Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 21:57

Mercredi 31 mars 2010 – Billet 1706 – Photos ©Bernard Maingot

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

La pêche aux emplois saisonniers

EMPLOI – Le forum des emplois saisonniers s’est tenu mercredi 31 mars à la chapelle des Bénédictines. Plus de 300 visiteurs étaient au rendez-vous.  

20100331 forum emplois saisonniers 2008-blBeaucoup de jeunes dès l’ouverture !

Avec la crise, où les opportunités en CDD et CDI et le turn over dans les entreprises sont moindres, les demandeurs d’emploi – les jeunes notamment - s’orientent plus vers les emplois saisonniers. 

20100331 forum emplois saisonniers 2009-blPar où commencer ?

La Mission locale et ses partenaires Bureau information jeunesse (Bij), Pôle emploi et Maison de l’emploi et de l’entreprise (MDEE) ont mis en commun leurs compétences et leurs savoir-faire pour organiser le forum des emplois saisonniers, mercredi dernier, à la chapelle des Bénédictines, de 13 heures 30 à 17 h 30. Leur but : mettre en adéquation la recherche d’emplois saisonniers en Charente-Maritime et villes limitrophes avec les offres existant sur le bassin de Niort/La Rochelle/Saintes.

Dès l’ouverture du forum, à 13 heures 30, l’espace contenu dans la chapelle des Bénédictines et dans le tivoli qui avait été rajouté à l’extérieur a été pris d’assaut par les  jeunes et par les moins jeunes. Si le marché du travail touche toutes les tranches d’âge, les jeunes étaient de très loin les plus nombreux. Ils ont dévoré pendant plus de deux heures les annonces qui étaient affichés sur des panneaux à l’intérieur, réparties par zones géographiques sur Rochefort, Saintes, Surgères, Cognac, Angoulême, Jonzac, Poitiers, Niort, Saint-Jean-d’Angély… Des offres d’emplois saisonniers qui étaient notées avec la plus grande attention.

Pendant ce temps, une vingtaine d’employeurs (liste en encadré) recevaient en entretien ceux qui venaient aux renseignements ou pour un entretien d’embauche, pour lesquels il leur avait été recommandé de venir avec un curriculum vitae à jour et d’avoir préparé leur entretien.

Les candidats ont ainsi pu rencontrer des établissements de l’hôtellerie, de la restauration, de l’hôtellerie de plein air, des exploitants agricoles, des centres de loisirs, la Gendarmerie nationale…

20100331 forum emplois saisonniers 1998-blLes annonces ont été examinées avec attention.

Les organisateurs travaillent maintenant sur la préparation du prochain forum : celui de l’alternance, axé sur l’apprentissage et les contrats professionnels, qui aura lieu le 10 juin.

                                

Ils ont participé

- Ent. Damon-Laubier, melons, greffes, viticulture, Authon-Ebéon

- Jean Nezereau, viticulture, Authon-Ebéon
- Aider 17-Saintes, groupement d'employeurs agriculture, mise à disposition main-d’œuvre agricole, contrats aidés agricoles
- "Le Bec Fin", restauration service
- Mac Donald's, restauration rapide
- Centre aéré de Beaufief, animation

- Centre aéré de Saint-Hilaire-de-Villefranche, animation
- Communauté de Communes Saint-Hilaire, piscine intercommunale
- Association Enfance Jeunesse Vals de Trézence, animation

- Famille Rurale (Saintes), animation
- Adecco, agence intérimaire
- SOFAL Tonnay-Boutonne, fabrication plats cuisinés
- Synergie saintes, agence intérimaire

- Centre de gestion 17 La Rochelle, recrutements fonction publique

- Cap Emploi et Prométhée 17, en direction des handicapés
- Gendarmerie nationale

- Bureau information jeunesse (Bij)

- Ciste (carrefour de l’innovation sociale du travail et de l’emploi)

- MDES La Rochelle (Maison départementale des emplois saisonniers du Conseil général

- "A chacun son toi…t", association pour hébergement des jeunes travailleurs

- Mission locale, Pôle emploi, Maison de l’emploi et de l’entreprise des Vals de Saintonge. 

