Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 18:46

Conseil municipal du 10 décembre 2009

SAINT-JEAN-D’ANGELY

La faute aux copies

CONSEIL MUNICIPAL – L’opposition de gauche vote contre l’augmentation du prix des photocopies demandé aux associations. Et elle s’abstient sur l’embauche d’un ingénieur.

Le public était moins nombreux, jeudi 10 décembre, pour ce dernier conseil de l’année traitant des affaires courantes. L’opposition a mis un peu d’animation à la délibération sur la facturation de photocopies aux associations et sur l’embauche d’un ingénieur pour développer l’économie et le tourisme.

Les photocopies ont un prix

Gilles Raillard a rappelé qu’au dessus d’un quota annuel, les associations payaient les  reproductions (délibération du 8 novembre 2007) au tarif unitaire de 0,039 euro la photocopie.

Précisant que 200 000 photocopies sont faites par an, l’adjoint au maire chargé des finances explique qu’il faut « rationaliser la gestion des deniers publics en se conformant aux règles de la concurrence sur un marché ouvert pour lequel la collectivité n’a pas à intervenir directement ». Il propose de supprimer les quotas gratuits et de fixer le tarif unitaire à 0,042 euro au premier janvier prochain.

Michèle Toucas-Bouteau s’étonne de cette proposition aux associations, qui va « gêner leur activité et freiner leur dynamisme. Sauf quelques manifestations ponctuelles (A4, office de tourisme), elles sont assez raisonnables ». Elle estime le nombre des photocopies à 130 000, déduction faite de celles effectuées par des services municipaux et considère que pour ces dépenses qu’elle estime surévaluées, il convient de les « mettre en parallèle avec d’autres dépenses ». Les caméras de vidéosurveillance et horodateurs seraient-ils visés ici ?

Gilles Raillard précise que « le contrat annuel de maintenance du matériel de reproduction est de 2 500 euros », montant auquel il convient de rajouter les consommables (électricité, toner, etc.).

Bref, on n’en saura pas plus sur le prix de revient unitaire d’une photocopie, estimation certes difficile, mais l’opposition persiste et signe sur ce qu’elle considère comme une exagération.

Le maire Paul-Henri Denieuil conclura de façon péremptoire : « Les associations humanitaires sont  notre priorité. Les autres ne sont font pas partie de la première priorité ».

La délibération sera adoptée, l’opposition votant par six voix contre.

Un ingénieur pour quoi faire ?

Serge Caillaud propose l’embauche d’un ingénieur pour une année, pour renforcer les besoins des services quand nécessaire.

Jean-Claude Bouron (opposition) s’étonne de la nécessité de ce recrutement par la ville, compte tenu des compétences de la CdC sur le tourisme et l’économie. « Nous allons avoir des projets d’urbanisme, de réhabilitation et de développement économique dans la ville », rétorque Paul-Henri Denieuil. « Cela prend du temps sur mon activité, même si nous travaillons la main dans la main avec la CdC. J’ai besoin d’avoir quelqu’un dans ce but, qui apportera un appui réel dans un certain nombre de projets ».

« Toutes les strates - Pays, CdC… - s’occupent du tourisme et la ville veut en faire ! », contre-attaque Jean-Claude Bouron. On ne peut pas travailler comme ça ».

Après que le maire ait rappelé que « la ville a été reconnue ville touristique », la délibération sera adoptée, avec six abstentions de l’opposition socialiste.

 

La subvention cantine mal digérée

CONSEIL MUNICIPAL (suite) – L’opposition de gauche vote contre une subvention complémentaire à l’école Sainte-Sophie, en rapport avec l’externalisation de la cantine depuis la rentrée.

 

Antoine Bordas, chargé des affaires scolaires, indique que depuis le 1er septembre, l’école Sainte-Sophie a confié la préparation des repas de la cantine à une entreprise privée. L’agent de maîtrise mis à la disposition de l’établissement par la ville a donc réintégré à cette date l’équipe de la cuisine centrale municipale. En contrepartie, l’Ogec Sainte-Sophie (office de gestion) sollicite une subvention complémentaire équivalente au salaire de l’agent en question pour la période du 1er septembre au 31 décembre. La ville propose d’attribuer 8 350 € pour le dernier quadrimestre 2009.

« Je m’étonne de l’importance de la subvention », intervient Michèle Toucas-Bouteau, élue de l’opposition. « Et vous nous dites que cela continuera en 2010. Mais si ce monsieur quittait son poste, vous mettriez quelqu’un à moindre salaire et ici, cela représente 25 000 euros par an ». Le maire, Paul-Henri Denieuil, précise qu’il devait « respecter l’engagement pris ».

Françoise Mesnard prend le relais, indiquant que le montant de cette subvention ne pouvait être basée sur le salaire de cet agent en particulier : « Vous privilégiez l’école privée sur l’externat (de la cantine, ndlr). Vous devez respecter l’égalité entre public et privé. Quels sont les coûts de cet externat dans les écoles maternelles/primaires dans le public et dans le privé ? ». Elle termine par un pavé dans la mare : « Il est dommage que Sainte-Sophie ne fasse pas faire ses repas la cuisine centrale de la ville ! »

« Nous avons été placé devant le fait accompli quant au choix de l’externalisation de la cantine », rétorque le maire, avant de retourner un « Je vois que vous êtes contre une subvention à une école ! ». Et Françoise Mesnard de conclure : « Nous sommes contre dans les conditions dans lesquelles ça se réalise, c’est-à-dire sans distinction de coûts ».

La délibération sera adoptée, moins six votes contre de l’opposition.

 

Le conseil en bref

Ancienne école Barthélémy-Profit – la ville vendra les bâtiments au Centre hospitalier de Saintonge qui désire y loger le centre d’aide médico-psychologique (Campe) pour la somme de 325 000 euros. 

Fêtes de fin d’année - Chalets de Noël – Du 18 au 25 décembre, location chalet kiosque 100 € ; chalet ouvert en façade 120 € ; caution de 100 €. Commerçants ambulants : 15 € la journée ou forfait 75 €.

Subventions exceptionnelles : 600 € au Judo club pour les déplacements de l’entraîneur de Clément Korczynski, champion de France cadet ; 400 € à Aide et Soutien (accueil d’urgence pour les sans domicile fixe) ; 756 € au centre de loisirs de Beaufief, en application des modes de répartition des charges financières et prestations Caf entre la CdC et la ville.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires