Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 19:37

Mardi 27 juillet 2010 – Billet 1961 » Bernard Maingot

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Le musée était son bébé

NÉCROLOGIE Caroline Antier, responsable du musée municipal, est décédée lundi matin 26 juillet d’un cancer, à l’âge de 48 ans. Elle était la mère d’une fille de neuf ans.  

20080516 caroline antier(2eG) 10921Caroline Antier (2e à gauche) entourée de Sabrina, Marie et Luc, pour l'exposition photo sur la Chine, de Thierry Girard, le 16 mai 2008. (PHOTO DR)

20100727 caroline antier 164-2 photo-bruno-CRentrée à la ville en juin 1997, en qualité d’assistante qualifiée de conservation du patrimoine, Caroline Antier n’a eu de cesse de mettre toute son énergie et toutes ses compétences en œuvrant à l’édification du musée des Cordeliers, riche des plus belles collections de la région.

« Le musée était son bébé », explique Bruno, son conjoint. Ils se sont connus voici 30 ans. « C’était en 1980,  en histoire de l’art, à la faculté de Lyon ». S’étant arrêtée en maîtrise, Caroline travaille ensuite à Villeurbanne, dans un Centre d’art, à l’époque où les fonds publics des Frac (fonds régionaux d’art contemporain) permettent d’alimenter les associations. Elle y apprend son métier sur le tas. Elle monte des expositions pour confronter les gamins difficiles et l’art. De la pédagogie en expositions.

Reçue à des concours en 1996 à Meaux et à Vitré, elle choisit Saint-Jean-d’Angély qu’elle ne connaît pas. Le legs Laurent fait à la Ville est d’importance mais sous condition : il exige de construire un nouveau musée pour abriter ces nouvelles collections, qu’il faut inventorier. Caroline s’investit d’abord dans l’inventaire des collections disparates, existant dans les greniers du vieux musée du canton des Forges (Hôtel d’Hansen), où les visiteurs se servent parfois au cours de leurs visites, tandis que Jean Combes milite (il est le seul) pour un nouveau musée… dont aucun élu ne veut pour l’instant.

Passionnée

Ils défendront leurs idées et le musée des Cordeliers verra le jour. Caroline assiste l’architecte et Bruno, qui travaille dans l’imprimerie et l’infographie, l’aide dans la communication graphique de l’exposition sur la mission Citroën de Louis-Audouin-Dubreuil, réalisant des panneaux d’exposition et la signalétique. Ils étaient même allés sur le plateau d’Albion, voir Éric Deschamps, un collectionneur qui possède deux voitures de la Croisière Noire et de la Croisière jaune (il fait une exposition itinérante et a écrit un livre avec Sylvie Schweitzer)* « Caroline était passionnée par ce musée et elle avait un savoir-faire indéniable pour les expositions », commente Bruno. « Elle était aussi un bon manager et avait un relationnel excellent avec son équipe, les élus, les enseignants, le public… »

Caroline Antier a quitté ses expositions lundi matin, à 9 h 30, à l’hôpital de La Rochelle, où elle était depuis un mois. Elle aurait eu 49 ans le 30 juillet et laisse à Bruno une petite fille de neuf ans, Cerise.

Contrairement à l’avis d’obsèques indiquant une incinération à Niort, le dernier hommage sera rendu au cimetière Lachevalle jeudi 29 juillet à 10 h 15.

 

* Voir http://chasseurdaventuriers.over-blog.com/article-14417705.html

www.touslesanges.com/croisiere/index.php?page=livres

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 18:52

Mercredi 16 juillet 2010 – Billet 1934 » Photo ©Bernard Maingot

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Les fusées attendent

le pique-nique du 1er août

"le pas de tir sera au plan d’eau"

FÊTE NATIONALE La pluie a empêché le feu d’artifice du 14 juillet. Il est reporté le 1er août à partir de 23 heures, au plan d’eau de Saint-jean-d’Angély.     