20100331 forum emplois saisonniers 1994-bl20100331 forum emplois saisonniers 2003-bl                        
20100331 forum emplois saisonniers 2011-bl                                
20100331 forum emplois saisonniers 2014-bl                                
20100331 forum emplois saisonniers 2018-bl                           
20100331 forum emplois saisonniers 2031-bl                          

20100331 forum emplois saisonniers 2012-bl                                  

Contacts
Mission locale, 24 rue du jeu-de-Billes (05 46 59 00 39) 
Pôle emploi, rue Lacoue (3949) www.pole-emploi.fr

Maison de l’emploi et de l’entreprise, 55 rue Michel-Texier (05 46 33 39 72) www.valsdesaintonge.com
Bij, rue Maîtresse-d’École (05 46 58 72 10) http://jobs.pourlesjeunes.com
  

Partager cet article
Repost0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 18:58
Partager cet article
Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 00:37

Vendredi 26 mars 2010 – Article 1668

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Des offres et des demandeurs d’emploi

EMPLOIS SAISONNIERS – Un forum des emplois saisonniers se tiendra mercredi après-midi 31 mars, à la chapelle des Bénédictines. 

20100331 forum-emplois-saisonniers-rest-la-place-4235-blAu restaurant de La Place, à Saint-Jean-d’Angély. (Photo Bruno Depierrois)

Comme chaque année, c’est la mise en commun des compétences et des savoir-faire de la Mission locale et de ses partenaires Bureau information jeunesse (Bij), Pôle emploi et Maison de l’emploi et de l’entreprise (MDEE) qui permettent d’organiser ce forum des emplois saisonniers, mercredi après-midi, à la chapelle des Bénédictines.

Il s’agit de mettre en adéquation la recherche d’emplois saisonniers en Charente-Maritime et villes limitrophes avec les quelques 300 offres actuelles existant sur le bassin de Niort/La Rochelle/Saintes, dont 60 à 100 estimées sur l’arrondissement de Saint-Jean-d’Angély.

Concrètement, de 13 heures 30 à 17 heures 30, des offres d’emploi (Pôle emploi et Bij) seront affichées durant ce forum qui permettra aussi une rencontre directe entre des employeurs présents et les chercheurs d’emploi, dans des entretiens de recrutement. Il sera bon d’avoir un CV à jour et préparé sa candidature, une préparation pour laquelle il est utile de rappeler que des ateliers existent tout au long de l’année. Les candidats pourront rencontrer des établissements de l’hôtellerie, de la restauration, de l’hôtellerie de plein air, des exploitants agricoles, des centres de loisirs, la Gendarmerie nationale…

Avec la crise, où les opportunités en CDD et CDI sont moindres et où il y a moins de turn over dans les entreprises, les demandeurs d’emploi – les jeunes notamment - s’orientent plus vers les emplois saisonniers. Certains métiers restent pourtant  porteurs pour une insertion durable : maçon, plombier, chauffagiste, photovoltaïque, mécanicien auto (avoir le Bac Pro)…

Le forum permettra aussi d’informer sur les conditions d’accueil et de travail. L’hébergement reste toujours un problème et sera évoqué avec « A chacun son toi…t », l’association pour l’habitat en Vals de Saintonge. La Direction départementale du travail et de la formation professionnelle sera présente pour aborder la législation (contrat de travail, durée de travail, âge légal, dérogations, travail de nuit). La mobilité et les déplacements seront également au centre des informations. Enfin notons que seront représentés la MSA, Aider 17 et la FDSEA apporteront leur appui.

Le forum reste un événement faisant appel au partenariat : « Il faut lever tous les freins et travailler avec des partenaires proches », concluent Frank Cavard, directeur au Pôle emploi, et Bruno Depierrois, de la Maison de l’emploi et de l’entreprise au Pays des Vals de Saintonge.

