Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 01:50
ASNIERES-LA GIRAUD
Asnièroise depuis cent ans !

 

Irène Vachon a fêté ses cent printemps le 28 octobre. La Municipalité d’Asnières-La Giraud et sa famille ont fêté cet anniversaire salle du Foyer rural.

 

» B. M. – C. F. - Photos  Christian Ferru

 

Irène Vachon, ses enfants et son frère. (photo C. F.)

 

Irène Portier (épouse Vachon) est née le 28 octobre 1908 à "La Rue", hameau de la commune d’Asnières-La Giraud. Elle est la deuxième d’une famille de cinq enfants. Fille d’agriculteur, Irène va à l’école communale puis se marie en 1942 avec Gilbert Vachon, agriculteur. Ils habitent au lieu-dit "Chez Chabineau", petit village situé à proximité. Mais Gilbert disparaît dix ans après, en 1952. Irène, qui a connu les deux grandes guerres, mène une vie rude et plutôt difficile…

Mardi 28 octobre à 16 h, à la salle du Foyer rural d’Asnières-La Giraud, une réception a réuni la famille et les amis d’Irène Vachon, afin de fêter son centenaire, un événement rare qui mérite d’être souligné. Une cérémonie préparée avec la complicité de la municipalité et de la famille et qui a rassemblé une cinquantaine de personnes.

 

Irène, entourée de ses petits-enfants.

 

Irène a pu se réjouir d’avoir autour d’elle ses deux enfants, quatre petits-enfants, trois arrière petits-enfants et son frère Pierre l’œil toujours aussi protecteur sur sa sœur.

Dans son chaleureux discours, le maire Guy Madé, soulignant qu’Irène vit seule dans sa maison, va chercher son pain au boulanger ambulant et prépare ses repas, a rappelé qu’il participait pour la quatrième fois à honorer un(e) centenaire à Asnières. Il a aussi précisé que Jean Bossé, le premier centenaire de Charente-Maritime avait été Asnièrois, étant décédé à l’âge de 102 ans au Moulin de La Laigne.

Avant de lui remettre une belle composition florale offerte par la municipalité, Guy Madé a conclu « qu’Irène est une centenaire alerte et active » et « qu’à Asnières, on y vit bien et on y vit longtemps ».

Jean Yves Martin, conseiller général, a souhaité à Irène Vachon « une bonne santé pour les prochaines années ».

Les invités se sont retrouvés pour goûter le champagne et partager un somptueux gâteau où scintillaient les bougies que notre « demoiselle joviale et pétillante » a soufflées sans problème, devant de nombreux flashes sortis pour immortaliser l’instant.

Quant au secret d’Irène sur sa pleine forme à cent ans, personne n’a rien su sur le moyen de l’égaler. Cela reste donc un secret authentique.

 

Irène Vachon et ses arrière petits-enfants.

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 22:37
Asnières-La Giraud

Lire et s'évader

 

La bibliothèque d’Asnières-La Giraud est tenue par le Foyer rural. Elle ne demande pas d’adhésion ou de cotisation. La commune y consacre un budget chaque année.

 

» C. Ferru, C. Machefert.

 

Quand l’hiver est là, rien ne vaut de bouquiner un bon livre près de la cheminée pour passer de bonnes soirées. C’est un excellent moyen pour s’évader pendant quelques heures dans un autre monde.

Depuis bien des années, la commune d’Asnières-La Giraud a sa propre bibliothèque, toute proche de l’agence postale. C’est l’une des sections du Foyer rural où la responsable est Colette Mâchefert, la présidente du Foyer rural. Le choix de livres et ouvrages est assez vaste : on y trouve des romans policiers, des documentaires, des romans, des ouvrages historiques, sportifs et même des BD pour les enfants.

Pourquoi s’en priver ? Aucune participation financière ou adhésion n’est demandée. Vous choisissez votre livre et vous avez trois semaines environ pour le découvrir. Il suffit de le rapporter en bon état.

Trois a quatre fois par an, le bibliobus (bibliothèque départementale) remet des nouveaux livres lors de ses passages, ce qui permet un choix sans cesse renouvelé et plus étendu. Pour un ouvrage très spécifique, il faut en  faire la demande auprès du personnel.

