Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 15:26


Team CLS - Sixième épreuve du championnat du Monde MX2 en Grande Bretagne

Un 1er podium de manche pour Steven Frossard

 

Après avoir décroché une belle sixième place en Italie, Steven Frossard est monté sur le podium de la seconde manche du Grand Prix d’Angleterre et se classe 7e de l’épreuve. Gregory Aranda prend lui la 14e place de l’épreuve, marquant des points dans les deux manches pour la quatrième fois de la saison.

 

» Crédit Photos : Médiacross.

 

 

C’est sur une nouvelle piste, créée dans l’enceinte du circuit de vitesse de Mallory Park que s’est disputée cette sixième épreuve du championnat. Technique, difficile et dangereuse en certaines portions, cette piste nous a offert l’un des plus beaux GP de l’année dans les deux catégories, et a vu pour la première fois dans la jeune histoire du team CLS un de ses pilotes terminer sur le podium !

La météo est restée clémente tout au long du week-end, mais c’est malgré tout sous le grisaille que s’est disputée l’épreuve. Qualifié en quatrième position dans sa course qualificative, Steven a hérité d’une meilleure place sur la grille que son équipier puisque après avoir chuté dans sa série Greg dut passer par le repêchage qu’il domina pour se qualifier. Parti dans le bon paquet en première manche, Steven était quatrième après seulement cinq tours quand sur un freinage trop incisif il calait son moteur ! Perdant de précieuses secondes à relancer la mécanique, Steven reprenait la course en vingt deuxième position avant de revenir au quinzième rang. Son second départ était du même tonneau que le premier, mais cette fois rien ne put l’empêcher de jouer aux avant postes ; très incisif et attaquant sans faiblir Searle pour le gain de la seconde place, Steven allait ensuite lever le pied pour assurer une excellente troisième place de manche. Comme Steven, Greg allait vivre deux manches différentes ; bien parti dans la première il évoluera toujours entre la treizième et la onzième place pour se classer douzième. Victime d’une chute au second départ il remontera de la vingt trois à la dix septième place, se classant quatorzième du GP. Tous deux seront au repos le week-end prochain avant de se rendre à Saint Jean d’Angely (17) ou se tiendra à mi-juin le GP de France. Une épreuve ou Loic Larrieu retrouvera ses équipiers, après avoir disputé le week-end prochain une épreuve du championnat d’Europe.

 

 

Steven Frossard : « Je n’ai pas été trop chanceux en première manche, j’étais bien revenu en cinquième position quand mon cale pied s’est relevé avec la terre. Je ne pouvais plus poser le pied normalement, si bien que je freinais avec le talon et non la pointe du pied ; j’ai appuyé un peu trop fort sur la pédale et le moteur a calé. J’ai perdu une bonne trentaine de secondes avant de repartir, j’étais loin et il n’était pas facile de doubler ici mais j’assure quelques points avec une quinzième place. En seconde manche je suis très bien parti, je suis revenu troisième en m’efforçant de creuser l’écart avec mes poursuivants, ce que j’ai pu faire. En début de course je voulais doubler Searle, mais le team m’a demandé de calmer le jeu et c’est vrai que c’était important d’assurer mon premier podium. Au fil des courses cela va de mieux en mieux, c’est de bon augure avant le GP de France ».

 

 

Gregory Aranda : « Comme d’habitude je suis tombé dans ma manche qualificative, et j’ai du passer par le repêchage. J’étais pas bien placé sur la grille mais je prends un super départ en première manche, je sors bien de la grille et je me retrouve dans le top douze. C’était chaud, il a fallu défendre sa place ! En seconde manche je chute au départ et je remonte dix septième, je n’arrivais pas vraiment à rouler comme je voulais mais j’assure de nouveaux points ».