20050714 feu dartifice 8545En raison des intempéries, la préparation du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet a été compromise.

Dans l’après-midi de mercredi, les artificiers ont décidé, après concertation avec la municipalité, de renoncer au tir pour des raisons d’efficacité et de sécurité. Ils ont également considéré que la qualité de leur prestation n'était plus garantie.

Le tir du feu d'artifice a donc été reporté. Il se déroulera le dimanche 1er août à partir de 23 heures, à l’issue du grand pique-nique de la Ville organisé à la base de loisirs de Bernouët (plan d’eau).

Partager cet article
Repost0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 23:05

Dimanche 30 mai 2010 – Billet 1835 – Photo Ville de Saint-Jean-d’Angély

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Bientôt de nouvelles aires de jeux

20100510 aires de jeux

Actions de vandalisme cumulées et usure normale des installations et des matériels amènent la Ville à fermer certaines aires de jeux, notamment celles du fief Malmer (au   Coi), celles de la cité Renée et de la porte de Niort, celles de la base de loisirs et du parc de Beaufief.

Dans un premier temps, les aires de jeux vont être rénovées et réparées. D’autres équipements seront démontés.

Dans un même temps, la Ville lancera une étude de réaménagement de la totalité de ses équipements pour les enfants.

La ville s’engage à remettre du nouveau matériel conforme dans un temps limité pour que les petits Angériens puissent continuer jouer dans de bonnes conditions.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 19:33

Jeudi 27 mai 2010 – Billet 1819

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Stéphane Duong

chef de la police municipale

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY Depuis le 1er mai 2010, Stéphane Duong, 40 ans, est chef de la Police municipale.

20100527 stephane duong chef police municipale 935D’abord agent de la Police municipale à Fréjus, de 2005 à 2008, cet ancien commercial pour une entreprise internationale, a choisi de faire carrière au sein des collectivités pour accompagner la population au quotidien.

Après avoir obtenu son concours de chef de police municipale en 2007, Stéphane Duong prend ses nouvelles fonctions en 2008 à Saint-Martin-d’Heires (35 000 habitants, dans l’agglomération grenobloise).

De son côté la municipalité souhaitait recruter un chef de la Police municipale. Paul-Henri Denieul, maire de Saint-Jean-d’Angély, explique : « Notre volonté est de compléter les effectifs municipaux. Grâce aux compétences reconnues de Stéphane Duong, de nouvelles missions seront mises en œuvre ».  Elles consisteront à structurer le service, puis à le développer tout en continuant à « être proche et à l’écoute des autres, répondre au mieux aux attentes de la population angérienne. »

« Nous sommes là pour aider les gens et faire appliquer la législation tout en conservant une démarche pédagogique », précise d’ailleurs Stéphane Duong quand il évoque son métier.   

Stéphane Duongl a fait le choix de venir s’installer à Saint-Jean-d’Angély  pour la qualité de vie que propose la ville, petite cité qui possède les qualités d’une grande ville.

Bienvenue à Stéphane Duong dans la cité angérienne  et bonne chance dans ses nouvelles fonctions.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 18:13

Jeudi 27 mai 2010 – Billet 1819 - Photo www.prioriterre.org

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – Communiqué de presse

Aller à pied à l’école

Une expo est à voir jusqu'au 29 juin 2010

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY La Ville souhaite mettre en place un "pédibus" sur le trajet domicile-écoles primaires pour limiter l’utilisation des véhicules personnels et sensibiliser les personnes aux modes de déplacements doux et écologiques dans un cadre sécurisé. Un test va être fait avec l’école Gambetta d’ici la fin de l’année.

pedibus rentree 2007Le communiqué :

« La Ville souhaite donner plus de place aux piétons, la réalisation du nouveau plan circulation l’a démontré. Pour aller plus loin dans la démarche, le lancement d’un pédibus est une évidence.

