Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 02:23

Lundi 16 novembre 2009 - Texte modifié les 17.11.09 (suppression défilé aérien - adjonction heure) et 19.11.09 (adjonction nomination lieutenant de vaisseau Pascal Bordesoules) 

ARMÉE DE L’AIR - ÉFSOAA

Les élèves sous-officiers présentés au Drapeau

C'est sur la place de l’Hôtel de ville de Saint-Jean-d’Angély, vendredi 20 novembre à 10 heures, que les élèves sous-officiers de la compagnie 2009.28 (81 élèves sous-officiers dont 31 élèves féminins) seront présentés au Drapeau de l'école de formation des sous-officiers de l'armée de l'air (ÉFSOAA) de Rochefort-Air (BA 721).

 

L’EFSOAA accueille chaque année un millier de jeunes en provenance de la société civile qui veulent servir leur pays. Le jour de leur présentation au Drapeau marque officiellement l’entrée des élèves sous-officiers dans l’armée de l’air, c’est un moment important tant pour les élèves que pour les familles venues nombreuses à cette cérémonie solennelle.



Le général de brigade aérienne Gérard Latour, commandant l’école de formation des sous-officiers de l’armée de l’air passera les élèves sous-officiers en revue. Il procèdera à la lecture de l’allocution de présentation au Drapeau.

 

Plusieurs décorations et nominations seront décernées lors de cette cérémonie :

- Le lieutenant-colonel Yves Giboin sera nommé chevalier de l'Ordre national du mérite,
- Le capitaine Jean-Claude Crémer sera nommé chevalier de l'Ordre national du mérite,
- Le capitaine Stéphan Biret sera nommé chevalier de l'Ordre national du mérite,
- Le lieutenant de vaisseau Pascal Bordesoules sera nommé chevalier de l'Ordre national du mérite.
- Le caporal-chef Delphine Guebourg recevra la médaille de la Défense nationale échelon bronze,
- L’aviateur Audran Schmitz recevra la médaille de la Défense nationale échelon bronze.

              

La manifestation s'achèvera par un défilé des troupes aux ordres du lieutenant-colonel Jean‑Dominique Gien, commandant la division de la formation militaire.
La musique de l’école de formation des sous-officiers de l’armée de l’air sera placée sous la direction de l’adjudant-chef Vissault, chef de musique.

         
Écoles des sous-officiers et militaires du rang de l'armée de l'air
Base aérienne 721
17 133 ROCHEFORT AIR
Téléphone : 05 46 88 82 21
Télécopie : 05 46 88 81 57

bre.esom@inet.air.defense.gouv.fr 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 20:32

Dimanche 15 novembre 2009

ASNIÈRES-LA-GIRAUD

Commémorer les morts 14-18 pour la France

Mercredi 11 novembre, des Asniérois, des élus et des enfants se sont regroupés devant la mairie et formé un cortège jusqu’au monument aux morts, où une gerbe a été déposée, ainsi que des bouquets de fleurs apportés par les enfants.
> Christian Ferru, commission Information, mairie d'Asnières-La-Giraud.

Le 11 novembre 1918, le maréchal Foch reçut une délégation allemande dans un wagon de commandement installé dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. L’armistice fut signé et entra en vigueur à la onzième heure du onzième jour du onzième mois de 1918.

Environ 1 397 000 Français ont été tués pendant cette Grande Guerre, ce qui représente 829 Français morts chaque jour ! Chose abominable qui restera gravée à jamais dans les cœurs des familles, dont aucune n’a été épargnée.

« Plus jamais ça » ont dit nos poilus survivants à l’issue de cette guerre des plus meurtrière, tant pour les familles françaises que celle d’Outre-Rhin.

En 1920, les monuments aux morts naissent dans presque toutes les communes, la France devient le pays des veuves (700 000), des orphelins de père (760 000) et des invalides. Un pays marqué à jamais par le traumatisme d’une tuerie sans précédent.

Depuis, partout en France, le onze novembre est devenu le jour du Souvenir et du recueillement en mémoire des combattants de la première guerre mondiale.

Mercredi 11 novembre 2009, ce fut le cas à Asnières-La-Giraud, où des Asniérois, des élus et des enfants ont formé devant la mairie un cortège pour se rendre au monument aux morts. Une gerbe a été déposée, ainsi que des bouquets de fleurs apportés par les enfants.

Le maire, Guy Madé, a lu la liste des soldats morts pour la France. Une liste hélas bien trop longue puisque 28 Asniérois sont morts pour la France.

Quelques mots ont ensuite été prononcés par Jean-Pierre Gauchet, président des anciens combattants et victimes de guerre. Dans son allocution, le maire a rappelé le déroulement de ces cinq années de guerre.

Comme de coutume, L’ADMS, (école de musique de Saint-Hilaire-de-Villefranche) était présente et a interprété la Marseillaise.

Photo : dépôt de gerbe par Guy Madé, Colette Machefert et Jean-Pierre Gauchet. (photo C. F.)

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 23:39

Vendredi 13 novembre 2009

LA VERGNE – COMMEMORATION DU ONZE NOVEMBRE

« Plus jamais ça ! »

Le 91e anniversaire de l’armistice de 1918 a été commémoré avec solennité devant le monuments aux morts de La Vergne, mercredi 11 novembre 2009. A la mémoire des morts et combattants de la Grande Guerre, la chute du mur de Berlin, la réconciliation franco-allemande et l’identité nationale ont été évoqués.

 

Mercredi 11 novembre, au monument aux morts de La Vergne, le maire Pierre Bouloc a commémoré le 91e anniversaire de l’armistice de 1918 devant les habitants venus se joindre à la cérémonie.

Après la sonnerie de l’"ouverture du ban" et de celle dédiée au Drapeau, Pierre Bouloc a fait part du message d’Hubert Falco, secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens Combattants, axé sur la réconciliation franco-allemande et la construction d’une Europe de la paix (lire ce message ci-après). Il s’est ensuite adressé aux présents pour rappeler deux faits d’une actualité récente : le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin et le débat sur l’identité nationale (lire ci-après son allocution).

L’appel des morts a ensuite été fait par Isabelle Boulie et Alain Guéret et une gerbe a été déposée au pied du monument aux morts. Le Drapeau des Anciens Combattants s’est abaissé pendant la sonnerie aux morts et la Marseillaise a retenti avant que le ban ne soit fermé.

La cérémonie s’est prolongée au cimetière, avec le dépôt de fleurs remis par une toute petite jeune fille : une évocation des générations futures et d’une Europe de la paix.
Une réception s'en est ensuivie, à la salle municipale, occasion de faire se rencontrer les habitants et la municipalité.
 

Le drapeau des Anciens Combattants, section de La Vergne

 

Allocution de Pierre Bouloc, maire de La Vergne

"Devant ce monument aux morts, deux faits, dans l’actualité récente sollicitent notre réflexion : la commémoration de la chute du Mur de Berlin et l’ouverture du débat sur l’identité nationale.

Ce monument, partie de notre histoire, est un excellent endroit pour nous interroger sur ce qu’est l’identité nationale.

La France est un pays qui s’est construit tout au long de son histoire sur la diversité. D’un territoire à l’autre, on ne parlait pas le même patois et on n’avait pas les mêmes mesures de poids ! Aujourd’hui, notre pays doit faire face à une juxtaposition de communautés. L’enjeu du débat est  bien de retrouver les moyens de faire vivre cette diversité. Du coup, ce débat a été ouvert et il est utile.

Aussi, qu’est ce qu’être français et qu’est ce qui nous unit dans notre diversité ?

Trois raisons manifestent notre identité française.

Tout d’abord, des origines diversifiées, ensuite une histoire et une culture communes, enfin des valeurs, des principes communs.

Nos origines sont multiples. Ici, en Charente, nous sommes les lointains descendants de colons romains arrivés voici plus de 2 000 ans. Les Arabes que Charles Martel a arrêtés à Poitiers ont certainement laissé des traces ! Et les Anglais ont occupé note pays pendant près de deux siècles. Plus récemment encore, des migrants sont venus pour travailler. Nous sommes aussi un territoire de protestants, de catholique et de non croyants. Nous sommes donc le fruit de la diversité d’origines et d’opinions. Etre français, c’est accepter et vivre cette diversité car elle fait notre richesse.