Les dons de livres sont toujours les bienvenus et la bibliothèque remercie chaleureusement les donateurs qui se sont déjà manifestés par des apports. La municipalité consacre tous les ans un budget pour acheter de nouveaux livres à destination des enfants.

Le service de la bibliothèque fonctionne bien et un personnel agréable et bénévole reste à  la disposition et à l’écoute des lecteurs chaque mercredi après-midi, de 15 h à 17 h. Marylène, Eliane et Sylvie sont très motivées pour faire plaisir aux lectrices et lecteurs de la commune : le lundi après-midi, elles reçoivent les enfants de l’école communale. On peut les remercier sincèrement pour leur collaboration.

Pour toucher un plus large public, la bibliothèque sera aussi exceptionnellement ouverte  les mardis 18 novembre et 25 novembre de 16 h à 18 h.

On ne peut pas achever cette information sans avoir une pensée pour Madame Lambert et Cathy Collot, deux Asnièroises qui ont su  participer activement  au bon fonctionnement de ce service bibliothécaire. Alors rendez-vous à la bibliothèque où vous êtes attendu.

Bonne lecture à tous !

Sylvie Berthonnier, Eliane Finot, Marylène Texier. (photo C. F)

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 23:58
Asnières-La Giraud
Quand les écoliers se retrouvent...

 

La 20e édition des retrouvailles d’anciens élèves d’Asnières-La Giraud a eu lieu dimanche 21 septembre.

 

» Christian Ferru – Dominique Heise

 

 

Gilbert David et ses amis d’enfance

 

La première réunion des anciens élèves d’Asnières-La Giraud remonte à 1988. Claude Barraud et Gilbert David en étaient alors les initiateurs.

Aujourd’hui, les organisateurs de cette manifestation, sont Gilbert David, Guy Chartier et un "jeunot", Dominique Heise. Et les anciens élèves d’Asnières espèrent bien se retrouver ainsi chaque année…

 

Les dernières retrouvailles se sont déroulées dimanche 21 septembre, au foyer rural d’Asnières-La Giraud, autour d’un bon repas, dans la joie et la bonne humeur, l’ambiance étant assurée par un musicien. Les anciens écoliers ont pu danser sur des airs d’époques différentes (valse, tango, slow, disco, rock, yéyé…). Cette année, sont venus se joindre, aux "anciens" (nés de 1922 à 1949), la nouvelle génération des anciens de l'école (élèves nés entre 1950 - 1960). N'oublions pas qu'à ces belles années d'école viennent aussi s'associer les plus belles années du foyer rural, quand les  spectacles étaient nombreux : théâtre, danses folkloriques, cinéma, voyages à l'étranger, frairie…

 

Malgré un recrutement tardif pour les écoliers de 1950 à 1960 (seulement 15 jours avant la date), le  dernier organisateur fraîchement arrivé a pu réunir une trentaine d’anciens sur la centaine des nouveaux répertoriés. Une cinquantaine a été excusée, retenue par un autre événement (mariage, repas de village, journée du patrimoine, vacances à l'étranger).

L'année prochaine sera certainement un bon cru puisque les organisateurs ont toute l'année pour préparer ce rendez-vous avec de nouvelles méthodes et une plus vaste liste d’anciens élèves (une liste des anciens sera  diffusée en même temps que les invitations). Les conjointes et conjoints, qui ne sont pas d'anciens élèves, ne se sont pas ennuyés et les conversations ont été très peu été axées sur le passé d'écolier, qui reste quelque peu rébarbatif à ceux qui ne font pas "partie du souvenir". Pour les plus nostalgiques, les photos souvenirs ont été sorties et les commentaires sont allés bon train.

Les organisateurs sont optimistes pour l’année prochaine puisque une centaine de personnes au moins devrait participer à cette  manifestation (40 sont déjà inscrits). Pour les anciens d'avant 1949, les contacts restent Gilbert David et Guy Chartier. Pour les années postérieures à 1950, Dominique Heise espère de nombreuses et nouvelles  inscriptions.

