Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 16:30

Lundi 11 octobre 2010 – Billet 2125 » Photo Bruce Pierson

Les 73 articles "Cinéma Théâtre Spectacles" sont ICI

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY- ASSOCIATION ANGÉRIENNE D’ACTION ARTISTIQUE

Bohringer seul en scène

salle Aliénor-d’Aquitaine

Le comédien-écrivain jouera, mardi soir 12 octobre, une lecture personnelle : « Traîne pas trop sous la pluie ».  

20101012 Richard Bohringer - Crédit Bruce PiersonRichard Bohringer. Crésit Photo Bruce Pierson.

Lire la suite

 

Son parcours

Très tôt, Richard Bohringer décide de se consacrer à l’écriture. Sa première pièce, « Les Girafes », est produite par Claude Lelouch. En 1970, il intègre le monde cinématographique avec un premier film de Gérard Brach « La Maison ». Deux ans plus tard, il obtient un rôle significatif dans « L’Italien des roses », de Charles Matton. L’année 1981 impose définitivement l’acteur grâce à « Diva » de Jean-Jacques Beineix. Dès lors, il accumule les rôles, partageant l’affiche avec de grands noms. En 1984, il obtient le César du meilleur acteur dans un second rôle pour le film « L’Addition » de Denis Amar.

En 1987, c’est une véritable consécration : il rafle le César du meilleur acteur pour son rôle dans « Le Grand Chemin » de Jean-Loup Hubert.

En 1991,  « Une époque formidable » de Gérard Jugnot confirme le talent de l’acteur. Après « Tango » en 1993, l’acteur se fait plus rare. Il se tourne vers la télévision : « Mauvais genres » (2001) et « Total Khéops » (2002). Il publie ensuite des récits de voyage : « L’Ultime conviction du désir » (2005), « Carnet du Sénégal » (2007), « Bouts Lambeaux » (2008).

En 2006, il transpose au cinéma son livre « C’est beau une ville la nuit » (1988). Après l’écriture de romans, Richard Bohringer s’est également essayé à la chanson. Trois albums sont sortis entre 1990 et 2002.

Extraits de Presse

La Nouvelle République

« Il nous fait partager sa sensibilité d’ « écorché vif », sa tendresse, son humour aussi. »

La Charente Libre

« Inoxydable et toujours là on ne l’attend plus. »

Le Parisien

« Un savant mélange d’improvisation et de textes fait de ce spectacle un hymne à la vie magnifique. Un moment rare de théâtre. »

Bohringer parle de lui

« J’ai appris à écrire sous une tonnelle de roses blanches débouchant sur un potager fleuri où les vers acides des poireaux se mêlaient aux rouges anémiés des carottes trébuchantes. J’ai appris à écrire sous une tonnelle blanche la nuit, dans le silence, à la limite du cri, et mon cœur battait aux rythmes des mots jetés comme des paysages dont la flamboyance me laissait pantelant…

L’écriture est la seule vérité. Etre vertical. Jeter les germes de l’amer. Trouver le son qui fera rebondir. L’inspiration court comme un nuage. Vite et sans remords. Le désespoir d’écrire devient cristal. Les cannibales de la mémoire font tomber les larmes sur le clavier. Ecrire. Dieu païen, aide ton serviteur. Donne-moi l’oiseau bariolé. Celui qui aide à souffler la page blanche. Ma révolte. Mon drapeau d’amour.

Je veux écrire de la musique avec les mots. Je veux être guitare héros… Je suis pas un gars de la syntaxe. Je suis de la syncope. Du bouleversement ultime. Je me fous du verbe et de son complément. Faut pas faire le malin avec les mots. Faut les aimer. Ca file du bonheur les mots. »

 

Traîne pas trop sous la pluie est un voyage au pays de sa mémoire, un road-movie dédié à l’Afrique, aux amis, morts ou vivants, aux femmes, à l’alcool, aux errances.

Tel un boxeur sur le ring, l’émotion à fleur de peau, il nous fait voyager de textes en textes, dans cette atmosphère que lui seul sait créer.

 

Durée du spectacle : 1 h 45                                                        

 

Mardi 12 octobre à 20 h 30, salle Aliénor-d’Aquitaine

Tarifs : Abonnement ou 23 € / 19 € / 12 € / 7 €

Renseignements / Billetterie : 05 46 59 41 56

Réservations :

Au bureau de l’A4, Abbaye Royale (cour d’honneur), du mardi au vendredi de 14 h à 17 h 30 ou à l’espace culturel du centre Leclerc.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 11:08

Rédigé le dimanche 10 octobre 2010 – Billet 2123 » Photos Bernard Maingot

Les articles sur le Cinéma sont ICI

Les articles sur l’Enseignement sont ICI

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – LYCÉE BLAISE-PASCAL

La réalisatrice rencontre les lycéens

« éducation à l’image et sens critique »

SOLVEIG ANSPACH  La réalisatrice de films documentaires a rencontré les élèves du lycée Blaise-Pascal.

» Bernard MAINGOT.   

20101008 solveig anspach realisatrice lycee pro 5737-blLes élèves du lycée Blaise-Pascal ont rencontré Solveig Anspach et Serge Dufour (au premier rang en partie droite de la photo). PHOTO BERNARD MAINGOT

Vendredi 8 octobre, les élèves en classe de première et terminale Bac Pro Prévention et Sécurité (et quelques élèves préparant le CAP agent de sécurité) ont été confrontés avec le prolongement de leur futur métier à travers le cinéma.

La veille et le matin même, les lycéens avaient visionné « Que personne ne bouge », un documentaire de 58 minutes (1998), Grand Prix du Jury et du Public au Festival international du Film de Femmes de Créteil en 1999, qui a fait l’objet d’une master-class d’enseignants de La Rochelle, en partenariat avec le CDDP 17 et le CRDP Poitou-Charentes, dans le  prolongement de « Sunny Side of the Doc ».

