Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 22:55
SANTÉ ET PRÉVENTION

Utile : la formation aux premiers secours

Vendredi 14 avril, dans le salon d’honneur de la mairie de Saint-Jean-d’Angély, 59 agents de la ville (sur 130 employés) ont reçu leur attestations PSC1 (Premiers secours civiques, qui remplacent les attestations de formation aux premiers secours).

Trois délégués de la Protection civile étaient présents, ainsi que le maire Paul-Henri Denieuil et des élus municipaux. 60 % des récipiendaires étaient des femmes. La formation s’est effectuée par groupes de 11 personnes durant deux journées de six heures, encadrées par des bénévoles de la Protection civile.

«  Outre les premières mesures à prendre avec une personne qui a un malaise, un étouffement, une hémorragie, un traumatisme, nous avons appris le massage cardiaque externe (MCE) et également à nous servir de défibrillateurs », a déclaré une stagiaire.

« 45 000 personnes décèdent chaque année quand les premières mesures d’urgence ne sont pas données. Avec la réanimation cardio pulmonaire, ce chiffre devrait être ramené à 20 000 » assure un formateur de la Protection civile.

Hénoch Chauvreau, adjoint au maire , a précisé que « cette formation faisait partie d’une logique de prévention et à donner des aptitudes pour intervenir quand on observe un incident ».

NDLR : ultérieurement à la cérémonie, j’ai demandé à connaître le coût de la formation : il  représente un coût de 2 950 euros sur le budget de la ville.

B. M.

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 22:34

Centre hospitalier - Nouvel EHPAD

L’EHPAD, un lieu de vie

Le nouvel établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD, dépendant du Centre hospitalier de Saint-Jean-d'Angély et situé au Fief Malmer) a organisé une journée portes ouvertes, samedi 21 mars.

(photo centre hospitalier)

 De gauche à droite : Paul-Henri Denieuil,Florian Jazeron, Maryvonne Paquier et Catherine Quéré. (autres photos B. M.)

Florian Jazeron, directeur du centre hospitalier de Saint-Jean-d’Angély, a été agréablement surpris de voir les visiteurs arriver si tôt et si nombreux, samedi 21 mars, à l’occasion de la journée "portes ouvertes" du nouvel Ehpad. Des visites guidées étaient prévues ce samedi pour le public et pour les officiels, représentés par le maire Paul-Henri Denieuil (également président du conseil d’administration  de l’hôpital), Catherine Quéré, députée, Gilles Raillard, adjoint au maire. Etaient également présents Stéphane Michaud, directeur des soins du centre hospitalier,  Maryvonne Paquier, directrice déléguée de l’Ehpad (et également directrice du site Camuzet), Brigitte Brethenoux, cadre de santé, M. Gérard, du cabinet BPG architectes J.-J.  Bégué - B. Peyrichou - O. Gérard, de Rochefort et Patrick Audouin-Dubreuil, du cabinet C2A+, chargé de la sécurité et de la planification en coordination avec l’architecte.

 Chaque chambre a une couleur différente, reposante et attrayante, avec lit médicalisé.

Ce qui frappe dans ce nouvel établissement, c’est d’abord l’architecture pour la lumière : elle est partout, grâce à de grandes baies vitrées ou des puits de lumière. La couleur est également présente, dans des tons agréables et reposants, avec une dominance claire. Les couloirs sont larges (avec tableaux d’artistes peintres et éclairage automatique), les chambres aux couleurs différentes fonctionnelles, agréables, munies d’un lit électrique médicalisé, de volets électriques, d’une télévision et d’une prise téléphone, avec salle de bain moderne et thérapeutique comportant douche et WC.

 Le coin toilettes avec lavabo, douche et WC.

Le cadre est adapté et chaleureux, et les matériaux sont en lien avec la nature et l’environnement (bois, verre, coloris, patios de verdure, panneaux solaires). Les unités s’appellent "La forêt", "La terre", "L’horizon", "Le soleil", "Le vent"…

 Des tableaux accroches aux murs égaient les couloirs

On le voit, le souci a été d’assurer le bien-être et la sécurité de chaque résident, les différentes unités proposant un lieu de vie convivial et agréable (salles à manger climatisées pour résidents et pour les familles, petits salons au rez-de-chaussée et salon avec terrasse à l’étage, chambres particulières avec lit médicalisé, salon de coiffure…). Ce qui n’empêche pas les soins d’être dispensés à chacun par des professionnels de santé.  