Nous avons une histoire commune. Devant ce monument, comment oublier que nous avons une histoire commune et que nous en sommes redevables à ceux que nous honorons aujourd’hui. Etre français, c’est se situer dans cette longue histoire et contribuer, modestement à y apporter notre pierre.

Nous avons des valeurs et des principes partagés. Etre français, c’est aussi une volonté de vivre ensemble sur la base de principes simples mais exigeants. Ces principes sont inscrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et sont bien résumés par notre devise républicaine : Liberté – Egalité – Fratenité.

Liberté de penser et d’agir. Cela nous semble évident, mais comment ne pas penser à ceux qui ont recouvré cette liberté il y 20 ans. Cette liberté ne peut et doit s’exercer que dans le respect de la liberté de l’autre.

Egalité de droits, de chances mais aussi de devoirs.

Fraternité. Une valeur fondamentale en ces temps d’individualisme. C’est une autre façon de dire solidarité car sans solidarité, la vie en société est impossible.

Etre français, c’est se reconnaître dans ce socle de valeurs communes auxquelles j’ajouterais celle de Tolérance.

Voici tout ce qui fait notre identité nationale. C’est important et exigeant.

Nous pouvons en être fiers et être fiers d’être Français. Tâchons d’en être dignes !"

 

Message d’Hubert Falco

secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens Combattants

Quatre-vingt onzième anniversaire de l’armistice e 1918

11 novembre 2009

Le 11 novembre 1918, à 5 h 15, les généraux allemands et alliés signaient l’armistice dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. A 11 heures, le cessez-le-feu était effectif et la France pouvait célébrer la victoire. Partout, les clairons retentirent et les cloches des églises se mirent à sonner. Cinq années de guerre totale prenaient fin. Jamais on ne vit une nation communier tout entière dans une aussi grande ferveur.

Mais cette immense joie était mêlée d’un profond sentiment de deuil et de tristesse. La France pleurait ses morts et accueillait quatre millions de blessés et d’invalides. 1 400 000 soldats étaient tombés au front. 300 000 civils avaient succombé. Nul ne fut épargné : aucune famille, aucun village, aucune ville.

Jamais le monde n’avait connu de guerre plus meurtrière. Et les Vétérans de la Grande Guerre, ceux qui étaient montés en première ligne à Douaumont et à Verdun, n’eurent plus qu’un seul mot d’ordre : « Plus jamais ça ! »

Mais la paix, qui semblait acquise au lendemain du 11 novembre 1918, ne dura pas. Vingt ans après, la Seconde Guerre mondiale éclatait. Les générations que la Grande Guerre avait cruellement éprouvées durent encore affronter des années terribles.

Tout au long du XXe siècle, il n’y a pas eu de nations dans le monde qui se soient autant affrontées que la France et l’Allemagne. Mesurons ensemble le chemin parcouru après la seconde Guerre mondiale grâce à l’œuvre des pères de la réconciliation franco-allemande : Robert Schumann, le chancelier Adenauer et le général de Gaulle. Il n’y a pas aujourd’hui dans le monde d’autres nations que la France et l’Allemagne qui soient animées par un désir aussi intense de poursuivre la construction d’un avenir commun.

La réconciliation franco-allemande, la volonté commune de bâtir l’Europe unie, tout cela ne s’est pas construit sur l’oubli ni le déni du passé. Mais grâce à lui.

Aujourd’hui, le président de la République et la chancelière allemande sont réunis à Paris. Ensemble, ils rendent hommage aux morts et aux combattants de la Grande Guerre. Ils célèbrent également les liens durables que la France et l’Allemagne ont scellés. Car le plus bel hommage que nous puissions rendre aujourd’hui aux morts de la Première Guerre mondiale, c’est de construire ce qu’ils espéraient mais qu’ils n’ont pas connu : l’Europe de la réconciliation. L’Europe de la paix. 

Quelques liens à visiter

L’armistice sur le site d’Hérodote

Les séquelles de la Grande Guerre

Les monuments aux morts sur Wikipedia

Un musée insolite de la grande guerre à Romagne-sous-Montfaucon (55)

 

Mairie de La Vergne
Tél. : 05 46 32 05 08 les mardi et vendredi de 9 h à 18 h, le mercredi de 13 h à 18 h.
Port : 06 77 15 25 19
Courriel :
mairie@la-vergne.fr
Visitez le site de LA VERGNE : www.la-vergne.fr

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 23:58

Mercredi 4 novembre 2009

SOUVENIR FRANÇAIS

Honorer les Morts pour la France

Dimanche 1er novembre, au cimetière de Saint-Jean-d’Angély, le Souvenir Français avait rassemblé les associations patriotiques et les autorités civiles et militaires pour commémorer le souvenir et honorer la mémoire de tous ceux qui sont tombés dans les différents conflits armés.

Pour accompagner le Souvenir Français, de nombreuses personnes se sont rassemblées ce dimanche de Toussaint, à 10 heures devant l’entrée du cimetière située rue Lachevalle à Saint-Jean-d’Angély : le sous-préfet Frédéric Brassac, le maire Paul-Henri Denieuil, la députée Catherine Quéré, le conseiller général Jean-Yves Martin, le président FNASOR Jacques Perdriat, les commandants de compagnie et de brigade de gendarmerie, le capitaine du centre de secours Yannick Fougeret, les différentes associations patriotiques et leur porte-drapeaux, des conseillers municipaux, des Angériens…

A Saint-Jean-d’Angély, près de 200 poilus sont Morts pour la France en 1914-1918.

Didier Martineaud, président du Souvenir Français à Saint-Jean-d’Angély, a lu le message du Président général du Souvenir Français, dont un extrait : « Les jalons de l’Histoire nous conduisent régulièrement à commémorer des événements dramatiques au cours desquels tant d’hommes ont versé leur sang pour défendre les valeurs fondamentales de justice et de liberté (…) Le courage, l’abnégation, la détermination dont ils ont fait preuve sont ainsi soulignés au cours de grandes célébrations, telles le 90e anniversaire de l’armistice de 1918 l’an dernier (…) Mais nous, les compagnons du Souvenir Français, qui depuis près d’un siècle et demi veillons sur les tombes de ceux qui sont tombés dans tous les conflits, c’est en permanence qu’il nous revient d’entretenir cette mémoire. Il nous appartient de faire comprendre aux jeunes générations que tout ce sang versé par ceux dont nous honorons les sacrifices, l’a été pour défendre un idéal que nous devons défendre à notre tour pour que nos enfants et nos petits-enfants puissent vivre libres. »

    "Aux morts" de 14-18

            Les autres victimes du conflit 1939-1945 et autres guerres sont au nombre de 73.

 

SOUVENIR FRANÇAIS
MORTS POUR LA FRANCE 1914 – 1918

 

ALTER Henri - ARRAMY Adrien - ARSONNEAU Georges - ARTIGUE Joseph - AUBRY Alexandre - AVRIL Georges

BABINOT Maurice - BAILLY Georges - BARBAUD Lucien - BAUDET Maurice - BAUDOIN Emile - BAURIGAUD Louis - BEAU Jean - BECHET Raymond - BELFAIS Henry - BELLISSENT Louis - BENARD Louis - BENON René - BERNARD Maurice - BERNARD Eugène - BERTHELOT Etienne - BERTIN Gabriel - BLAIS Auguste - BOEUF Gaston - BOILEAU Louis - BOILEAU Armand - BOLEAU Ismaël - BOLLAUD René - BOLLEAU Alexandre - BOLLUT Marcel - BONNAMY Jean - BONNAUD Charles - BONNEAU Ernest - BONNET Maurice - BOUINEAU Raymond - BOUQUET Paul - BOURDEAU André - BOURDIN Daniel - BOURON Maurice - BOUSSAGOL Pierre - BOUTIN Gaston - BOUTINON Frédéric - BOUVARD Alexandre - BOUYGUES Pierre - BOUYGUES André - BRILLOUET Emile - BRUNET Honoré - BRUNET Henri - BUSQUET Gaston

