Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 06:30

Jeudi 24 juin 2010 – Billet 1894 » Photos ©Bernard Maingot

La catégorie Photos de la semaine est ICI

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Un enrobé qui… se dérobe

20100621 champdefoire effondrement 3648-blUne deuxième ceinture de barrières a été posée depuis cette photo pour éloigner les curieux et empêcher les accidents.

Voici une semaine, alors que le revêtement du parking du champ-de-foire de Saint-Jean-d’Angély était terminé depuis environ un mois et que les usagers avaient la libre disposition pour stationner leur véhicule sur ledit parking, le sol s’est affaissé d’une quarantaine de centimètres sur une surface de plusieurs mètres carrés (qui en réalité faisait un rond, mais on ne va pas rebaptiser les unités de surface, après toutes les difficultés pour aboutir à la définition du mètre…).

Pourtant, les véhicules lourds, tels des ensembles routiers ou semi-remorques de 40 tonnes (soit 20 charrettes de 2 000 livres en 1812), circulent sur ce parking sans avoir jamais créé un tel affaissement. 

20100621 champdefoire effondrement 3644-blHeureusement, ce soir-là, il n’y avait aucun véhicule stationné à cet emplacement, situé au centre du parking. Un mystère pour Jacques Castagnet, l’adjoint au maire chargé de l’urbanisme, qui le lendemain a fait creuser le sol jusqu’à cinq mètres de profondeur pour trouver la cause de l’effondrement. Mais, foin de pelleteuse, rien n'a satisfait l'oeil des experts qui guettaient fébrilement l'explication comme on cherche un trésor.

Déjà les mauvaise langues aux parlotes aussi chaudes que l'eau du même nom annonçaient qu'on allait trouver un conduit souterrain creusé par les Romains pour véhiculer cette eau  leur échauffant l'esprit, qui prédisait forcément l’existence de thermes à cet endroit. Et de justifier leurs arguments par le fait que le forage effectué depuis ne l'a pas été n'importe où puisqu'il se trouve en alignement, à moins de 200 mètres… "Mais bon sang, mais c'est bien sûr", aurait dit l'inspecteur Bourrel enfiévré par la chaleur de l'eau ferrugineuse sortant de ce forage.

Ce parking devait être autrefois en dehors de la ville, des remparts devant exister dans la longueur de l’avenue du Général-Leclerc, du côté rue du Palais. Un fossé descendait bien plus bas, parallèle aux allées d’Aussy, autour de l’emplacement actuel du parking qui devait être un terrain laissé à l’abandon.

Jacques Castagnet a dit aussi qu’un cimetière existait jadis à cet emplacement. Et que le terrain avait été remblayé à la Révolution (qu’avait-on remblayé ? Y avait-il des carrières ?) 

20100621 champdefoire effondrement 3640-blLe contenu d’une citerne d’eau a été vidé dans l’excavation creusée à la pelleteuse et l’eau a disparu à grande vitesse dans le sol, preuve qu’une cavité existe en-dessous…

Une entreprise doit venir pour effectuer des recherches permettant d’expliquer la cause de cet affaissement du sol. Ensuite, il faudra trouver une solution pour remettre le site en sécurité à cet endroit, en espérant que le parking ne révèle d’autres cavités par ailleurs…

« C’est une très mauvaise nouvelle », a commenté le maire Paul-Henri Denieuil en conseil municipal, mercredi 23 juin.

A noter que la place Bassompierre à Saintes a également connu le même problème, avec des affaissements qui sont toujours une mauvaise surprise et des travaux supplémentaires à effectuer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Photo de la semaine
commenter cet article

commentaires

Jmflorestier 26/06/2010 20:46



"qui auraient creusés" d'ailleurs sinon je vais me faire gronder.


L'étude a sûrement été faite, je n'en doute pas, et je ne suis vraiment pas calé pour donner mon avis là dessus. Concernant votre théorie sur les pluies "tropicales" de ces derniers temps, ça me
parait être un vecteur d'explication. Mais le brassage en est un aussi de mon point de vue, enfin, je ne sais pas. C'est inquiétant. Des petits trous. Des petits trous. Toujours des...


Salutations.



Bernard Maingot 26/06/2010 22:13



Cet après-midi, à Saint-Julien de l'Escap, un monsieur (digne de foi) m'a dit que voici 4 ou 5 ans, il y avait eu des fouilles archéologiques sur ce champ de foire.