A cet événement rochelais qui s'est déroulé en juin dernier, l’invitée d’honneur était Solveig Anspach, réalisatrice de films documentaires et de fictions, qui a réalisé « Que personne ne bouge ».

Elles avaient braqué des banques

Le film relate l’histoire du « gang des Amazones », cinq femmes ayant braqué des banques à main armée en 1989 dans le Vaucluse. Le montant des butins, qui ne dépassera par 330 000 francs, sert à faire bouillir la marmite, des butins sitôt dépensés au supermarché du coin. Elles sont arrêtées à leur huitième coup. Préventive pour toutes les cinq. Jugées aux Assises de Carpentras, quatre des accusées ressortent libres du tribunal, la cinquième purge un an. Ce film est leur portrait et celui d'une ville qui n'a pas condamné leur passage à l'acte. Une rencontre forte et émouvante entre ces femmes braqueuses et des hommes de loi.

Comprendre la justice

Le vendredi, Solveig Anspach et Serge Dufour, directeur du CDDP17 ont rencontré les étudiants angériens qui se tournent vers la prévention, au lycée Blaise-Pascal. L’occasion a été propice à de nombreuses questions sur la Justice, sur la façon de la rendre, sur le jugement rendu par les Jurés, sur la réalisation du film et la façon de présenter le sujet par la réalisatrice, qui relate plus  l’état d’esprit des protagonistes que le détail des faits. « Les ados ont un grand sens de la justice. Ils ont besoin de comprendre, même s’il n’y a pas de jugement à porter sur la peine, du fait qu’il existe des jurés dont les délibérations sont à respecter », a commenté Solveig Anspach après sa rencontre avec les élèves.

Avoir un regard critique

Le film, prêté durant deux mois par le CDDP17, est également  vu par les élèves du lycée Dautet à La Rochelle et Merleau-Ponty à Rochefort.

« Nous avons mission d’accompagnement éducatif et sommes une ressource documentaire pour les enseignants », a expliqué Serge Dufour. « La partie éducation à l’image des programmes a permis aux élèves de rencontrer une réalisatrice et sa façon de voir. Ceci permet aux jeunes d’avoir un regard critique. Notre idée, c’est de proposer pour qu’ils découvrent ».  

20101008 solveig anspach realisatrice lycee pro 5741-HblLa réalisatrice Solveig Anspach revient de Nantes, où elle a dressé un portrait d’un camp de Roms pour Médecins du Monde. PHOTO BERNARD MAINGOT

D’autres films de Solveig Anspach

"Louise Michel" : l'histoire d’une révoltée, d’une communarde, déportée en Nouvelle-Calédonie.

"Back soon" : une comédie avec des personnages inattendus (déjantés ?), qui se passe en Islande (le pays d’origine de Solveig Anspach).

"Jane by the sea" : le partage entre la grossesse et le droit à l’avortement.

"Storm weather" : Cora, docteur en psychiatrie, s’écarte du cadre thérapeutique dans sa sa relation avec une inconnue venue d’Islande.

"Haut les cœurs" : Emma, enceinte, apprend qu’elle a  un cancer du sein...

"Made in the USA" raconte l’histoire d’Odell Barnes, exécuté à Hunstville (Texas) le 1er mars 2000, à l’âge de 31 ans. L’enquête qui a conduit à son arrestation, son procès et sa condamnation, a été bâclée. Le propos du film n’est pas de trancher sur l’innocence ou la culpabilité d’Odell Barnes, mais de montrer qu’il y a un doute sérieux, quant à sa culpabilité.

 

Plus d’infos sur le site de Solveig Anspach  

20101008 solveig anspach realisatrice lycee pro 5741-VSólveig Anspach est née en Islande, d’un père américain et d’une mère islandaise.

Après des études de philosophie et de psychologie clinique à Paris, elle intègre la Femis, section réalisation, première promotion, dont elle obtient le diplôme en 1989.

Sur son site, Solveig Anspach écrit :

« Ce site est une manière de laisser une trace et de pouvoir transmettre quelque chose de nos films une fois qu'ils ne sont plus à l'affiche ou ont quitté la boîte télévisuelle.

Quand je pense à ces différents tournages, ils sont tous extrêmement différents les uns des autres, visages et paysages, et c'est sans doute dû à mes origines. Autant de fils de couleurs différentes qui m'aident à tricoter une sorte de couverture pour me protéger du froid.

Mon père américain né à Berlin de mère roumaine et de père allemand, débarque finalement en Normandie, reste en France s'inscrit aux Beaux Arts où il rencontre ma mère islandaise, née à Vestmannaeyjar, qui elle y étudiait l'architecture... Ils se marient à New-York, puis c’est le  maccarthysme et le retour à Paris, avec sa rue Vavin, sa Coupole et son Select.

Je crois que mes films racontent quelque chose de tout ça, se sentir étranger et chercher en quoi l'autre est finalement proche aussi différent qu'il puisse être. »

Voir sa biographie 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 23:03

Jeudi 7 octobre 2010 – Billet 2117

Les articles sur le Cinéma sont ICI

Citation : « Je cherche les notes qui s'aiment ». Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Wolfgang et Maria-Anna Mozart

l’humanité d’un génie musical

qui aura marqué le monde

CINÉMA Une soirée Mozart est organisée avec Les Spectateurs de l’Eden, au cinéma Eden, vendredi 8 octobre.

» Claire Beunat. 

Un seul propos : la musique, servie par deux personnages : Mozart, frère et sœur. La projection de « Nannerl, la sœur de Mozart » (à 18 h) et d’ « Amadeus » (à 21 h) montrent l’humanité de deux êtres doués pour la musique, les difficultés d’une famille pour surmonter les difficultés et la ténacité d’un père et de ses enfants au XVIIIe siècle qui auront à jamais marqué l'histoire du monde.  

Pour ceux qui n'ont pas eu la force de lire les 1294 pages qui composent l'excellente biographie de Mozart, écrite à quatre mains par Jean et Brigitte Massin, la projection d'"Amadeus" et de "Nannerl, la soeur de Mozart" constituera une bonne alternative. 