Motivations écologique, économique, et en lien avec la sécurité, le principe du pédibus est simple : accompagner les enfants sur le trajet domicile-école, comme peut le faire le bus scolaire, mais en se déplaçant à pied, encadrés par des parents formés au préalable.

Les groupes d'enfants se forment à des endroits déterminés, à un horaire précis. Le but est clair : limiter l’utilisation des véhicules personnels et sensibiliser les petits Angériens aux modes de déplacements doux.

La Ville compte bien dès la prochaine rentrée scolaire mettre en place son pédibus dans les écoles primaires. Après une enquête menée à l’automne dernier, il s’avère qu’avec des trajets de moins de deux kilomètres en moyenne et plus de 40% d’enfants qui vont à l’école à pied, les familles sont favorables à la mise en place d’un pédibus.

Une phase de test sera prévue, dans un premier temps à l’école Gambetta d’ici à a fin de l’année.

Une exposition prêtée par la Ville de la Rochelle est en place depuis le 11 mai dernier dans le Hall de l’Hôtel de Ville et visible aux heures d’ouverture de la mairie.

Pour plus de renseignement le public peut se rapprocher du pôle SCAJE de la Mairie (1 place François Mitterrand – 05 46 59 02 01). »

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 16:30

Mise à jour du 9 mai 2010 – Billet 1759

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Sur l’agenda de mai-juin

Marche, randonnée de la cagouille et fête locale à Asnières-la-Giraud (6 juin 2010)

Une journée à Saint-Nazaire, avec le Gedar de Saint-Savinien (3 juin 2010)

Les peintures de Doris Murray à l’Office de tourisme, du 18 mai au 5 juin  

Randonnée nocturne à Asnières-la-Giraud, samedi 15 mai

Une expo bonsaï à l’abbaye Royale, les 15 et 16 mai 2010

Des ateliers de discussion en allemand à partir du 11 mai 2010, à l’Abbaye Royale

 

Brocante à La Vergne, dimanche 9 mai  

L’Association Post Bac propose un spectacle-cabaret samedi 8 mai 2010 à Saint-Jean-d’Angély  

Le prochain spectacle de l’A4 : "Juste une histoire de fil", mercredi 5 mai  

Une rando VTT-marche à Asnières-la-Giraud, dimanche 2 mai  

Salon du livre : Le prix littéraire du CCE à Dominique Reynié, 2 mai 2010  

Salon du Livre : Maryse Maligne, auteure de thrillers éditée chez Bordessoules, sera présente au salon. 1-2 mai   

Salon du Livre : Rosen Hicher, l’auteure de "Prostituée et militante", éditée chez Bordessoules, sera présente au salon. 1-2 mai   

Salon du Livre : "Chroniques de la maison sociale", un livre de Michel Téodosijévic, présent au Salon du Livre 1-2 mai   

Floralia-Fleurs de Livres, les 1 et 2 mai 2010 à Saint-Jean-d'Angély   

Expo de l'atelier d'art du 1er au 16 mai (salle Bénédictines à St-Jean-d'Y)   

Tournoi de football Roger-Césari au stade municipal. Ouvert aux équipes U11 et U13. Samedi 1er mai à partir de 9 heures.   

Le duo Harmane, au caveau de l’abbaye, vendredi 30 avril   

Le défilé de mode du Lions club à Saint-Jean-d'Angély, samedi 30 avril   

L’atelier mosaïque ouvre le 30 avril au centre de culture européenne  

Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 06:31

Jeudi 29 avril 2010 – Billet 1756 – Photos ©Bernard Maingot

Ceci est la reprise du billet publié le 29 mars 2010, sous le titre "Hervé Guichebaron est passé à Courant et Saint-Jean-d'Angély". J'ai eu l'occasion de prendre des nouvelles du pélerin dans son périple, et j'ai rajouté les notes à la suite du premier article. Ce n'est pas très académique mais plus complet. Par la suite, je rajouterai des photos que j'ai demandées à Hervé Guichebaron. Pour l'heure, il a fait son retour "à la vie civile" le 28 avril, après 45 jours de marche et 1 700 km. Chapeau bas !