 

Notre enfance reste toujours importante pour la plupart d’entre nous et rien ne peut l’effacer. Ceci explique le succès de journées comme celle-ci où les retrouvailles restent emplies d’émotion et de bons souvenirs et sont l’occasion de parler "d’autrefois" et de notre jeunesse.

 

Le prochain rendez-vous est déjà fixé au 20 septembre 2009. Nous ne manquerons pas le rendez-vous !

 

 

Guy Chartier, l’un des organisateurs.

                                                                         

 

On commente longuement les photos en essayant de reconnaître…

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 22:57
Asnières-La Giraud

Les Asniérois aiment la fête


Les repas de quartier sont un bon moyen pour rassembler, apprendre à se connaître et échanger avec ses voisins pour tisser des liens plus serrés.

 

» Christian Ferru - S. Dieumegard – A. Campe – F. Moreau

 

"La fête des voisins" est reconnue officiellement. Le 27 mai dernier, c’était la 8e édition de cette journée et le message a été bien entendu dans la commune d’Asnières-La Giraud. En effet, les repas entre voisins se sont  multipliés en cette fin d’été. On a compté quatre  repas de quartier, montrant que le sens du partage, de l’amitié, de la convivialité et des moments de  fête existent encore à Asnières…

 

 

 

Le 15 août, au village de Champniaud, c’est dans la joie et la bonne humeur que se sont réunis les habitants du lieu-dit. Après avoir installé tonnelle, salons de jardin, et installé un décor de ballons, chacun a  apporté son déjeuner. On a pu craindre un après-midi pluvieux, mais il fût tout de même bien arrosé…Toutes les générations étaient représentées, de Clément (un an) à Odette (88 ans). Certains ont déclaré  : « n’avoir jamais vu cela à Champmiaud » et d’autres « vouloir prendre une semaine de congés pour l’année prochaine » ! [ S. Dieumegard].

 

Le 31 août, au village de La Giraud, les éclaircies sont arrivées juste pendant les festivités. Les habitants de ce petit village s’étaient déplacés avec leur pique-nique sur la place du logis. Les anciens habitants comme les nouveaux ont été heureux de ce moment qui s’est déroulé dans une atmosphère très conviviale. [A. Campe].             

                                                                                           

 

Le 14 septembre, à la résidence des Acacias : le tivoli est monté, un repas froid est confectionné et les fleurs sont disposées sur les tables nappées de blanc. C’est la première fois que les voisins des "Acacias" se retrouvent pour un moment fort agréable. Sur 25 familles invitées, 18 d’entre elles étaient présentes ce jour. Ce fut un grand succès pour une journée bien trop courte puisque - chose imprévue - petits et grands sont restés dîner sous le chapiteau jusqu’à 22 heures. On a remarqué des échanges d’adresses e-mails pour mieux se contacter, pour être plus proches des uns des autres, de quoi ravir les organisateurs. Une photo de groupe a été réalisée pour immortaliser cette journée. [C. Ferru].

 

 

Le 21 septembre, c'est par un beau dimanche ensoleillé que le village de "La Laigne" s'est réuni autour d'un grand plateau de moules-frites. Petits et grands ont passé une merveilleuse journée. A l’année prochaine ! [F. Moreau]

 

Les repas de quartier sont un bon moyen pour rassembler, apprendre à se connaître et à échanger pour tisser des liens plus serrés. Chacun d’entre nous doit oeuvrer pour que cela continue.

On peut regretter que cette festivité n’existe plus au village de "La Rue" et au hameau "Chez Sureau". Il reste à espérer que ses habitants prennent l’initiative de renouveler leur fête, comme c’était le cas voici quelques années.

La vie actuelle fait que nous résidons les uns à côté des autres sans réellement nous connaître et que chacun est pris par le temps. Mais n’oublions pas l’essentiel : « Bien vivre avec les nôtres ».

A travers ces journées de retrouvailles, les Asnièrois ont compris une chose primordiale : « Ne vivons plus comme des fous mais vivons proche les uns des autres  ».

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 22:18
Asnières-La Giraud
La mairie retrouve son nom

 
» par Christian Ferru, commission d’information municipale d’Asnières-La Giraud.

 

Les lettres sont de couleur bronze. (photo C. F.)

 

Au fil des années, l'inscription "MAIRIE" avait peu à peu disparu et la façade était devenue un peu vieillotte. Il devenait nécessaire de faire quelques travaux.

Depuis quelques mois le ravalement de façade de notre mairie étant terminé, il ne restait plus qu’à poser l’enseigne "MAIRIE". C’est maintenant chose faite !

Jeudi 4 septembre,  les agents municipaux ont installé les lettres une à par une en ajoutant Liberté, Egalité, Fraternité au dessus de la porte de la maison commune, comme en témoigne la photo ci- contre

 

Liberté, Egalité, Fraternité      

Cette devise est issue de la Révolution Française. Elle apparaît dans le débat public avant la proclamation de la première République. Le premier personnage qui en fit usage dans un cadre officiel est Maximilien de Robespierre (avocat et homme politique).

 

En 1793 et 1794, cette devise fut écrite sous deux autres  formes :

« Liberté, Egalité, Fraternité ou la Mort » ou bien encore
« Liberté, Egalité, Unité, Indivisibilité de la République »

 

L’histoire de cette devise est bien longue à expliquer. Ce qui est  incontestable, c’est qu’elle apparaît maintenant  sur notre mairie.

Avec cette nouvelle enseigne, c’est toute une commune qui retrouve son identité : aujourd'hui, lorsqu’on arrive à Asnières-La Giraud, on trouve facilement notre MAIRIE, lieu important pour les Asnièrois et les élus.                                                     

En ce qui concerne l’intérieur de la mairie, nous en parlerons dans un prochain article.

C. F.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 22:14
Asnières-La Giraud

 

Le four à pain… comme au Moyen Âge

 

 

Le four du Moyen Âge du hameau "La Rue" a chauffé pendant plusieurs jours précédant le week-end du 10 août, jour de cuisson du pain.

Depuis 1999, une dizaine d’habitants de ce petit village prépare chaque année des galettes charentaises. Cette année, ce sont 160 galettes qui ont été cuites au four, un four  restauré en 1977/1979 par la commune. Avec un savoir-faire digne d’un boulanger, le four a été  allumé par Guy Madé, Serge Ingrand et Claude Adam. D’ailleurs, Guy Madé n’a pas manqué d’expliquer à chaque visiteur tout son savoir sur ce four.

Depuis 2004, on fait aussi cuire du pain, 160 boules de pain, façonnées par Serge Ingrand, boulanger en retraite habitant le village. Des boules de pain que l’on a pu voir du début de la confection jusqu’à la sortie du four, un pain qui crépitait avec une odeur agréable.

Et Serge Ingrand raconte : « un pain qui chante, c’est un bon pain ».

On s’aperçoit que le métier de boulanger est aussi un métier d’art.  Certains voisins, des personnes des environs et des vacanciers ont pu voir et savoir comment on faisait du pain en boule comme naguère. Une tradition qu’il ne faut pas perdre. Certains curieux ont  voulu savoir les secrets du four (mise en marche…).


Autrefois, dans tous les villages et châteaux, il y avait un fournier (l’ancêtre du boulanger) c’était l’homme qui était proposé à s’occuper du four. A cette époque, on faisait (entre autres) des boules de pain d’où vient le nom de boulanger. C’est après plusieurs siècles que l’on vu apparaître nos baquettes, ficelles  et miches…

Au début du 20e siècle chaque personne se régalait avec 900 grammes  de pain par jour. Au  21e, seulement 200 g par personne !

Pourtant, tous les visiteurs sont repartis joyeux avec une ou plusieurs de boules de pain et de somptueuses galettes charentaises qu’ils ont auparavant dégusté.

Chaque année, les habitants de ce petit village sont fiers de faire découvrir leur four, un four qui est aussi précieux que la prunelle de leurs  yeux. Chaque année, c’est la fête autour du four, un rituel laissant espérer que les jeunes générations auront envie de bichonner le four et de perpétuer cette tradition paysanne.