 

 

Thierry Chizat Suzzoni : « Depuis le début de saison nous attendions ce podium de manche, le voici qui arrive en Angleterre. On croit fort en Steven depuis son arrivée dans le team, nous savons qu’il a une grosse marge de progression et il a bien roulé tout au long du week-end. Il a manqué de réussite en première manche, sa seconde a été fantastique avec ce duel face à Searle. Face à un tel rival il manque sans doute encore d’un peu de vitesse, cela viendra en roulant devant comme il l’a fait aujourd’hui. Il a bien géré sa course, sans prendre de risques inutiles. Concernant Gregory il est déçu de sa seconde manche et c’est normal, il a pris l’habitude de rouler entre dix et quinze et sa réaction est positive, elle montre que ses ambitions grandissent au fil de la saison. On n’est pas encore à mi-championnat et il reste encore de belles occasions de faire de bons résultats, à commencer par la France dans deux semaines ».

 

Jean Jacques Luisetti : « 

Que dire d’autre sinon qu’en ce moment ce n’est que du bonheur ! Nous travaillons dur depuis plus de deux ans, et nous commençons à toucher les dividendes de ce travail avec nos pilotes qui nous font plaisir chaque week-end. Steven est passé tout près du podium de GP, sans ce problème de cale pied il y serait peut être monté mais dans un premier temps on se contente de ce podium de manche ! Greg est dans une spirale positive, il est maintenant régulièrement dans le top dix avec un bon départ et revient dans les points quand il part mal. C’est de bon augure avant le GP de France, ou nous espérons continuer sur cette voie ».


Sites : www.team-cls.com et www.floride-moto.com 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 15:10
 
Team NGS – Grand Prix d’Angleterre

Une encourageante dixième place pour Marvin

 

Pour la troisième fois de la saison, Marvin Musquin a terminé dans les points les deux manches d’une épreuve du Mondial. Treizième puis dixième en Angleterre, il se classe dixième d’un Grand Prix exigeant à deux semaines du grand rendez-vous de Saint-Jean d’Angély.

» Crédit photos : Médiacross. 

Tout le paddock découvrait ce week-end un nouveau circuit, construit en quelques semaines dans l’enceinte du circuit de vitesse de Mallory Park. Comportant de nombreux sauts, le circuit s’est rapidement dégradé avec l’apparition de nombreuses ornières qui ont rendu la piste à la fois sélective et exigeante.

Qualifié samedi en neuvième position dans son groupe, Marvin n’héritait pas d’une très bonne position derrière la grille en vue de la journée de dimanche. De fait son premier départ était assez moyen, puisqu’il se retrouvait dix-neuvième au premier pointage ; bataillant sans faiblir sur un circuit tout de même assez rapide, Marvin allait revenir au treizième rang. Auteur d’un meilleur départ en seconde manche il allait rapidement pointer onzième, avant de perdre quelques places puis de se ressaisir pour terminer à une bonne dixième place. Dixième du GP, Marvin occupe la quinzième place du mondial et de ses rivaux "Européens" des deux dernières années. Seul Gautier Paulin fait mieux puisqu’il est douzième, alors que Joel Roelants et Dennis Verbruggen sont derrière lui.

Premier pilote réserviste à l’issue du repêchage du samedi, Mickael a pu prendre le départ des deux manches après qu’un concurrent se soit blessé aux essais. Auteur d’un très mauvais départ en première manche il chutera mais ira au bout de la manche en se classant vingt cinquième. Son début de seconde manche sera encore meilleur : dix septième au second tour, il partira malheureusement à la faute et abandonnera un peu plus tard.

 

Bruno Losito. « Le travail finit toujours par payer, et après un léger passage à vide, Marvin s’est bien repris. En Mondial les circuits ne se ressemblent pas, il faut apprendre à régler sa moto et tout cela prend un peu de temps, c’est normal. Pour sa première année de GP Marvin se débrouille bien, il est arrivé ici avec une bonne semaine d’entraînement derrière lui. En course il a signé de bons chronos, s’est bien faufilé aux départs et s’est bien battu sur ce circuit. Maintenant la prochaine étape est d’avoir sur la moto d’entraînement des suspensions similaires à celles de la moto de course, car l’écart est trop important et sur chaque GP Marvin doit d’abord se réhabituer à sa moto. Mickael a pu rouler dans les deux manches, cela est positif même si en GP le rythme est très élevé ».