De la Bretagne à Compostelle

COURANT/SAINT-JEAN-D’ANGÉLY Parti de Bretagne le 9 mars, Hervé Guichebaron était lundi 22 mars à Courant et Saint-Jean-d'Angély, en marche sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, où il est arrivé le 26 avril.

20100322 Herve-Guichebaron 1699Hervé Guichebaron a prévu de parcourir 1 750 km en cinquante jours !

Hervé Guichebaron est parti le 9 mars de Milin-Ar-Cosquer (commune de Plounévez-Moëdec, bourg situé entre Guingamp et Morlaix) dans les Côtes–d’Armor. Sa destination : Saint-Jacquesède-Compostelle. Il est passé par Nantes, Montaigu, Saint-Fulgent, Fontenay-le-Comte, Marillet, Surgères. Le pèlerin breton marchait vers Courant, lundi 22 mars à midi, en direction de Saint-Jean-d’Angély, où il devait faire une halte vers 15 heures. Ensuite, il devait se diriger vers Saintes, Blaye, Bordeaux, où il a prévu d’être le 28 mars, avant de rejoindre Saint-Jean-Pied-de-Port et d’emprunter la "ruta interior" ou "Camino francés", en Espagne, pour continuer vers Santiago-de-Compostella. 

Plounevez-Moedec-1                    
Plounevez-Moedec-2

20100322 Herve-Guichebaron 1702-bl« Je fais des étapes de 35 km par jour et je vais donc mettre 50 jours pour rejoindre Saint-Jacques-de-Compostelle où je serai le 28 avril, a expliqué le pélerin. J’aurai alors fait 1 750 km. Le 29 avril, je rentrerai, mais en avion cette fois ».

Hervé Guichebaron, récemment patron de 45 salariés dans l’agroalimentaire (plats cuisinés et exotiques, entreprise Took-Took), marche maintenant seul sur la route, se ravitaillant dans les supérettes et les boulangeries et couchant dans les gîtes d’étapes. Bâtons de ski en mains et GPS en poche, il a organisé son pèlerinage et le moyen d’approfondir sa vie, une sorte de retour sur lui-même, après une vie professionnelle bien remplie.

« Il y avait longtemps que j’avais ça en tête et je profite d’une fenêtre de deux mois jusqu’à mi-mai pour le réaliser », confie-t-il, en attendant « d’être en retraite le 1er janvier prochain. »

Je l’ai quitté en lui promettant de lui téléphoner sur son portable pour prendre des nouvelles de sa progression (et de son moral), en vue de faire des adjonctions de texte à cet article.

Adjonctions au premier article             

Les nouvelles du pèlerin, par téléphone, dimanche 28 mars (jour des Rameaux), à 10 h 10

« Comme prévu, je suis entre Blanquefort et Bordeaux, à l’entrée de Bordeaux. Je suis passé par Saint-Jean-d’Angély, Saintes, Saint-Genis-de-Saintonge, Saint-Aubin-de-Blaye, Blanquefort. Tout va bien, hormis les chaussures que j’ai dû changer, car elles ont fini par se déchirer. J’ai eu peu de pluie, environ une heure un quart sur 125 heures de marche. J’ai essayé de joindre votre blog sur mon I-phone, mais n’ai pas pu. » J’ai promis de lui envoyer un e-mail sur hgtook@orange.fr pour le prévenir de la parution de l’article, probablement mardi 30 mars. Pour l’heure Hervé Guichebaron prévoit d’être jeudi 1er avril à Dax et dimanche 4 avril à Saint-Jean-Pied-de-Port. Ce sera le jour de Pâques.

Les nouvelles du pèlerin, lundi 5 avril (Lundi de Pâques) à 18 h 40

J'avais publié l'article lundi 29 mars à 19:30 et envoyé un mail à Hervé Guichebaron qui l'a consulté sur le blog.