Contacts :
Mission locale, 24 rue du jeu-de-Billes (05 46 59 00 39) 
Pôle emploi, rue Lacoue (3949) 
www.pole-emploi.fr
Maison de l’emploi et de l’entreprise, 55 rue Michel-Texier (05 46 33 39 72)
www.valsdesaintonge.com
Bij, rue Maîtresse-d’École (05 46 58 72 10)
http://jobs.pourlesjeunes.com

20100331 forum-emplois-saisonniers-rest-la-place-4231-bl                      

20100331 forum-emplois-saisonniers-rest-la-place-4239-bl                        
20100331 FORUM-EMPLOIS-SAISONNIERS             

Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 09:52

Vendredi 5 mars 2010 – Article 1595

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Des commerçants inquiets

COMMERCE – Réunis lundi dernier en assemblée générale, les commerçants angériens ont souhaité un meilleur dialogue avec la municipalité pour redynamiser le commerce en centre-ville.

» B. M.

20100301 AG-C2A 004(bl)Jacques Rabillé et Dominique Grosdenier.

On aurait pu croire à un procès d’intention, dans le rapport moral fait en assemblée générale, lundi dernier, par Dominique Grosdenier, président de l‘association des commercants angériens (C2A). Des reproches s’adressaient en effet à la municipalité, en présence de Didier Martineau et Hénoch Chauvreau, adjoints au maire, invités à cette réunion. « On peut s’inquiéter de votre désir de "réenchanter la ville" alors qu’aucun projet n’est présenté ». Et le président de reprocher « une communication qui pêche », des investissements insuffisants pour la dynamisation du commerce en centre-ville et la taxe locale sur la publicité extérieure (TPLE)… 

20100301 AG-C2A 005(bl)Didier Martineau, Sophie Marchand-Touboul et Jacques Taverne.

Didier Martineau, rejetant « la critique exhaustive des politiques », a évoqué les efforts de la municipalité pour l’économie, le commerce et le tourisme : les contacts avec trois entreprises par semaine pour développer des implantations dans le territoire et l’emploi, rappelant à ce titre l’implantation de la société Smith et la création de six emplois (30 à terme) pour travaux en hauteur ; le non assujettissement des commerces en centre-ville à la TPLE qui touche surtout les grandes surfaces ; la concertation avec C2A sur le plan de circulation et l’accord sur les critères des zones piétonnes… Discours relayé par Hénoch Chauvreau pour que le « dialogue fasse avancer les choses et que le commerce puisse s’épanouir ».

Dominique Grosdenier, notant qu’une sonorisation mobile était prévue pour animer le marché,  a insisté sur le fait que 2009 avait vu 25 créations et 29 cessions. Il a également rappelé que la signalisation dans les rues était à revoir et que leur « embellissement avec des fleurs ne suffisait pas ». 

20100301 AG-C2A 022(bl)Gill Jafferji, du Lions Club et Jacques Taverne, de C2A, montrant un poster géant, réalisé pour habiller une vitrine .

Après le rapport financier (pour un excédent de recettes de 488 euros) et le renouvellement des membres au conseil d’administration, Gill Jafferji, du Lions Club, Sophie Marchand-Touboul et Jacques Taverne (C2A) ont déployé de grands posters devant une salle admirative. L’idée du Lions est de masquer les vitrines « sales, vides et horribles » et de les embellir avant juin par des reproductions de cartes postales anciennes. Citant l’ex-quincaillerie Bussy (« une horreur et une bête noire »), rue de la grosse Horloge et des vitrines rue des Bancs, place du Pilori, rue des Jacobins et les huit magasins vides de la rue Gambetta, elle conclue : « Ils ont 26 au total ! ».

Le coût estimé pour ce "relookage" étant de 25 à 35 000 euros, le Lions veut commencer à récolter des fonds, en trouvant des partenaires. Déjà un défilé de mode pour créer des ressources est prévu fin avril. 