 

 

Marvin Musquin. « La terre du circuit était excellente, mais cela s’est très vite défoncé et les pierres sont apparues. Samedi ma manche qualificative fut assez dure, je me classe neuvième si bien que ma place sur la grille n’était pas excellente. Je suis bien remonté en première manche après avoir perdu du temps au départ, et en seconde manche je n’ai jamais baissé les bras pour me classer dixième. On s’est bien bagarré avec de bons pilotes, je suis content de marquer des points dans les deux manches car c’est mon objectif depuis le début de saison. Côté physique je n’ai pas connu de baisse de régime tout au long du week-end, cela prouve que la préparation est bonne. Il faut beaucoup travailler pour les GP, cela n’a vraiment rien à voir avec l’Europe qui reste une excellente école ».

 

 

Mickael Musquin. « Samedi cela avait mal commencé puisque je suis tombé trois fois dans la première séance d’essais, me faisant mal aux cervicales. La manche qualificative ne s’est pas bien déroulée, j’ai pris la seconde moto pour le repêchage et j’ai senti qu’il y avait quelque chose à faire. Je fais une petite faute dans mon meilleur tour et je me retrouve premier réserviste, mais j’ai pu disputer les deux manches avec le forfait de Van Horebeek. En première manche je perds l’avant, mais je ne renonce pas, avec en ligne de mire un groupe de pilotes sur qui je suis revenu. En seconde je venais de passer seizième quand je tombe bêtement, une fois de plus en perdant l’avant. Le circuit était bien défoncé, mais finalement j’aime mieux cela qu’un circuit rapide, il faut maintenant que j’arrive à me concentrer à fond car en GP cela ne pardonne pas ».

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 14:51
Team GPKR - Championnat du monde de Motocross en Grande-Bretagne

 

Fortunes diverses pour Sébastien Pourcel

 

Après trois podiums consécutifs, Sébastien Pourcel n’a fini qu’une manche sur deux en Angleterre, après avoir été impliqué dans un accrochage peu après le départ de la première manche. Second de la course suivante, il conserve sa sixième place au Mondial deux semaines avant son GP national.

» Crédit photos : Médiacross. 

 

Le Championnat du Monde a découvert un nouveau site pour la sixième épreuve de l’année, et c’est le circuit de vitesse de Mallory Park qui a accueilli les pilotes sur une piste créée pour l’occasion. Une fois de plus Sébastien Pourcel a été l’un de ceux à assimiler le plus rapidement ce nouveau tracé, signant le meilleur temps de toutes les séances d’essais du samedi ! S’adjugeant sa quatrième pôle position de la saison, le Français s’est bien sûr placé à l’intérieur de la grille à chaque départ.

 

La première manche a été très brève pour le pilote GPKR qui était troisième au premier virage.  Dans le second virage, Philippaerts lui saute dessus et le touche au poignet droit. La moto est elle aussi endommagée dans l’incident. Avec la pompe à eau cassée et le câble d’accélérateur arraché, Seb ne peut défendre ses chances alors que Philippaerts, De Dycker et De Reuver chutent dans l’incident. Le second départ est plus calme et Seb pointe septième au premier passage, juste derrière Philippaerts. Il lui faut plusieurs tours pour découvrir une piste qui a bien changé depuis le warm up du matin, et une fois les bonnes trajectoires trouvées, il hausse le rythme dès le cinquième tour. Il double la majorité de ses rivaux en l’espace de quelques tours, se retrouvant second après la mi-course, mais trop loin de Barragan pour pouvoir lui disputer la victoire de manche. L’Espagnol s’impose, devenant le sixième vainqueur différent en l’espace d’autant d’épreuves. Après avoir pris la septième place du GP, Seb essaiera dans deux semaines en France d’être le premier à gagner deux épreuves cette année. Qualifié en vingt septième position, son équipier Alexandre Rouis s’est retiré en première manche suite à un problème technique avant de franchir la ligne d’arrivée de la seconde manche en vingt troisième position. 