Je lui ai téléphoné ce soir pour voir sa progression et prendre de ses nouvelles après une semaine où la pluie a été abondante et le vent fort : « La semaine dernière, j'ai pris des trombes d'eau, en voulant suivre un chemin parallèle à la N10. Le vent m'a projeté des quantités de pluie et surtout des nuages d'eau soulevée par les camions qui roulaient ! J'ai regretté d'avoir pris ce chemin... Ce matin (lundi de Pâques), je suis parti à 8 heures de Saint-Jean-Pied-de-Port et atteint le col de Roncevaux. Comme il était 14 h, j'ai fait 8 km de plus et je suis à Espinal. J'ai fait 33 km. Demain, je ferai 40 km pour aller à Pampelune »

Quelques infos :

Espinal (en espagnol), c'est Aurizberri (en basque), en Navarre espagnole. 

Hervé Guichebaron est sur le Camino Navarro (il traverse la Navarre). Il a pris le chemin qui part du col de Roncevaux du col de Roncevaux (ou « col de Cize », comme en parle Aimery Picaud dans son Guide du Pèlerin) pour rejoindre Puente la Reina, faisant ainsi le trait d'union entre la via Turonensis (déjà rejointe par la via Lemovicensis et la via Podiensis) et le Camino frances.

20100322 Herve-Guichebaron 1697-bl

Les nouvelles du pèlerin, par téléphone, dimanche 18 avril, à 10 h 20 

Hervé Guichebaron est entre Pampelune et Burgos, à 330 km de Saint-Jacques de Compostelle.

Il fait beau, mais il a eu froid en traversant le "coteau" après Burgos.Il m'a parlé de la "Mongolie" et d'un vent d'est à 900 m d'altitude, sur le plateau de la Meseta.

Il a croisé des Canadiens, beaucoup de Coréens, des Australiens, des Américains, et, bien sûr, des Européens, dont des Français. Il a fait un bout de chemin avec Michel Lansalot, le maire de Carresse, dans le Béarn, qui suit le chemin.

"On fait beaucoup de rencontres. Il y a évidemment beaucoup d'étrangers par rapport à l'Espagne et il y a beaucoup de monde. Qu'est-ce que ça doit être en mai ! L'hébergement doit également difficile en juin"

L'hébergement, un des principaux soucis parmi les fonctions essentielles pendant le pèlerinage : boire, manger, marcher, dormir....

Hervé Guichebaron tient son rythme de 35 km par jour, ce que tous les pèlerins ne font pas. Il pense arriver vers le mardi 27 ou le mercredi 28 avril, comme prévu.

Les nouvelles du pèlerin, par téléphone, mardi 27 avril à 10 h 10

Moi qui ne marche pas vers Saint-Jacques, j'ai un train de retard : Hervé Guichebaron m'a appelé ce mardi pour me dire : "Je suis arrivé hier après-midi 26 avril, avec un jour d'avance, après 1 700 km de marche". 

Un peu confus de n'avoir pas vu le temps passer et d'avoir manqué l'appel du dimanche, je l'ai rappelé. "J'ai fait 40 km le dernier jour, avec un Espagnol et un Allemand. Les rencontres que l'on fait sont variées et durent de une heure à 3 ou 4 jours, voire 10 jours. Il faut varier d'ailleurs les rencontres, car on ne marche pas à la même allure et chacun a sa cadence... Là, je suis à Saint-Jacques de Compostelle, Place de l'Obradoiro, face à la cathédrale. J'ai posé mon sac et je regarde..." Il me dit qu'il a reçu son certificat de pèlerin (La Credencial est un carnet de pèlerin dans lequel on fait apposer quotidiennement le tampon du gîte ou du village par lequel on chemine. Ces tampons constituant la preuve de la réalisation du pèlerinage, permettront au pèlerin de recevoir la Compostela, un certificat rédigé en latin remis par le bureau des pélerins à Saint Jacques de Compostelle, NDLR) 

Hervé Guichebaron fait quelques commentaire : "Les chambres ne manquent pas ici. certains hôtel ont 800 à 900 chambres. C'est dantesque !" Il me parle de l'hôtel Parador, sur la place de l'Obradoiro, financé par l'Etat pour occuper des locaux historiques, "avec des chambres qui peuvent coûter jusqu'à 250 euros".