20100301 AG-C2A-Bussy-avant-(bl) (2)La quincaillerie Bussy avant l’opération « relookage » du Lions club. 

20100301 AG-C2A-Bussy-apres-(bl)Après l’habillage des vitrines par des posters géants.

Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 20:44

Vendredi 19 février 2010 – Article 1566

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

40 ans aux Impressions Bordessoules

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – Patrice Giraud et Henri Grignon ont reçu la médaille "Grand or" du Travail pour 40 ans de services aux Impressions Bordessoules, imprimeur éditeur, une entreprise fondée en 1946.

» B. M.  

20100219 medailles-bordessoules-20-(so-bl)De gauche à droite : Denis Bordessoules, gérant de la société "Impressions Bordessoules", paul-Henri Denieuil, mair de Saint-Jean-d’Angély, Henri Grignon et Patrice Giraud, récipiendaires, et André Bordessoules, fondateur de l’entreprise en 1946. (Photo Bernard Maingot)

Vendredi 19 février, André Bordessoules, fondateur de l’imprimerie Bordessoules en 1946, a remis deux médailles à Patrice Giraud et Henri Grignon pour 40 ans de bons et loyaux services.

En présence de Paul-Henri Denieuil, maire de la ville, de Denis Bordessoules, gérant de l’entreprise, d’Alain Duval, directeur, de Jean-Luc Bordessoules et du personnel, il a exprimé son bonheur et sa pleine satisfaction envers les deux récipiendaires : « Vos mères ont un grand mérite de vous avoir élevé, vous qui étiez tous deux orphelins de père, tout jeune. Vous avez été intégré à la famille et à l’imprimerie, vous avez connu la révolution dans notre métier, vous vous êtes adaptés avec intelligence aux nouvelles techniques… Je vous en suis reconnaissant. Dans le sillage de Gutenberg, vous pouvez être fier et heureux de ce métier, au bénéfice de la connaissance de tous. Et vous connaîtrez bientôt la liberté de ne plus venir ici dès huit heures du matin ».

Paul-Henri Denieuil a comparé le parcours d’Henri et Patrice à « une espèce en voie de disparition », rappelant que 40 ans dans la même entreprise serait dorénavant extrêmement rare. «  Vous avez commencé à 14 et 16 ans et avez fait toutes sortes de métiers chez le même employeur ». Il a rappelé que l’imprimerie était « toute une noblesse », citant les deux familles angériennes, Brisson et Bordessoules, comme « une richesse pour la Pays des Vals de Saintonge ».

L'imprimerie Bordessoules  

20100219 bordessoules-jeanluc-denis-07-(so-bl)Jean-Luc et Denis Bordessoules, gérant de la société. (Photo B. M.)

La Sarl, située zone de la Garrousserie (route de Rochefort), a pour gérant Denis Bordessoules, L’entreprise emploie un vingtaine de salariés, utilise les techniques modernes employées dans l’imprimerie, dont la PAO (publication assistée par ordinateur) et dispose d’un matériel de pointe pour éditer brochures, livres, etc. Elle réalise la création graphique, l’impression, le façonnage et le routage. Denis Bordessoules souhaite « augmenter le chiffre d’affaires, (actuellement 1,5 million d’euros) à deux millions l’an prochain. Pour ceci, nous irons drainer les marchés parisiens et développerons nos clients à l’autre bout de la France ». Alain Duval, directeur, commente : « Nous avons le potentiel de production ». Par ailleurs, l’entreprise, qui possède deux ruches et 30 000 abeilles dans un atelier, a un projet de panneaux photovoltaïques sur 400 mètres carrés de toiture.

Impressions Bordessoules 42, avenue de Rochefort – 17400 Saint-Jean-d’Angély. Tél. 05 46 59 01 32 et 09 60 45 08 98 – Fax 05 46 32 54 45.