Tous ont passé un agréable moment devant ce four, avec des souvenirs d’enfance pour les aînés, et une totale découverte pour les plus jeunes. Un four qui gardera son histoire et son passé, même embrasé.

Rendez vous en 2009 au four de "La Rue" pour de bonnes galettes et des boules de pain !

Texte et crédit photos : Christian  Ferru, commission d’information municipale d’Asnières-La Giraud 



Vous aussi, faites comme Christian Ferru : parlez de votre commune sur ce blog.
Ce n'est pas facile ?
Alors appelez-moi au 06 13 52 14 02 ou envoyez-moi un mail à
bernard.maingot@free.fr : nous trouverons bien une solution à ce qui vous arrête.
Vous pouvez aussi ne pas me contacter : je considèrererai que votre commune n'a pas envie de faire parler d'elle. A chacun son problème me direz-vous, mais pour l'instant les communes qui communiquent sont Asnières-La Giraud, La Vergne et Saint-Julien de l'Escap. Il en reste presque 17 qui n'ont rien à dire, même si je sais qu'il s'y passe des choses. Ne pensez pas que je suis capable de faire  un journal ou de tenir un site tout seul sur le canton de Saint-Jean d'Angély. Pour ça, il faut des textes (et des photos).
http://angely.over-blog.com est le seul média actuellement qui peut parler de vous sans limitation de place ou de pagination. Mais cela ne peut se faire sans votre concours.
Car
http://angely.over-blog.com peut être le site des actualités sur votre commune. Profitez de cette opportunité de communiquer...
Actuellement, 280 à 300 visiteurs viennent chaque jour lire entre 700 et 900 pages (je sais,  un visiteur ne lit que trois pages avant de surfer ailleurs, mais c'est dans la norme).
Les prévisions mensuelles d'overblog sont de 7 800 visiteurs par mois qui lisent 18 000 pages. C'est-à-dire la population de Saint-Jean d'Angély qui viendrait chaque mois : ce que je souhaite, c'est la population du canton, voire de l'arrondissement et je vais essayer de m'y employer.
Quelque chiffres : en neuf mois, vous avez été 32 963 visiteurs à lire 87 334 pages (je ne mets pas de compteur mais je vérifie chaque jour mes statistiques...).
Alors à bientôt ?
Bernard Maingot


Partager cet article
Repost0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 23:15
Asnières-La Giraud

Elles sont rentrées !

Parties d’Asnières-La Giraud le 23 avril, Christiane et Jacqueline Genat sont arrivées le 18 juin à Saint-Jacques de Compostelle.

» Christian Ferru, commission d’information, municipalité d’Asnières-La Giraud – B. M.

 

 

Christiane et Jacqueline devant la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle

 

Bonne nouvelle de nos pèlerins : Christiane et Jacqueline Genat sont bien arrivées à SANTIAGO DE COMPOSTELA !

Saint Jacques de Compostelle, une ville Sainte comme Rome et Jérusalem, située dans le nord-ouest de l’Espagne, dans la province de Corogne, capitale de la Communauté autonome de Galice. C’est le 3e pèlerinage chrétien, né vers l’an 800, un lieu où plus de 200 000 pèlerins se sont rendus en 2004 et une localité où se trouve une urne contenant les restes supposés de l’apôtre Jacques le Majeur.

 

Désormais, Christiane Genat  et Jacqueline Genat  possèdent  la « compostela » certificat officiel délivré par le Bureau des pèlerinages de la cathédrale, attestant la véracité de leur pèlerinage.

 

Après 57 jours de marche et 1200 kilomètres dans les jambes, elles sont bien  parvenues à Saint Jacques de Compostelle le 18 Juin dernier à 11h.

Dès leur arrivée, comme tout pèlerin, elles sont allées à la messe et ont fait brûlé un cierge dans la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle et elles se sont recueillies devant "le tombeau" de l’apôtre Jacques.

