Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 22:31
COMMEMORATIONS

Aux morts de la guerre d'Indochine

Depuis quatre ans, la "Journée nationale d’Hommage" dédiée aux "morts pour la France" en Indochine donne à notre pays l’occasion d’un rendez-vous avec son Histoire pour honorer le souvenir de ceux qui sont tombés loin de leur foyers durant quinze ans, entre 1939 et 1954.

Lundi 8 juin, les autorités civiles et militaires se sont réunies à 11 h 45 au monument aux Morts de Saint-Jean-d’Angély : le sous-préfet Frédéric Brassac, Paul-Henri Denieuil, maire de la ville, James Rouger, président de la CDC du canton de Matha, Didier Martineau, maire-adjoint, le lieutenant Patrick Renou, commandant la brigade de gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély, le capitaine Fougeret du centre de secours et d’incendie, le colonet Verzat et six porte-drapeaux des associations patriotiques.

Le sous-préfet a lu le message de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, rappelant les combats contre l’occupant japonais dès 1939 et contre le Vietminh par la suite : cette année est le 55e anniversaire de la bataille de Dien-Bien-Phu, où les combattants ont connu la fournaise et la cuvette de l’enfer au printemps 1954.

Deux gerbes ont ensuite été déposées en hommage aux Morts.

"Aux Morts"

Les autorités saluent les drapeaux.

Rappelons que deux soldats de Saint-Jean-d’Angély sont tombés en Indochine :

André Lafaurie et Mahmoud Béchir.

Jean-Paul Sorentini et Guy Gourmaud, tous deux porte-drapeau, ont acquis bien des médailles.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 02:57

LA VERGNE

Se souvenir du 8 mai

Vendredi 8 mai, la municipalité et les habitants de La Vergne ont commémoré le 64e anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie le 8 mai 1945. Pierre Bouloc, maire de La Vergne, a fait part du message de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la Défense et aux anciens combattants : « Cette date marque la fin des combats de la Seconde Guerre mondiale en Europe, qui se distingue de tous les autres conflits par l’ampleur des pertes humaines, des destructions matérielles et des souffrances infligées aux populations civiles ».

Il a rappelé qu’elle s’est illustrée par le mépris de l’humain et que le système concentrationnaire nazi a fait reculer les frontières de la civilisation par les persécutions raciales, l’internement des populations civiles et l’horreur des camps d’extermination. « Le 8 mai évoque aussi la victoire des valeurs de la civilisation contre la barbarie et le triomphe de la démocratie. La France renaît de ses cendres et efface la honte de la défaite et de l’Armistice de juin 1940 ». Aujourd’hui, les témoins, anciens résistants, déportés ou anciens combattants éffectuent ce travail de mémoire. Le 8 mai est également ‘occasion de les honorer, en rappelant leurs engagements, leur courage et leurs sacrifices.

Devant le monuments aux morts, le maire avait tenu à associer à cette commémoration les jeunes citoyens de La Vergne ayant atteint leur majorité qui s’étaient inscrits sur les listes électorales.

Dans la salle municipale, il a ensuite remis le livret du citoyen à Charline Boulie, jeune fille de 18 ans, faisant de cette date un instant solennel. Dix jeunes de la commune sont arrivés à l’âge légal de la majorité, faisant d’eux des citoyens à part entière, mais un certain nombre d’entre eux, conviés à la cérémonie et à la remise du livret du citoyen n’ont pu s’y rendre, retenus par le travail.

Pierre Bouloc a rappelé que si la majorité créait des devoirs, le premier étant d’être pleinement responsable, elle leur donnait aussi des droits, comme celui d’être éligible, d‘agir en justice ou de voter. « Vous en aurez bientôt l’occasion avec les prochaines élections européennes ».

Partager cet article
Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 23:45

COMMÉMORATIONS – JOURNÉE DES DÉPORTÉS

Ni haine, ni oubli

Voici 64 ans, les armées alliées libéraient les camps de concentration et d’extermination, faisant cesser la domination nazie et les exactions inouïes que ce fascisme et le racisme ont  engendrées. La "Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation" a été commémorée dimanche 26 avril au monument aux morts de Saint-Jean-d’Angély, en présence des autorités civiles et militaires.

Ginette Dumas, présidente de l’association des Déportés, a lu le message des Déportés, avant qu’un dépôt de gerbes soit fait et que "Le chant des Marais" soit écouté.

La cérémonie a continué à la mairie, où la présidente a adressé un message personnel sur le devoir de mémoire, appelant les jeunes à poursuivre la lutte « pour un monde de justice, de paix et de tolérance ».