Henri Grignon  

20100219 medailleHG-bordessoules-15-(so-bl)Henri Grignon, est né le 3 mai 1952 à Loulay, marié, père de deux enfants, grand-père de trois  petits-enfants. Il débute dans la sérigraphie à 14 ans, à Aiffres (près de Niort), mais ne peut y rester pour des problèmes physiques en relation avec les produits chimiques utilisés, trop forts. Il va ensuite à l'imprimerie Bordessoules le 1er février 1968, comme apprenti imprimeur typographe, mais, avec beaucoup de polyvalence, il travaille sur des machines de pliage, d'assemblage, d'expédition et de routage. En mai 68, habitant Loulay, il venait travailler en vélo. En 1974, avec l'introduction de l'offset, il devient photograveur et monteur offset, d'abord en montage de films jusqu'en 2003, puis monteur sur mac intosh avec imposition des fichiers et production des plaques offset en CTP* (computer to plate, périphérique informatique) jusqu'à sa retraite en juillet 2009. « Je vais continuer à pêcher et à faire de la rando, mais… à plein temps ! », a-t-il conclu.

* computer to plate plus communément appelé CtP (littéralement « ordinateur vers plaque ») est un périphérique informatique d'écriture destiné à l'imprimerie, permettant de créer directement les plaques destinées aux presses à partir d'un fichier envoyé d'un poste de travail. C'est l'organe s'intercalant entre le monde prépresse de celui de la presse

 

Patrice Giraud  

20100219 medail-PG-bordessoul-16-2Patrice Giraud - marié, deux enfants et quatre petits-enfants - est né le 29 octobre 1953 à La Chapelle-Heulin en Loire-Atlantique. Après une enfance au milieu des vignobles de Muscadet, puis  en Vendée jusqu'à l'âge de 11 ans, il devient, en 1964, « Angérien à 100 % ». Durant quatre ans Il va au collège (situé dans l’Abbaye Royale), tout près de l'imprimerie Bordessoules située à l'époque rue Gambetta. Le 15 septembre 1969, sa mère signe avec André Bordessoules (fondateur de l’entreprise en 1946) un contrat d'apprentissage pour que Patrice soit compositeur typographe. Patrice aligne d’abord les lettres une à une sur un composteur. Il devient linotypiste, imprimeur typographe, puis polyvalent sur des machines de pliage et brochage. Peu après le deuil qui a frappé l'entreprise en 1993, il devient contremaître, prépare les travaux, commande les papiers, ...

« Après 41 ans de bons et loyaux services, la reconnaissance de notre travail et l’attachement à l'entreprise se traduit par cette remise de médaille, confie-t-il. Henri et moi ne sommes pas des cas exceptionnels, car trois autres collègues ont pratiquement effectué le même parcours de longévité dans l'entreprise. La retraite, si rien ne change d'ici cette date, devrait se profiler pour moi à l'horizon 2012, c'est-à-dire après 43 ans de labeur dans une imprimerie de labeur ». Comme Henri Grignon, Patrice Giraud est pêcheur, un hobby qui pourra encore mieux l’employer, lorsque la retraite sera là.   

20100219 alain-duval-andre-bordessoules-05-(so-bl)Alain Duval, directeur et André Bordessoules, fondateur de l’entreprise en 1946. (Photo B. M.)  

20100219 bordessoules-03-(bl)Plieuses  

20100219 bordessoules-plieuses-04-(bl)Plieuses.  

20100219 medailles-bordessoules-21-(bl)Photo de famille : les salariés de l’imprimerie Bordessoules, lors de la remise de médailles du travail du 19 février.  

20100219 medailles-bordessoules-24-(bl)20100219 medailles-bordessoules-17-(so-bl)

Partager cet article
Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 16:22

Mercredi 10 février 2010 – Article 1534

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY 

Le garage Sarrazin change de main

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY - Après trente ans d’activité, Mauricette et Alain Sarrazin cèdent leur  garage au premier mars à Fabrice Moreau.

