Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 01:36

Lundi 25 janvier 2010 – Article # 1481

Photos de la semaine

"La glace est rompue" 

20100110 gel-dans-maïs phot-serg-bouteille 3787Les maïs ont été inondés par environ 30 centimètres d’eau. Le froid a gelé la surface de l’eau. Trois jours après, l’eau retournant d’où elle était venue, le niveau a baissé, laissant des plaques de glace accrochées aux pieds de maïs. Photo insolite envoyée par Serge Bouteille, que je remercie.

 

"Transportes Especiais"

20100123 la-benate-eoliennes 014 Vous voulez que je vous refile un tuyau ? C’est un élément de fût d’éolienne arrivant à La Benâte. C’est toujours impressionnant. (photo B. M.)

 

Le poteau est cassé... un peu tôt  

20100123 auto-contre-poteau 004C’est arrivé le samedi 23 janvier et il n’y avait pas de verglas. Mais peut-être de la distraction ou de la vitesse… Cela me fait la même chose quand j’écris trop vite sur le clavier : je dérape sur les touches et les fautes d’orthographe se répandent dans les textes. (photo B. M.)

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 13:10

Jeudi 7 janvier 2010 (et non pas décembre dans le titre, que j'ai rectifié grâce aux commentaires) - # 1436

C’est l’hiver !

20100106 champagne-maraisgele 3776(SB) (2) 

Le marais inondé et glacé, vers Champagné, entre le canal et La Boutonne. (photo S. B. – 6 déc. 2010)
Vous aussi, envoyez vos photos pour qu'elles soient publiées. bernard.maingot@orange.fr


Ce matin, un autre communiqué du conseil général confirme que les conditions de circulation sont très difficiles sur le secteur de Saint-Jean-d'Angély.

Ainsi, des poids lourds ont subi quelques avatars. Sur la RD 939, commune de Nachamps, entre Saint-Jean-d'Angély et Surgères, un semi-remorque rempli de farine a terminé son voyage dans un champ. L'histoire ne dit pas si la farine s'est répandue sur la neige... A 14 heures, le camion de dépannage était sur le point d'arriver. Et sur la RD 739 entre Saint-Jean-d'Angély et Tonnay-Boutonne, un autre camion a rencontré des difficultés, mais je n'ai pas de détails à vous livrer. La circulation n'est pas interrompue. « Les automobilistes sont fortement invités à reporter leur déplacement », rappelle aussi le communiqué du conseil général.

Oui bien sûr, mais comment faire pour rester au chaud et en même temps circuler pour aller au travail ? Et j'allais ajouter (sans réfléchir) : "Comment publier des photos si je n'en reçois pas ?"

Le froid, la neige ou le verglas ont vu les transports scolaires suspendus, un principe de précaution qui perturbe les parents et plaît mieux aux enfants. Le froid, responsable d’un énorme absentéisme dans les collèges. Près de 70 ou 80 % ai-je entendu ? On attend donc avec impatience la levée de l’arrêté préfectoral…

Le froid, qui par contre a plus que doublé la fréquentation sur le blog : les parents ont cherché des renseignements sur les transports scolaires en Charente-Maritime. Et ils ont lu 645 fois les quatre petites lignes publiées hier après-midi sous le titre Pas de transports scolaires en Charente-Maritime jeudi 7 janvier 2010, après avoir demandé 293 fois "transports scolaires en Charente-Maritime" sur Google.
Le plus petit article du blog a reçu le plus grand nombre de visites ! Un article à classer dans les "Faits d'hiver".

Du jamais vu : les internautes sont venus hier faire 970 visites uniques et lire 1 712 pages. Déjà plus de 500 visites uniquement dans la matinée. Je ne peux que dire... qu’il fait toujours froid. Mais je considère aussi que ce sont des conditions hivernales : « c’est un temps de saison », n’oublient jamais de rappeler les anciens.

Et ils ont raison. C’est l’hiver. Les marais sont inondés et les ruisseaux débordent. Cet été, nous nous plaindrons qu’il fait trop chaud et que les rivières sont à sec…
Un peu de français
Sur ce propos des saisons, avez-vous remarqué que pour le primtemps et l'été, on utilise, pour les décrire ou les qualifier (sauf quand ils sont "pourris") les adjectifs "beau" et "chaud" (une contrepetterie belge aurait indiqué "chaud" et "beau" mais ne tombons pas dans le piège de la facilité). Et je ne trouve pas d'adjectif formé à partir des noms de ces saisons.
Par contre, pour "automne" et "hiver", on a fabriqué les adjectifs "automnal" et "hivernal". Je n'aime pas ces terminaisons en "nal" qui font "froid dans le dos" (comme rénal) et qui sont froides. D'ailleurs on y trouve une litanie de mots qui dérangent l'oreille : abdominal, anal, cérébro-spinal, inguinal, marginal, pénal, séminal, terminal, tribunal, urinal, vaginal, vénal, virginal. Que ces mots sont froids et dérangeants. Toutef(r)ois, n'allez pas en conclure qu'un "jour froid" est un "journal"... 

20100106 torxe-marais-inonde-03 Inondations des champs vers Torxé. (photo B. M. – 6 déc. 2010)

20100106 torxe-marais-inonde-02 Inondations des champs vers Torxé. (photo B. M. – 6 déc. 2010)

gros-glaçon-dans-seau

Sacré gros glaçon dans un seau de dix litres. (photo B. M. – 6 déc. 2010) La-vergne-chemin-glace 005Chemin inondé à La Vergne. (photo B. M. – 6 déc. 2010)

 

La-vergne-reflets-arbres 006Reflets des arbres dans l'eau d'un chemin. (photo B. M. – 6 déc. 2010)

 

20100106 la-vergne-chemin-inonde 013Demi-tour obligé : l’eau dépasse le haut des bottes. (photo B. M. – 6 déc. 2010)

 

20100106 la-vergne-jardin-inonde 014Que faire l’hiver au jardin ? Je n’ai pas de cliché du mois d’août, mais il y avait ici des tomates, de l’ail, des pommes de terre, des carottes, des betteraves rouges et... tout ce qu’on trouve dans un jardin potager. Les derniers à être présents étaient les poireaux, qui ont été enlevés voici quinze jours. (photo B. M. – 6 déc. 2010)    

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 22:29

Lundi 21 décembre 2009

« La neige n’est plus un don du ciel. Elle tombe exactement aux endroits marqués par les stations d’hiver »

[Jean Baudrillard] Extrait de Cool Memories - 1980-1985

Photos de la semaine 51

De neige, « de vent, de pluye et de froydure »

Il n’y aura pas de photos de la semaine 50, car elles sont restées avec nombre d’autres clichés et documents dans le disque dur de mon portable, rappelé jeudi 17 décembre dans les prairies éternelles du dieu informatique… J’espère que l’on pourra récupérer ces 40 gigas de dossiers et les inscrire dans une nouvelle installation devenue indispensable.

La semaine 51 a hérité d’un vrai temps d’hiver où nous avons connu la neige et – comme l’écrivait François Villon – « le vent, la pluye et la froydure ».

20091218 bernay-neige-bus 9781Devinette des années 50 : « Je peux recouvrir tout Paris, mais pas la surface d’un puits. Qui suis-je ? » La neige, qui ne connaît pas les panneaux et stationne à l’emplacement des bus scolaires. Photo prise à Bernay, vendredi 18 décembre.

20091218 neige 9769Petit chemin de campagne sous la neige.

20091218 neige 9791Ça monte entre Courant et La Benâte. Je n’ai pas vu de salage sur la route, mais je ne vois pas non plus de plaques qui brillent au sol… Par contre, quelques kilomètres avant, j’ai vu des traces de roues qui finissaient dans le fossé.

20091218 neige 9794Un champ tout blanc, entre route et forêt.

20091218 neige 9817Les traces sur la route sont celles des automobiles. Les traces dans les champs sont celles des passages de tracteurs. L’inverse serait surprenant. L’ensemble était curieux à voir mais difficile à rendre en photo.

20091218 parancay-neige 9760Avant Parançay en venant de Bernay-Saint-Martin.

20091218 st-martin-coudre-impasse-partout 9781On a de l’humour ! C’est mieux qu’un passe-partout pour entrer dans une impasse où il n’y a pas de barrière l'en empêchant. J’aime.

20091218 mur-college 9831A Saint-Jean-d’Angély, vendredi. Une mauvaise manœuvre d’un "Manitou" (le Grand manitou, c’est un grand engin élévateur qui règne au royaume des transpalettes) et c’est le mur du collège Georges-Texier qui est à refaire ! Le conducteur aura les félicitations de son chef, non pas parce qu’il est stationné sur une place réservée aux handicapés (j’ai coupé la photo en bas mais l’original le montre) mais parce qu’il devait avoir de la buée sur ses lunettes… Un autre cas dans les entrepôts frigorifiques, où les chances d’être employé comme cariste (pilote) d’un transpalette pour les manutentions entre quais de déchargement et entrepôts frigorifiques sont faibles si vous portez des lunettes de vue (celles de soleil ne sont pas nécessaires). A cause de la différence de température entre les deux endroits qui embuent systématiquement les verres en rentrant dans les chambres froides (les lentilles seraient-elles plus adaptées ?). Rappelez-vous le slogan : « La vue, c’est la vie ! »

20091218 leclerc-automates-noel 9833Dans le hall d’un hyper marché à Saint-Jean-d’Angély. De nombreux décors où évoluent des automates. J’ai vu que c’était réservé aux grandes personnes, car nous étions plusieurs adultes émerveillés à regarder chaque ensemble et… pas d’enfants. La vie, ça se contemple…

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 23:35

Mardi 8 décembre 2009

« Ah ! frappe-toi le cœur, c'est là qu'est le génie. »

[ Alfred de Musset ]

Photos de la semaine 49

 

Samedi 28 novembre à La Vergne. Les habitants se sont mobilisés pour effectuer la plantation d’une haie, sur un terrain appartenant à Francis Maudet, à gauche de la RD 939 menant de La Touche à Landes. Le temps n’arrange rien à l’affaire, car il pleut et il fait du vent. Francis est en contact direct avec la terre… C’est moins haut et on est moins courbé pour planter.

Il y avait des messieurs. Mais il y avait aussi des dames. Moi je dis : « Bravo à tous ! Pendant ce temps, il y en a qui sont chez eux au chaud. Heureusement, les planteurs sont là pour leur faire une belle nature. »

30 novembre : Le pont sur la Charente, en manœuvre, à Saint-Savinien.

30 novembre. C’est du langage SMS. Ou du louchebem. Ou du verlan. A moins que "TONNAY B. N. E.", ça signifie Tonnay-Boutonne. « Oh yes, moi pas bien understand le français very well on the indications, but j’arrive à lire the numbers »

1er décembre. Les gendarmes relèvent des impacts de balle sur le bardage du boulodrome couvert de Saint-Jean-d’Angély, où une fusillade a eu lieu. Je ne m’étends pas sur le sujet, car il y a déjà deux articles sur le blog. 

2 décembre. Je me suis stationné en biais pour pouvoir descendre de voiture. Si seulement le motard avait tourné la roue dans l’autre sens. C’est pas de sens comme on dit (au Québec ?). A Denver, il paraît qu’ils ont le sabot pour bloquer les véhicules mal stationnés (c’est le sabot de Denver ?).

3 décembre. Quand – comme sur la photo précédente - on ne peut pas passer sur le côté, on passe en hauteur. J’espère que les cambriolages ne vont pas en augmentant, car on voit plein de monte-en-l’air actuellement !

4 décembre. C’est peut-être dommage, mais je ne la boirai pas pour Noël. Ni pour une autre occasion d’ailleurs. Ce Pommard a tout juste 24 ans. Au moins, on a le plaisir de l’admirer. Quand c’est vide, le charme est rompu.

Ou alors il faut essayer un vin plus jeune. Ce Saint-Julien n’a que 21 ans. Ah dommage aussi !

Comme je ne veux pas vous donner des regrets, je vous mets les deux en même temps. Juste le temps de les prendre en photo avant de les remettre à l’ombre. J’espère que cette sortie ne va pas gâcher le contenu (bien que je ne saurai rien de plus sur ce contenu)

4 décembre. Les bouteilles sont rangées. On ne sait jamais, avec les visiteurs escaladant les maisons un peu partout dans les villages. Ici, à Landes, au carrefour central.
Les photos du week-end des 5 et 6 décembre sont à l'article "Un samedi bien occupé"

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 21:43

Lundi 7 décembre 2009

Un samedi bien occupé

Le week-end du Téléthon est toujours un week-end bien rempli. Illustration ci-après en photos du samedi 5 décembre. Demain sera repos pour l’appareil photo.  

A Saint-Jean-d'Angély, vendredi soir 4 décembre, une soirée cabaret était donnée au profit du Téléthon, salle Aliénor-d’Aquitaine. Samedi 5 décembre à 10 h, les pompiers de Saint-Jean-d’Angély participent aussi à cette action. Le GRIMP (groupe de recherche et d'intervention en milieu périlleux) est en manœuvre sur le parking d’Intermarché. Elle consiste à l’évacuation d’une victime depuis le toit du magasin. (photo B. M.)  

Samedi 5 décembre 2009, 10 h 30. Pas de temps à perdre et ce matin la rocade est ouverte sans problème de circulation à cause des travaux de réfection de la couche de roulement. Une voiture est en feu sur le parking du centre E. Leclerc. Grosse fumée et beaucoup de curieux. Le véhicule des pompiers arrive pour cette "manœuvre  sur feu de voiture", les pompiers déroulent les tuyaux et éteignent l’incendie. (photo B. M.)  

Samedi 5 décembre 2009 à 11 h. Je redescends place de l’Hôtel de ville. Un véhicule est accidenté et il faut procéder à une désincarcération de la conductrice. Les pompiers lui prodiguent les premiers soins car elle perd beaucoup de sang. Le matériel de désincarcération est en place. Le montant arrière de la Golf est très large et il  faut le couper en trois fois. La blessée est évacuée. L’intervention a duré une demi-heure. Bravo les pompiers pour ces trois interventions en une heure et demie ! (photo B. M.)  

Samedi 5 décembre 2009 à 11 h 30. La commémoration en hommage aux "Morts pour la France" en Algérie, Tunisie et Maroc se tient au monument aux morts. La cérémonie est suivie d’allocutions dans le salon d’honneur de la mairie. Je rentre décharger mes photos et faire du classement (accessoirement déjeûner) avant de repartir pour Landes en début d’après-midi. (photo ville de Saint-Jean-d’Angély)  

Samedi 5 décembre à 14 h 30, à Landes. Le président du Conseil général de la Charente-Maritime et Jacky Bineau, maire de Landes, inaugurent la revitalisation des commerces en centre-bourg : une épicerie-presse, tenue par Dominique Nayrac et une boulangerie-pâtisserie, tenue par Christine et Philippe Laversanne. Les maires des communes du canton, les élus et les habitants sont venus nombreux. Jacky Bineau et Dominique Bussereau ont également inauguré la place "Jacques Etourneau" en mémoire du maire initiateur du projet de revitalisation de la commune, disparu début 2007. Un moment d’émotion pour sa mère Françoise Etourneau, ses deux fils Ludovic et Julien et sa sœur Geneviève… (photo B. M.)    

Dominique Bussereau, président du Conseil général, coupant le ruban inaugural, en présence de Françoise Mesnard, conseillère régionale, de Catherine Quéré, députée de Saintes-Saint-Jean-d’Angély, de Jean-Yves Martin, conseiller général, de Paul-Henri Denieuil, président du Pays des Vals de Saintonge et du sous-préfet Frédéric Brassac. Etaient également présents Corinne Imbert et Jean-Marie Roustit, conseillers généraux,  et le commandant Perrot dirigeant la compagnie de gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély. (Photo Antoine Bineau)  

Samedi 5 décembre 2009 à 15 h15 à La Vergne. Plusieurs animations sont prévues pour le Téléthon. D’abord avec des circuits d’attelages de chiens de traîneau (Huskies et Samoyèdes). Une dizaine d’attelages au total et 52 chiens de traîneau vont faire plusieurs boucles sur un circuit de 1,3 km. A 17 h, lâcher de ballons avec les élèves du regroupement des écoles de La Vergne, Landes, Puyrolland et Saint-Loup, afin de rassembler le plus de personnes possibles, enfants, parents, amis, voisins, copains, et ensuite former une chaîne humaine autour du terrain de football. Tout le monde s’y est mis : le "Groupement Adolescents, Adolescentes" dit "GAA-Jeunots-Jeunottes", présidé par Jocelyne Ancelle, le Foyer rural et son président Bernard Trichard, l’Union sportive de La Vergne et son président Jack Cousset et la municipalité de La vergne. Le dimanche matin verra beaucoup de pluie et moins de spectateurs. Logique. Pour terminer cette manifestation, un pot de l’amitié a été offert par la municipalité, dimanche vers midi.   

Dimanche, la recette du Téléthon donnera un résultat de 438 euros à La Vergne. En photo : Jocelyne Ancelle, présidente de GAA et Michel Goguet, président de Crocs-Blancs des Charentes. (photo B. M.)  

Samedi 5 décembre à 16 h 15. Un match de rugby est en cours au stade municipal.  Si les cadets du Raca ont gagné Parthenay dans le match qui précédait, les juniors vont subir une défaite. J’ai peu de temps : juste un coup de zoom et je continue ma route. (photo B. M.)  

Samedi 5 décembre à 16 h 30. Pas de temps à perdre non plus pour Dominique Bussereau : on est maintenant  à l’inauguration de la rue Georges-Texier. Les abords du collège et du lycée ont été sécurisés. Une belle réalisation pour la sécurité à la sortie des d’élèves, qui sont plus d’un millier. Le coût total des travaux s’élève à 475 000 euros.  

Samedi 5 décembre 2009 à 17 h. Le centre de secours et d’incendie a organisé une journée portes ouvertes : visite des locaux, matériels et installations, éducation gestes aux premiers secours...  Les Jeunes sapeurs-pompiers (JSP) procèdent à une manœuvre sur lances à incendie. Dans dix minutes, il fera brun et les photos en extérieur deviendront difficiles…  

samedi 5 décembre à 17 h . Le groupe des JSP ayant participé à la manœuvre. Ils sont encadrés par le lieutenant Perrot (à droite), responsable de la section JSP et le major Thierry Davout (à gauche), responsable de la formation.

 

A 18 h 30 : à l’occasion du Téléthon,  Paul-Henri Denieuil, maire de Saint-Jean-d’Angély et Daniel Barbarin, Président du Comité des Clubs Sportifs Angériens proposent  un vin d’honneur à l’ensemble des partenaires et bénévoles.  

Samedi 5 décembre 2009 à 19 h. Le maire Paul-Henri Denieuil et les élus procèdent au lancement des illuminations de Noël de la rue Gambetta, depuis la place André-Lemoyne. (photo ville de Saint-Jean-d'Angély).

C'était un samedi remarquable : il n'a pas plu ! Le lendemain dimanche, il n'en a pas été de même ! 

Pour voir les photos de la semaine 49 cliquer ICI
 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 03:17

Lundi 30 novembre 2009

« Les humoristes sont comme des enfants qui, en traversant les chambres obscures, chantent pour se donner du courage. »

[Dino Segre dit Pitigrilli]

L'Homme qui cherche l'amour

Photos de la semaine 48

 

Mardi 24 novembre à La Vergne. Son nom est bien trouvé : le fossé du milieu. Normal, il est situé entre le canal Saint-Eutrope et la Boutonne et avait été creusé pour évacuer les eaux des terrains. Il était à sec depuis plusieurs mois et  s’est refait une santé. Bientôt, il sera plein, puis les eaux arriveront de toute part, inondant les terrains proches de la Boutonne. Voir l’article du 27 janvier 2009 et les vidéos La Vergne : une balade en cas d'eau

 

Mercredi 25  novembre, à Saint-Jean-d’Angély : des travaux de réfection du revêtement sont en cours. La circulation est alternée, la pluie ne facilite pas les choses et la nuit il faut rester prudent dans les portions où la signalisation est absente. La vitesse est limitée à 50 km/h. Mais attention aux dénivellations de revêtement qu’il faut aborder bien moins vite, au risque de vous faire une frayeur, car ça surprend les pneus et les amortisseurs !

 

Jeudi 26 novembre à Saint-Jean-d’Angély. Le Rotary, menant une campagne contre l’abus d’alcool auprès des jeunes et leur sensibilisation en matière de sécurité routière (plus cool sans alcool), a organisé deux test-crash rue Georges-Texier devant un millier d’élèves du collèges et des lycées. Les conditions étaient celles d’une circulation en ville, à savoir 50 km/h. Les deux collisions sont la reconstitution de faits authentiques et d’accidents mortels. Le premier accident concerne la collision d’une auto grillant un stop avec un scooter où le jeune porte son casque relevé en arrière ("à la One again") : la tête du scootériste frappe le pare-brise. Le deuxième est la collision entre deux véhicules, où le passager n’a pas attaché sa ceinture. Sa tête éclate aussi le pare-brise. Les mannequins sont frappants de vérité (ils pèsent le même poids qu’un corps humain et sont munis de capteurs).

 

Les spectateurs ont été impressionnés par les dégâts occasionnés, tant aux véhicules qu’au mannequin, bien que la vitesse soit de 50 km/h et qu’un des deux véhicules soit à l’arrêt. Rappelons-nous que la masse est proportionnelle au carré de la vitesse. A 50 km/h, un casque de 1 kg en pèse 20. Un enfant de 30 kg, non attaché à l’arrière d’un véhicule, pèse 600 kg quand il est projeté à l’avant. On imagine ce qui arrive alors à 90 km/h, ou à 130 km/ sur autoroute ! Et puis, lorsqu’on roule à 72 km/h, on parcourt 20 mètres à la seconde (et 40 mètres à 144 km/h, ce qui est interdit). Avec des réflexes diminués par l’alcoolisation, la seconde de retard fait que les 20 m qui manquent sont les 20 m qui tuent…  

 

Le centre de secours et la gendarmerie sont intervenus en grandeur réelle : désincarcération, évacuation des victimes, relevés, photos, etc.

 

Lire le poème de Kerfon-le-Celte

"Morts de rire"

http://www.kerfon-le-celte.net/article-24236317.html

Vendredi 27 novembre. La collecte de la Banque alimentaire est en cours. Nombre de personnes sont dans la précarité et la crise n’a ien arrangé. Les Restos du cœur ouvrent lundi. On s’attend à une augmentation de 10 % du nombre de repas à distribuer.

 

Vendredi 27 novembre. J’ai visité la cuisine centrale du centre hospitalier, qui approvisionne aussi des maisons de retraite, l’Ehpad et la Mapa. Le nombre de couverts atteints 1 900 par jour (elle est prévue pour 2 300 repas/jour). J’ai quand même été impressionné par les règles d’hygiène, les techniques et les matériels, où l’inox est roi.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 21:31

Rédigé (avec retard) samedi 28 novembre 2009

« Quand je vois ce que je vois et que j'entends ce que j'entends, je suis bien content de penser ce que je pense. »

[Fernand Raynaud]

Photos de la semaine 47

Des travaux ont été réalisés à La Poste de Saint-Jean-d'Angély, pour faciliter l'accès aux personnes handicapées. Je suis repassé la semaine suivante: les travaux sont finis et l'entrée principale comporte toujours les mêmes marches. Il va falloir aller aux renseignements pour savoir où est situé l'accés en question. A Surgères, il est situé à l'arrière de la poste, avec une sorte d'ascenseur. Auparavant, certains affirmaient que les handicapés étaient privés... de service public.

 

Vendredi 20  novembre, à Saint-Jean-d’Angély, l’Ecole de formation des sous-officiers de l’armée de l’air (EFSOAA de Rochefort-Air) a présenté 81 élèves sous-officiers au Drapeau. Cette cérémonie concrétise leur entrée officielle dans les rangs de l’armée de l’air. (photo BA 721). Voir l’article sur la présentation au DrapeauVoir l’album photos.

 

Les troupes ont ensuite défilé en ville.

 

Je trouve que cette auto est valeureuse : à partir d’une boîte de Nescafé (tant pis pour la pub), un habitant de Koumondé (Togo) a réalisé un véhicule genre 4x4. Elle est présentée à l’exposition réalisée par l’AAJC Togo jusqu’au 5 décembre à l’Office de tourisme. Pour ceux qui l’ignoreraient encore, Koumondé est un canton togolais jumùelé avec Saint-Jean-d’Angély. Voir l’article sur les réalisations concrètes de l’AAJC à Koumondé et l’article sur l’exposition.  


Un conseil (en vaut un autre) : si vous aviez du gazon, attendez les beaux jours pour y faire manœuvrer des engins, quels qu’ils soient. Avant c’était vert. Maintenant c’est un chemin pour tracteurs.

 

Donc, à propos de tracteurs, c’est mieux de voir les labours dans les champs.

 

Vieux chevaux

                           

J’aime les vieux chevaux de labour. Il me semble

Le soir, quand de la tâche ils reviennent ensemble,

Que chaque bloc de glaise à leurs sabots resté

Mêle une gloire à leur rustique majesté.

Leur regard est plus terne et leur marche plus lasse ;

Mais, si l’ancienne ardeur aux ans lourds a fait place,

Ils rentrent de leur pas tranquille et régulier,

Le col roide élargi par l’ampleur du collier,

La croupe et le poitrail massifs, flairant la crèche

Et le tiède repos sur la litière fraîche,

On les sent prêts encore aux efforts vigoureux,

Et ce retour est comme un triomphe pour eux.

Parfois pourtant leur tête à la rude crinière

S’incline vers le sol, pensive et prisonnière,

Afin d’en aspirer les effluves subtils.

Peut-être alors les vieux serviteurs songent-ils

A la prochaine étreinte, à l’étreinte sacrée

De la terre qu’ils ont si longtemps labourée.

 
Léonce Depont

Poète surgérien (1862 – 1913)

 

Extrait de « Gestes Rustiques », dédié à Gaston Deschamps, paru dans « Le Triomphe de Pan »,

Editions de la « Revue des Poètes », Imprimerie Nouvelle Surgères, Librairie Plon 1905.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 20:54

Mercredi 18 octobre 2009

« La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme. »

[Voltaire]

Photos de la semaine 46

Promenade d'automne dans le bourg 

La semaine dernière, je publiai dans Photos de la semaine 45 le nid de frelons situé dans le verger de Raymond Maudet. Il est toujours dans l’arbre, sauf qu’il a changé de couleur - je parle du nid, évidemment, pas de Raymond, pff…. – depuis qu’il n’est plus habité et que plusieurs milliers de frelons ont été exterminés. Les branches des arbres sont idéales pour que les oiseaux et les insectes y accrochent leurs nids : ici, il s’agit d’un gros cocon de chenilles, un nid qui doit en renfermer des centaines. Le problème, c’est que la branche va dépérir à cet endroit et qu’il faut la couper avec un « échenilloir » - un outil qui porte bien son nom – puis récupérer le nid pour le brûler. Il arrive d’observer des centaines de chenilles processionnaires, progressant au sol telle une longue caravane. C'est assez impressionnant...  

Depuis la chute des feuilles, on aperçoit maintenant le nid de frelons de très loin.  

L'automne est doux et des champignons sortent. Les résineux ont fait leurs fruits.  

Le cotonae aster présente des milliers de baies rouges.  

Je crois que cette fleur s’appelle « L’amour en cage ». Je ferai un gros plan prochainement pour vérifier, lorsque l’enveloppe extérieure deviendra comme une toile d’araignée, si quelque chose apparaît à l’intérieur.  

Les animaux n’aiment pas l’appareil photo, car le bipède auquel ils sont habitués ne leur présente pas un aspect "normal". Les canards sont inquiets de ce truc noir qui nous masque une partie du visage et derrière lequel on a l’air de se cacher quand on prend la photo.  

Le coq n’aime pas non plus. « Qu’est-ce qu’il mijotte celui-là ? »  

L’oie grise : « Qu’est-ce qu’il me veut celui-là ? Attention, je vais appeler la patronne ! »  

« Qu’est-ce qu’il nous veut encore celui-là ? Il faudrait nous lâcher un peu.»  

La plante grasse (ne me demandez pas le nom latin), qui refleurit en novembre…  

Je suis obligé de vous laisser car je dois aller aux courses (en magasin, pas à l'hippodrome). "Alors, le chat, on squatte ?"

 

Automne
Guillaume Apollinaire

(Rome 1880 -Paris 1918)

 

Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux
Et son bœuf, lentement, dans le brouillard d'automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux.

 

Et s'en allant là-bas, le paysan chantonne
Une chanson d'amour et d'infidélité
Qui parle d'une bague et d'un cœur que l'on brise.

 

Oh ! L'automne, l'automne a fait mourir l'été.
Dans le brouillard s'en vont deux silhouettes grises.

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 14:46

Mercredi 11 novembre 2009

Deux citations de Gandhi :

Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n’est pas impossible que tout le monde ait tort.

Ce qui est vérité pour l’un peut être erreur pour l’autre.

Photos de la semaine 45
A la grenade !
  

Rue Principale à La Vergne : un grenadier chez Germain Mège. Noël approche : cadeaux dans les arbres. 

Le grenadier (Punica granatum) est un arbre fruitier de la famille des Lythracées, cultivé depuis la plus haute Antiquité pour ses fruits comestibles (les grenades) et pour les qualités ornementales de ses grandes fleurs. Le grenadier est un arbuste qui aime la chaleur et craint les grands froids. Il s'acclimate bien tout autour du bassin méditerranéen, dans la même zone climatique que l’olivier. Les fleurs fraîches du grenadier sont utilisées en infusion contre l’asthme. L'écorce du fruit est utilisée contre la dysenterie et l'écorce du tronc et des fruits est utilisée comme plante tinctoriale. L'écorce des racines combat le ténia. Source Wikipedia   Réputée depuis longtemps avoir des vertus thérapeutiques, la grenade est utilisée sous différentes formes en médecine traditionnelle pour traiter des maux telles les coliques et la diarrhée. Encore aujourd’hui, la communauté scientifique démontre un grand intérêt envers ce fruit, particulièrement en raison de son contenu élevé en composés antioxydants.

Source passeport santé.  

La grenade est probablement originaire d’Iran. Le nom de grenade, aussi appelée pomme-grenade (pomegranate en anglais), vient du latin granatus qui signifie « abondant en grains ».

C’est une grosse baie ronde, de la taille variable (entre 250 et 800 g. selon les variétés), à écorce dure et coriace, de couleur rouge ou jaune-beige, qui renferme dans des « loges » délimitées par des cloisons épaisses, de nombreux pépins de couleur rose-saumon à rouge rubis, d'une forme caractéristique en gemme de rubis.  

Originellement, le sirop de grenadine était tiré des grenades. De nos jours, le sirop de grenadine industriel n'a plus rien à voir avec le jus de la grenade, celui-ci étant un mélange de fruits rouges.  

Dans chaque pépin, la graine est enrobée d'une pulpe juteuse de chair transparente rafraichissante, plus ou moins sucrée et acide selon les variétés, d'un goût plutôt âcre avant maturité, qui demande de hautes températures. Seuls les pépins constituent la partie comestible de la grenade soit environ la moitié du fruit.

Avec la maturité, la peau de la grenade s'assombrit, s'amincit et durcit à l'extrême. Son écorce constituant alors une protection efficace pour la pulpe enfermée à l'intérieur de très nombreuses cloisons ténues. Au stade ultime de maturité, la grenade s'ouvre, elle éclate précocement en cas de forte pluie. Le meilleur moment pour la cueillir est quand le fruit se détache sans difficulté. 

Le fruit se décortique grain par grain, plus facilement sous l’eau. Il est apprécié des enfants. Le jus est utilisé pour faire des sorbets, des boissons, du sirop de grenadine artisanal, il entre comme ingrédient dans des plats cuisinés.

Dans la cuisine libanaise, le sirop de grenadine, appelé Rab er‘remane, est confectionné à partir des variétés acides qui lui donnent une saveur douce et légèrement acidulée.

Ce sirop est utilisé dans de nombreux plats salés pour leur conférer une agréable acidité, telles, les mtabba, aubergines grillées à la crème de sésame, la baba-ghannouj, purée d’aubergines grillées à l'ail et la lahm b'ajine, pizza à la viande.

Dans la cuisine du Punjab, au nord de l'Inde, ses graines séchées sont utilisées comme épice dans des plats végétariens, auxquels elles apportent un goût aigrelet.

La cuisine iranienne lui réserve aussi une place importante. Le jus de grenade et le concentré de grenade sont courants en Iran. Son concentré est utilisé dans différents plats et en particulier le fessenjan, un plat délicieux (accompagné du riz) avec du canard, noix haché et concentré de grenade. Source Wikipedia  

Je trouve que la nèfle et la grenade sont des fruits d’antan qui se ressemblent dans leur aspect. La nèfle est le fruit du néflier commun (parfois appelé mêlier ou mesplier). Elle n'est plus guère commercialisée de nos jours. On l'appelait aussi « cul de chien » ou « cul de singe » (dans le Morvan).

En Algérie, il est habituel de trouver un néflier dans les jardins des maisons coloniales dans les faubourgs et banlieues des grandes villes. La nèfle a la particularité de ne pas être consommable à maturité, car elle est trop dure et trop acerbe, à cause de la richesse en tannins du mésocarpe. Elle ne peut être consommée qu'après blettissement. La récolte de fait a lieu à complète maturité, en général après les premières gelées, et le blettissement consiste à disposer les fruits sur un lit de paille pendant une quinzaine de jours. Il se produit alors une fermentation naturelle qui modifie la composition chimique du mésocarpe et le ramollit. Le fruit blet est sucré, mais ne contient pas de saccharose, seulement un mélange de glucose et du fructose (sucre inverti) et un peu d'alcool. Il a un goût un peu vineux.

La nèfle est un fruit d'hiver. Certains la trouvent peu appétissante, et il paraît préférable de la consommer cuite. Elle peut aussi servir à faire des confitures, des compotes ou du ratafia.

Dans le langage familier, « Des nèfles ! » est une expression qui s'emploie pour signifier « quelque chose de faible valeur » ou pour exprimer une dénégation ou un refus.

« Les artistes, c'est comme les nèfles, on les consomme quand ils sont pourris » [Julos Beaucarne]

Source Wikipedia

La gelée de nèfle : 2 kg de nèfles, Sucre cristallisé. Placer les nèfles non épluchées et coupées en 4 dans un faitout, les recouvrir d'eau, et faire bouillir jusqu'à éclatement des fruits. Il faut alors les presser pour exprimer le jus et le filtrer. Ce jus, additionné de sucre cristallisé à raison de 750 g par litre, est mis à bouillir pendant 20 minutes environ, en le remuant de temps à autre, jusqu'à obtenir la prise en gelée. Dès la prise, mettre la gelée en pots. On peut aromatiser la gelée en incorporant au départ à l'eau de cuisson de la cannelle et un zeste de citron. Source Wikibooks  

Et voici le verger de Raymond Maudet à La Vergne. Apparemment, rien que de très normal, quand on y regarde de loin.  

Il faut prêter attention pour apercevoir le nid de frelons.

Il en va autrement quand on commence à s’approcher. Vous le voyez ce nid de frelons, accroché dans un arbre ? Comme un gros fruit. Le nid de frelons dans le verger de Raymond Maudet.(photo B. M.)

A quatre mètres en dessous, le nid paraît énorme. Je dirais dans les 10 à 15 litres. Il ressemble à un gros ballon de rugby (à ne pas passer entre toutes les mains). « Hier, les frelons ont été tués. Ils devaient être entre sept et huit mille là-dedans », explique Raymond. « On nous a fait reculer de cent mètres, jusqu’à l’arbre que vous voyez dans le champ là-bas. Il y en a même un (frelon) qui est venu jusqu’à nous. Il paraît que ce sont des frelons asiatiques. »  

Raymond Maudet. (photo B. M.)

Raymond Maudet : « Auparavant, on ne voyait pas le nid de frelons. C’est quand les feuilles ont commencé à tomber que je l’ai aperçu. La personne qui est venue tuer les frelons m’a dit qu’il existait des nids encore plus gros. Ça doit être impressionnant ! »

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 21:54

Lundi 2 novembre 2009 – publié le 3 novembre

« Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt »

[Proverbe chinois]

Photos de la semaine 44

Couleurs d’automne

Un chemin paisible que les promeneurs empruntent le dimanche avec leurs enfants.  

« Les feuilles mortes se ramassent à la pelle… ». Plus facile à dire qu’à faire.  

Me trompais-je si je dis que ce sont des Charolaises ?  

La photo n’est pas prise à plat-ventre dans l'herbe, mais sur la route située en contrebas…  

« Devrais-je connaître Robert (Doisneau) ? Moi, je fais dans le noir et blanc car je suis une Prime Holstein. »  

Je n’ai jamais considéré que le chrysanthème était une fleur ou une plante de cimetière (« la marguerite des morts », chantait Georges Brassens dans « Le testament »). Il savait de quoi il parlait, lui qui est parti le 29 octobre 1981. D’abord, le chrysanthème, c’est très beau et très varié dans les tons : rouge, jaune, etc. En France, contrairement à d’autres pays, qui ose mettre des chrysanthèmes dans son jardin ? En novembre, c’est la fleur qui vient le mieux et qui se conserve longtemps, même en pot, et donc adaptée à l’usage qui en est fait. Et donc, comme on fait dans le succinct et qu’on aime bien les raccourcis, chacun d’en conclure que c’est évidemment une plante de cimetière. Et j’entends aussi : « Pour la Toussaint, je suis pris, je vais porter des chrysanthèmes sur les tombes de la famille ». Ben oui, mais la Toussaint, c’est la fête de tous les Saints. Le jour des Défunts, c’est le lendemain 2 novembre, mais comme on travaille ce jour-là, on fleurit avant la date. Amalgames, amalgames… que d’erreurs à cause de vous !  

Non, je ne suis pas allé à Kourou (Guyane) photographier des rampes de lancement. Ce n’est pas un engin spatial qui vient d’atterrir ou le bas d’une fusée Ariane en construction ni la douille d’une cartouche sans son étui pour fusil très gros calibre. C’est tout simplement le début des fondations de l’éolienne n° 4 à La Benâte (17400) : on aperçoit le trou, environ 15/16 m de diamètre, la semelle de propreté avant la pose du ferraillage et le bas d’une virole sur laquelle viendra le fût de l’éolienne. J’ai juste fait 4 km pour voir cette embase qui m’a tout de même impressionné. 

Voilà ce que donne le ferraillage une fois terminé : il doit y avoir trois tonnes* de fers à béton de tous diamètres (y compris du diamètre 20 mm qu’on ne tord pas à la main). Ensuite des panneaux (voir photo) cerclent le ferraillage et du béton sera coulé. *Lire le commentaire en bas de l'arrticle

 Vue de l’intérieur : pour donner ici une certaine esthétique à la photo, je ne pouvais aller la faire ailleurs

 Il est pféférable de ne pas faire tomber son téléphone portable à travers l’enchevêtrement des fers à béton… 
L'éolien en Poitou-Charentes www.observatoire-environnement.org/OBSERVATOIRE/IMG/pdf/eolien_pages6-7.pdf   

Vidéo 1  

Vidéo 2  

Et pour terminer - comme presque chaque semaine - parlons du chat. Il s’est fait un nouveau copain, tout noir, en peluche. Ils n’ont pas besoin de parler pour se comprendre mais passent le plus clair de leur temps à dormir, surtout depuis que la pluie et le vent  sont revenus… « Qu’il est doux de ne rien faire, quand tout s’agite autour de vous… »    

Elle n’est pas de moi, mais j’ai trouvé cette photo curieuse et intrigante. Elle concerne l’exposition photo de Reno Suire, du 6 au 8 novembre, à La Bellevilloise, au 19/21 rue Boyer. Ah j’oubliais de préciser : c’est dans le 20e à Paris, au métro Gambetta ou Ménilmontant…

Partager cet article
Repost0