Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 22:31
COMMEMORATIONS

Aux morts de la guerre d'Indochine

Depuis quatre ans, la "Journée nationale d’Hommage" dédiée aux "morts pour la France" en Indochine donne à notre pays l’occasion d’un rendez-vous avec son Histoire pour honorer le souvenir de ceux qui sont tombés loin de leur foyers durant quinze ans, entre 1939 et 1954.

Lundi 8 juin, les autorités civiles et militaires se sont réunies à 11 h 45 au monument aux Morts de Saint-Jean-d’Angély : le sous-préfet Frédéric Brassac, Paul-Henri Denieuil, maire de la ville, James Rouger, président de la CDC du canton de Matha, Didier Martineau, maire-adjoint, le lieutenant Patrick Renou, commandant la brigade de gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély, le capitaine Fougeret du centre de secours et d’incendie, le colonet Verzat et six porte-drapeaux des associations patriotiques.

Le sous-préfet a lu le message de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, rappelant les combats contre l’occupant japonais dès 1939 et contre le Vietminh par la suite : cette année est le 55e anniversaire de la bataille de Dien-Bien-Phu, où les combattants ont connu la fournaise et la cuvette de l’enfer au printemps 1954.

Deux gerbes ont ensuite été déposées en hommage aux Morts.

"Aux Morts"

Les autorités saluent les drapeaux.

Rappelons que deux soldats de Saint-Jean-d’Angély sont tombés en Indochine :

André Lafaurie et Mahmoud Béchir.

Jean-Paul Sorentini et Guy Gourmaud, tous deux porte-drapeau, ont acquis bien des médailles.

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
Bonjour, merci pour votre commentaire Mon maire à dit OK mais en à découvert un qui ne figure pas  sur la memoire des homme , manque de chance, pour lui il était de la marine et j'ai découvert son acte de décès avec la mention Mort pour la france , le 2èmme il fallait s'assurer que son nom était en un ou 2 mots ( Le Ridant) la aussi M; le maire à tout J'ai demandé aux associations locale de commémorer le 8 juin sauf le Président de l'ARAC qui m'écrit:"En effet votre constatation est bien justifiée par l'absence des noms des 3 Spinoliens morts pour la France en Indochine ..." pour les autres, c'est silence  radio.Je suis soutenu par l'anai;J'oubliai povez vous m'envoyer des photos des drapeaux d'associations avec si possible le mot Indochine . a bientôt . POUR info à MENTON c'est come chez vous "super sensass" ET DANS les deux cas avec un député Maire UMP à Epinay et à Menton  Salurt chasseur
Répondre
B
<br /> C'est bien, je vois que vous travaillez la question de commémorer le 8 juin et les "Morts pour la France" en Indochine.<br /> Souhaitons que le silence radio évolue vers une communication plus réelle de la part des autres associations... sans friture sur la ligne.<br /> A Saint-Jean-d'Angély, le 8 juin est toujours commémoré, sous l'ancienne municipalité (PS) et sous la nouvelle (divers droite).<br /> En ce qui concerne les drapeaux avec "Indochine" je ne possède pas de photos. Mais à la prochaine commémoration, je vais regarder ça de plus près, quitte à faire ouvrir les drapeaux pour les<br /> photographier déployés. Vous m'avez donné une idée d'article.<br /> <br /> <br />
R
bONJOUR? C'est avec plaisir que je vois que vous commémorez dignement le 8 JUIN;Dans ma commune à EPINAY SUR ORGE LES 3 MORTS en Indochine sont LES SEULS OUBLIES depuis un demi- siècle contrairement à ceux d'avant : 39/45  ET;;;; suivants en AFN Depuis 6mois j'ai demandé à notre Député Maire de corriger cet oubli discriminatoire sans résultat à ce jour .ALORS QUE CES TROIS NOMS ONT DEJA ETE GRAVES  SUR UNE PLAQUE AVEC LES AUTRES DAN L'ENTREE DE NOTRE MAIRIE ;J'ai egalement demandé que la commune commémore ce jour comme pour L'AFN le 5 décembre et depuis peu .. le 19 MARS ; sans réponse de la mairie  et des associations sauf une à ce jour Qu'en pensez-vous? salutations C.A Rivaud ancien d'Indochine 1947  48 Croix de guerre T.OE  ancien Cie DESSERTEAUX 
Répondre
B
<br /> <br /> Vous avez raison de dire que Epinay-sur-Orge fait dans l'"oubli" discriminatoire.<br /> La guerre d'Indochine a duré 15 ans, de 1939 à 1954, et les "Morts pour la France" tombés en Indochine sont de la même espèce que les militaires tombés dans les autres conflits : ils<br /> obéissaient aux ordres, même si ceux-ci n'ont pas empêché la suite inéluctable, l'indépendance des anciennes colonies.<br /> Et c'est bien un triste "oubli" que d'oublier les victimes.<br /> Mais c'est également nier le message de l'Etat que Jean-Marie Bockel, Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, adresse aux préfets (et donc aux sous-préfets), afin<br /> qu'il soit lu aux commémorations officielles.<br /> La Journée nationale d'Hommage aux "Morts pour la France" en Indochine est officielle depuis maintenant quatre ans.<br /> Il est à souhaiter que votre député-maire prête une oreille attentive à vos demandes et à une Journée décrétée nationale et que les associations patriotiques comme les Anciens<br /> Combattants se réveillent également.<br /> Vous devriez aussi soumettre la question au sous-préfet qui verra (avec le préfet) la suite pouvant être donnée à ce non-respect du Souvenir.<br /> Battez-vous (par courrier, en recommandé) ! Ecrivez au secrétaire d'Etat. Au député-maire. demandez ensuite un entretien<br /> Alertez tous les pouvoirs publics qui vous tombent sous la main. Prenez contact avec les Fédérations départementales des diverses associations patriotiques et ne vous contentez pas des<br /> représentations locales qu'il faut cependant ménager car vous en aurez aussi besoin.<br /> Défendez vos idées, mais ne travaillez pas seul sur le sujet ! Bon courage...<br /> <br /> <br /> <br />