» Bernard Maingot.  

20100209 garage-sarrazin 004(bl)De gauche à droite : Mauricette et Alain Sarrazin, qui cèdent à Fabrice et Valérie Moreau, Jean-Claude et Éric, salariés dans l’entreprise. (Photo Bernard Maingot)

Alain Sarrazin a commencé à travailler dès l’âge de 14 ans. Ce qui lui a permis de prendre sa retraite à 58 ans, après 44 ans de travail, accompagnant ensuite son épouse Mauricette qui avait repris l’exploitation du "garage Sarrazin".

Alain avait été client de Fabrice Moreau, quand ce dernier était commercial dans l’automobile. Fabrice est natif de Saint-Jean-d’Angély, où il a habité pendant 30 ans. D’abord magasinier pendant 11 ans à la concession Renault, route de Saintes, il a travaillé durant 23 ans dans le métier de l’automobile. « A cinq ans, je voulais être mécanicien. Depuis, ça ne m’a jamais lâché ! Je suis également passionné de Formule 1 et de sport automobile en général », raconte Fabrice, qui recherchait une affaire pour s’établir à son compte.

Alain n’était pas prêt à vendre alors que Fabrice était prêt à acheter. Mais la rencontre entres deux hommes qui se connaissaient bien depuis 23 ans devait finalement déboucher sur un accord pour que l’affaire soit cédée et qu’elle continue dans le même esprit.

Valérie, l’épouse de Fabrice Moreau, est aide-soignante à l’hôpital de Niort. Ensemble, ils ont trois enfants de 11 ans, 8 ans et 22 mois. Demeurant à Brûlain (entre Prahecq et Chizé), ils ont mis leur maison en vente pour faciliter la transaction et l’emprunt auprès de la banque, prévoyant d’habiter pour la prochaine rentrée scolaire à Poursay-Garnaud.

Fabrice précise : « Je continue sous l’enseigne "Garage Sarrazin" avec les deux ouvriers-mécaniciens, Eric et Jean-Claude, qui sont là depuis 20 et 30 ans. J’embauche même un troisième mécanicien que j’ai connu voici longtemps à Surgères et qui a douze ans d’expérience. Ce sera une bonne équipe ! »

Pour effectuer la transition, le garage fermera le 20 février. Le 1er mars, Fabrice entrera en fonction dans l’entreprise. Et le 6 mars, tous les clients seront invités à des portes ouvertes. Avec un pot qui sera le pot d’adieu pour Alain et le pot de bienvenue pour Fabrice. Une sorte de double pot qui ne surprend pas puisqu'on est dans… l’automobile.

20100209 garage-sarrazin 005(bl)Mauricette et Alain Sarrazin vont pouvoir "décompresser" à compter du premier mars. (Photo Bernard Maingot)
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 23:48

Mardi 6 janvier 2009 – Article # 1444

SAINT-JEAN-D’ANGELY

Où on reparle de la TLPE

COMMERCE – L’association des commerçants angériens réagit contre la taxe locale sur la publicité extérieure, instituée en 2009.

Voir mon précédent article sur le sujet, en date du 31 décembre 2009 

20091216 grosdenier9755-blLe 9 décembre dernier, les services de l’urbanisme de Saint-Jean-d’Angély adressaient à tous les chefs d’entreprises angériennes un courrier relatif aux conditions de mise en application et de règlement immédiat de la taxe locale sur la publicité extérieure (voir ci-après la TLPE, c'est quoi ?).