Les réalisateurs de ces films nous offrent de saisir l'humanité du génie de Mozart et de sa sœur qui, moins connue du grand public, n'a jamais démérité. Ces deux êtres, dotés sans conteste d'un don particulier pour la musique ont dû, pourtant, faire face, avec leur famille, à des difficultés que nous pouvons encore rencontrer, aujourd'hui. 

Amadeus et Nannerl, la soeur de Mozart vous permettront de mieux percevoir comment le travail et la ténacité d'un père et de ses enfants au XVIIIème siècle auront à jamais marqué l'histoire du monde.

Nannerl, la sœur de Mozart

Nannerl la soeur de Mozart afficheA découvrir tout d’abord, à 18 h, Nannerl, la sœur de Mozart de René Féret.

1765 : L’histoire s’installe dans le périple de la famille Mozart, qui pendant trois ans, arpente les routes des royaumes de France et d’Europe. Léopold, le père, musicien réputé lui-même, exhibe devant les cours européennes ses enfants surdoués : Wolfgang, 11 ans et Maria Anna dite Nannerl, 14 ans.

Dans cette fresque, Wolfgang Mozart est écarté d’emblée vers un rôle secondaire. Demeure sa sœur Nannerl, ses capacités de musicienne virtuose, ses désirs d’expression et de création qui s’éveillent.

Quel plaisir de retrouver sur grand écran la magnificence de l’apparat du XVIIIème siècle : costumes flamboyants, décors fastueux, et pourtant René Féret n’en fait pas pâtir son propos et sa mise en scène tout en finesse. Reconstitution historique certes, mais au service d’une histoire à l’énergie contemporaine saisissante.

A cette époque la musique est l’affaire des hommes. Le réalisateur nous montre le moment où Nannerl, immergée dans la pratique de cet art depuis son enfance, est confrontée aux préjugés de son époque : la composition musicale n’est réservée qu’aux hommes. Son père, qui lui a enseigné la musique, qui l’a fait reconnaître devant les grands de son époque, enflammé d’ambition pour ses enfants, est malgré tout lui aussi empreint de ce contexte et lui refuse, parce que femme, les cours de composition qu’il prodigue à Wolfgang.

La partition musicale habille à merveille l’histoire, elle est un personnage à part entière, et c’est autour d’elle que se construit l’idylle romancée entre Nannerl et le dauphin de Louis XV, qui agrémente le film.

 

S'ensuit un entracte, pour discuter de toutes ces émotions, autour d’un petit grignotage.

 

Amadeus

amadeus afficheÀ 21 h, Amadeus de Milos Forman, en version longue avec 20 minutes de scènes inédites dans la version précédente.

Chef-d’œuvre aux multiples récompenses (huit Oscars en 1984, dont meilleur film, meilleur scénario, meilleur acteur, meilleure création de costumes, meilleur son).

À revoir absolument.

 

Nous retrouvons Mozart en 1781 à Vienne, à la cour de Joseph II. Le personnage cinématographique de Mozart est certes au premier plan, mais combien pitoyable, parfois jusqu’au ridicule quand sa musique est si légère et portée aux nues. Forman utilise cette dichotomie comme base de son histoire, à travers le compositeur impérial Saliéri. Ce dernier devient un personnage à la dévotion exacerbée qui a sacrifié sa vie pour Dieu et la musique. Comment Dieu a-t-il pu doter de tant de talent un être si vulgaire ?

 

Tout excelle dans Amadeus : la réalisation, les acteurs, les décors, les costumes, avec la musique de Mozart pour bercer cette composition parfaite.

 

Vendredi 8 Octobre, révisons nos gammes au cinéma Eden…

 

Claire Beunat

Cinéma EDEN

6 Av Pasteur

17400 Saint-Jean-d'Angély

05 46 26 21 40

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 19:30

Jeudi 30 septembre 2010 – Billet 2095 » par Bernard Maingot

POITOU-CHARENTES

La fin de la péloche au ciné !

le numérique remplacera les bobines de 35 mm

CINÉMA La disparition de la bobine de 35 mm argentique était programmée. Le cinéma va connaître un bouleversement avec le remplacement des systèmes de projection qui passent au numérique.

Sa disparition était programmée et personne ne pourra y échapper. La pellicule 35 mm argentique, qui régnait en maître dans les salles obscures depuis le XIXe siècle, est poussée vers la sortie par le numérique. Personne ne pourra y échapper. Et d'ici quelques mois, les bobines de 35 mm ne séduiront plus que les cinéphiles et les collectionneurs. Si les grands réseaux ont déjà pratiquement effectué le passage au numérique, les exploitants des petites salles, eux, s’interrogent pour en trouver le financement.

L'industrie du cinéma connaît donc aujourd'hui un bond technologique avec le numérique et le même bouleversement que celle de la musique avec l'arrivée du CD ou de la photographie avec les appareils numériques. Un son meilleur, une image qui ne saute pas, la possibilité de voir des films en 3D et des copies moins chères qui ne subissent aucune dégradation avec le temps. En effet, il faut compter 50 à 100 euros pour une copie en numérique contre 1 000 euros pour son équivalent  argentique.
Pour les
exploitants, la note est salée. Le remplacement des systèmes de projection coûte cher : il faut compter environ 85 000 euros pour le projecteur numérique et en ajouter 15 000 pour aménager la cabine de projection. Une note qui sera digérée par les grandes salles. En revanche, le problème est plus épineux pour les petites salles.

Le conseil régional Poitou-Charentes soutiendra le cinéma en milieu rural

Certaines Régions ont décidé de participer au financement de ces investissements. C’est le cas en Poitou-Charentes, où le Conseil régional a décidé de soutenir la numérisation des salles de cinéma en milieu rural.

Cet appel à projets s'adresse aux associations, aux sociétés privées d'exploitation cinématographiques basées en Poitou-Charentes, relevant de la petite et moyenne exploitation et inscrites au Registre du Commerce et des Sociétés, ainsi qu'aux collectivités locales et à leurs regroupements (pour les salles gérées en DSP ou en régie). Les circuits itinérants et les groupes de plus de 50 écrans ne sont pas éligibles.