"C'est la fin de l'aventure ! J'ai rencontré une bonne dizaine de pèlerins qui faisaient le retour à pied ! D'autres vont à la pointe Finistère, et encore 100 km à faire, à pied ou en bus, pour brûler leurs habits et ensuite se baigner dans la mer...Là-bas, on leur donnera une coquille Saint-Jacques. (...) Saint-Jacques de Compostelle est une vieille ville magnifique, avec ses petites rues, ses musées, ses églises, ses monastères... Mais on n'a pas oublié le business, car il y a un aéroport international...".

Hervé Guichebaron sera chez lui (en Bretagne) demain matin (mercredi 28 avril), car il rentre par avion.

"La solitude va me manquer. Comme les rencontres inopinées. Il va falloir retourner à la vie civile. Après 45 jours arbitrés entre boire, manger, marcher, dormir..."

J'ai senti la nostalgie avant l'heure, le regret du quelque chose qu'on sait devoir quitter quand on est arrivé à son terme...

Je remercie Hervé Guichebaron, dans les courts instants de nos échanges par téléphone, des images de rêve qu'il a su transmettre et de l'occasion qui m'a été donnée d'avoir "partagé" une certaine sérénité qui l'emplissait. Merci de ces instants.

Partager cet article
Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 23:57

avril 2010 – Billet 1710 – Photos Droits réservés

Les clients mécontents se regroupent 

Médiation Bancaire – Des artisans-commerçants ont créé une association nationale de défense contre les abus des banques. L’angérien Claude Paquis en est le vice-président.

» B. M.

Il arrive que les décisions d’une banque sonnent le glas pour l’activité d’une entreprise lorsqu’elle se trouve en difficulté de trésorerie. Incompréhension, colère et détresse des petits entrepreneurs, artisans ou commerçants sont un peu l’histoire du pot de terre contre le pot de fer. Mais les pots de terre se sont organisés : ils ont créé l’Association nationale de défense des intérêts des entreprises et des particuliers (Andiep) contre les abus bancaires. Une association qui met en place des médiations au cas par cas, entre les dirigeants ou personnes victimes d’abus bancaires et les organismes bancaires ou financiers concernés.

Le collectif de défense créé à Baume-les-Dames en octobre 2009 par trois artisans-commerçants est vite devenu régional puis national. Résultat : l’Andiep, créée le 14 février, est maintenant bien structurée, avec des responsables de régions et de secteurs représentant différentes corporations pour traiter les dossiers des professionnels mais également des particuliers qui les ont rejoints.

20100215 C paquis assemblee nationale 06Claude Paquis a rencontré le député Nicolas Dupont-Aignan, le 15 février à l’Assemblée Nationale. (photo DR)

Claude Paquis, un Angérien de 54 ans, en est le vice-président. Son entreprise artisanale qui a compté jusqu’à cinq salariés, l’Entreprise angérienne de rénovation du bâtiment, avait eu des démêlés avec sa banque et avait bien failli disparaître pour quelques heures de patience refusées par son banquier. Claude Paquis, devant le refus d’une autre banque pour l’ouverture d’un compte au motif qu’il était en redressement judiciaire, s’était alors distingué en déversant un tas de fumier devant cette agence bancaire.

Claude Paquis est entouré d’un ancien banquier, d’un analyste financier et de juristes qui ont rejoint l’Andiep. Responsable pour l’ouest de la France, il a obtenu de la mairie de Saint-Jean-d’Angély de tenir des permanences au centre des Bénédictines, 14, place du 18 juin 1940, chaque mercredi de 10 heures à 12 heures. La première a eu lieu mercredi 7 avril.