Elles sont heureuses de leur exploit, sans aucun regret, et n’éprouvent que de la satisfaction. Malgré le mal aux pieds, les petites tendinites et les différentes souffrances rencontrées. Le moral est resté bon dans l’ensemble puisqu’elles se sont soutenues mutuellement.

 

Elles ont eu le temps de réfléchir, de méditer, de découvrir et d’apprécier la nature. Seules avec leur bâton de pèlerin, seules devant les kilomètres à avaler, seules sous la pluie, seules sous le soleil brûlant… seules devant l’inconnu. Aujourd’hui, Christiane et Jacqueline sont un peu bouleversées de reprendre la vie qu’elles avaient  auparavant.

Elles ont bien des choses à nous raconter, à nous apprendre après cette expérience exceptionnelle.

« Faire ce parcours seul doit être encore plus difficile » disent-elles ! « Comme c’est surprenant de voir de nombreuses personnes de toutes nationalités qui font un long chemin pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. » racontent-elles !

Est-ce un effet de mode ou un besoin spirituel ?

 

Elles ont réalisé une épreuve remarquable, avec tant d’efforts moraux et physiques, nous ne pouvons qu’être fiers et admirateurs de nos deux marcheuses. Elles ont été jusqu’au bout de leur rêve, de leur défi.

 

Un grand bravo à toutes les deux.

 

La commission d’information  (Christian Ferru)

Partager cet article
Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 12:31
Asnières-La Giraud

L’école est bien branchée !

 

Avec la mise en réseau Internet haut-débit et douze nouveaux ordinateurs installés dans les classes, les écoliers d’Asnières-La Giraud sont ravis d’avoir tous les outils en main pour acquérir les connaissances informatiques indispensables et préparer le Brevet Informatique Internet de l’Éducation nationale.

» Christian FERRU (commission d’information municipale d’Asnières-La Giraud)

 

Depuis peu de temps, les écoliers peuvent travailler sur un nouveau matériel informatique. En effet, douze ordinateurs sont installés à l’école communale : trois dans la classe de maternelle, un en classe de CP, un autre pour les CE et deux en CM. Les six autres sont placés dans la salle BCD.

Maintenant que la mise en réseau Internet à haut-débit est réalisée, il n’y a plus de problème pour surfer sur le net (travaux à la charge de la commune).

Actuellement 40 enfants profitent de ce nouvel outil de travail. Pour certains, c’est une nouveauté puisque l’ordinateur n’est pas dans tous les foyers. Déjà, les petits de la maternelle apprennent à manipuler la souris et à se familiariser avec l’outil.

Quelle avancée ! Elle va dans le sens de l’Éducation nationale, qui recommande que les élèves possèdent à la fin du 3e cycle le B2 I (Brevet Informatique Internet).

A la demande des institutrices, la municipalité Asniéroise a répondu favorablement à cet équipement afin que les écoliers de la commune aient des connaissances informatiques et Internet à leur entrée au collège.

Ici, l’ordinateur n’est surtout pas un jeu mais un outil de travail, avec un programme informatique déterminé par l’Éducation nationale que les professeurs des écoles doivent enseigner aux élèves.

L’objectif : que tous les enfants obtiennent les bases informatiques (recherche sur Internet,  traitement de texte, correspondance par courrier électronique)

Mme Riffault, directrice de l’école, commente : « C’est un travail complémentaire, avec une évolution progressive, de la maternelle au CM2. Cela élargit les connaissances des enfants, lesquels sont ravis et assimilent tout à fait bien le monde de l’informatique ».

Dans le cadre du plan AIRE (Aménagement pour l’Informatisation en Réseau dans les Écoles), c’est bien par un partenariat entre le conseil général de Charente-Maritime, l’Éducation nationale, et l’association des maires du département si aujourd’hui douze ordinateurs sont installés dans notre école. C’est lors d’un renouvellement d’ordinateur du collège de Saint-Hilaire de Villefranche que le conseil général a mis ce matériel à la disposition de l’association des maires.