CAILLON Théodore - CARDINAL Paul - CARISSAN Jacques - CHAIGNEAU André - CHAMPHOYAUX Pierre - CHANSAS Théophile - CHAT Daniel - CHAUVAIN Pierre - COLLOT Henri - COMPAGNON Achille - CROCHET Léandre - CRUCHON Frédéric - CRUCHON Raoul

DAGUE Rémy - DARGY Marcel - DEFAYE Clément - DELOULAY Gaston - DINAND Eugène - DINAND Frédéric - DRAHONNET Roger - DUBOISD Pierre - DUMAS Paul

FAUDRY Laurent - FABREAU Marcel - FLAUD Georges - FLORENT Armand - FORIN Louis - FOUCHER Maurice

GACOUGNOLLE Jean - GARCIN Albert - GARNAUD Maurice - GAUDIN Henri - GAUDINAUD André - GAUTIER Pierre - GAUTREAU Edmond - GAUTREAU Aleandre - GAUTREAU Elie - GENAT Henry - GENEIX Louis - GERVAISD Louis - GIDON François - GIRARD George - GIRAUDEAU André - GOUJEAU Pierre - GOURAUD Léon - GRAVELAT George - GROUSSARD Clément - GUERIN Edouard - GUERINEAU Charles

HERAULT François - HILLAIRET Henri - JOURNIAC Raymond - KLEIN Théophile

LAFOND Jean - LAMOUREUX Edmond - LAMY Abel - LASSALE Gustave - LE LAY Louis - LE PAVEC Joseph - LIGONNIERE Louis - LOGEAIS Léon

MAIGRET Roger - MAISSANT Ulysse - MARCHADIER Jean - MARCHESSEAU Firmin - MARCON Arthur - MARITEAU Charles - MARITEAU René - MARSAS Raymond - MARTELET Maurice - MARTIN Paul - MARTINEAU Alphonse - MASSACREt Maurice - MASSIAS Daniel - MATARD Louis - MECHAIN Louis - MECHIN Amédée - MENAUD Léon - MENET André - METIVIER Fernand - METIVIER Henri - MEUNIER Emile - MICHAUD André - MINGUET Raymond - MOISNARD René - MOISNARD Roger - MOREAU Henri - MOTHU André - MOTHU Georges - MOTHU Henri - MOUSSET André - MUREAU Georges - MORILLON Olivier

NOUVEAU Emile - OMNES Paul

PAIN Alexandre - PALOT André - PARID Claude - PASQUIER Gaston - PERRAIN Joseph – PERRIN - PEZAIRE Marcel - PICOT Roger - PILLAFORT Lucien - PINTUREAU Louis - POMMIER Améril - PORCHERON André - PORTAL Henry - POULET Gustave - POUPARD Maurice - PROUX Emile - PROVOST Samuel - PROVOST Saül - PRUNIER Améry - QUINTARD Armand

RAFFANEAU Jacques - RAGON Marc - RAULT Joseph - RIBERON Daniel - RICHARD Henry - RICHARD Raoult - ROBERTEAU Alexandre - ROMEZ-QUILLIEZ Fernand - ROUGEON Albert - ROUGEON Maxime - ROUGE Félix - ROUGER Maurice - ROUILLON Gaston - ROUSSELOT Ernest - ROUTARD Maurice - ROUX Edmond - ROY Ernest - ROY Georges - SERPEAU Camille - SIMANT Pierre

TALBOT Alban - TEXIER Henri - TEXIER Auguste - THOMAS Alexie - THOMAS Jean - THOMAS Marcel - TIERCE Florentin - TIMOLEON Emile - TRANCON Henri - TREBUCHET André - VANIER Paul - VERNIER Antonin

 

MORTS POUR LA FRANCE AU COURS DE LA GUERRE 1939-1945

 

MORTS AU COMBAT

 

BERTHELOT Jean - CAILLON Jean - CLOUZEAU Michel - DE REBOUL Jacques - LELAN Paul - MORUCHON Emmanuel - MERZEAU Michel - PEINTUREAU Jean - PAILLET Jean - RAULT Charles - RELAT Marcel - ROUSSEAU Robert - SIMONET Moïse - TESSERON René - TOURNAT Roger

 

DÉPORTÉS

 