Dans un communiqué du 5 janvier, l’association des commerçants C2A juge que « à taxer toujours plus, on revient à des temps très moyenâgeux. Outre le fait de la parution tardive de cette note et de ses modalités d’application, la C2A relève que l’ancienne taxe ne touchait pas le commerce angérien du "cœur historique" de Saint-Jean-d’Angély, mais affectait ses adhérents de périphérie. »

L’association souligne que « la TLPE, avec une assiette de taxation plus large, devrait donc frapper plus lourdement les adhérents payant l’ancienne taxe, mais devrait atteindre également des commerces du centre-ville. » Elle estime aussi que « la municipalité applique sans discernement le taux maximum de taxation, alors que des moyens d’exonération et de réfaction existent, des modulations de tarif étant prévues par la loi » et, lançant la balle dans le camp de la municipalité, interroge : « Pourquoi ne pas les appliquer ? »

Par ailleurs, la C2A « réfute le caractère obligatoire et drastique de la loi », rappelant que le législateur a laissé aux municipalités « toute latitude pour la tarification ». Enfin, la C2A  souhaite « que la mise en application de la loi soit différée à 2010 », demandant qu’une étude soit menée « pour mesurer les conséquences de cette taxation sur l’économie angérienne et la santé des entreprise qui animent et font vivre la ville. »

L’Association demande donc qu’une concertation soit lancée pour définir « une tarification qui ait une incidence mineure, voire nulle, sur les comptabilités des entreprises et commerces angériens. »

Dominique Grosdenier, président de C2A, conclut que « l’économie angérienne sera d’autant plus performante que ses entreprises seront solides et en bonne santé financière. Pour l’heure, il n’est pas envisageable d’affaiblir d’avantage le tissu économique de Saint-Jean-d’Angély. »

 

La TLPE, c’est quoi ?

Entrée en vigueur le 1er janvier 2009, la TLPE (taxe locale sur la publicité extérieure) est censée être un moyen de réguler l’affichage publicitaire sur le territoire communal afin de freiner la prolifération des panneaux, de réduire la dimension des enseignes, de lutter contre la pollution visuelle et d’améliorer le cadre de vie.

Cette taxe unique, issue de la loi dite « de modernisation de l’économie » du 4 août 2008, remplace les trois anciennes taxes locales sur la publicité : taxe sur la publicité frappant les affiches, réclames et enseignes lumineuses (TSA) ; taxe sur les emplacements publicitaires fixes (TSE) et taxe sur les véhicules publicitaires.

Ainsi, les communes qui percevaient en 2008 la TSA ou la TSE l’ont remplacé de droit par la TLPE, à compter du 1er janvier 2009. A Saint-Jean-d’Angély, cette substitution s’est donc effectuée automatiquement, sans qu’une délibération soit nécessaire, sur la base du tarif de référence de droit commun.

Par contre, si une commune, percevant en 2008 la TSA ou la TSE, ne désirait pas percevoir la TLPE en 2009, le conseil municipal devait délibérer avant le 1er novembre 2009 pour que cette substitution ne s’effectue pas ; en ce cas, la publicité n’aurait fait l’objet d’aucune taxation sur le territoire communal en 2009.

De même, une délibération s’imposait quand la commune souhaite calculer elle-même son tarif de référence ou s’opposer à l’exonération de droit des enseignes inférieures ou égales à sept mètres carrés. Les communes qui perçoivent la TLPE sur un dispositif publicitaire ou une pré-enseigne ne peuvent percevoir, au titre de ce même support, un droit de voirie.

Les commerçants devront faire la prochaine déclaration pour la TLPE d’ici le 31 mars 2010. 
Lire mon précédent article sur le sujet, en date du 31 décembre 2009

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 22:41

Lundi 4 janvier 2010 – Article # 1432

ASSOCIATION DES COMMERÇANTS ANGÉRIENS C2A

Ils ont gagné !

 

20100104 C2A-gagnants-vitr-magiq-04De gauche à droite : Dominique Grosdenier, président de C2A, Daniel Peignot et son épouse, la représentante des Vêtements  Vrignaud, Yvonne Schimmel (maman de Sophie Noël),  Monique Audouin-Dubreuil, Caroline Martin et Sylvie (au premier plan), gérante du magasin "il était une femme".