Un moment de gaieté au coin d’un vrai feu, comme chez soi. Paul-Henri Denieuil et Catherine Quéré testent les fauteuils sous l’œil du directeur Florian Jazeron.

La capacité du site est de 80 lits pour personnes âgées dépendantes, dont un lit destiné à l’hébergement temporaire, auxquels s’ajoutent 10 lits pour des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou maladies apparentées.

Dans ces nouveaux locaux seront installés des résidents hébergés dans le bâtiment "Saint-Louis" (unités Aix et Alizés), quelques résidents du site "Val de Boutonne"et de nouvelles personnes accueillies. Le site Saint-Louis continuera à fonctionner pour les pathologies les plus lourdes sous la surveillance des médecins gériatres du centre hospitalier, avec une extension à 50 lits et la création de 24 lits en moyen séjour, convalescence et rééducation en court séjour.

L’Ehpad est inscrit dans un contexte environnemental à développement durable, avec notamment des couloirs à éclairage automatique et 30 panneaux solaires  photovoltaïques pour la production d’eau chaude, qui ont fait l’objet d’une (petite) subvention de l’Ademe et de la Région.

A l’extérieur, arborescence en cours. Un coin jardinage est prévu pour ceux qui le désirent.

Le financement global de l’Ehpad s’élève à dix millions d’euros, dont neuf concernent les travaux, les études et les contrôles, un million servant à l’équipement et au mobilier médical. L’Etat subventionne 1,2 million d’euros, le reste étant financé par l’hôpital par autofinancement et emprunt. « C’est la plus importante opération d’investissement de l’hôpital depuis des décennies », commente son directeur Florian Jazeron.

Les tarifs sont arrêtés par le Conseil général et disponibles au secrétariat de l’Ehpad.

Par ailleurs, signalons que l'ouverture du nouvel Ehpad voit 15 emplois nouveaux créés sur Saint-Jean-d'Angély et qu'au total le nombre de lits supplémentaires est de 24 à l'hôpital et de 13 en Ehpad.

 

Une urne est placée à l’entrée pour recueillir les suggestions du public sur la dénomination du nouvel Ehpad.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 15:37
 

Samedi 21 mars, de 10 h à 17 h, journée Portes ouvertes au nouvel Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de Saint-Jean-d’Angély.
D’une capacité de 90 places, l’établissement, qui dépend du centre hospitalier, est situé Fief Malmer, près de la zone d’activités de La Grenoblerie. La direction sera présente pour répondre aux questions du public, invité à visiter les locaux.
Ce dernier est également invité à proposer un nom pour l’établissement, car la dénomination de l’Ehpad n’est pas encore arrêtée.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 15:31
SANTÉ

Journée Angérienne d’information sur la santé mentale

L'association "Lien 17" et le Réseau de santé RELANSE organisent la première journée angérienne d'information sur la santé mentale, jeudi 26 mars, salle Aliénor-d'Aquitaine.

Entrée gratuite, tout public.

Thème : Maladies psychiques - quels soins ? quels accompagnements ?

Programme :

16 h : accueil

16 h 30 : ouverture par le maire Paul-Henri Denieuil

16 h 45 : présentation par le Docteur Patrice François, président de Lien 17

17 h : géronto-psychiatrie, souffrance psychique de la personne âgée en milieu rural et en Ehpad (équipe du pôle de psychiatrie de Jonzac et Réseau Relanse)

17 h 30 : la réadaptation psychosociale, le rôle du Samsah (équipe du pôle de psychiatrie de Jonzac)

18 h 15 : le réseau de santé en santé mentale, travail en réseau (Réseau Prépsy de Paris)

19 h : le GEM (Udaf de Saintes)

19 h 30 : entre soin et accompagnement un parcours possible l'insertion professionnelle (réseau Transition de Lyon)

20 h 15 : débat 

20 h 45 : buffet
Partager cet article
Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 10:45
SANTÉ

Dépistage gratuit de la rétinopathie diabétique

Vous êtes diabétique, vous ne savez pas si vous avez une complication oculaire et vous n'êtes pas suivi par un ophtalmologiste : vous pouvez bénéficier d'un dépistage gratuit de la rétinopathie.

Ce dépistage aura lieu à l'hôpital de jour à Saint-Jean-d'Angély 18 avenue du port, du 4 mars au 22 avril 2009 (les mercredis de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 17 h).

RV au Réseau Atlantique Diabète au 05 46 45 67 32 atlantique.diabete@wanadoo.fr

Partager cet article
Repost0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 01:18
SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Portes ouvertes au nouvel Ehpad

Samedi 21 mars, de 10 h à 17 h, journée Portes ouvertes au nouvel Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de Saint-Jean-d’Angély. D’une capacité de 90 places, l’établissement, qui dépend du centre hospitalier, est situé Fief Malmer, près de la zone d’activités de La Grenoblerie. La direction sera présente pour répondre aux questions du public, invité à visiter les locaux. Ce dernier est également invité à proposer un nom pour l’établissement, car la dénomination de l’Ehpad n’est pas encore arrêtée.

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 01:45
Mercredi 11 février 2009
CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-JEAN-D'ANGELY

La guerre des germes

Le ministère de la Santé a mis en place un tableau de bord évaluant les performances des établissements hospitaliers en matière de politique d’hygiène et de lutte contre les infections nosocomiales. Saint-Jean d’Angély, qui était classé "C" en 2006, obtient un meilleur classement, avec un "B" en 2007 et la meilleure note de Charente-Maritime (73,44) en catégorie moins de 300 lits.

» Bernard MAINGOT.

 

De gauche à droite : Florian Jazeron, directeur du centre hospitalier, Olivier Blanc, pharmacien et président du Clin, André Preschel, cadre de santé hygiéniste et Stéphane Michaud, directeur des soins. (photo B. M.)

Elles s’appellent "infections nosocomiales". Responsables dans 24 % des accidents médicaux graves. Avec cette connotation restrictive qui désignent les infections essentiellement contractées en milieu hospitalier. Point question d’appeler nosocomiale une infection découlant de soins orthopédiques dispensés ailleurs qu’à l’hôpital et surtout pas en ville.

Aussi, Florian Jazeron, directeur du centre hospitalier de Saint-Jean-d’Angély, Olivier Blanc, pharmacien et président du Clin (comité de lutte contre les infections nosocomiales), André Preschel, cadre de santé hygiéniste et Stéphane Michaud, directeur des soins, préfèrent-ils évoquer les "infections liées aux soins", une dénomination qu’ils trouvent plus adaptée et qui fait leur assentiment.

Suite au classement diffusé par le ministère de la Santé, nombre de centres hospitaliers ont de suite communiqué par voie de presse afin de rasséréner les patients éventuellement inquiets du dit-classement. Rappelons que ce classement, commencé en 2005, dépend d’une note globale attribué au centre hospitalier, un indice composite faisant intervenir quatre indicateurs (voir ci-dessous) et l’attribution d’une classe (de A qui distingue les meilleurs à H pour les plus mauvais). D’autre part, il exclut les hôpitaux qui n’ont pas organisé la lutte contre ces infections et, bien sûr, ceux qui n’ont pas remis de dossier de leurs statistiques (ils ne sont que trois sur 1 575 établissements alors qu’ils étaient 89 voici deux ans). Le classement pointe même du doigt les mauvais élèves, les hôpitaux épinglés qui n’ont pas mis en place une lutte contre ces infections ou un suivi des malades opérés. Fort heureusement, les centres hospitaliers de Charente-Maritime n’apparaissent pas dans cette liste noire !

Le centre hospitalier de Saint-Jean d’Angély se porte bien. Classé en "C" en 2006, il est passé en 2007 en"B", à deux doigts d’être en "A". Saint-Jean d’Angély est en effet l’hôpital qui a le meilleur score dans sa catégorie en Charente-Maritime, classé dans la 1ère moitié des 325 centres de moins de 300 lits en France. « Le risque zéro n’existe pas en matière de santé, mais c’est un résultat très satisfaisant », commente Florian Jazeron.

Un résultat qui est paru dans "L’Express"* Evidemment, cela n’est pas venu tout seul, car il a fallu être sensibilisé au problème, réfléchir, observer, en tirer des enseignements et mettre des moyens techniques et financiers en place pour éradiquer les germes et donc les mauvais résultats. Il fallait surtout « qu’un groupe de professions se mobilisent pour minimiser le risque et mettent en place des outils de surveillance pour toutes les infections » et en particulier « celles liées à la chirurgie ». Il fallait aussi préparer les professions à optimiser l’hygiène sur le site opératoire.