AUBRY André - BAGONNEAU Georges - BARRUSSEAU Paul - BASTARD Maurice - BRISSON André - DAVID Claude - DUBOIS Marc - EPAGNOUX Marcel - GACHIGNARD Denis - GUERINEAU André - GUERINEAU Rémy - HUET Pierre - JANNET Philippe - JUDIN Chasta - MOINET François - MESLIER Taxile - OLIVIER Gilbert - RIGAUD Maurice - ROUSSELIERE Henry - SUIRE Yves

 

FUSILLÉS

 

ANDRON Raymond - CASSOU DE ST MATHURIN Guy - CHASSERIAUD Jacques - DESIRE Gabriel - DUBOIDS Michel - GRASSIOT René - GRISEY André - MICHENOT Jean - TEXIER George

 

TUÉS OU MORTS EN CAPTIVITÉ OU SUITE DE CAPTIVITÉ

 

BOUCHET Charles - BOULITON Maurice - BOSSARD Henry - BOIJOUX Charles - CAILLAUD Jules - CHARRIT Paul - DUBOIS Paul - DUMAS Alexandre - FAURET Roger - GENIEUX André - SESSE Raymond - NOURAUD Jean

 

TUÉS AU TITRE FFI

 

BAN Maurice - BOUFFARD Paul - MARTINEAU René

 

TUÉS EN INDOCHINE

 

LAFAURIE Andre - BECHIR Jean - DUCOURET Jean

 

TUÉS OU DÉCÉDÉS EN AFRIQUE

 

GIRAUDEAU Marcel - NIVET Jean Claude - MOREAU Paul - PARNAUD Alain Jacques - ROUSSEAU Bernard - ROSSIGNOL Jean Paul - SEGUY Jean Guy - VIGNERON Henri

 

Contact : infos@souvenir-francais.com

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 23:46

Samedi 24 octobre 2009

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY - PRESENTATION AU DRAPEAU DU 22 OCTOBRE 2009

L’album photos est en ligne

Un album de 92 photos sur la Présentation au Drapeau du 22 octobre 2009 à Saint-Jean-d’Angély est en ligne sur http://angely.over-blog.com/album-1490872.html
Voir également l'article publié le 2 novembre sur le site de l'EETAA 722  que je remercie pour les photos communiquées.

Le drapeau présenté aux troupes sur la place de l'hôtel de ville de Saint-Jean-d'Angély. (photo EETAA 722 Saintes)
Les quatre premières photos de l'album m’ont aimablement été communiquées par l’Ecole d’Enseignement Technique de l’Armée de l’Air à qui j’adresse mes remerciements. Elles résument toute la cérémonie : revue des troupes par le colonel Consolini (commande l’Ecole), le Drapeau devant les troupes, le commandant Michel Hadj (commande le Centre de Formation militaire Elémentaire), et la photo de trois générations rassemblées ce jour-là (des détails à venir dans un prochain article). 

Pour publier plus rapidement, les photos ont été classées par de simples numéros respectant le déroulé de la cérémonie. Je les baptiserai ultérieurement quand une légende explicative ou une dénomination seront nécessaires à leur identification ou compréhension.

Vous pouvez visionner l’album en diaporama, mais vous pouvez également télécharger chaque photo en trois définitions, dont un format moyen (800 x 600) et un autre plus grand (1024 x 753). Je vous recommande cependant de porter attention au crédit à indiquer pour les photos téléchargées sur Internet en cas d’une utilisation ultérieure sur la toile. "Rendons à Jules ce qui appartient à César"… Le lien est en bleu ci-dessus.

Je devais publier un article, mais je renvoie à celui publié le 2 novembre sur le site de l'EETAA 722

 

Autre album en cours qui sera publié lundi 26 octobre : "Un tour en montgolfière le 3 octobre, de Saint-Jean-d’Angély à Paillé". J’aurais bien aimé aller du côté de Saint-Savinien et de la Charente qui la traverse pour montrer une Saintonge plus "aquatique", mais le vent en avait décidé autrement ce jour-là, et comme ce n’est pas un avion…

Il y aura une centaine de photos. J’en ai traité la moitié seulement ("Patience et longueur de temps…"), car ce samedi matin il y avait une brume très gênante pour faire des photos et cela reste difficile a atténuer sur de nombreux clichés. Alors nous dirons que ce sont de photos avec du flou artistique ou des effets spéciaux… Ça console bien !

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 02:25

Rédigé mardi 20 octobre 2009 - Publié mercredi 21 octobre 2009
Album Photos  mis en ligne le 24 octobre 2009 sur http://angely.over-blog.com/album-1490872.html

SAINT-JEAN-D'ANGELY - PRESENTATION AU DRAPEAU DU 22 OCTOBRE 2009

Lire mon précédent article - Voir l'album photos

Présentation au Drapeau :
le déroulé de la cérémonie

Depuis la mise en sommeil du service militaire, les cérémonies telles que la présentation au Drapeau du jeudi 22 octobre permettent d’entretenir le lien entre l’armée et la nation.

 

Jeudi 22 octobre 2009 à 10 heures, sur la place de l’hôtel de ville à Saint-Jean-d’Angély, les stagiaires militaires techniciens de l’air (M.T.A) et volontaires militaires du rang (V.M.D.R.) du Centre de formation militaire élémentaire (C.F.M.E. 00.325) commandés par le Commandant Michel Hadj, seront présentés au Drapeau du C.F.M.E 00.325.
Cette promotion est composée de 275 stagiaires MTA (dont 72 stagiaires féminins) et de 44 VMDR (dont 29 stagiaires féminins).
Pour ces jeunes originaires de tous horizons, cette journée clôture une formation commencée au début du mois de septembre et intronise leur carrière militaire devant leur famille venue spécialement pour l’occasion de tout le territoire national.

La cérémonie sera présidée par le Colonel Benoît Consolini, commandant l’Ecole, qui après la revue des troupes, présentera au Drapeau les jeunes Militaires du rang. Elle sera rehaussée par la Marseillaise chantée par l'ensemble des stagiaires et la participation de la Musique des Forces aériennes de Bordeaux dirigée par l’adjudant-chef Philippe Hauquier.

Place de l’hôtel de ville, le commandant Hadj accueillera Frédéric Brassac, sous-préfet de Saint-Jean-d’Angély, Catherine Quéré, députée, Paul-Henri Denieuil, maire de Saint-Jean-d’Angély et le Colonel Benoit Consolini, commandant l'Ecole d’enseignement technique de l’armée de l’air 722.

Cette prise d'armes comprendra une revue des troupes, la présentation au Drapeau et la remise d'une  lettres de félicitations au Centre de Formation Militaire Elémentaire 00.325 pour les nombreux challenges relevés par le personnel de cette unité (défilé du 14 juillet à Paris, formation militaire complémentaire…),

Fait marquant, cet évènement rassemblera trois générations et trois catégories : M. Consolini, père du Commandant de l’EETAA 722 promotion n°10 qui s’est engagé en avril 1952 en tant qu’apprenti mécanicien (sous-officier) ; le Colonel Benoît Consolini (officier) et l’aviateur Consolini (militaire du rang).

La cérémonie sera clôturée par le défilé des troupes et deux lettres de félicitations seront remises lors du  rafraîchissement : au sergent-chef André, félicité pour la création d’un logiciel de gestion des résultats sportifs, et au sergent Rose pour l’organisation du championnat de France militaire de vélo tout terrain.

Une recommandation pour le respect de la cérémonie : le public est prié d’éteindre le téléphone portable.

Une revue des troupes par le colonel Consolini, lors d'une présentation au Drapeau. (photo EETAA 722)

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 01:25

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Journée de présentation au Drapeau

jeudi 22 octobre 2009

 

Jeudi 22 octobre à 10 h, la Ville de Saint-Jean-d’Angély accueillera la cérémonie de présentation au drapeau de 360 jeunes militaires techniciens de l’air et des volontaires militaires de rang issus de l’enseignement technique de l’armée de l’air (EETAA) 722 basé à Saintes.

Pour ces jeunes originaires de tous horizons, cette journée clôture une formation commencée au début du mois de septembre et intronise leur carrière militaire devant leur famille venue spécialement pour l’occasion de tout le territoire national.

Cette cérémonie rythmée par la fanfare des forces aériennes de Bordeaux réunira plus de 1 500 personnes sur la place de l’Hôtel de ville de Saint-Jean-d’Angély.