Ce sont souvent des fouilles de sauvetage (ou fouilles préventives) effectuées par sondages, par exemple avant de faire un lotissement ou des travaux de construction qui mettraient en péril
le patrimoine archéologique, si on croit savoir qu'à tel endroit il pourrait exister un site digne d'interêt. Ces fouilles permettent de faire des diagnostics et éventuellement de
prendre des mesures de sauvegarde. On fait des tranchées parallèles de telle largeur et de telle longueur suivant un maillage déterminé sur un plan. Et on doit trouver quelque chose  quand
cela existe : fondations de murs ou de villas romaines, fosses à déchets, signes d'occupation quelconque dans le passé...


Ce monsieur a vu pendant une semaine qu'il y avait des tranchées "assez larges" et "plutôt longues" dont il ne connaît pas la profondeur (passant en voiture en sortant de la rue du Palais)
et qu'elles avaient été rebouchées au bout d'une semaine. Il a pensé que c'était en rapport avec le projet des thermes. Ajoutant qu'on avait trouvé des ossements, certainement de tombes.
Voici plusieurs siècles, les manants et le petit peuple étaient souvent enterrés à même le sol, sans cercueil, à l'extérieur de la ville, les cimetières à l'intérieur de la ville étant réservés à
d'autres (à l'élite" ?).


Les fouilles de sauvegarde que j'ai vues en d'autres lieux (Surgères) étaient des tranchées faites avec le godet d'une pelleteuse larges de 1 m à  1,50 m
environ, d'une profondeur d'un mètre, voire plus si doutes, et longues de 5 à 20 mètres suivant les endroits. Pas de quoi effondrer un terrain, même rebouché sommairement.


Je n'avais pas entendu parler de ces fouilles, n'étant pas là à l'époque.


Mais je poserai la question à l'adjoint chargé de l'urbanisme, car le fait est récent dans des archives. Je n'ai rien trouvé sur le site de la société d'archéologie de St-Jean (beaucoup de
généralités, mise à jour ?, et clic droit bloqué de surcroît !) ni sur Histoire Passion 17.


Cordialement,


BM



Jmflorestier 25/06/2010 23:36



Bon article, bien écrit et surtout très drôle. On peut peut être même se demander si ça ne serait pas des futurs pénitenciers de Fontenet qui aurait creusé un tunnel à la petite cuillère en
prévision...


Une étude du terrain passée à la trappe peut être...aux oubliettes, au fond du trou quoi...


Enfin, à savoir, dans quelle mesure l'étude et la reconstruction seront financés? Et surtout qu'en sera t il de ce bieau parking si le phénomène n'est pas exceptionnel et localisé?


Salutations.



Bernard Maingot 25/06/2010 23:57



Il y a eu une étude de terrain et j'avais d'ailleurs pris des photos : un semi-remorque était là et des relevés étaient faits sur le comportement du sol. Il me revient à l'esprit que c'était
à peu près au même endroit et... tout se passait bien !


Ce qui est curieux, c'est que l'enfoncement s'est produit un soir et il n'y avait aucune charge au sol (pas de véhicule)


Peut-être y a-t-il un rapport avec toutes les pluies qui sont tombées les jours précédents, même si nous ne sommes pas dans le Var ? Par exemple s'il y a une sorte de canal ou
de conduit à dix mètres de profondeur qui véhiculerait de l'eau. Et que la grande quantité d'eau ait charrié des alluvions ou creusé au plafond si c'était trop important. Ou qu'il
y ait eu siphonnage à cause d'un débit inhabituel. Ou... ou... ou... J'espère qu'on aura l'explication de ce fait complètement inhabituel dans un lieu qui était (à peu près) connu
géologiquement et qui n'avait jamais posé problème.


Une dame qui était sur les lieux jeudi soir 24/06 m'a dit : "Vous voyez, la terre, on l'a trop brassé et on la brasse trop... Alors voilà ce qui arrive ensuite..." Moi je veux bien, mais on n'a
pas bouleversé cet endroit depuis deux siècles. Donc c'est en profondeur que ça se passe.


En ce qui concerne l'article, on m'avait dit "un trou ça ne vaut pas l'intérêt d'en parler !" Alors je me suis dit qu'on pouvait remplir des lignes avec un trou...


Cordialement,