 

Engagé dans le seconde épreuve de la Coupe du Monde des Vétérans, le Belge Thierry Godfroid s’est adjugé deux "holeshot" et pris à deux reprises la sixième place pour sa première course en 450. Thierry est désormais quatrième au classement provisoire avant l’étape Belge, à seulement cinq points de la seconde place.

 

Sébastien Pourcel

 

Sébastien Pourcel : « J’ai pris un bon départ en première manche, j’étais troisième lorsque j’ai abordé le second virage. Juste avant celui-ci il y avait un petit saut sur lequel j’ai calé mon moteur, perdant quelques secondes. Malheureusement Philippaerts m’a sauté sur la main et a endommagé ma moto, si bien que pour la quatrième fois de l’année je n’ai marqué aucun point. Au second départ j’étais quatrième, mais je n’ai pas pris un bon rythme et plusieurs pilotes m’ont doublé au cours du premier tour. J’ai étudié les trajectoires dans la mesure ou la piste n’avait pas grand chose à voir avec celle sur laquelle j’avais roulé le matin, et dans la seconde partie de course j’ai doublé la majorité de mes rivaux sans aller toutefois aussi vite que je l’aurais voulu. Je termine la manche second derrière Barragan, ce n’est pas vraiment le résultat que j’attendais en venant ici et j’espère simplement que cela ira mieux en France. J’irais là-bas sans pression, et je prendrais ce GP comme un autre, en essayant simplement d’y donner le meilleur de moi même ».

 

Alexandre Rouis

 

Alexandre Rouis : « Samedi j’ai raté la seconde séance d’essais libres, j’ai du aller me faire soigner au centre médical car je souffrais de la hanche. Ils m’ont fait un bon strapping et c’était moins douloureux pendant la séance chrono, j’ai pu faire assez vite un bon temps puisque je me suis retrouvé vingt deuxième. J’ai alors attendu la fin de séance, prêt à repartir si nécessaire. Dimanche j’ai du abandonner en première manche avec le joint de culasse cassé, avant de me classer vingt troisième de l’autre course. Cela va de mieux en mieux chaque week-end, pour la première fois de ma carrière je vais disputer le GP de France dans deux semaines et j’espère bien marquer mes premiers points en Mondial là-bas ».

 

Thierry Godfroid : en tant que vétéran, Thierry Godfroid ne sera pas à saint-Jean d’Angély les 14 et 15 juin.

 

Thierry Godfroid : « J’étais un peu anxieux avant de venir ici, puisque c’est en Angleterre que je me suis cassé la jambe l’an dernier et quand je suis parti de la maison tout le monde m’a dit d’être prudent. Je ne m’étais pas beaucoup entraîné sur la 450 avant de venir, et avec tous ces grands sauts ce n’était pas la piste idéale pour une première. J’ai réussi le meilleur départ dans les deux manches, mais après quatre tours j’avais mal aux bras et je termine deux fois sixième. Je suis tout près du podium, mais pour la prochaine course en Belgique je reviendrais en 250 dans la mesure ou je prends plus de plaisir dans cette cylindrée ».

 

Roger Pourcel : « La première manche fut très brève puisque Seb ne boucla pas un tour, j’ai eu peur que sa main le fasse souffrir en seconde manche mais il n’en fut rien. Son second départ fut bon mais il lui a fallu un peu de temps pour apprendre la piste, après quelques tours il a pu commencer à attaquer pour revenir en seconde position. C’est vraiment dommage qu’il y ait eu cet incident en première manche, on doit marquer des points à chaque course ! Alex progresse à chaque sortie, il termine la seconde manche et c’est la seule façon de progresser en GP ».

