Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 20:32

Mardi 30 mars 2010 – Article 1694 – Photos ©Rotary-Club

SAINT-JEAN-D’ANGÉLY

Quel conseils donner aux parents ?

ROTARY-CLUB – Au cours d’une soirée-dialogue organisée le 11 mars par le Rotary-Club sur le thème « Les enfants boivent, les parents trinquent », Philippe Binder et Emmanuel Palomino, spécialistes des addictologies, ont examiné les raisons du mal-être des jeunes, avant de multiplier conseils et mises en garde. 

20100311 Rotary conf Binder Palomino-blDe gauche à droite : les Docteurs Emmanuel Palomino, Philippe Binder, Denys Bourget, et Serge Hirel, du Rotary-Club de Saint-Jean-d’Angély

Dans le cadre du « Printemps du Rotary », une campagne nationale de communication des 1 000 Rotary-Clubs de France, celui de Saint-Jean-d’Angély a poursuivi, jeudi 11 mars, sa démarche de prévention contre l’excès d’alcool chez les jeunes, en organisant, à la salle Aliénor d’Aquitaine, une soirée dialogue sur le thème « Les enfants boivent, les parents trinquent ». Un débat de plus de deux heures qui, animé par trois médecins, dont deux addictologues, a abordé les multiples facettes d’un problème auquel tous les parents risquent d’être confrontés.

Interrogés par Denys Bourget, un médecin Rotarien de Saintes, Philippe Binder, généraliste à Lussant, animateur du réseau interprofessionnel de soins aux drogués « Icares », et Emmanuel Palomino, psychiatre à l’hôpital de Jonzac et président national des « Alcooliques Anonymes », ont, d’entrée de jeu, souligné que, pour les jeunes, la consommation d’alcool n’était qu’un des moyens d’exprimer leur mal-être, au même titre que l’usage du cannabis, du tabac, et toutes les autres conduites à risque.

« Cette recherche transgressive est naturelle », a indiqué le Dr Palomino, en constatant aussi que, tout en le craignant chez leurs enfants, « culturellement », les adultes « banalisent » la prise d’alcool. « Il ne faut pas s’étonner que les jeunes en fassent autant. Ne vous enivrez pas devant vos enfants ! ». Il a rappelé également que, chaque année, les drogues illicites tuent 3 000 personnes en France, alors que 45 000 sont victimes de l’alcool et 65 000 de la cigarette. « Physiologiquement, le père qui fume un paquet de cigarettes par jour est plus en danger que son fils qui allume deux pétards le soir », a noté Philippe Binder, sans nier que cette consommation pose problème.

Se rapprocher, se toucher

La société dans la quelle nous vivons, « hyper communicante, mais faiblement rencontrante », accentue ce phénomène naturel de rejet chez de nombreux jeunes, cette envie « de s’effacer, de disparaître, de ne plus résister ». Sur le plan psychique, parce qu’ils sont à l’âge de la découverte des émotions, des plaisirs, les jeunes sont plus vulnérables que les adultes, plus sensibles, plus à fleur de peau, a poursuivi Emmanuel Palomino « Ils ont plus besoin que nous de ce contact avec l’autre. Or, aujourd’hui, il est difficile d’être en relation les uns avec les autres, de se rapprocher, de se toucher. ».

Des propos qu’a confirmés le Dr Binder en indiquant que les enquêtes les plus récentes montrent que les conduites à risque sont plus nombreuses parmi les enfants d’artisans, de commerçants et de cadres. « Des professions touchées par le stress et qui exigent bien plus que les 35 heures… ».

Ces mêmes enquêtes indiquent aussi que deux autres facteurs peuvent être à l’origine de troubles du comportement chez les ados : l’ambiance à la maison, éventuellement le statut de séparation des parents d’une part, l’échec personnel d’orientation d’autre part. « Un ado est plus vulnérable si ses parents, non séparés, ne s’entendent pas, que s’ils sont séparés, mais s’entendent bien », a noté le Dr Binder, avant de constater que ce sont dans les milieux de l’apprentissage, « synonyme d’échec », que l’on compte le plus de jeunes consommateurs d’alcool et de drogues. 