Un objectif, des moyens

Les moyens, multiples et complémentaires, représentent un investissement coûteux. Le Clin, présidé par Olivier Blanc, regroupe une quinzaine de professions (médecins, infirmières, personnels administratif et technique…). Il est chargé de définir la politique du comité d’hygiène, de valider les protocoles d’hygiène et de les réactualiser, d’assurer le contrôle, l’éducation et la formation. Vaste programme !

Une équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière (EOHH), composée de 15 observateurs répartis dans tous les services a pu ainsi dresser une liste de 450 observations, lesquelles ont été bien accueillies dans les services. Des "référents hygiène" sont également nommés dans chaque unité, du médecin à l’aide-soignante hospitalière (ASH). Ces correspondants hygiène se réunissent chaque mois et un bulletin est diffusé chaque trimestre.

L’étude consiste donc à déterminer les infections dans le mois qui suit la chirurgie classique et dans l’année en matière d’orthopédie. « Sur 1 200 cas, il y a eu deux infections découvertes à 15 jours ». Sur 30 000 interventions dans le grand Sud-Ouest, on quantifie les infections post-opératoires à 400. « Nous sommes en-dessous des chiffres régionaux » commentent en chœur les responsables. « D’ailleurs, nous pratiquons beaucoup d’interventions en célioscopie avec un risque d’infection bien inférieur ».  

L’hôpital a également signé la charte nationale de l’hygiène des mains, le 23 mai 2008. Un engagement sur le protocole de lavage des mains et sur la mise à disposition de solutions hydro-alcooliques (SHA, un gel pour se laver les mains sans eau) dans toutes les chambres et locaux de soins. De même, l’hôpital a mis en place la politique "mains sans bijou", y compris les alliances qui sont de « redoutables nids à microbes ».

 

*L’Express n° 3003 du 22 janvier 2009, page 82.

 

Les indicateurs composites (IC)

"ICALIN" (40 % du score général). Il mesure les activités de lutte contre les infections nosocomiales, évalue les structures et les procédures mises en place en matière d’hygiène d’après 31 items et trois fonctions : moyens, activité, organisation.

"ICSHA" (30 %). Il mesure la consommation des solutions hydro-alcooliques (SHA), ces nouveaux "savons médicaux" sans eau pour assurer une bonne hygiène des mains.

"ICATB" (20 %). Il mesure le bon usage des antibiotiques et leur consommation. Plus la consommation d’antibiotiques est importante, plus l’hôpital risque d’être confronté à des germes résistant aux antibiotiques, à l’origine de redoutables infections nosocomiales.

"SURVISO" (10 %). Il évalue le suivi des patients opérés et donc la surveillance des infections opératoires chez ces patients.

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 12:03
SAINT-JEAN D’ANGÉLY -  CENTRE HOSPITALIER SAINT-LOUIS

L’hôpital est en excellente santé !

 

Mardi 6 janvier, le directeur Florian Jazeron a présenté ses vœux au personnel hospitalier. L’année 2008 se caractérise par une activité médicale en hausse, un scanner très opérationnel, des services cardiologie, gériatrie et maternité en plein essor, des investissements importants pour des chantiers qui sont en phase de terminaison et un excellent classement dans la lutte contre les maladies nosocomiales. L’hôpital est en excellente santé sur un territoire de proximité où il est bien implanté.

 

» Bernard MAINGOT.

 

De gauche à droite : Florian Jazeron, Claude Tarin, Paul-Henri Denieuil et Denis Guirand, directeur du centre hospitalier de Saintes. (photos B. M.)

 

Mardi 6 janvier, Florian Jazeron, directeur de l’hôpital et des établissements hospitaliers des Vals d’Aunis et de Saintonge a présenté ses vœux aux personnels des services, cadres, infirmières, aides-soignantes, médecins, chefs de service…

 

Paul-Henri Denieuil, Florian Jazeron et Françoise Mesnard.

 

Étaient également présents le maire Paul-Henri Denieuil et Françoise Mesnard, conseillère régionale, ainsi que les représentants de la gendarmerie et du service de protection incendie, les Dr Jean-Noël Parola et Patrice Crépin, présidents de la CME (commission médicale exécutive) de Saintes et de la CME de Saint-Jean d’Angély, le Dr Claude Tarin et Denis Guirand, directeur du centre hospitalier de Saintes et ancien directeur du CH de Saint-Jean d'Angély.

Évoquant les tristes affaires faisant l’actualité dans les médias, Florian Jazeron a tout d’abord commenté qu’il était « déçu par le discrédit jeté sur l’hôpital », qualifié de «  dépensier, mal organisé et peu performant » , affirmant qu’il n’était « pas juste et peu respectueux du personnel hospitalier qui représentait un million de personnes. Il faut bien sûr en tirer des enseignements pour la maîtrise des risques, mais je veux rendre hommage aux personnels qui sont au service d’un établissement qui reçoit des malades mais aussi des personnes en fin de vie qu’il faut accompagner tout comme leur famille. Je salue cet  investissement et ces implications ».

 

Activité médicale en hausse

 

Le directeur a rappelé les moments forts de l’année 2008. D’abord avec une activité médicale en hausse de 3 % (la prévision était de 1 %). « Je salue le travail remarquable des cardiologues recrutés en 2008 ». En gériatrie, six lits supplémentaires ont été pourvus en septembre pour les personnes âgées. Les passages aux urgences ont augmenté, tout comme les interventions en bloc opératoire et les naissances en maternité. Enfin l’installation du scanner a vu les examens atteindre une fois et demie le nombre prévu.

   

La nouvelle cuisine centrale

 

Florian Jazeron a évoqué « les nouveaux chantiers qui vont tous se terminer en 2009 ». A savoir la cuisine centrale (UCPA, unité centrale de production alimentaire, un chantier qui se terminera en fin de 1er semestre), la mise aux normes de la sécurité incendie (un chantier d’un million d’euros qui sera terminé au 1er trimestre), le nouvel EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).  Deux autres faits ont marqué l’année passée : d’abord avec le Projet d’établissement du centre hospitalier pour 2008-2012 définissant les axes politiques pour les cinq ans à venir ; ensuite avec la publication du classement de la lutte contre les maladies nosocomiales dans les hôpitaux par le ministère de la Santé : Saint-Jean d’Angély a été classé en "B" en 2008, alors qu’il était en "C" en 2007. Rappelons que le classement va de "A" (excellent) à "E" (mauvais). « L’hôpital de Saint-Jean d’Angély se trouve ainsi dans le peloton de tête pour la lutte contre les maladies nosocomiales ».

 

L’Ehpad terminé fin janvier

 

Le nouvel EHPAD sera terminé fin janvier. Des suggestions de nom sont attendues pour le baptiser. « C’est un chantier de dix millions d’euros sur deux ans, avec 90 lits et une unité de dix lits pour les troubles du comportement (type Alzheimer) ».

Le déménagement vers l’Ehpad va créer une réserve de locaux sur Saint-Louis. Ce sera aussi l’occasion de réorganiser les services de médecine gériatrique. 

« Nous allons renforcer la capacité des soins gériatriques avec huit lits supplémentaires pour personnes âgées et rééducation, soit 30 lits au total. Nous sommes très attendus dans cette filière. Nous devons nous positionner clairement sur un territoire de proximité, en améliorant la quantité des prestations et en veillant à la satisfaction de la clientèle ».

Le directeur a d’ailleurs lancé une enquête de satisfaction auprès du personnel. Les 200 premiers questionnaires (qui comprennent 80 questions) font ressortir le degré de motivation et le bon climat interne dans le personnel hospitalier. « C’est une des clés de la réussite collective dans un esprit de travail constructif ».

   

 

Le maire Paul-Henri Denieuil a conclu : « S’il y a quelque chose qui fonctionne bien à Saint-Jean d’Angély, c’est bien le centre hospitalier qui est une vraie réussite. Les prédécesseurs ont conduit intelligemment l’avenir de cet hôpital. Il est aussi en train réussir une vraie coopération avec celui de Saintes, et on peut imaginer l’avenir avec un optimisme raisonnable ».

La cérémonie s’est ensuivie d’une remise de cadeaux pour des départs en retraite et de la remise de médailles du travail aux personnels qui avaient 20 ans d’ancienneté (médaille d’argent), 30 ans (vermeil) d’ancienneté, ainsi que deux médailles d’or (voir ci-après).