 

Patrick Géladé : « Une fois de plus Sébastien a été excellent samedi, il a fait des séances d’essais parfaites. C’est dommage que Philippaerts ait ruiné le week-end de Seb avec cet incident au premier départ, il lui fait rater a coup sûr le podium. Seb a fait de son mieux en seconde manche, il lui a juste fallu un peu de temps pour apprendre la piste avant de montrer combien il est fort en ce moment. Pour la première fois de sa carrière Thierry Godfroid a roulé en 450 pour cette épreuve des vétérans, il a eu un peu d’appréhension sur cette piste mais a atteint notre objectif en prenant la sixième place à deux reprises ».

Partager cet article
Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 11:51
Grand Prix de France 2008 de Motocross

Une grande première à Saint-Jean d'Angély
Livia Lancelot en tête du Mondial féminin 

 

 


Pour la première fois dans l’histoire du Motocross, une manche du Championnat du Monde Féminin se déroulera sur le sol français. Cela se passera les 14 et 15 Juin prochains, à Saint Jean d’Angely, ou les femmes seront mises à l’honneur au même titre que les hommes, habitués eux depuis des années à en découdre à ce niveau.

Un franc succès

Lorsque la FIM a lancé une Coupe du Monde féminine il y a maintenant trois ans, le succès fut immédiat et bien vite cette Coupe passa de une à trois épreuves tant la demande se faisait sentir. L’ultime étape est venue naturellement cet hiver, quand cette Coupe à obtenu le statut de championnat du Monde, en même temps que le calendrier passait de trois à cinq épreuves : Bulgarie, Italie, France, Allemagne et Pays Bas. Voilà donc ces demoiselles placées au même niveau que les hommes, avec tout de même une bonne cinquantaine d’années de retard puisque le premier Mondial masculin remonte à 1957 !

 

Vainqueur l'an passé de la Coupe du Monde, la Néo Zélandaise Katherine Prumm portera le numéro 1.

 

Livia Lancelot, leader française

Au niveau mondial trois filles dominent les débats depuis maintenant trois ans : l’allemande Steffie Laier (KTM), la Néo Zélandaise Katherine Prumm (Yamaha) et la Française Livia Lancelot (Kawasaki). Longtemps en tête de la Coupe l’an passé, Livia perdit toutes ses chances en se blessant au genou avant la finale aux Pays Bas, sauvant de justesse la place de vice-championne du Monde derrière Prumm. Opérée en septembre des ligaments croisés, l’officielle Kawasaki est resté six mois sur le carreau avant de reprendre l’entraînement début mars. Equipière de Sébastien Pourcel au sein du team GPKR, Livia s’est entraînée dur en Belgique, avant de reprendre la compétition courant avril. Roulant au milieu des garçons en championnat national, elle a par la suite remporté les épreuves d’ouverture de la toute nouvelle Coupe de France (Plomion début mai) et du Mondial (Bulgarie le 11 mai) avant d’échouer au pied du podium Italien à mi mai. Commettant quelques erreurs en Italie, elle a sauvé d’extrême justesse sa place de leader du Mondial et arrivera donc à Saint Jean d’Angely avec la plaque rose – le leader chez les hommes porte une plaque rouge – de leader du Championnat.

 

Vainqueur en Bulgarie puis quatrième en Italie, Livia Lancelot arrive à Saint-Jean en tête du Mondial.

