Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Bernard Maingot
  • Le blog de Bernard Maingot
  • : Articles et photos : Actualité sur le canton de Saint-Jean d'Angély (17400), Saintonge, Aunis, sujets divers.
  • Contact

Profil

  • Bernard Maingot
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).
  • Correspondant de presse. Curieux et passionné, j'aime la photographie, l'écriture et transmettre aux autres ce qui m'attire. "On se lasse de tout, excepté d'apprendre" (Virgile).

Visiteurs

 

Recherche

Piqûre de rappel

Article L 111-1 du code de

la propriété intellectuelle  

------------ 

Photographe ou gratte-papier,

La Loi protège l’auteur.

Celui qui vient copier

Devient mon débiteur

Bernard Maingot

Archives

2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 16:00

"Chez Audebert" – Nantillé (17770)

Des nouvelles, trois ans après cet article :

Nantillé : Quel projet pour le Jardin de Gabriel ? (Sud Ouest 31.01.2012)

 L'art du bord des routes 

"Chez Audebert", lieu-dit de la commune de Nantillé, le "jardin de Gabriel" est peuplé de centaines de statues autrefois réalisées par un artiste singulier. Dimanche 1er juin, Journée des jardins, l’ethnologue Michel Valière et sa copilote d’épouse Michèle, ethnomusicologue, pilotaient les visiteurs entre les statues et entre les orages.

» Bernard Maingot Elles sont au total 420. Toutes contenues dans un jardin, autour d’une petite maison. Des statues, modelées en ciment sur des armatures métalliques, réalisées durant 23 ans par un artiste bien singulier pour l’époque : Gabriel Albert.

Autoportrait de Gabriel Albert.
Né en 1904, il pratique divers métiers avant d’être menuisier, dans un petit atelier au fond de son jardin. Ayant pris sa retraite en 1969, il vend tout son matériel de menuiserie et se consacre au modelage jusqu’en 1992 (il est décédé en 1997). Un rêve d’enfant qu’il avait depuis l’âge de dix ans, alors qu’il modelait déjà la glaise pour en faire des chats, des chiens, modelages qui se cassaient à son grand désespoir. A 15 ans il sculpte dans le bois, joue de la clarinette pour faire danser dans les frairies, puis travaille dans l’agriculture, fait le ramassage du lait et devient menuisier vers 24 ans. Son travail l’absorbe et la retraite va enfin lui permettre de se consacrer durant 23 ans au modelage, peuplant peu à peu la totalité de son jardin avec des statues grandeur nature.

Michel Vallière est au premier plan
« Sa première statue a été une dame en petite tenue, commente Michel Valière, ethnologue très épris de l’œuvre de Gabriel Albert. D’autres ont suivi, toutes aussi peu habillées. Jusqu’à ce que sa femme lui rappelle le "qu’en dira-t-on" et les remarques de personnes peu habituées à des expositions de femmes nues. Il compense illico et se met à modeler des sujets religieux, des archanges, Saint-Jean, Saint-Michel terrassant le démon, Ste-Thérèse, etc. Il passe ensuite aux Fables de La Fontaine, aux personnages politiques des années 80 avec Chirac, Marchais, Mitterrand, Giscard d’Estaing…, aux contes, etc. Ses portraits ont beaucoup d’émotion, les détails sont présents et les teintes sont réalisées dans la masse avec des oxydes de fer… Il était en rapport avec Franck Vriet, de Brizambourg, qui réalise aussi des statues animales comme ici. Il a conseillé à Gabriel de changer de sable, car ses statues s’abîmaient vite. »

« Du jaillissement d’émotion… »
Les qualificatifs ne manqueraient pas pour dénommer l’œuvre de Gabriel : Art spontané, art immédiat, art brut, art populaire, art naïf, art insensé, art insolite, art singulier - voire hors norme -, art du bord des routes… Un art qu’il appliquait en utilisant du sable et du ciment, matière corrosive alors qu’il n’utilisait pas de gants…
De Charlot (Charlie Chaplin) à de Gaulle, des femmes dénudées à l’archange Gabriel, de Jeanne d’Arc à Mitterrand, de l’Angélus à Blanche-Neige et les sept nains, du Christ à Goulebenéze en passant par Napoléon et le Poilu de 14-18, les statues sont toutes un peuple vivant d’hommes célèbres, de figures régionales, de créatures de rêve et d’animaux divers à se partager l’espace en bonne intelligence. Car, à force de les regarder, on s’attend à les voir s’animer grandeur nature. On les reconnaît et on s’identifie à elles. « Vous avez même son autoportrait à droite de l’entrée de son atelier… Cependant, il n’a pas fait le plein des voix dans son environnement. Maintenant, cela est en train de se produire, avec les gens qui viennent visiter et qui prennent conscience de la valeur de ce patrimoine. Les élus essaient d’étudier un projet pour sa sauvegarde et sa mise en  en valeur. Ce n’est pas un cas unique de cet "art du bord des routes", de cet art populaire fait par des gens qui n’ont pas fait d’école, un art qui est un jaillissement inné de l’émotion. Il y en a d’autres en France. »

Michel et Michèle Vallière devant Gabriel Albert. Pasteur est en partie droite de la photo.