 

Lire l’article du 23 novembre 2008 sur les chantiers en cours

http://angely.over-blog.com/article-25072765.html

 

Quelques chiffres 2008

Augmentation des entrées de l’ordre de 3 %

Augmentation des journées d’hospitalisation ~ + 2,5 %

Taux d’occupation des EHPAD ~ 98 %

Augmentation des passages aux urgences ~ + 1 % (près de 11 000)

Forte progression du nombre de sorties du SMUR (~ 370)

Augmentation des interventions au bloc > 6 % (2880 actes opératoires)

Augmentation des accouchements à la maternité + 8 % (482 naissances)

NDLR : des chiffres plus affinés et plus complets sur l’activité médicale 2008 seront connus vers la fin janvier.

 

Remise du cadeau de départ en retraite à un agent.

 

16 départs à la retraite

Nicole Darenne, Bernard Elie, Chantal Gaucher, Francette Gentet, Michel Goguet, Danielle Orgé, Marylène Rouhaud.

Danièle Rousselière, Jacques Moinet, Martine Hué, Aline Berthelot, Françoise Spadari, Colette Chabot, Josiane Céserac, Claudine Geay, Jean-Claude Boucherie.

 

 

21 médailles d’argent (20 ans)

Sylvie Allain, Véronique Epagneaud, Nelly Montajaud, Anne Pouyadou, Sylvie Wendling.

Olivier Villenave, Marie-Jeanne Tessier, Marie-Christine Métay, Annie Michelet, Suzy Millet, Ninon Moszkowski, Florence Pichard, Michelle René, Nathalie Litou, Corinne Le Picard, Cathy Laval, Nelly Laurent, Bruno Goruchon, Sylvain Goujeau, Bruno Baffereau, Catherine Brodu.

 

14 médailles de vermeil (30 ans)

Francine Autant, Jean-Bernard Bouchereau, Chantale Caillaud, Françoise Gobin, Geneviève Jolly, Brigitte Martin.

Annie Begay, Roland Rousseau, Dominique Seyfried, Lucette Ridel, Catherine Laclautre, Marie-Christine Gaultier, Béatrice Couteau, Geneviève Chapuis.

 

2 médailles d’or (38 ans)

Sonia Ganne, Christiane Houillon.

  

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 15:01
LUTTE CONTRE LE SIDA
La Ville se mobilise contre le sida

 

La Ville de Saint-Jean d’Angély souhaite mettre en place un "collectif sida" piloté par le CCAS.

 

» Communiqué de presse du 3 décembre 2008 de la mairie de Saint-Jean d’Angély

 

Un ruban inédit en centre-ville de Saint-Jean d’Angély, le 1er décembre 2008. (photo DR)

 

Le maire de Saint-Jean d’Angély, Paul-Henri Denieuil, veut mettre en place une véritable politique de santé publique volontaire. Il souhaite que la ville de Saint-Jean d’Angély, sous l’impulsion du Centre Communal d’Action Sociale mette en place un collectif Sida qui sera piloté par le CCAS en coordination avec l’ensemble des acteurs concernés.

Il devra développer un réseau de relais et d’actions spécifiques, originales et porteuses en matière de prévention des Infections Sexuellement Transmissibles.

Le collectif Sida, son fonctionnement, ses objectifs


 
« Je souhaiterais que le collectif fasse évoluer le regard, sensibilise et prévienne sur les ravages des IST et du Sida en particulier et développe un partenariat de qualité. »

Communiquer ensemble

Afin de développer une communication propre au Collectif, je propose de réfléchir sur l’édition d’un livret d’informations pratiques permettant de diffuser une information globale concernant l’ensemble de la problématique et unissant l’ensemble du Collectif.

1er décembre, journée mondiale de lutte contre le sida

Le Collectif devra continuer à impulser les animations lors de la journée mondiale de lutte contre le sida autour d’actions fortes et grand public.

« Je propose que la ville crée "Saint-Jean d’Angély s’engage contre le sida" et "la journée de l’Image"  proposant des nouveaux concepts de sensibilisation et transmission d’information, avec pour cœur de cibles les jeunes du Pays des Vals de Saintonge, les enseignants, les associations et les jeunes adultes. Ces évènementiels imaginés autour de l’image offriront des supports de discussion et de réflexion sur le sida et permettront aux habitants de devenir acteurs de la manifestation conjuguant ainsi des ambitions sociales, solidaires et culturelles. »

Les jeunes, cœur de cible et acteurs de la prévention

Le collectif devra rendre les jeunes acteurs et vecteurs d’information, donner et utiliser la parole des jeunes, le premier public cible.