Elle a rappelé que le thème du Concours national de la Résistance et de la Déportation était "Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi". « Début 1943, 106 adolescents au moins, dont mon époux qui avait 18 ans, ont été déportés au camp de Sachsenhausen. Sur 8 000 déportés, 2 673 avaient de 14 à 23 ans ». Elle a terminé avec une pensée pour deux déportés disparus cette semaine : Maurice Praud et Jean Texier.

Le sous-préfet Frédéric Brassac a ensuite évoqué le serment de Buchenwald, prononcé le 19 avril 1945, une semaine après la libération du camp, où 51 000 détenus ont été fusillés, pendus, écrasés, frappés à mort, étouffés, noyés, empoisonnés ou tués par piqûres. Un serment qui rappelle que la construction d’un monde nouveau dans la paix et la liberté est due à tous ceux qui ont été tués et à leurs familles, le sous-préfet évoquant un monde où il ne devait y avoir « ni haine, ni oubli » . (photo B. M.)

   

Les articles Commémorations sont à la catégorie http://angely.over-blog.com/categorie-10410848.html
Partager cet article
Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 14:08

Commémoration du 19 mars 1962 (accords d’Evian – fin de la guerre d’Algérie)

Commémorer la fin officielle
de la guerre d’Algérie

Jeudi 19 mars, la Fnaca du canton de Saint-Jean-d’Angély a commémoré la fin de la guerre d’Algérie, par un rassemblement des associations patriotiques et des autorités civiles et militaires au monument aux Morts et par un dépôt de gerbes. Si les accords d’Evian ont été signés le 18 mars 1962, le Cessez-le-feu officiel est entré en vigueur le lendemain à midi, suivant l’ordre du jour du Général Ailleret. Ce qui n’empêcha pas des combats postérieurement ! Deux millions de jeunes sont partis durant 24 ou 30 mois faire une guerre qui ne disait pas son nom puisque c’est le ministère de l’Intérieur (et non de la Défense) qui dépêcha des troupes pour « une opération de maintien de la paix ». Par la suite elle prit le nom de « Evénements d’Algérie ». Ceci d’ailleurs posa des problèmes pour que les hommes puissent ensuite être reconnus comme "anciens combattants"…30 000 jeunes sont morts en Algérie.

  

Jacques Perdriat, président de l’Amicale des sous-officiers de réserve a lu le manifeste national de la Fnaca pour le 47e anniversaire du Cessez-le-feu, en l’absence du président Georges Chevalier, hospitalisé. 

  

La cérémonie s’est terminée à la mairie, où Gérard Litou a prononcé un discours où la communauté Harkie n’a pas été oubliée. Rappelons aussi l’attachement de la Fnaca à conserver la date du 19 mars pour commémorer la fin de cette guerre et son opposition à la date du 5 décembre décrétée par Jacques Chirac depuis l’inauguration du Mémorial national en 2002.

  

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 23:31
COMMEMORATION    

Honorer nos poilus


Alors que la France a perdu le 12 mars dernier son dernier poilu, Lazare Ponticelli, et que 218 noms sont alignés sur le monument aux morts de Saint-Jean d’Angély, le 90e anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918 a été commémoré ce mardi 11 novembre en présence des autorités civiles et militaires.
 

 

Didier Martineau lit le message de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants.

  

Les jeunes sapeurs-pompiers près des porte-drapeaux.

 

Après la lecture du message de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants, les écoliers sont venus déposer des fleurs tandis que les jeunes sapeurs-pompiers étaient au garde-à-vous.

  

Les écoliers déposent des fleurs.

   

Le dépôt des gerbes.

 

Honneur aux morts, drapeaux en berne.

  

La Marseillaise... en direct.

 

Le sous-préfet Robert Rouquette saluant les porte-drapeaux.

 

La cérémonie a été suivie d’un défilé des jeunes sapeurs-pompiers et des véhicules du centre de secours, sous les applaudissements du public.

 

D’autres photos du défilé sur http://angely.over-blog.com/article-24722630.html

 

Le public s’est ensuite dirigé vers la mairie, pour l’inauguration de l’exposition "Les Angériens dans la Grande Guerre", où des allocutions ont été prononcées par le président des anciens combattants, le maire Paul-Henri Denieuil, le conseiller général Jean-Yves Martin et le sous-préfet Robert Rouquette.

 

Arrivée d'un public nombrux pour l'inauguration de l'exposition.

 

Lecture d'un message des Anciens combattants.