La Région soutiendra donc l'équipement de deux écrans maximum. L'aide peut atteindre 20% du coût HT pour le premier écran et 15% du coût HT pour le second écran, le montant des dépenses éligibles étant respectivement plafonnées à 80 000 euros HT et à 70 000 euros HT.

Documents à télécharger :

Dossier de candidature et règlement (format .odt pour OpenOffice)
Dossier de candidature et règlement (format .doc pour MsOffice)

Contacts
- Région Poitou-Charentes Service Cinéma Tél. 05 45 94 37 81
Bruno Duchadeuil b.duchadeuil@cr-poitou-charentes.fr   

- Françoise Mesnard, vice-présidente du Conseil régional  

Permanence le mercredi matin 55 rue Michel-Texier 17400 Saint-Jean-d'Angély 

Pour un RDV téléphoner au 05 49 55 76 84

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 18:00

Lundi 27 septembre 2010 – Billet 2088 » Bernard MAINGOT. 

Les 69 articles "Cinéma Théâtre Spectacles" sont ICI

Citation : Le cirque, c'est un rond de paradis dans un monde dur et dément. [Annie Fratellini]

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY- ASSOCIATION ANGÉRIENNE D’ACTION ARTISTIQUE 

Clown et acteur

drôle et caustique

HUMOUR Pour démarrer sa saison culturelle, l’A4 propose de l’humour, avec Warren Zavatta, mardi 5 octobre à 20 h 30, à salle Aliénor-d’Aquitaine, dans une mise en scène d’Anne Bougeois. L’enfant de la balle décortique le cirque…  

20101005 warren-zavatta-jean-tholance-1-bl-025Warren Zavatta se produira mardi 5 octobre à la salle Aliénor-d’Aquitaine. PHOTO JEAN THOLANCE.

Comédien, musicien, jongleur, acrobate, petit-fils du grand Achille Zavatta, cet enfant de la balle, romano moderne, ose dans cette performance spectaculaire, drôle et caustique, mettre à mal avec sincérité et humour, le « merveilleux » monde du Cirque dans lequel il a grandi à ses dépends.

Dans ce spectacle, il s’agit d’un véritable face à face avec le public, des révélations insolentes d’un

« fils-de » survolté qui démonte d’une manière irrésistible le mécanisme du monde féérique et merveilleux du cirque, avec des personnages hauts en couleurs, des gags, des ébauches de numéro... mais surtout avec un texte incroyablement drôle, où le parler de la vie se mêle à la sincérité de l’acteur.

Plutôt politiquement incorrect que précautionneux, plutôt démasqué que mystérieux, plutôt râleur

qu’émerveillé, sa capacité à s’adresser sans cérémonie au public lui permet aussi de nous offrir quelques très beaux moments intimes, à la manière des grands clowns qui savent s’extraire de la relation et se laisser regarder de loin.

Accompagner Warren Zavatta dans son monde où le mensonge n’existe pas, c’est d’abord tenter de repérer comment le secret agit. Ensuite, lui en parler, parler de ce que nous ressentons dans la salle, car à coup sûr, il va l’attraper, s’en servir, nous le rendre en mieux. C’est aussi, peut-être, lui dire que nous aimons les deux, le clown et l’acteur, le désordre et la rigueur, le débordement et le calibrage. Lui redire qu’il est bien ces deux-là et ne pas tenter, à aucun prix, d’empêcher le bouffon d’être bouffon, le fou d’être roi.

www.warrenzavatta.com

Durée 1 h 20. Réservations à partir de 21 septembre, au bureau de l’A4 (cour d’honneur de l’Abbaye Royale) du mardi au vendredi de 14 h à 17 h 30 ou à l’espace culturel du centre Leclerc.

Abonnement ou 23 €, 19 €, 12 €, 7 €.

Renseignements/Billetterie A4  Abbaye Royale - BP 900 30 - 17412 Saint-Jean-d'Angély-Cedex 05 46 59 41 56

La biographie de Warren Zavatta

Partager cet article
Repost0
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 06:36

Lundi 2 août 2010 – Billet 1981

SITES EN SCÈNE – ASSOCIATION ANGÉRIENNE D’ACTION ARTISTIQUE

Les trois mousquetaires

THÊÂTRE EN L’ABBAYE Du théâtre de cape et d’épée, mercredi 11 août dans la Cour des Angériens, où la compagnie Que Serà se produira dans « Les trois mousquetaires », d’après Alexandre Dumas. ce sera le dernier des cinq spectacles donnés depuis le 3 août dans le cadre de Sites en scène et du festival Théâtre en l'Abbaye.  

20100811 les trois mousquetairesLes Trois Mousquetaires d’après Alexandre Dumas - Compagnie Que Sera - Mercredi 11 août à 21 h 45

Théâtre de cape et d’épée - Durée : 2 h 15 - Mise en scène de Marianne Serra

La Compagnie

La Compagnie Qué Serà « revisite » depuis sa création en 2004 les grands classiques français et étrangers. Tout en respectant la pensée et l’engagement de leurs auteurs, La Compagnie Qué Serà met une point d’honneur, à renouveler l’esthétisme des œuvres (travail du son, de l’éclairage, des costumes), par une approche plus contemporaine des situations et des personnages fictifs ou historiques, afin que ces grands classiques trouvent leur résonance ici et maintenant.

Qué Serà reste repérable par son esprit de troupe et son adaptabilité aux différents lieux de diffusion ; des comédiens professionnels engagés, soudés, formés par les Cours Florent, le CNSAD (Conservatoire Supérieur d’Art Dramatique), et le TNS (Théâtre National de Strasbourg).

Qué Serà propose des spectacles accessibles à tous, à la fois vivants, émouvants et divertissants.

Qué Serà, par la diversité disciplinaire de ses comédiens, offre à son public des pièces de théâtre mêlant chant, chorégraphie, escrime artistique, masque.