 

Dans cette réalisation, nous pouvons remercier Monsieur le maire, qui, avec ténacité, a su convaincre tout particulièrement Jean-Yves Martin, conseiller général. Ce dernier a été à l’écoute et nous le remercions sincèrement. Merci aussi à Michel Doublet, sénateur et président de l’association des maires de la Charente-Maritime, qui a été acteur dans ce projet. Grâce à cette collaboration, l’école communale est à la pointe du progrès. Ce qui est fondamental dans cette réalisation, c’est l’arrivée des écoliers Asniérois en 6ème avec un niveau informatique convenable.

 

Comme à Fontcouverte, verrons-nous un jour un site sur l’école communale, réalisé par nos enfants. Pourquoi pas ? Nous sommes bien loin du temps des buvards, du porte-plume et la plume "Sergent-major"… Quelle évolution dans nos écoles !


Photo www.ville-pezenas.fr
 

Note : Je n'ai pas de photo disponible pour cet article sur le Web. Je vous mets donc une photo du site Internet http://www.ville-pezenas.fr. Des photos d'Asnières-La Giraud devraient être  publiées dans le quotidien "Sud Ouest" (édition Saintes - Saint-Jean d’Angély), les hebdomadaires "L’HEBDO de Charente-Maritime" du jeudi 19 juin et "L’Angérien Libre" du vendredi 20 juin.
Bernard M


 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 23:50
Asnières-la Giraud
Quoi de neuf à Asnières ?  

Texte B. M. - C. F. - Crédit photos Christian Ferru 

 

En mars : L’élection du maire et des adjoints

 

L’élection du maire et des adjoints d’Asnières-la Giraud a eu lieu dimanche 16 mars à 9 h

 

Debout ( au 2e rang, de gauche à droite) :

Sylvie Dieumegard, Fabienne Foucher, Dominique Heise, Frédéric Rousseau, Joël Brosset, Annick Campe, Marylène Texier, Francis Moreau, Frédéric Baudouin, Bernard Brethenoux.

Au centre (debout derrière le maire) : Colette Girard.

Assis au premier rang : Christian Ferru (3e adjoint), Colette Mâchefert (1ère adjoint), Guy Madé (maire), Claude  Mérigaud (2e adjoint).

 

La frairie du samedi 31 mai et du dimanche 1er juin

 

En attendant la suite...

La frairie, qui avait lieu autrefois et avait ensuite connu quelques années d’arrêt a été remise à l’ordre du jour. Les membres du Foyer rural et les membres du conseil municipal se sont regroupés pour la fête locale qui a eu lieu le week-end dernier (31 mai-1er juin).

Samedi, dès 19 h 30, dans la salle du foyer, plus de 130 personnes sont d’abord venues se régaler en participant au repas moules-frites.

Le public est ensuite venu nombreux à la retraite aux flambeaux qui a connu un grand succès. Les participants, lampion allumé en main, ont défilé derrière les musiciens de l’école de Saint-Hilaire de Villefranche (DMS)

Un défilé qui a arpenté et sillonné les rues et ruelles de la bourgade sous la direction du premier magistrat. La soirée s’est terminé avec un brillant feu d’artifice, tandis que les manèges attendaient les enfants et la buvette les plus grands pour se rencontrer et échanger  autour d’un verre.

 

La brocante du dimanche 1er juin

 

La brocante sera reconduite l'an prochain.

Elle réapparaît enfin dans la commune, après quelques années passées dans les oubliettes du bénévolat. En 2008, le Foyer rural et la municipalité ont repris en chœur cette manifestation qui plait à de nombreuses personnes, démonstration étant faite dans les bourgades alentours.

Malgré le désistement de quelques exposants du fait d’un temps incertain, la brocante a accueilli des centaines de visiteurs, de collectionneurs et de "fouineurs" désireux de faire la bonne affaire ou la trouvaille de l’année. S’ils ont parfois été équipés de parapluie, les visiteurs ont cependant fouillé avec ardeur et conviction les stands des exposants placés autour de la frairie, à la découverte du trésor des brocanteurs, tout en profitant de la fête du village.

Devant la réussite de cette fête conviviale où les personnes se rencontrent et échangent, il a été décidé de la renouveler l’an prochain.