Le maire Paul-Henri Denieuil prononcera un discours pour féliciter cette nouvelle promotion et remercier l’EETAA d’avoir choisi sa ville pour célébrer cet évènement mémorable pour l’ensemble des jeunes militaires et leur famille.

Ce moment officiel se terminera par un défilé qui conduira le public de la place de l’Hôtel de ville vers la place du champ de foire où sera servi un vin d’honneur aux nombreux participants.

 

Renseignements :

Ville de Saint-Jean-d’Angély – Hôtel de ville B.P 82 - 17415 Saint-Jean-d’Angély

Betty Audebert - Responsable de la communication - betty.audebert@angely.net - 05 46 59 51 20

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 11:36

COMMUNIQUÉ DE LA FNASOR

L’adjudant-chef Jean-François Bout
  

Jean-François Bout n’est plus, décédé le cinq juillet 2009, à l’âge de 67 ans.
Jacques Perdriat, président de la FNASOR (Fédération nationale des sous-officiers de réserve, amicale de Saint-Jean-d’Angély) évoque sa vie dans un courrier reproduit ci-dessous.

 

 













 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:58

COMMEMORATIONS

18 juin : un Appel toujours vivant !

L’Appel du 18 juin 1940 a été commémoré jeudi dernier à Saint-Jean-d’Angély par les autorités civiles et militaires et les associations patriotiques.

Le 17 mai 1940, le colonel de Gaulle obtenait un succès remarquable à Montcornet dans l’Aisne. Le 21 mai, à Savigny-sur-Ardres, Charles de Gaulle lançait son premier appel radiodiffusé : « …Grâce à cela (nos divisions cuirassées et notre aviation d’attaque), un jour, nous vaincrons sur toute la ligne ».

Au lendemain de l’appel du maréchal Pétain à cesser le combat, le général de Gaulle, dans son appel du 18 juin 1940 lancé depuis Londres sur les ondes de la BBC, invite les Français à poursuivre la lutte, sous toutes ses formes : « Je convie tous les français à s’unir à moi, dans l’action, dans le sacrifice et dans l’espérance. La flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas ». Des centaines et bientôt des milliers de volontaires rallient Londres et la cause de la France Libre.

Jacques Perdriat, président de l’Unsor (sous-officiers de réserve) a lu avec émotion l’Appel du 18 juin 1940.

Dans son message lu par le sous-préfet Frédéric Brassac, Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, a rappelé l’acte fondateur du général de Gaulle : il a créé une force militaire, les Forces Françaises Libres, qui arboreront la croix de Lorraine sur tous les continents et a jeté les fondations d’une souveraineté alternative à celle de l’Etat français du maréchal Pétain, collaborateur avec l’Allemagne nazie.

"Aux morts"

Soixante-neuf ans après, le 18 juin 2009 à 18 h, les associations patriotiques se sont réunies devant la stèle de la place du 18 juin, pour rendre hommage à tous ceux qui le rallièrent afin de poursuivre la lutte, compagnons de la Libération et médaillés de la Résistance.

Dépôt de gerbes par le sous-préfet Frédéric Brassac, le maire Paul-Henri Denieuil et André Barré, ancien du 11e choc Bagheera de parachutistes.

Deux gerbes ont été déposées au pied de la stèle. Les participants ont ensuite été conviés à la mairie où le sous-préfet a rappelé des extraits des Mémoires de guerre du général de Gaulle ayant trait à l’Appel du 18 juin, n’oubliant pas de préciser que quelques jours après, le général avait été jugé par le Conseil de guerre du régime collaborationniste de Vichy et condamné à la peine de mort…

Remerciements aux porte-drapeaux

Extraits des Mémoires de guerre du général de Gaulle par le sous-préfet Frédéric Brassac.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 23:50

SAINT-JEAN-D’ANGELY

Appel du 18 juin

 

 


Ville de Saint-Jean-d’Angély - Place de l’Hôtel de ville - BP 82 - 17415 Saint-Jean-d’Angély

Tél. 05 46 59 56 56 – Fax 05 46 32 29 54 www.angely.net

Partager cet article
Repost0