La pièce

Un spectacle de capes et d’épées, fidèle au roman de Dumas.

L’histoire raconte les aventures d’un jeune gascon, d’Artagnan, venu chercher fortune à Paris. L’action se situe en 1625, sous le règne de Louis XIII. Le jeune homme se lie rapidement d’amitié avec trois mousquetaires du roi, Athos, Porthos et Aramis. Une vieille rivalité oppose les mousquetaires du roi aux gardes du Cardinal de Richelieu. Le quatuor se constitue d’ailleurs, à la suite d’un combat victorieux contre les gardes du Cardinal.

Les quatre amis sont au service du couple royal et sont chargés de récupérer les bijoux de la Reine en Angleterre et d’Artagnan va se retrouver aux prises de la perfide Milady de Winter, redoutable agent du cardinal...

Pratique

Plein tarif : 20 € / Tarif réduit : 16 € (adhérents A4, G19, groupes + 10 > pers.). 10 € (jeunes 6-18 ans, étudiants, demandeurs d'emploi. Tarif préférentiel Famille : consulter l'association A4 à l' Abbaye Royale, BP 90030 - 17 412 Saint-Jean-d'Angély Cedex par tél. au 06 80 77 63 52 et 05 46 59 40 40 ou par courriel à  celine.bohere.a4@orange.fr

Réservations pour les spectacles de Sites en scène 05 46 59 41 56
du lundi au vendredi de 14 h à 18 h / samedi de 10 h à 12 h et les soirs de spectacle, Cour des Angériens, de 20 h à 21 h 45.

Nouveauté à noter : le partenariat avec le restaurant « Le Scorlion » situé dans la Cour des Angériens avec un menu théâtre, cuisine de terroir authentique, sur le site du festival : deux  menus, deux entrées théâtre : 76 €

Un concert après chaque spectacle

en partenariat avec le Centre de culture européenne

Mercredi 11 août : Trio Jazz (Michel Boudjema : piano / Cyril Babin : contrebasse / Sébastien Jonckheere : batterie)

partenaires theatre en labbaye

Partager cet article
Repost0
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 06:32

Lundi 2 août 2010 – Billet 1977

SITES EN SCÈNE – ASSOCIATION ANGÉRIENNE D’ACTION ARTISTIQUE

Psyché

THÊÂTRE EN L’ABBAYE Du théâtre, lundi 9 août dans la Cour des Angériens, où la compagnie du Griffon interprétera « Psyché », d’après Molière et Corneille.  

20100809 PsychePsyché d’après Molière et Corneille - Compagnie du Griffon - Lundi 9 août à 21 h 45 – Théâtre - Durée : 1 h 35 - Mise en scène de Julien Balajas

La Pièce

Psyché est une pièce méconnue du répertoire classique. Aussi est-on étonné d’apprendre qu’elle est l’œuvre commune de Corneille et Molière. A la fin de l’année 1670, Louis XIV commande à Molière une tragédie-ballet de grande envergure dans la grande salle des machines du palais des tuileries de Versailles. Le Roi doit en effet divertir mais surtout impressionner la Cour. Molière, qui emprunte le thème de Psyché aux Métamorphoses d’Apulée, se charge de l’écriture, mais aussi de la réalisation du spectacle (costumes, décors, machinerie, figurants).

Pressé par le Roi qui demande de boucler le spectacle avant le Carême, Molière demande alors l’aide de Corneille pour la versification.

Psyché est donc créée à temps, le 17 janvier 1671 à Versailles, puis reprise pour le public parisien en juillet de la même année dans la salle du Palais-Royal.

L’histoire

Un Roi a trois filles. La plus jeune, Psyché, est insensible à l’amour mais d’une beauté si parfaite qu’elle attire au Palais tous les hommes du royaume venus lui demander sa main.

Dans le même temps, les temples dédiés à Vénus sont désertés. Furieuse, la déesse ordonne à l’Amour, son fils, de ridiculiser la princesse : elle aimera sans retour l’être le plus bête et difforme que la Terre ait jamais porté.

Mais l’Amour tombe lui aussi sous le charme de la Belle. Avec l’aide du Zéphyr, il décide de l’enlever pour l’aimer dans un somptueux palais, à l’abri du regard des mortels… et de sa mère. Psyché aime en retour ce jeune homme charmant qui se garde pourtant bien de lui révéler son identité…

Quelque temps après, elle reçoit la visite d’Aglaure et de Cydippe, ses jalouses de sœurs qui la persuadent de démasquer son amant. En révélant son appartenance divine, l’Amour est contraint de quitter pour jamais sa bien aimée qui doit subir désormais les représailles de Venus.

Pratique

Plein tarif : 20 € / Tarif réduit : 16 € (adhérents A4, G19, groupes + 10 > pers.). 10 € (jeunes 6-18 ans, étudiants, demandeurs d'emploi. Pass (3 spectacles) : 48 € / Pass (5 spectacles) : 55 €
Tarif préférentiel Famille : consulter l'association A4 à l' Abbaye Royale, BP 90030 - 17 412 Saint-Jean-d'Angély Cedex par tél. au 06 80 77 63 52 et 05 46 59 40 40 ou par courriel à  celine.bohere.a4@orange.fr

Réservations pour les spectacles de Sites en scène 05 46 59 41 56
du lundi au vendredi de 14 h à 18 h / samedi de 10 h à 12 h et les soirs de spectacle, Cour des Angériens, de 20 h à 21 h 45.

Nouveauté à noter : le partenariat avec le restaurant « Le Scorlion » situé dans la Cour des Angériens avec un menu théâtre, cuisine de terroir authentique, sur le site du festival : deux  menus, deux entrées théâtre : 76 €

Lire l'article du 9 août dans Sud Ouest

Prochain spectacle (et dernier des cinq)

Mercredi 11 août : « Les Trois Mousquetaires » par la compagnie Qué Serà.
L'histoire raconte les aventures d'un jeune gascon, d'Artagnan, venu chercher fortune à Paris. Il se lie rapidement d'amitié avec trois mousquetaires du roi, Athos, Porthos et Aramis... Belle gageure avec un récit aussi célèbre.