Concours

Il faudra lancer un concours qui sera le support de prévention et de communication lors de la journée "Saint-Jean-d’Angély s’engage". Et ce concours permettra de créer des passerelles.

 

Contact Presse : Guillaume Guéroult - Responsable de la communication Ville de Saint-Jean d’Angély. guillaume.gueroult@angely.net

Place de l’Hôtel de ville - BP 82 - 17415 Saint-Jean- d’Angély. www.angely.net

Tél. : 05.46.59.56.56

Fax : 05.46.32.29.54

 

Samedi 1er décembre 2008 : Journée Mondiale de Lutte contre le Sida, une très grande réussite et une forte mobilisation des Angériens.


« C’est l’exclusion qu’il faut exclure. Pas les séropositifs. »

 

Le Maire et l’ensemble des élus de la ville de Saint-Jean d’Angély saluent le travail réalisé par l’ensemble des associations de Saint-Jean–d’Angély, des enseignants, des élèves et des angériens qui ont oeuvré pour la réussite de la journée du 1er décembre de cette journée.

 

Le Maire souhaite que la politique préventive s’oriente vers deux grands objectifs :

- favoriser une large accessibilité aux préservatifs et aux moyens de dépistage et de promouvoir une action continue d’information, de communication,

- d’animation et d’éducation à la santé en direction de la population générale tout le long de l’année et qui intègre aussi la nécessité de mieux prévenir les autres infections sexuellement transmissibles.

 

Le Maire souhaite que le préservatif soit encore plus accessible à tous, le préservatif à 20 centimes d’euros doit pouvoir être disponible de manière plus systématique en grandes surfaces. Un véritable partenariat doit être noué avec la grande distribution.

 

Le Maire souhaite faciliter la mise en place effective des distributeurs de préservatifs dans les lycées et collèges par des actions d’accompagnement.

La distribution gratuite de préservatifs par l’INPES aux associations menant des actions de prévention auprès des publics les plus exposés et les plus précaires, doit être encouragée.

L’accès au préservatif féminin doit être plus facile, et il faut que des actions adaptées puissent être menées en direction des femmes car elles présentent des spécificités vis-à-vis du VIH.

 

La ville doit et va s’investir tout au long de l’année. La journée du 1er décembre a résonné comme le véritable symbole d’une mobilisation nationale. La ville va s’associer à cette démarche comme dans un investissement permanent et régulier tout au long de l’année.

Le Maire souhaite donner avec cette journée, le coup d’envoi d’un programme de sensibilisation des jeunes Angériens à l’ensemble des conduites à risques, en ne perdant pas de vue le SIDA et les autres MST.

 

Plusieurs aspects de la santé des jeunes au quotidien devront être abordés avec les lycéens, les questions liées à la consommation d’alcool, des drogues mais aussi, la sécurité routière et les vertus de la pratique du sport et d’une alimentation équilibrée.

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 18:51
LUTTE CONTRE LE SIDA

Un ruban rouge inédit

 

» Bernard MAINGOT.

 

 

C’est une action à mettre au crédit du Pôle Animation Jeunesse à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, lundi 1er décembre : 900 personnes se sont donné la main pour réaliser un immense ruban rouge de plus d'un kilomètre de long dans les rues du centre-ville ! Une chaîne humaine jamais effectuée dans Saint-Jean-d'Angély destinée à sensibiliser les habitants. Le matin, des jeux de questions-réponses informatifs intitulés "Mieux qu'à la télé" ont reçu 150 jeunes lycéens de Saint-Jean et de la Maison familiale rurale de Saint-Denis-du-Pin.

 

 

Cette action, à l’initiative du Pôle animation jeunesse, s'est faite en collaboration avec le Bureau information jeunesse, le Foyer des jeunes travailleurs, la Maison des lycéens de Louis-Audouin-Dubreuil et de Blaise-Pascal, la Mission locale des Vals de Saintonge, la Communauté de Communes de Saint Jean-d’Angély et la ville de Saint-Jean d’Angély.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0