20100311 Rotary Dr Ph BinderLe Docteur Philippe Binder. (Photo Rotary-Club)

Construire le château-fort intérieur

Pour les deux spécialistes, les parents sont donc bien sûr au cœur même du dispositif de prévention des conduites à risque des ados. « Un métier pas facile ! », reconnaît le Dr Palomino, qui regrette notamment l’impact négatif de certaines lois sur l’autorité parentale et les effets désastreux du matraquage publicitaire, « plus fort, plus sexy » que les conseils et injonctions des parents. « A cause de cela, certains n’osent plus poser de barrières », a ajouté le psychiatre, qui croit en deux vertus : « la présence » et « l’éducation ».

Plus qu’un rempart face à l’alcool et aux autres attitudes déviantes, les parents doivent aider leurs enfants à construire leur « château-fort intérieur », et ce dès le plus jeune âge. Un château-fort qui, pour eux, est synonyme de sécurité et leur permet d’aller vers l’autre, a expliqué Emmanuel Palomino, tandis que le Dr Binder conseillait « un environnement précocement clair, stable, solide, qui crée du lien et du sens ». « Une atmosphère incertaine, un double message des parents, cela est destructeur ! », a-t-il ajouté.
Bref, les parents doivent être « présents physiquement et psychiquement, dialoguer, discuter, échanger, parler, montrer qu’on est là, qu’on est d’accord ou pas d’accord. ». « Le bon comportement face à l’alcool, ce n’est pas de faire peur à son ado, de lui parler de dépendance. Mieux vaut lui demander quel plaisir cela lui apporte, puis discuter avec lui des aspects négatifs, l’amener à se poser des questions », a indiqué Philippe Binder, tandis que son collègue conseillait de « ne pas noircir en permanence le tableau ». « Les discours négatifs des adultes engendrent l’inquiétude. Mieux vaut proposer une vision, certes réaliste, mais positive du monde, expliquer que cela mérite d’être vécu, qu’il faut se battre pour un monde meilleur ».
 

20100311 Rotary Emmanuel PalominoLe docteur Emmanuel Palomino. (Photo Rotary-Club)

Ne pas attendre le feu à la maison

Très vite, le dialogue s’est établi avec la salle, ce qui a permis aux deux spécialistes d’aborder des sujets précis, telle l’indispensable cohésion, la « confluence », hélas trop souvent inexistante, entre la communauté éducative et les parents d’élèves, ou encore le projet de dépénalisation du cannabis. « Une société ne peut dépénaliser un produit psycho-actif que si, au préalable, elle a mis en place un processus d’éducation à la maîtrise de sa consommation, a jugé Philippe Binder. On n’y est pas encore ».

Enfin, les participants à cette soirée exceptionnelle, sont repartis avec deux conseils : mieux vaut d’abord consulter le médecin de famille sans attendre une consommation explosive de produits licites ou non, et discrètement surveiller les changements de comportement de l’ado. Les résultats scolaires durablement en berne, des insomnies fréquentes, des maux physiques, douleurs au ventre et autres, des modifications dans les comportements alimentaires, un désintérêt pour des activités qu’il aime pratiquer,… sont autant d’indices d’une possible irruption de l’alcool ou de drogues dans sa vie. « Il est important de regarder avant qu’il y ait le feu à la maison… », a conclu le Dr Palomino.

Les quatre fonctions de l’alcool

« Face à l’alcool, les jeunes sont plus ou moins vulnérables, selon ce qu’ils en attendent », a expliqué Philippe Binder, avec l’aide… d’un manche à balai. « Pour ceux qui en attendent de la convivialité, du plaisir de se rencontrer, c’est un totem planté au milieu du groupe. La bouteille est nécessaire, mais elle peut contenir de l’orangeade. Pour les trois autres groupes, le contenu alcool est nécessaire. Les uns, l’utilisant comme une perche, éprouvent la jouissance de l’interdit, en sautant plus haut, plus fort, plus vite.  Les autres découvrent que l’alcool est apaisant. C’est un balancier qui leur permet d’évoluer sur une poutre étroite, de plus en plus étroite, ce qui exige un balancier de plus en plus lourd. Ils doivent regarder leurs pieds, ne peuvent plus voir loin. Attention aux coups de vent, la rupture avec la copine, par exemple. Cela conduit dans le dernier groupe, celui où l’alcool sert de casse-tête, où l’on boit pour oublier. Mieux vaut consulter avant d’en arriver là ! ».