 

Féminine malgré tout

Si ce n’était une queue de cheval blonde qui dépasse de son casque, bien malin qui pourrait dire que c’est une fille qui pilote la Kawasaki 114 lorsqu’on voit cette machine en action sur un circuit de cross. Il n’est pas un saut, aussi vertigineux soit-il, qui effraie cette charmante jeune fille de 20 ans toute heureuse de voir sa passion mise à l’honneur. « Pour nous les filles, le problème est de trouver des courses. Cela ne me dérange pas de rouler contre des garçons, et je le fais souvent, mais il nous est difficile de nous y mettre en évidence » confie-t-elle avec un beau sourire aux lèvres. Intelligente, mignonne et à la page, Livy commence à pouvoir vivre de sa passion. « Comme trois ou quatre autres filles engagées en Mondial je fais partie d’un team officiel, qui me fournit matériel et mécanicien à l’année. Cela me permet de me consacrer à 100% à mon sport, et j’espère bien que celui-ci va continuer à évoluer. Le championnat du Monde a aujourd’hui une bonne crédibilité, et en créant une Coupe de France la FFM a eu une excellente initiative. Il faut maintenant que le niveau d’ensemble monte, et c’est justement grâce à cette compétition que les filles vont pouvoir s’aguerrir » poursuit la sociétaire de l’Equipe de France Espoirs qui a ce jour n’a pas de réelle rivale dans l’hexagone. Elle reste pour beaucoup un exemple à suivre, et on ne pouvait rêver de meilleur porte flambeau pour ce sport. « Notre problème est d’acquérir une force musculaire sans pour autant perdre notre féminité. Ce n’est pas un sport de garçons manqués, mais une discipline à part entière » insiste notre vice-championne du Monde, qui en surprendra plus d’un à Saint-Jean d’Angély.

 

Si ce n'était une queue de cheval blonde dépassant du casque, bien malin qui pourrait dire que c'est une fille qui pilote la Kawasaki 114 lorsqu'on voit cette machine en action sur un circuit de cross.

 

Une sérieuse opposition

Au fil des années, l’opposition est de plus en plus musclée et les filles de mieux en mieux structurées. Si Livia dispose du soutien officiel de Kawasaki, la Néo Zélandaise Katherine Prumm – qui a remporté les deux dernières éditions de la Coupe du Monde – est devenue cette hiver officielle Yamaha, alors que l’Allemande Steffie Laier – vainqueur la première année – est elle pilote officielle KTM avec Harry Everts – cinq titres mondiaux – comme conseiller ! D’autres filles bénéficient elles aussi d’un soutien direct d’un team, que ce soit les Allemandes Larissa Papenmeier – Suzuki Inotec – ou Maria Franke – Kawasaki Pfeil – ou encore l’Américaine Ashley Fiolek – Honda LS Motors – et la Belge Ellien De Winter – KTM Shineray – qui sont les filles à suivre dans ce championnat. Vainqueur à Saint Jean d’une épreuve régionale début avril, Livia aura pour avantage de connaître le terrain et de rouler devant son public, ce qui espérons le la transcendera plutôt qu’autre chose. Et quand on voit la popularité de la numéro une française, on se dit qu’elle devrait avoir beaucoup de supporters et supportrices derrière elle pour ‘son’ GP de France !


 

Absente en Bulgarie, l'Allemande Steffie Laier, qui bénéficie des conseils du quintuple Champion du Monde Harry Everts (à gauche) s'est imposée en Italie.

 

Positions au mondial avant St Jean : 1.Livia Lancelot (Fra, Kawasaki GPKR), 82 pts; 2.Katherine Prumm (NZL, Yamaha Van Beers), 80; 3.Ashley Fioley (USA, Honda LS Motors), 65; 4.Maria Franke (GER, Kawasaki Pfeil), 65; 5.Larissa Papenmeier (GER, Suzuki Inotec), 61; 6.Elin Mann (SUE, KTM Scandinavia), 55; 7.Ellien De Winter (BEL, KTM Shineray), 53; 8.Marianne Venstra (PB, Suzuki), 51; 9.Stephanie Laier (GER, KTM Factory), 50; 10.Nicky Van Wordragen (PB, KTM), 47; etc.

 

Motoclub Angérien : www.motoclub-angerien.com 

 

 

 

Partager cet article
Repost0