 

Après son allocution, le maire Paul-Henri Denieuil a lu un extrait du poème de Guillaume Apollinaire "Si je mourais là-bas…" (voir ci-après)

 

Les différents discours ont été l’occasion de rappeler que cette guerre où «la moitié des hommes sont partis a fait en France 1 400 00 morts, 2 000 000 de blessés, des veuves et des orphelins. « Ne jamais oublier le chemin des Dames, avec 100 000 morts en une journée », a souligné Jean-Yves Martin, conseiller général.

 

Fin janvier 1915, Guillaume Apollinaire (poète précurseur des surréalistes, blessé à la tête par un éclat d’obus en 1916, mort de la grippe espagnole en 1918 et enterré au Père Lachaise) écrivait des lettres à sa bien-aimée "Lou". Le poème "Si je mourais là-bas", composé en 1915, comprend cinq quintils et un ver seul, tous en alexandrins. Extrait : le 1er et le 5e.

 

Si je mourais là-bas….

 

Si je mourais là-bas sur le front de l'armée
Tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée
Et puis mon souvenir s'éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l'armée
Un bel obus semblable aux mimosas en fleurs

 

….

  

Lou si je meurs là-bas souvenir qu'on oublie
- Souviens-t'en quelquefois aux instants de folie
De ma jeunesse et d'amour et d'éclatante ardeur -
Mon sang c'est la fontaine ardente du bonheur
Et sois la plus heureuse étant la plus jolie

 

Ô mon unique amour et ma grande folie

 

Guillaume APOLLINAIRE, Ombre de mon amour

 

Lire le poème complet :

http://wheatoncollege.edu/Academic/academicdept/French/ViveVoix/Resources/sijemourais.html

http://delpiano.club.fr/Apollinaire.htm

 

Guillaume Apollinaire

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 01:50
Armée de l’air

La présentation au drapeau

Une cérémonie de présentation au Drapeau a eu lieu devant un large public, vendredi 17 octobre, sur la place de l'Hôtel de Ville de Saint-Jean d’Angély.  

» Bernard MAINGOT. 

www.efsoaa.air.defense.gouv.fr/

 

Vendredi matin, la place de l’Hôtel de Ville était entourée de nombreux curieux et passionnés des cérémonies militaires, des élus et des familles angériennes, venus admirer la présentation au drapeau des élèves de l’école des sous-officiers des militaires du rang de l’armée de l’air.    

Ils étaient 95 élèves sous-officiers de la compagnie 2008.22, parmi lesquels 28 élèves féminins, appartenant à l’école de formation de Rochefort (ÉFSOAA).

Le cérémonial de présentation au drapeau est très précis. Le colonel François Duperron, directeur des formations a passé les élèves sous-officiers et les troupes en revue, avant de procéder à la lecture de l’allocution de présentation au drapeau. Une remise de décorations et un défilé des troupes ont conclu la cérémonie. 

 

L’école de formation

L’ ÉFSOAA est située dans la base aérienne de Rochefort (BA 721). Si elle accueille chaque année un millier de jeunes en provenance de la société civile auxquels elle donne une formation initiale et pour une grande partie une formation professionnelle, elle assure aussi une instruction d’un niveau supérieur par la formation continue d’une vingtaine de spécialités : mécanique générale, télécommunication, photo-communication, avionique, ravitaillement technique, etc. Cet effort de qualité des formations dispensées au sein de ce pôle unique de l’armée de l’air a reçue la certification ISO 9001.

La mutualisation est également de rigueur puisque l’école dispense des cours en partenariat avec la gendarmerie, l’armée de terre et la marine.  

 

Décorations

Lors de la remise de décorations, la médaille de chevalier de la Légion d’honneur a été décernée au lieutenant-colonel Joseph Schmitt. Le sergent Guillaume Mort, le sergent Benjamin Clabault, le sergent Stéphanie Revilla ainsi que le caporal-chef Elodie Courault ont reçu la médaille de la Défense nationale, échelon bronze.  

 

Défilé  

La cérémonie s’est conclue par un défilé des troupes, placées sous le commandement du lieutenant-colonel Jean-Dominique Gien, commandant de la formation militaire tandis que quatre avions Epsilon de l’école de formation du personnel navigant de Cognac (avions biplaces d’entraînement) ont survolé la ville. Le tout aux accents de la musique de l’ÉFSOAA, placée sous la direction de l’adjudant-chef Vissault.

Les prochaines cérémonies de présentation au drapeau auront lieu le 20 novembre 2008 à Pont l’Abbé d’Arnoult et le 21 janvier 2009 à Rochefort.  

 

EFSOAA Bureau des relations extérieures - Base aérienne 721 - 17133 ROCHEFORT AIR

Tél. : 05 46 88 82 21 – Fax : 05 46 88 81 57

Courriel : bre.esom@inet.air.defense.gouv.fr

Site Internet : www.efsoaa.air.defense.gouv.fr/ 
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 22:18
Armée

La présentation au Drapeau

   

» Bernard MAINGOT.