Le lendemain, jeudi 8 avril, Claude Paquis a rencontré, à Paris, Nicolas Jacquet, directeur général de la Médiation du crédit. Avec quelques dossiers urgents sous le bras dont il voulait  qu’une solution soit trouvée. 

20100306 andiep-a-saintesManifestation de l’Andiep à Saintes le 6 mars

Lire les articles précédents

article du 15/01/2010 

article du 9/02/2010

article du 6/04/2010

Une vidéo sur France Télévisions

 

Andiep www.andiep.fr/ 

Président Daniel Duchêne 06 85 93 78 21 dduchene@andiep.fr

Vice-président Claude Paquis 06 26 49 59 69

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 23:59

Mercredi 7 avril 2010 – Billet 1705 – Crédit photos : Sonia Dolnay et Luc Bucherie

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

______Sur le fil______

FUNAMBULES – Du fil du tailleur au câble du funambule, c’est l’étonnante histoire des "Compagnons du Ciel" de Robert Dolnay (Toulouse 1955 - Saint-Jean-d’Angély 1965), un livre de Luc Bucherie, d’après des entretiens avec Sonia Dolnay.

Après le succès rencontré par un ouvrage consacré aux funambules grande hauteur "Orsola", aujourd'hui pratiquement épuisé, la publication de l'histoire des "Compagnons du Ciel", autre troupe de funambules créée par Robert Dolnay en 1955 est envisagée pour juin 2010 (à compte d'auteur puisqu'aucun éditeur n'a donné suite à ce projet depuis trois ans) : ces "Compagnons du Ciel" étaient bien connus à La Rochelle et à Saint-Jean-d'Angély. 

les maries du cielLes Mariés du ciel. (Photo DR)

Largement connue et diffusée aujourd’hui, une carte postale immortalise des « Mariés du Ciel » sur un câble tendu entre les Tours de La Rochelle (Charente-Maritime) en 1959. L’auteur ne pensait pas que l’enquête menée à leur sujet dans sa ville natale le conduirait à écrire cette histoire, même si fildeferistes et funambules l’intéressaient depuis longtemps.

De fil en aiguille -comme on le verra sans jeu de mots !- et dans le cadre d’une étude plus large sur un siècle de cirque à La Rochelle entre 1870 et 1970, Luc Bucherie s’est intéressé aux funambules grande hauteur : parmi eux, les « Orsola » sur lesquels il vient de publier avec succès un ouvrage généalogique et historique conséquent qui est pratiquement épuisé, et la troupe des « Compagnons du Ciel » qui appartient incontestablement au patrimoine affectif et culturel charentais à La Rochelle… comme à Saint-Jean-d’Angély. 

19590221 st-j-d'angely-28 fouleLa foule angérienne des grands jours, le 21 février 1959. (Photo DR)

Car c’est à Saint-Jean-d’Angély que l’auteur a retrouvé Sonia Dolnay, fille du directeur-fondateur en 1955 de ces "Compagnons du Ciel" dont faisaient partie les "Mariés" de La Rochelle, actuelle directrice de l’auto-école éponyme fondée par ses parents dans cette même ville ! 

19590221 st j d'angely-32 bapt sonia dolnayUne sorte de "baptême de l’air", pour la jeune Sonia Dolnay, le 21 février 1959. (Photo DR)

Luc Bucherie évoque, dans d’autres chapitres, les records sur câble des "Compagnons" à Saint-Jean-d’Angély et à Toulouse.