Un concert après chaque spectacle

en partenariat avec le Centre de culture européenne

Lundi 9 août : Hommage à Franck Sinatra (Antoine Hervier : piano / Pascal Combau : contrebasse / Marc Antony : chant et trombone.

Mercredi 11 août : Trio Jazz (Michel Boudjema : piano / Cyril Babin : contrebasse / Sébastien Jonckheere : batterie.

 partenaires theatre en labbaye

Partager cet article
Repost0
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 06:31

Lundi 2 août 2010 – Billet 1968

SITES EN SCÈNE – ASSOCIATION ANGÉRIENNE D’ACTION ARTISTIQUE

Hänsel & Gretel

THÊÂTRE EN L’ABBAYE Du théâtre lyrique, samedi 7 août dans la Cour des Angériens, où la compagnie Minute Papillon se produira dans « Hänsel & Gretel », d’après l’opéra d’Engelbert Humperdinck. Le texte sera chanté en français.   

20100807 HANSEL&GRETEL 4 - Pierre LeblancHänsel & Gretel, d’après l’opéra d’Engelbert Humperdinck, par la Compagnie Minute Papillon, Samedi 7 août à 21 h 45

Théâtre Lyrique - Durée : 1 h 15 - Mise en scène de Ned Grujic

Le Metteur en Scène

C’est en allant voir les mises en scène de Giorgio Strehler et de Peter Brook que Ned Grujic voit sa vocation de metteur en scène se développer. En 1993, il fonde sa compagnie, Les Tréteaux de la Pleine Lune. Il y met en scène des classiques, avec une prédilection pour Shakespeare. Il monte « La Mégère apprivoisée », « La Nuit des Rois », « Le Songe d’une nuit d’été », « Roméo et Juliette ».

Parallèlement, il crée de nombreux spectacles jeune public : « Le Chat botté », « Sindbad le marin », « Merlin l’Enchanteur »... Théâtre, chant, musique, chorégraphie se mélangent régulièrement dans ses spectacles.

Hors compagnie, il met en scène des opérettes et des comédies musicales dont «Docteur Ox» d’Offenbach...

En Italie, il monte « Cyrano de Bergerac » de Rostand, puis « Rhinocéros » de Ionesco.

Ses dernières mises en scène : « Le Barbier de Séville » de Beaumarchais au Lucernaire, suivi du « Mariage de Figaro » du même auteur, « Hamlet » et enfin « Sa Majesté des Mouches » en janvier 2009.

La pièce

Hansel et Gretel en ont assez de ne manger que du pain sec, et préféreraient jouer et danser plutôt qu’aider aux tâches ménagères. Se laissant distraire par leurs rêves, ils délaissent leur travail. Très en colère, leur mère les envoie dans la forêt ramasser des fraises, provoquant l’inquiétude de leur père : en effet, une méchante sorcière habite dans les bois et mange les petits enfants qu’elle croise sur son chemin…

Inspiré du conte de Grimm, l’opéra d’Humperdinck fait naviguer le spectateur de la fantaisie au réalisme, de la légèreté à l’angoisse, du monde de l’enfance à celui du symbole. Porté par une partition superbement colorée, transposée ici pour trio  d’instruments, cet opéra est un mélange de fraîcheur, de délicatesse et de sensualité. Un voyage au cœur de l’enfance à partager en famille.

Texte chanté en français.

Pratique

Plein tarif : 20 € / Tarif réduit : 16 € (adhérents A4, G19, groupes + 10 > pers.). 10 € (jeunes 6-18 ans, étudiants, demandeurs d'emploi. Pass (3 spectacles) : 48 € / Pass (5 spectacles) : 55 €
Tarif préférentiel Famille : consulter l'association A4 à l' Abbaye Royale, BP 90030 - 17 412 Saint-Jean-d'Angély Cedex par tél. au 06 80 77 63 52 et 05 46 59 40 40 ou par courriel à  celine.bohere.a4@orange.fr

Réservations pour les spectacles de Sites en scène 05 46 59 41 56
du lundi au vendredi de 14 h à 18 h / samedi de 10 h à 12 h et les soirs de spectacle, Cour des Angériens, de 20 h à 21 h 45.

Nouveauté à noter : le partenariat avec le restaurant « Le Scorlion » situé dans la Cour des Angériens avec un menu théâtre, cuisine de terroir authentique, sur le site du festival : deux  menus, deux entrées théâtre : 76 €

Prochains spectacles

Lundi 9 août : « Psyché » par la compagnie Du Griffon

Un Roi a trois filles. Psyché, est insensible à l'amour mais d'une beauté parfaite. Elle attire au Palais tous les hommes du royaume... Dans le même temps, les temples dédiés à Vénus sont désertés. Furieuse, la déesse ordonne à l'Amour, son fils, de ridiculiser la princesse...

Mercredi 11 août : « Les Trois Mousquetaires » par la compagnie Qué Serà.
L'histoire raconte les aventures d'un jeune gascon, d'Artagnan, venu chercher fortune à Paris. Il se lie rapidement d'amitié avec trois mousquetaires du roi, Athos, Porthos et Aramis... Belle gageure avec un récit aussi célèbre.

Un concert après chaque spectacle

en partenariat avec le Centre de culture européenne

Samedi 7 août : Concert surprise.

Lundi 9 août : Hommage à Franck Sinatra (Antoine Hervier : piano / Pascal Combau : contrebasse / Marc Antony : chant et trombone.

Mercredi 11 août : Trio Jazz (Michel Boudjema : piano / Cyril Babin : contrebasse / Sébastien Jonckheere : batterie.

partenaires theatre en labbaye 

 

Partager cet article
Repost0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 06:30

Lundi 2 août 2010 – Billet 1966

SITES EN SCÈNE – ASSOCIATION ANGÉRIENNE D’ACTION ARTISTIQUE

Beaucoup de bruit pour rien

THÊÂTRE EN L’ABBAYE Jeudi 5 août, dans la Cour des Angériens, la compagnie Philippe Person se produira dans « Beaucoup de bruit pour rien », une comédie d’après William Shakespeare.    

