux Assises Nationales "Libertés-Sécurité" du 15 juin prochains organisées par Mme le ministre. Elles permettent de présenter les missions et modes d’action des forces de sécurité et d’écouter les attentes et besoins des citoyens. Ces réunions permettront aux gendarmes de la compagnie de Saint-Jean-d’Angély et des communautés de brigades de Matha, Saint-Hilaire-de-Villefranche, Aulnay, Loulay, Saint-Jean-d’Angély, Saint-Savinien et Tonnay-Boutonne de présenter leurs missions et de répondre aux interrogations des citoyens.

Si la population était peu nombreuse, beaucoup d’élus étaient présents. Le capitaine Metz a d’abord expliqué le découpage et le fonctionnement des brigades territoriales (Saint-Savinien, Tonnay-Boutonne, Saint-Jean-d’Angély) des communautés de brigades (Matha-Saint-Hilaire de Villefranche, Loulay-Aulnay, Saint-Jean-d’Angély), expliquant le recours aux autres pelotons d’intervention ou aux équipes cynophiles.

Du contenu de la réunion, on retiendra que la délinquance, annoncée au plus bas depuis 1997, voit cependant augmenter les violences non crapuleuses aux personnes et une augmentation significative des escroqueries et infractions financières (dont cybercriminalité + 10 %).
Sur Saint-Jean, 1 250 faits de délinquance ont été recensés, dont 60 % ont lieu sur la commune. Si en 2007 la recrudescence des grosses affaires d’escroqueries masquait la petite délinquance, 2008 voit la reprise des cambriolages et des deux roues, alors que les vols de voitures diminuent.
« En 2009, la tendance n’est pas bonne, surtout en ce qui concerne l’appropriation des biens et les vols, commente le capitaine Metz. Les violences aux personnes augmentent. La société se radicalise et devient plus violente. En matière de trafic de stupéfiants, vous pouvez travailler 17 h par jour, interpeller et démanteler un réseau, celui-ci sera reconstitué dans les 15 jours.  Sur l’arrondissement (de Saint-Jean), ce sont plusieurs quintaux de cannabis et plusieurs dizaines de kilos d’héroïne qui circulent. C’est surtout effectif la nuit et nous avons trois patrouilles (quatre l’été) et un "psy" qui sont présents de 20 h à 7 h du matin ».

« Cette délinquance est locale, tournée sur le département et vers l’Aquitaine. L’alcoolisme est très  souvent à la base de dégradations qui choquent la population et qui est cause de violences familiales », ajoute le major Bougoin.

Lutter contre les stupéfiants

La priorité des services de police et de gendarmerie va à la lutte contre l’économie souterraine alimentée par le trafic des stupéfiants (les gardes à vue ont augmenté de 10 % ; 65 tonnes de cannabis et 7,5 tonnes de cocaïne ont été saisies). Les vols à main armée ont augmenté de 15 % et touchent maintenant les commerces de proximité (57 %), ce qui incite à « une présence dissuasive sur le terrain, au contact avec la population et au recours à la vidéo-protection ».

On apprend aussi que la délinquance est basée à 70 % dans les grandes agglomérations urbaines, que les effectifs comprennent145 000 policiers et 90 000 militaires de la gendarmerie (rattachée au ministère de l’Intérieur en janvier 2009), que dans les unités d’élite, le Raid comporte 172 fonctionnaires et le GIGN 280 gendarmes, que le dépôt de pré-plainte en ligne est peu usité, les plaignants préférant le contact direct et qu’une boîte aux lettres électronique serait généralisée pour contacter la brigade locale de gendarmerie par Internet.

Trop de violences intrafamiliales

L’accent a été mis sur les violences faites aux femmes, dont l’augmentation de taux relève du nombre à deux chiffres et sur l’accompagnement des victimes, qui nécessite la formation adaptée des gendarmes et un référent "violences intrafamiliales".

De nombreux problèmes restent à résoudre, parmi lesquels l’amélioration de points d’accueil dans les brigades, la présence d’intervenants sociaux et de psychologues, le partenariat pour la prise en charge des victimes, le besoin d’un réseau pour les problèmes qui sont souvent « médico-psycho-socio-économiques » dira Jean-Yves Martin, qui souhaite un « guichet unique ». Des questions ont été posées sur « l’accompagnement des prisonniers psychotiques, souvent en rupture de traitement, dont 40 % finissent en prison » (Françoise Mesnard), sur la protection de l’enfance, sur les Gens du voyage…

Côté insécurité routière, l’objectif est d’avoir moins de 3 000 personnes tuées sur les routes d’ici 2012. Si le nombre d’accidents et leur gravité diminuent, il y a cependant eu 4 274 tués en 2008 (- 7,5 % par rapport à 2007 et – 44 % depuis 2001, soit 3 446 vies épargnées) et 92 000 blessés. Des efforts sont à poursuivre, visant à combattre l’alcool au volant, à sensibiliser les 15-24 ans (1 % du trafic et 28 % des tués !), à protéger les conducteurs des deux roues.

Parmi les mesures concrètes, citons les éthylotests anti-démarrage, les tests de dépistage salivaire de stupéfiants, le permis piéton pour enfants…

La réunion s’est conclue sur une bonne nouvelle : une équipe de quatre enquêteurs vient d’être créée ce lundi matin à Saint-Jean-d’Angély.
Ils vont avoir du travail, car dans le week-end, trois nouveaux vols avec effraction étaient à déplorer (voir mon dernier article de ce samedi matin 9 mai sur  
http://angely.over-blog.com/article-31201810.html)   

 

Des liens, des contacts

www.voslibertesvotresecurite.interieur.gouv.fr

www.videoprotection.interieur.gouv.fr

www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr

www.internet-signalement.gouv.fr

www.permispieton.com

Violences conjugales : Tél. 3919

Plate-forme téléphonique "info-escroqueries" 0811 02 02 17

 

Partager cet article
Repost0