Il existe une association des Amis du Jardin de Gabriel. Gabriel, qui était loin d’avoir fait l’unanimité sur son art, a maintenant suscité une prise de conscience de la part des élus. Sa demeure est maintenant propriété de la commune de Nantillé. Le Pays des Vals de Saintonge souhaite une étude patrimoniale. Il faut une solution en partenariat avec la commune concernée (Nantillé), la CdC (St-Hilaire de Villefranche), l'Office de tourisme (St-Jean-d'Angély et St-Hilaire de Villefranche), le département et la région (Drac), jusqu’à ce que l’inscription ou la reconnaissance de ce patrimoine soit faite auprès des Monuments Historiques. « Créer une synergie avec d’autres environnements et musées spécialisés sur la question (comme le futur musée d'art brut de Villeneuve-d'Ascq dans le Nord) assurerait à terme une pérennité des visites à Nantillé et au Jardin de Gabriel », écrit Bruno Montpied dans le blog de Michel Valière.

L'atelier de Gabriel Albert. Sur les étagères, un stock d'yeux attendait de nouvelles statues.

En 2007, la société de Production Interface de La Rochelle préparait avec Yves-Antoine Judde, réalisateur de documentaires, un film de 52 minutes sur Le Jardin de Gabriel et sur quelques autres "inspirés" dans la région, et plus largement en France…

Mais je ne sais pas où en est le projet.

Chirac 

En attendant, « les sculptures ont perdu leur éclat d’antan et subissent les assauts du temps », comme l’écrit Joba dans son blog www.art-insolite.com. Le don que Gabriel Albert avait fait à la commune était aussi un cadeau que Nantillé ne peut entretenir faute de moyens financiers. Il serait cependant urgent que les responsables de la Culture s’en préoccupent, à moins que le conseil général de Charente-Maritime et son nouveau président Dominique Bussereau prennent le taureau par les cornes et décident de sauvegarder et d’assurer l’avenir d’un site poétique remarquable qui appartient à notre patrimoine Saintongeais.

L'archange Saint-Michel exterminant le démon (il existe quatre statues du même type)
Note de Michel Valière : "Rendez-vous aux jardins" est une manifestation organisée par le Ministère de la Culture et de la Communication et mise en œuvre par les Directions régionales des affaires culturelles (DRAC), en collaboration avec le Comité des parcs et jardins de France.
Depuis 2003, "Rendez-vous aux jardins" met à l'honneur des parcs et jardins publics et privés. Cette année, ce seront près de 2.000 jardins qui ont ouvert leurs portes les 30, 31 mai et 1er juin...

Goulebenéze.
Michel Valière dit aussi : « le Jardin de Gabriel, il faut le placer sous la protection du public, des Amis du jardin de Gabriel, et de la presse pour donner un peu de chance à ce site devenu si fragile de par la bien trop faible (pour ne pas dire inexistante) surrection des collectivités territoriales et de l'État. Parlez-en autour de vous, faites des photos, des visites, des comptes-rendus de visites, des vidéos. Ecrivez... »

L’ethnologue Michel Valière : Ses travaux ethnographiques portent surtout sur les œuvres orales (contes) et les récits de vie (notamment en milieu poitevin et occitan) voir son ethnoblogue «Cultures et territoires » sur  http://belvert.hautetfort.com/michel_valiere.../

Napoléon. 

Le Jardin de Gabriel – Chez Audebert – 17770 Nantillé. En partant d’Aulnay, prendre la D 129 (c’est la voie romaine qui vient d’Aulnay, passe à Varaize et relie Poitiers à Saintes. Chez Audebert est situé 1200 mètres après  le "fanal" d’Ébéon, pile gallo-romaine qui mérite un arrêt).

Charlie Chaplin. 