 

En avril : une équipe sur le terrain

 

Les élus d’Asnières en marche…
 

Samedi 5 avril, de 9 h à 19 h, le Maire Guy Madé et son conseil municipal ont parcouru la commune en passant dans les villages. Ce ne fut pas une simple promenade sous un beau ciel bleu, mais une journée d’information et de découverte, notamment en ce qui concerne la voirie et les lignes limitrophes.

Avec un enthousiasme remarquable, le maire a été heureux de transmettre son savoir sur bien des sujets et de faire découvrir les "richesses communales". Passionné par sa commune depuis bien des années, monsieur le maire a su faire revivre par des anecdotes le passé de nos villages dans la réalité d’autrefois, n’oubliant pas de mettre l’accent sur l’importance du petit patrimoine (fours, puits, lavoir…).

Les élus, très attentifs, ont pris conscience qu’il ne fallait pas oublier ce patrimoine et de le préserver (un projet parmi tant d’autres).

Cette journée de travail étant passionnante et enrichissante pour tous, il est prévu d’organiser une autre journée dans les prochains jours pour découvrir le bourg.

Guy Madé a conclu : « il y a encore du travail à accomplir ! » 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 20:28
Asnières-la-Giraud

Une belle aventure


Jacqueline et Christiane Genat sont parties d'Asnières-la Giraud le 23 avril pour Saint-Jacques de Compostelle.

» Texte et photo de Christian Ferru.

 

Jacqueline et Christiane avec leur bâton de pèlerin.. (photo C. F.)
 
  

Le 23 avril 2008, vers neuf heures, Jacqueline et Christiane Genat, les deux belles-sœurs, sont parties pour Saint-Jacques de Compostelle. Malgré la pluie, certains proches et amis sont venus ce jour-là se joindre à elles pour parcourir la première étape : Asnières-la-Giraud – Bussac-sur-Charente.

 

A 62 et 63 ans, ces deux marcheuses espèrent atteindre leur but et parcourir les 1200 kilomètres en 53 ou 54 jours. Les deux randonneuses ont décidé de faire des étapes de 25 kilomètres, les repos nocturnes se faisant dans des gîtes de pèlerins ou dans des familles d’accueil.

Elles ont chacune leur motivation. Pour Jacqueline, c’est un défit personnel, physique et moral, s’étant toujours « juré de le faire ». Christiane veut faire le point sur toute sa vie, profiter de sa récente retraite, mais elle veut aussi apprécier le calme, la solitude et la quiétude.

 

Dimanche 25 mai, elles ont donné de leurs nouvelles, alors qu’elles étaient aux alentours de Burgos (Espagne) et qu’elles ont parcouru la moitié du chemin en un mois.

Elles ont connu le mauvais temps, la pluie, les orages mais aussi quelques apparitions  du soleil. Selon leurs dires, elles sont en pleine forme et « tout va bien ». Chaque matin, elles partent très tôt sur la route (6 h 45) pour arriver dans les premières et trouver un gîte accueil. A propos des gîtes, elles racontent dormir très mal puisque 50 à 100 personnes s’y rendent chaque nuit. Il devient alors « difficile de supporter les ronfleurs, les arrivées et les départs »…

Mais elles sont bien décidées de poursuivre leur marche jusqu’à son terme, bien qu’elles disent que « c’est une vraie épreuve ! ». Le moral est là, tout la forme et la bonne santé.

Par téléphone, la municipalité a félicité Jacqueline et Christiane pour leur persévérance en leur « tirant un coup de chapeau » et leur a exprimé tous ses souhaits pour une bonne route.

A suivre...

 

Note de Bernard M, administrateur du blog : Christian Ferru, passionné de généalogie et conseiller municipal à Asnières-la-Giraud, a rédigé ce texte. Vous aussi, vous pouvez rédiger des textes et publier les photos de votre association ou de votre commune sur ce blog tout en en gardant la propriété.

Contacter Christian Ferru : 06 70 30 72 74 ou 05 46 59 03 71 (Tél.-Fax). Courriel : ferrukiki@aol.com Site : http://christian.ferru.projetisweb.net

 

Partager cet article
Repost0