            

L’association des commerçants angériens C2A continue de faire fort !
Après la tombola de Noël, organisée en partenariat avec les voyages Goujeau, qui avait fait gagner un voyage de 950 euros à Daniel Bernard, de Mazeray, la vitrine magique, organisée par C2A pendant les animations de Noël à Saint-Jean-d’Angély, vient de faire d’autres heureux.

Le jeu consistait à estimer la valeur totale des lots offerts par une cinquantaine de commerçants, lots exposés dans la vitrine de l’office de tourisme. Les quatre participants indiquant au plus près la valeur totale se partageraient cette "vitrine magique", d’une valeur de 2 262 euros. Un beau cadeau d’après-Noël ou de belles étrennes pour commencer l’année en beauté ! 

Lundi 4 janvier, les quatre gagnants ont donc été invités à se retrouver à onze heures à l’office de tourisme.

Caroline Martin, dont le ticket a été validé chez "Il était une femme", rue Gambetta, gagne 40 %  de la vitrine magique. Les 60 % restants se partagent entre Daniel Peignot (participation  validée aux "Vêtements Vrignaud", rue de l’hôtel de ville), Sophie Noël (ticket  validé à la "Pharmacie Junié", rue des Bancs) et Monique Audouin-Dubreuil, dont le billet de participation a été délivré par la "Boulangerie Degaugue", rue de la Grosse-horloge.

Au total, 217 joueurs avaient participé au jeu de la vitrine magique : 204 tickets avaient été retenus, 13 ayant été rejetés pour mention incomplète.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 13:30
SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – TOMBOLA COMMERCANTS
Maroc ou Egypte ?

 

200912xx C2A-voyage-goujeauDominique Grosdenier, président de l'association des commerçants angériens C2A, a remis à Daniel Bernard, de Mazeray, devant l'agence de voyages Goujeau qui participait à  la tombola de Noël, le lot qu'il a gagné : un voyage pour deux personnes d'une valeur de 950 euros. Un voyage que fera Daniel Bernard en 2010, lorsqu’il aura étudié les destinations vers l’Afrique.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 13:17

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – COMMERCES ET PUBLICITE

La publicité, ça paie... (des taxes)

Les commerces du centre-ville seront exonérés de la taxe locale sur la publicité extérieure pour les enseignes d’une surface inférieure à sept mètres carrés.

 

ecofrais 2822La loi sur la modernisation de l’économie du 4 août 2008 et la circulaire du 24 septembre 2008 ont  introduit une nouvelle taxe sur la publicité, appelée Taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE), qui s’applique à tous les emplacements publicitaires extérieures (enseignes, pré-enseignes, panneaux publicitaires). Elle regroupe trois taxes antérieures sur les affiches, les réclames et enseignes lumineuses, les emplacements publicitaires fixes et véhicules publicitaires.

La ville de Saint-Jean-d’Angély, qui appliquait jusqu’en 2008 la taxe sur les emplacements publicitaires fixes (TSE), doit maintenant appliquer la TLPE. Les commerçants ont donc été informés de la déclaration à faire d’ici le 31 décembre au titre de 2009, et d’ici le 31 mars prochain pour 2010.

boulangerie banette 2824 

Qui est concerné ?

Une exonération de taxe étant prévue pour les surfaces publicitaires inférieures à sept mètres carrés (un bandeau de 0,5 m par 14 m serait exonéré), les commerces en centre-ville ne semblent pas concernés par cette imposition. Les enseignes nationales et magasins de grande distribution sont donc plus visés. A titre d’exemple, des enseignes d’une superficie supérieure à 50 mètres carrés (bandeau, drapeau, enseignes scellées au sol) engendreront un montant à payer de 60 euros.

L’association des commerçants C2A portera cette TLPE à l’ordre du jour de sa réunion du 4 janvier, a indiqué Dominique Grosdenier, président de C2A.

Du côté de la ville, Jacques Castagnet assure que « les commerces en centre-ville n’étaient pas touchés » et que « le sujet touchait essentiellement les grandes surfaces ».

Partager cet article
Repost0