Poitou-Charentes : des consommations

supérieures à la moyenne nationale

A 17 ans, en métropole, 92,6% des jeunes ont déjà bu de l’alcool, 59,8% ont été ivres, 42,2% ont fumé du cannabis, 70,7% ont fumé du tabac. Seuls 5% n’ont expérimenté aucune de ces trois substances. Issus d’une récente enquête de l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies, réalisée auprès de 39 500 jeunes à l’occasion de la Journée de préparation à la Défense, ces chiffres inquiètent et justifient toutes les campagnes de prévention, telle celle du Rotary-Club de Saint-Jean-d’Angély.

D’autant plus que, comparées à ces statistiques nationales, les consommations en Poitou-Charentes sont nettement supérieures. 36% des jeunes Picto-Charentais font un usage régulier du tabac (contre 28,9% pour l’ensemble de la métropole). 17% des garçons et 6% des filles reconnaissent consommer de l’alcool plus de 10 fois par mois (contre 13,6% et 4% au plan national). Quant au cannabis, en Poitou-Charentes, 12% des garçons et 6% des filles de 17 ans en consomment régulièrement (au moins 10 fois par mois) contre 10,7% et 3,9% pour l’ensemble de la métropole.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Maingot - dans Rotary Club Angérien
commenter cet article

commentaires

icietlamaintenant.over-blog.com 04/04/2010 23:33



 Tout autant que cette chanson, je me permets de vous conseiller "Dura lex" de Brigitte Fontaine (oui la délurée, mais pas tant que ça au fond, tout cela dépend du cadre dans lequel on se
place), à voire aussi, Prohibition. Voici, voilà. L'écran d'une société un peu bizarre, l'ambivalence déséquilibrée.


Il semblerait que la colère gronde, dehors, ou bien est ce juste le vent...



icietlamaintenant.over-blog.com 04/04/2010 17:03



A savoir de quel côté du balai penchent les jeunes de notre région. Il serait intéressant de connaitre l'évolution au cours des années de ces statistiques, est ce que les moments de crise
influent sur les comportements addictifs? Se demander aussi quelles sont les raisons qui poussent à  la consommation? Ne serait ce pas le travail de publishing, d'merchandising et de pub qui
tends à augmenter la consommation notamment chez les jeunes avec des nouveaux goûts exotiques et acidulées? Je trouve que la société, voire l'état a une responsabilité majeure dans ce probleme,
etant donné que d'une main l'état blame l'alcool et de l'autre récupere l'impot et laisses des campagnes de pub en 4 fois 3 dans nos villes...



Bernard Maingot 04/04/2010 21:25



Vous me faites penser tout-à-coup à la chanson "Cigarettes, whisky, et p'tites pépées" que chantait Eddy Constantine puis Annie Cordy... C'était une époque où on pouvait employer ces termes
et parler de ces sujets sans qu'on vous fasse des yeux ronds.


L'Etat joue sur les deux premiers tableaux - tabac et alcool - et sauve la morale sur le troisième, heureusement. Ce sont d'ailleurs les deux premiers qui causent de grands dégâts au corps humain
et des dommages corporels dans les accidents de la route. Et là, l'Etat prend des taxes éhontées, tout en rappelant que le tabac tue, en votant des lois contre le tabagisme, en
limitant le degré d'alcoolémie tout en laissant l'alcool être servi parfois en trop grande quantité, en interdisant la pub mais pas la vente (c'est comme les détecteurs de radar), etc. etc.
L'Etat - un ami disait que c'était une "pompe à fric" - , mène un double jeu malsain : interdire mais laisser faire pour taxer.


Et il n'y a pas que l'alcool. La pub déguisée, les lobbies pétroliers ou pharmaceutiques, les abus bancaires, l'obésité, les "experts" en pandémie grippale, les permis de construire en zone
inondable, les marges arrière de la grande distribution, la reconnaissance des harkis, les délocalisations, les expulsions de sans-papiers, les primes aux traders, les très gros salaires et les
nécessiteux, les feuilles de paie à 30 lignes, la lenteur de certains circuits administratifs, les trafics d'influence, le blanchiment d'argent et le travail au noir, oh la la, l'Etat a bien du
travail à faire pour qu'il puisse être représentatif de ses habitants ("L'Etat, c'est nous").


Ma conclusion, c'est que la notion de bon sens est escamotée : "on marche sur la tête, et ça va en empirant". Même un philosophe aurait du mal à rester zen.