20100805 beaucoup de bruit pour rien« Beaucoup de  bruit pour rien », par la compagnie Philippe person, sera la deuxième  prestation au programme de L'A 4, à l'abbaye Royale, dans le cadre de Sites en scène, jeudi 5 août à 21 h 45. Durée 1 h 15 - Mise en scène de Philippe Person. Adaptation de Philippe Honoré.

Le Metteur en Scène

Philippe Person a mis en scène tous les spectacles de la Compagnie depuis 1995 (L’Euphorie perpétuelle de Bruckner, Angelo, tyran de Padou de Victor Hugo, Linge sale de Grumberg, Délivrez Proust de Philippe Honoré…).

Egalement comédien, il a aussi joué dans Gouttes dans l’Océan de R.W. Fassbinder, mise en scène Catherine Beau, Il est trop tard et Piaf - Cocteau de Stéphane Auvray–Nauvroy, Gide 84 de Philippe Honoré, Un amour inconnu de Stefan Zweig, Le Palais des claques d’après Pascal Bruckner, Après la pluie, le beau temps d’après La Comtesse de Ségur.

La pièce

Shakespeare fait ici le portrait d’une société enjouée, égoïste et superficielle, à l’intérieur de laquelle souffle un revigorant vent d’insouciance et de légèreté.

Bénédict et Claudio, de retour de la guerre, rendent visite à Léonato.

Léonato a une fille, Héro, dont Claudio tombe follement amoureux et une nièce, Béatrice. Cette dernière, célibataire endurcie, ne cesse d’exprimer son dédain pour le mariage et l'amour. Bénédict, lui aussi ne jure que par le célibat.

Ce point commun suffirait à les rendre complices, mais non, au lieu de se séduire, ils s’assassinent à coup de bons mots.

Autour d’eux, on s’évertuera à les faire se marier… et dans le même temps Don Juan, frère bâtard, s’attachant les services de Marguerite, voudra faire échouer le mariage de Héro et Claudio. On veut unir les uns, désunir les autres ; un chassé-croisé amoureux dans un décor astucieux aux couleurs éclatantes. Shakespeare mêle ici, avec humour, la haine et l’amour.  

Lire l'article du 5 août dans Sud Ouest 

Pratique

Plein tarif : 20 € / Tarif réduit : 16 € (adhérents A4, G19, groupes + 10 > pers.). 10 € (jeunes 6-18 ans, étudiants, demandeurs d'emploi. Pass (3 spectacles) : 48 € / Pass (5 spectacles) : 55 €
Tarif préférentiel Famille : consulter l'association A4 à l' Abbaye Royale, BP 90030 - 17 412 Saint-Jean-d'Angély Cedex par tél. au 06 80 77 63 52 et 05 46 59 40 40 ou par courriel à  celine.bohere.a4@orange.fr

Réservations pour les spectacles de Sites en scène 05 46 59 41 56
du lundi au vendredi de 14 h à 18 h / samedi de 10 h à 12 h et les soirs de spectacle, Cour des Angériens, de 20 h à 21 h 45.

Nouveauté à noter : le partenariat avec le restaurant « Le Scorlion » situé dans la Cour des Angériens avec un menu théâtre, cuisine de terroir authentique, sur le site du festival : deux  menus, deux entrées théâtre : 76 €

Prochains spectacles

Samedi 7 août : « Hänsel & Gretel » par la compagnie Minute Papillon.

Hänsel et Gretel en ont assez de ne manger que du pain sec, et préféreraient jouer et danser plutôt qu'aider aux tâches ménagères. Très en colère, leur mère les envoie dans la forêt ramasser des fraises, mais une méchante sorcière habite dans les bois et mange les petits enfants qu'elle croise sur son chemin...

Lundi 9 août : « Psyché » par la compagnie Du Griffon

Un Roi a trois filles. Psyché, est insensible à l'amour mais d'une beauté parfaite. Elle attire au Palais tous les hommes du royaume... Dans le même temps, les temples dédiés à Vénus sont désertés. Furieuse, la déesse ordonne à l'Amour, son fils, de ridiculiser la princesse...

Mercredi 11 août : « Les Trois Mousquetaires » par la compagnie Qué Serà.
L'histoire raconte les aventures d'un jeune gascon, d'Artagnan, venu chercher fortune à Paris. Il se lie rapidement d'amitié avec trois mousquetaires du roi, Athos, Porthos et Aramis... Belle gageure avec un récit aussi célèbre.

Un concert après chaque spectacle

en partenariat avec le Centre de culture européenne

Jeudi 5 août : Trio Jazz (Eric Bourciquot and compagnie)

Samedi 7 août : Concert surprise.

Lundi 9 août : Hommage à Franck Sinatra (Antoine Hervier : piano / Pascal Combau : contrebasse / Marc Antony : chant et trombone.

Mercredi 11 août : Trio Jazz (Michel Boudjema : piano / Cyril Babin : contrebasse / Sébastien Jonckheere : batterie.

partenaires theatre en labbaye

Partager cet article
Repost0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 23:10

Lundi 2 août 2010 – Billet 1965

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY – SITES EN SCÈNE

Lancelot et le Dragon

THÊÂTRE Mardi 3 août, Lancelot et le Dragon vont s’affronter dans la cour des Angériens, sous l’œil de Carlo Boso.   

20100803 lancelot et le dragon« Lancelot et le Dragon », par la compagnie Entr'Act, sera la première prestation au programme de L'A 4, à l'abbaye Royale, dans le cadre de Sites en scène, mardi 3 août à 21 h 45. Pour l'occasion, Carlo Boso réapparaîtra dans la cour des Angériens.