Si la presse a permis de reconstituer certaines des exhibitions des « Compagnons », la recherche a été menée comme une véritable enquête historique, dans de multiples directions, à partir des souvenirs de la Famille Dolnay - clichés et documents inédits, dont les baptêmes "sur le fil" de Sonia et Sophia Dolnay à Saint-Jean-d'Angély et à Capdenac-Gare - aimablement communiqués et mis à sa disposition par Sonia au cours de différents et passionnants échanges et entretiens avec elle. Tout n’a pu être découvert et il a été constaté que les sources d’un passé encore proche pouvaient être très fragmentaires. 

19590221 st j d'angely-28-1 traces cablesLes câbles ont laissé de traces toujours visibles dans la pierre. (Photo DR)

L’historien se doit aussi parfois d’être discret et de respecter des secrets de famille qui n’ont d’ailleurs pas leur place ici. L’auteur s’est simplement attaché à évoquer la décennie 1955-1965, âge d’or des « Compagnons du Ciel » et période heureuse - s’il en est - d’une petite troupe de funambules, presque amateurs certes, mais rivalisant avec succès et sans complexes avec les « grandes » du métier dans l’après Guerre, comme les « Camilla Mayer », les « Traber », les « Diables blancs » (« Omankowsky-Triska ») qui ont incontestablement marqué tous les funambules grande hauteur, ou encore comme les célèbres « Orsola », ayant leur heure de gloire entre terre et ciel, devant des foules dont il est aujourd’hui difficile d’imaginer l’enthousiasme, l’importance et la générosité !

Sommaire

Prologue : Ainsi parlait Zarathoustra…

1 - Naissance d’une passion (1954)

2 - La constitution des « Compagnons du Ciel » (1955-1956)

3 - Les débuts prometteurs des « Compagnons du Ciel » (1957-1958)

4 - L’année de tous les exploits (1959)

5 - D’autres exploits (1960)

6 - La "tournée des plages" jusqu’en 1965 et quelques anniversaires "sur le câble"

7 - En guise de postface : La carrière des "Collins". - Les "Astary’s" de Günther Arhens-

Bergmann. - Ramon Kelvink Sr et quelques autres. - Sources et orientation bibliographique. - Remerciements.

Format 145 x 210. Environ 200 pages et plus d’une centaine d’illustrations n&b hors texte.

Parution : prévue vers le 30 juin 2010.

Livre en souscription au prix de 20 euros franco de port jusqu’au 15 mai 2010.

Prix public : 26 euros franco de port après cette date.

Bulletin de souscription 

Je soussigné : …………………………………………………………………………………………………….......

Demeurant : ……………………………………………………………………………………………………..........

Tél. ……………………………….. Email : ……………………………………................................................

déclare souscrire à ….. exemplaire(s) de l’ouvrage :

Du fil du tailleur au câble du funambule, l’étonnante histoire des « Compagnons du Ciel » de Robert Dolnay…(Toulouse 1955 - Saint-Jean-d’Angély 1965)

Bulletin à retourner à Luc BUCHERIE - 29 Rue Carnot - 93220 GAGNY

avec un chèque de ….. x 20 euros soit ………. euros au nom de Luc BUCHERIE

Le chèque ne sera débité qu’après clôture de la souscription, lors de la parution de l’ouvrage.

L’ouvrage ne paraîtra qu’avec un minimum de 100 souscriptions.

Les chèques ne seront débités que le jour de la parution de l’ouvrage ou retournés en cas de non parution.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 21:56

Samedi 20 mars 2010 – Billet 1648

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY - TORXÉ

Le spectacle de la chanteuse québécoise Elise Boucher-DeGonzague, vendredi soir 19 mars à Néré, a été dédié à Michel Braud, l’un des vice-présidents de l’association Val-de-Boutonne/Louisiane/Québec, décédé voici quelques jours en Afrique.
Demeurant à Torxé, près Saint-Jean-d’Angély, il était retourné en Afrique revoir les lieux où il avait passé une grande partie de sa vie professionnelle dans le coton.     

Lire l’article sur http://lacigogneetlecaribou.kazeo.com/

Une conférence de Michel Braud sur le coton

Partager cet article
Repost0