Le blog de Michel Valière : 
http://belvert.hautetfort.com/ et

http://belvert.hautetfort.com/le_jardin_de_gabriel/

"Bon sang, mais c'est bien sûr, j'en ai oublié une !" (Landru)

Autres sites à voir :

http://animulavagula.hautetfort.com/album/le_jardin_de_gabriel/

http://www.art-insolite.com/ et

http://www.art-insolite.com/pageinsolites/insogabriel.htm 

Voir aussi le blog des inspirés du bord des routes http://lesinspiresduborddesroutes.hautetfort.com/  http://lepoignardsubtil.hautetfort.com/

INTERFACE - 12, rue du Commandant Callot, 17000 La Rochelle, tél. 05 46 67 69 39. ass.interface@wanadoo.fr

Du 20 au 22 juin 2008, l’association AMIS ( art marginal Insolite Singulier) présente la journée « Courants d’art » à Miermaigne (28480) AMIS, rue de la Fontaine – 28480 Miermaigne. Tél. 06 07 70 17 44. Courriel : info@art-insolite.com



Partager cet article

Repost 0

commentaires

CECONI Patricia 06/08/2013 17:21


Bonjour,


Cela fait 3 ans que je passe régulièrement devant "Le jardin de Gabriel" et je suis à chaque, fois attristée de voir ces oeuvres se décomposer. Que se passe-t'il ?Si ces sculptures restent
exposées aux intempéries, elles disparaîtront définitivement. Certaines ont déjà commencé à perdre des morceaux. L'association est elle toujours présente et active ? Mreci de me répondre.


 

Bernard Maingot 17/08/2013 12:31



L'association existe toujours ; s'adresser à l'office de tourisme au 05 46 32 04 72 pour avoir ses coordonnées vous permettrait d'en savoir plus



LE CANN 03/03/2013 10:44


tres belles statue il serait domage de ne pas faire le nnécesaire pour garde ce patrimoine de cette homme qui merité bien quon sauve ces statue LE CANN

Francis Hucher 26/03/2011 09:54



Merci pour ces renseignements qui éclaire mon "fanal" ('oui je sais elle est facile, mais je n'ais put y résister). Je vais fouiller de mon côté. Cordialement. 



Bernard Maingot 26/03/2011 10:44



Alors "Que la lumière soit..."



Francis Hucher 25/03/2011 17:22



Bonjour,


Je viens de passer par votre commune, j'ai bien vu le jardin au statue, étonnant, je reviendrai en promenade.


Un autre site éveille ma curiosité: Connaissez-vous l'histoire de cette tour pleine isolée à l'entrée du village ?


D'avance merci.


 



Bernard Maingot 26/03/2011 05:47



On l'appelle le "fanal" d’Ébéon, qui est une pile gallo-romaine. Je n'ai pas travaillé sur le sujet et en sais peu de choses; a quoi servait-elle ?
Tour de guet ? De signalisation ? A quoi servait-elle exactement ?


Nous sommes ici sur la voie romaine qui va de Poitiers-Aulnay à Saintes. Elle est en piteux état, soutenue en plusieurs endroits par des étais. j'attends que
des lecteurs se manifestent pour éclairer notre lanterne (et en écrivant ce mot, je pense à la lanterne des morts à Fenioux...).


Sur Wikipedia on trouve :


Le "Fanal" d'Ebéon, dit "la Pyramide", est un vestige gallo-romain. Fanal ou pile funéraire il forme encore un bloc de
maçonnerie de 16 mètres de haut et
de 6 mètres de diamètre. Suivant une légende, ce serait l'œuvre de fées, trois « dames » qui le construisirent en une nuit. Elles
se servaient d'un marteau enchanté qu'elles se renvoyaient l'une à l'autre à travers les airs. La plus jeune le prit en plein front et fut tuée.










La « Pyramide » fait l'objet d'un classement au titre des monuments
historiques depuis 1840[10].





Un autre exemple de tour ou pile mieux conservée est visible dans les environs de Saujon : la tour de pirelongue.


On est dans l'à peu-près : On parle d'une "pyramide", mais est-ce un fanal ou un fanum?


Quels sont les historiens capables de renseigner sur le sujet ?  


 



Observeur 22/08/2010 00:54



Je trouve que vous "charriez" un peu fort sur l'orthographe... Heureusement il nous reste la phonétique qui satisfait à l'oreille bien mieux que votre écrit à l'oeil, mais c'est fatigant,
car il faut se concentrer comme pour lire un SMS d'ado !



Bernard Maingot 22/08/2010 01:02



Il faut être né avec la "génération du pouce" et avoir un CAP avec option SMS PLUS. Sinon, ça demande effectivement un effort intellectuel au risque d'user des neurones.