La pièce

Depuis 400 ans, un village jouit de la présence d'un Dragon, qui protège les habitants contre tous, et surtout contre eux-mêmes. Pour le remercier de sa bienveillance, le peuple lui offre chaque année 1000 vaches, 2000 poules, 5000 moutons, 30 kg de sel, 10 potagers de salades, asperges, et choux-fleurs... et la plus belle pucelle du pays.

Arrive Lancelot, héros professionnel, venu se mêler de ce qui ne le regarde pas et déterminé à libérer la ville du monstre ; d'autant qu'Elsa, la jeune sacrifiée de l'année, est jolie...ça aide…

Malgré les réticences d'une population asservie, Lancelot réussira à terrasser le dragon, laissant les citoyens libres de choisir leur destin. Mais la liberté est parfois plus difficile à acquérir qu'on ne le croit…

Le Dragon, c’est celui que Lancelot terrasse, mais aussi un dragon qui a la faculté de prendre forme humaine pour commercer avec les hommes et imposer sa terreur.  C'est une rencontre des genres où le féerique rencontre la critique sociale et où l'humour  croise l'émotion dans un art total où se mêle théâtre, acrobaties et chants  dans un rythme effréné.

Cette pièce, écrite par Evgueni Schwartz en pleine guerre a été achevée en 1944. Elle a été interdite dès sa première représentation à Moscou. « On ne raconte pas des contes pour dissimuler une signification, écrira Schwartz, mais pour dévoiler, dire à pleine voix, de toutes ses forces, ce que l'on pense ». 

« Lancelot et le dragon » a été présentée au Festival d'Avignon en 2007, 2008 et 2009. Depuis, les représentations s'enchaînent dans toute la France.

Durée : 1 h 20. Mise en scène de Carlo Boso

La Compagnie

Depuis sa fondation en 1991, la Compagnie Théâtrale Entr’act poursuit sa recherche pour instaurer une relation nouvelle entre le théâtre et ses publics. Elle utilise les techniques du théâtre de l’opprimé mise en place par Augusto Boal et joue des spectacles interactifs, traitant de la prévention et de la lutte contre l’exclusion, tout au long de l’année, dans les collèges, lycées, quartiers, maisons d’arrêt, théâtres… Elle invite les spectateurs à devenir spect’acteurs, à monter sur scène pour combattre l’oppression et réfléchir sur ses propres comportements.

La rencontre avec Carlo BOSO en 2004 lui a permis d’échanger sur leurs pratiques théâtrales, théâtre de l’opprimé et Commedia dell’Arte. De nombreux points communs et complémentarités sont apparus : l’improvisation, l’interactivité avec le spectateur, le désir de mettre en lumière certaines réalités cachées ou mises sous silence… Travailler ensemble leur a alors semblé évident voire nécessaire.

Pratique

Plein tarif : 20 € / Tarif réduit : 16 € (adhérents A4, G19, groupes + 10 > pers.). 10 € (jeunes 6-18 ans, étudiants, demandeurs d'emploi. Pass (3 spectacles) : 48 € / Pass (5 spectacles) : 55 €
Tarif préférentiel Famille : consulter l'association A4 à l' Abbaye Royale, BP 90030 - 17 412 Saint-Jean-d'Angély Cedex par tél. au 06 80 77 63 52 et 05 46 59 40 40 ou par courriel à  celine.bohere.a4@orange.fr

Réservations pour les spectacles de Sites en scène 05 46 59 41 56
du lundi au vendredi de 14 h à 18 h / samedi de 10 h à 12 h et les soirs de spectacle, Cour des Angériens, de 20 h à 21 h 45.

Nouveauté à noter : le partenariat avec le restaurant « Le Scorlion » situé dans la Cour des Angériens avec un menu théâtre, cuisine de terroir authentique, sur le site du festival : deux  menus, deux entrées théâtre : 76 €

Prochains spectacles

Jeudi 5 août : « Beaucoup de bruit pour rien » par la compagnie Philippe Person.

Bénédict et Claudio, de retour de la guerre, rendent visite à Léonato. Léonato a une fille, Héro, dont Claudio tombe follement amoureux et une nièce, Béatrice. On veut unir les uns, désunir les autres ; un chassé-croisé amoureux dans un décor astucieux aux couleurs éclatantes.
Samedi 7 août
: « Hänsel & Gretel » par la compagnie Minute Papillon.
Hänsel et Gretel en ont assez de ne manger que du pain sec, et préféreraient jouer et danser plutôt qu'aider aux tâches ménagères. Très en colère, leur mère les envoie dans la forêt ramasser des fraises, mais une méchante sorcière habite dans les bois et mange les petits enfants qu'elle croise sur son chemin...
Lundi 9 août
: « Psyché » par la compagnie Du Griffon
Un Roi a trois filles. Psyché, est insensible à l'amour mais d'une beauté parfaite. Elle attire au Palais tous les hommes du royaume... Dans le même temps, les temples dédiés à Vénus sont désertés. Furieuse, la déesse ordonne à l'Amour, son fils, de ridiculiser la princesse...
Mercredi 11 août
: « Les Trois Mousquetaires » par la compagnie Qué Serà.
L'histoire raconte les aventures d'un jeune gascon, d'Artagnan, venu chercher fortune à Paris. Il se lie rapidement d'amitié avec trois mousquetaires du roi, Athos, Porthos et Aramis... Belle gageure avec un récit aussi célèbre.

Un concert après chaque spectacle

en partenariat avec le Centre de culture européenne

Mardi 3 août : Hommage à Stéphane Grappelli (Antoine Hervier : piano / Pascal Combau : contrebasse / Jean-Christophe Rouet : violon)

Jeudi 5 août : Trio Jazz (Eric Bourciquot and compagnie)

Samedi 7 août : Concert surprise.

Lundi 9 août : Hommage à Franck Sinatra (Antoine Hervier : piano / Pascal Combau : contrebasse / Marc Antony : chant et trombone.

Mercredi 11 août : Trio Jazz (Michel Boudjema : piano / Cyril Babin : contrebasse / Sébastien Jonckheere : batterie.

Partager cet article
Repost0