Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 20:51

Mardi 2 mars 2010 – Article 1582 - La reproduction d’articles ou de photos est interdite sans autorisation.
Un site à visiter http://deminex.jimdo.com/actualités/

SÉCURITÉ CIVILE

Une bombe désamorcée à Fontenet

FONTENET – Une bombe de 250 kilos a été découverte sur la plateforme de compostage des boues. Les démineurs de La Rochelle ont désamorcé l’engin.

» Bernard Maingot 

20100302-bombe-Fontenet-031Un mètre de long et 250 kilos : c’est la bombe découverte en creusant une tranchée. (Photos

©Bernard Maingot)

C’est en effectuant le creusement d’une tranchée à la pelleteuse, lundi matin 1er mars vers 9 heures 30 à la plateforme de compostage de la Saur à Fontenet, que Jacky Giraux et Christophe Péot, de la société Transterrassement de Surgères, ont mis à jour une bombe datant de la dernière Guerre mondiale, mesurant un mètre de long. Christophe, dans la tranchée, était alors en train d’indiquer  la profondeur à Jacky qui manœuvrait  la pelle. « J’ai aperçu une zone pleine de traces de rouille. Découvrant le dessus d’un objet qui était enterré, j’ai tout de suite vu que ce n’était pas un gros tuyau et j’ai dit "Arrête, il y a une bombe !" ». 

20100302-bombe-Fontenet-048Au fond de la tranchée, on aperçoit l’empreinte arrondie où était enterrée la bombe.

Les deux employés alertent aussitôt  M Thiroux, responsable d’exploitation de la Saur, lequel prévient la gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély et le maire de Fontenet, Michel Villain. Un périmètre de sécurité est aussitôt déterminé. Les fonctionnaires de police du service de déminage (1), qui s’occupent aussi de la protection des personnalités, sont très occupées avec la visite du président de la République à La Rochelle. Ils viennent cependant en reconnaissance, examinent l’engin explosif, et décident une intervention pour le lendemain mardi, entre onze heures et quinze heures. Un périmètre de sécurité de 800 mètres est assurée par la gendarmerie de Saint-Jean-d'Angély, qui fait évacuer par précaution quelques habitants les plus proches du camp. « C’est une bombe américaine de 250 kilos qui ne comportait qu’une fusée (détonateur, ndlr) à l’avant », déclarent Laurent et Johann, les deux démineurs. « Nous avons desserré la fusée de la bombe sur place. Puis, comme nous ne transportons pas ces engins, les vibrations pouvant désaligner la chaîne pyrotechnique et engendrer une explosion, nous avons enterré le détonateur sous un mètre cinquante de sable et l’avons détruit à l’explosif ». L’engin désamorcé a été emmené à La Rochelle par les hommes du déminage. 

20100302-bombe-Fontenet-020Le maire de Fontenet, Michel Villain, entouré des personnels de Transterrassement et de la Saur.

« La bombe doit provenir du bombardement du camp par les Américains, le 31 décembre 1943 vers midi, qui était alors occupé par les Allemands », explique le maire Michel Villain. « Le village de La Combe, tout proche, avait également été détruit et il y avait eu neuf morts ». Le camp, qui a été construit par les Français avant 1936, ensuite occupé par les Allemands  avant de devenir américain, est aujourd'hui propriété du conseil général de la Charente-Maritime.

« Une première bombe avait déjà été extraite le 22 juin 1999, lors de premiers travaux de drainage sur ce site de traitement des boues », précise Alain Danthonny, adjoint au maire. « Il y a eu plusieurs bombardements, et il ne reste rien du village de La Grelette situé avant le camp, hormis un pan de mur qui d’ailleurs est en train de s’écrouler ». 

(1) Les fonctionnaires de police du service de déminage de la Rochelle sont détachés à la Sécurité civile qui dépend du ministère de l’Intérieur.   20100302 Bombe à fontenet-025(photo DR)

Photo prise d'un avion (probablement américain) pendant le bombardement du camp de Fontenet. On distingue bien le tracé du camp et le point d'impact des bombes (ronds de couleur blanche). La Combe se trouve juste devant la première bombe (au premier plan rangée de droite). L'ancien petit hameau de La Crochette se trouve dans le bas de l'image à gauche d'une rangée de six hangars à la  toiture noire ou foncée. La première bombe fut découverte à la Soditer en Juin 99 lors des premiers travaux de mise aux normes (un an après l'arrivée des premières boues de La Rochelle qui furent stockées dans les deux hangars à avions. D'autres bombes sont surement enfouies sur ce camp. Cela devient dangereux de faire des travaux sur ce site.

Précisions d’Alain Danthonny, conseiller municipal et Président de "Camp de Fontenet environnement"

(photo extraite du livre de Christian Genêt "Les Charentes sous les bombes")

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans FAITS DIVERS
commenter cet article

commentaires

marijo 04/03/2010 13:15



Ici radio sud ... les blogueurs parlent aux blogueurs... pourrait-on en garder une active pour le musée du blog à toulouse ? hi,hi,hi.
Heu pardon, c'est pas drôle, ça peut faire mal. Sacré découverte, j'espere que j'en ai pas dans mon jardin.



Bernard Maingot 04/03/2010 13:59


Quand on fait la bombe, les lendemains sont parfois difficiles.
Si tu fais du jardin, ne laboure pas trop bas