 

Une cérémonie de présentation au drapeau aura lieu à Saint-Jean d’Angély, vendredi 17 octobre à 10 h.
C’est sur la place de l’Hôtel de Ville de la commune que les élèves sous-officiers de la compagnie 2008.22 (95 élèves sous-officiers dont 28 élèves féminins) seront présentées au Drapeau de l’école de formation de sous-officiers de l’Amée de l’air (ÉFSOAA).

La cérémonie, placée sous la présidence du colonel François Duperron, directeur de formations de l’école de formation des sous-officiers de l’armée de l’air, sera articulée en plusieurs phases : la revue es troupes, la présentation au Drapeau, une remise de décorations et le défilé des troupes précédé d’un défilé aérien de quatre Epsilons de l’école de formation du personnel navigant de Cognac… Le tout aux accents de la musique de l’ÉFSOAA.

Lors de la remise de décorations, la croix de chevalier de la Légion d’honneur sera décernée au lieutenant-colonel Joseph Schmitt. Le sergent Guillaume Mort, le sergent Benjamin Clabault, le sergent Stéphanie Revilla ainsi que le caporal-chef Elodie Courault recevront la médaille de la Défense nationale échelon bronze.

 

Contact avec la Presse:

Aspirant Marie Pérochain Bureau des relations extérieures

Base aérienne 721

17133 ROCHEFORT AIR

 

Tél. : 05 46 88 82 21 – Fax : 05 46 88 81 57

Courriel : bre.esom@inet.air.defense.gouv.fr/

Site Internet : http://www.efsoaa.air.defense.gouv.fr/ 
Partager cet article
Repost0
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 23:11
Guerre d’Indochine    

Commémorer Dien Bien Phu

 


Les autorités civiles et militaires se sont réunies dimanche 8 juin devant le monument aux morts de Saint-Jean d’Angély pour commémorer les victimes de la guerre d’Indochine qui prit fin en 1954. Une guerre qui a fait 40 000 morts (dont 10 000 de la Légion étrangère), 70 000 blessés et 9 000 disparus. Après que le sous-préfet Robert Rouquette ait lu le message de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat chargé de la Défense et des anciens combattants, des gerbes ont été déposées au pied du monument en présence de Georges Chevaillier, président des Anciens combattants et FNAM, du colonel Claude Verzat, de Jean-Yves Martin, conseiller général, de Paul-Henri Denieuil, maire de Saint-Jean d’Angély, du sous-préfet et de François Jolibois, officier général. Après la "Marseillaise" et en fin de commémoration, les présents ont pu écouter "Marie Dominique", une chanson de marins extraite des "Marsouins", choisie par Didier Martineaud, adjoint à la sécurité. Etaient également présents le colonel Jean Verzat (artillerie), M Bollut, président des Médaillés militaires, Roger Aumonier, président de section de l’UNSOR. Le colonel Claude Verzat, dans le discours prononcé ensuite à la mairie, a rappelé que deux Angériens étaient morts en Indochine : André Lafaurie (dont une rue de Saint-Jean d'Angély porte le nom) et Mahmoud Béchir. (photo B. M.)

Les deux frères Jean et Claude Verzat, tous deux colonels.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 23:43
Commémorer les victimes de la déportation


La journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation a été célébrée dimanche 27 avril. A Saint-Jean d’Angély, une commémoration a eu lieu à 11 h 30, en présence du maire Paul Henri Denieuil, des adjoints et conseillers municipaux, du sous-préfet Robert Rouquette, du lieutenant Deroches de la communauté de brigades de gendarmerie, du major Joël Dabout du centre de secours, du commissaire général (en retraite) de l’armée de l’air Jean-Claude Hédelin, de Mme Janine Texier présidente des Combattants volontaires résistants.


Dix porte drapeaux ont notamment représenté l’UFAC (Union française des anciens combattants), la FNAM (fédération nationale André Maginot), l’UNPRG, la FNIR (Fédération nationales des Déportés et internés de la Résistance), la FNDIRP (Fédération nationales des Déportés et internés, Résistants et patriotes), l’UNPRG, le Souvenir Français, les Médaillés Militaires, l’Unsor, la Fnaca, les Anciens marins et marins volontaires.




Mme Ginette Dumas, présidente pour la FNDIRP a lu le message ds associations de Déportés. Un dépôt de gerbes a été fait par M le Maire, M le sous-préfet et Mme Dumas, présidente des Déportés. (photos B. M.)

Partager cet article
Repost0